• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

XCOM 2 Disponible sur Switch

Test de XCOM 2 (Switch)

XCOM 2 Collection : Un jeu bon sur le fond qui divisera sur la forme

XCOM 2 est arrivé sur Switch sans compromis et avec tous ses DLC. Une prouesse inattendue qui a rapidement fait parler d’elle pour ses errances techniques. Mais qu’en est-il réellement après plusieurs semaines et un patch correctif ?

Test
Porter Xcom 2 sur Switch était un vrai défi, et des 3 jeux que 2K a offerts à la Switch dernièrement, c’était certainement le plus corsé. Le jeu n’avait déjà pas bonne presse sur PC et encore moins sur consoles concernant son aspect technique, et il y avait de quoi s’inquiéter de son arrivée sur un hardware moins puissant comme celui de la Switch.
Avant propos : ce test un peu tardif arrive avec un peu plus de 75h au compteur sur Switch, le temps d’explorer d’une part le contenu massif du titre, mais d’autre part d’attendre des éventuels correctifs et, à défaut, de s’accommoder des soucis techniques de ce portage qui auront fait couler beaucoup d’encre (numérique) dès sa sortie.
XCOM 2 a réussi à se bâtir une réputation sur son contenu et ses mécaniques de gameplay, et, pour avoir longuement parcouru le jeu sur PC à l’époque de sa sortie, c’est un point que l’on peut déjà confirmer sans même avoir posé les mains sur la version Switch.
Avant de passer au test à proprement parler, on rappellera que cette compilation contient l’ensemble des DLC de Xcom 2, dont sa grosse extension War of The Chosen proposée comme un second titre. Et au vu du contenu du titre, on ne peut qu’abonder dans ce sens.
Nous y reviendrons bien évidemment plus tard dans ce test, mais il y a donc presque deux jeux dans cette compilation, qui justifie ainsi presque son nom, et c’est un point qu’il faudra retenir pour la note finale.

Un portage vertueux ?

On l’a dit, Xcom 2 a la réputation d’être cassé techniquement, même sur son support natif (et de prédilection) qu’est le PC. Si l’on pouvait donc se réjouir que ce soient les petits gars de Virtous, qui se sont déjà chargés des très bons portages de Starlink et Dark Souls: Remastered, qui s’occupe du portage, il ne faut cependant pas en attendre des miracles.

Cependant, en l’état, Virtous a réussi un petit miracle en réussissant à faire tourner Xcom 2 sur nos Switch, là où le jeu a du mal à tourner sur une PS4 Pro ou une Xbox One X.
Soyons clairs, c'est un titre extrêmement exigeant techniquement parlant qui a eu de nombreux bugs et problèmes sur lesquels nous reviendront plus en détails, mais Virtuous a réussi à rendre le jeu jouable en mode portable et on leur tire notre chapeau pour cela.

Des problèmes techniques ?

Alors crevons l’abcès d’emblée, oui les graphismes de Xcom 2 sur Switch ont été baissés au minimum, oui le framerate est parfois totalement aux fraises et oui les temps de chargement sont affreusement longs, mais après une cinquante d’heures passées sur le titre, le constat est là : le contenu complet de XCOM 2 et XCOM 2: War of the Chosen tourne sur nos Switch presque aussi bien que sur les autres consoles et le jeu de Firaxis propose un tel contenu qu’il reste envisageable de passer outre tous ces problèmes techniques.
Evidemment, nous consacrerons un paragraphe à ceux-ci en fin de test, et non, ce ne sera pas reluisant, mais avant de nous intéresser plus en détail au portage, commençons par nous intéresser au jeu en lui-même. Cela nous permettra d’ailleurs de mieux appuyer sur les problèmes techniques excusables et ceux plus handicapants.

« Commandant, c’est bon de vous revoir »

XCOM 2 est né du reboot de 2012 de la franchise XCOM, à savoir Xcom : Enemy Unknown et plus tard son extension Enemy Within. Très bon jeu de stratégie sur presque tous les aspects, le titre est considéré comme l'un des meilleurs jeux de stratégie au tour par tour actuellement disponibles. (Et on regrette un peu que ce ne soit pas cet opus qui ait été porté sur la console de Nintendo, après une version Vita sortie un peu tardivement).
XCOM 2 se déroule vingt ans après les événements d'Enemy Unknown, et une fois n’est pas coutume, les développeurs ont choisi de prendre pour point de départ la défaite du joueur dans l’opus précédent.
Vous avez ainsi échoué à repousser l’invasion extraterrestre dans le jeu précédent et le monde est alors désormais gouverné par une coalition humaine / adventiste, la race extraterrestre qui a soumis la planète.
Vous jouerez donc cette fois-ci le rôle de résistants, et donc d’antagoniste. Un point de vue qui ne changera en soit pas grand chose, mais qui permet d’amener un peu de fraîcheur aux missions. Même si, bien vite, on ne fera que peu attention au déroulé de l’histoire, il faut bien l’avouer.
En tant que Commandant - fraîchement libéré de la captivité extraterrestre après deux décennies - ce sera à vous de rassembler les résistants sous le même drapeau, de découvrir les véritables desseins du réseau d’Advent et bien sûr de tout mettre en oeuvre pour libérer le monde.
Rassurez-vous si vous n’avez pas touché au précédent XCOM, les liens entre les deux opus ne sont pas très importants et ne vous empêcheront nullement de profiter de XCOM 2, autant dans son gameplay que dans sa narration.

Repartir de zéro

Dans XCOM 2, XCOM doit aussi se reconstruire. Au départ, le réseau XCOM lui-même a été aussi réduit à un mouvement de résistance. On est donc loin de la machine de combat bien huilée et correctement financée des titres précédents.
Dans XCOM 2,vous devrez attaquer dans l’ombre les installations ou les convois d’Advent aux quatre coins du Globe. Mais pour ce faire il faudra d’abord regagner votre influence sur le monde et il faudra donc s’allier aux autres poches de résistance, en leur fournissant un soutien sur le terrain et mais aussi en installant des antennes afin d'élargir votre réseau d'alliés afin de pouvoir agir sur l’ensemble de la carte à terme.


Bien préparé pour mieux guerroyer

En plus de vous engager dans les missions qui prennent évidemment la forme de combats au tour par tour, vous devrez avant tout préparer votre armée. Il faudra ainsi prendre des décisions sur tous les aspects de votre base, et il faudra donc en permanence jongler avec la recherche de nouvelles armes et technologies avec la gestion des ressources, organiser l’agrandissement, puis les installations, de votre base, le personnel, les nouveaux laboratoires et les espaces de travail et choisir les menaces à traiter en premier.

En résumé, vous aurez constamment à prendre des décisions entre deux combats, et il faut bien reconnaître de passer parfois plus de temps dans les menus que dans les combats. D’autant que le jeu n’a de cesse de faire apparaître de nouveaux points d’intérêts et qu’il est évidemment impossible de tout gérer.
Il faudra donc se préparer à la guerre des nerfs avant la guerre des armes, et ceux qui recherchent avant tout à enchaîner les combats comme dans un Mario + Les Lapins Crétins risquent d’être surpris.
Prendre les bonnes décisions concernant ce qu'il faut développer ensuite, quand et où s'engager avec l'ennemi et comment dépenser votre argent et vos ressources est absolument essentiel, et les erreurs que vous faites à bord de votre vaisseau Avenger, qui sert de base à votre petite armée, auront un réel impact sur le champ de bataille. C’est donc un aspect qu’il ne faut pas, et qui de toute façon ne peut pas, être négligé.
Xcom 2 est donc un jeu de stratégie à tous les niveaux et les combats ne sont qu’un élément parmi d’autres, là où d’autres titres les mettent bien plus en avant. Entendons-nous bien cependant, les combats de XCOM 2 sont extrêmement stratégiques et punitifs, c’est juste qu’ils ont autant d’importance dans la réussite de votre campagne que les autres aspects à gérer.


Une guerre de l’ombre

Les missions de XCOM 2 commencent le plus souvent par une phase d’infiltration qui passe par la dissimulation de votre équipe, une mécanique de gameplay absente de Enemy Unknown et donc développée pour cette suite.
La dissimulation vous permet de vous positionner sournoisement et de vous préparer à vous engager avant d'annoncer votre arrivée à l'ennemi. Globalement, c’est un ajout au gameplay de base très intéressant et qui fonctionne à merveille une fois correctement assimilée. Il faudra donc prendre le temps de réfléchir à la manière de faire progresser votre équipe et de dévoiler votre présence à l’ennemi.
Impossible de tuer un ennemi sans se faire repérer, il faudra donc bien penser votre stratégie avant d’engager l’ennemi. Passer votre équipe en vigilance est une possibilité plutôt rentable car elle permet souvent de causer d’énormes dégâts aux forces d’Advent pris par surprise : c'est un excellent moyen de prendre le dessus au début d'un combat, d’autant mois négligeable que vous serez la plupart du temps en sous-nombre face aux troupes alliés.

Une guerre contre la montre.

Si sur la carte du monde, et donc dans vos préparations vous êtes déjà constamment stressé par le temps, avec au-dessus de vous l’épée de Damocles de voir Advent mener à bien son plan Avatar, mettant un terme à votre campagne, cet aspect chronométré se retrouve aussi en combat.

Vous vous retrouverez donc très régulièrement obligé de mener à bien votre mission en un nombre de tours limité. Cet aspect du titre avait été critiqué à sa sortie et on doit bien reconnaître que cela se comprend parfois, et particulièrement dans les missions avancées.
Si ajoute un excellent niveau d'excitation et de tension à chacune des actions, cela peut-être revenir de façon moins régulière. Cela bride ainsi parfois les stratégies d’infiltration, obligeant à accélérer certains manœuvres et à mettre en danger les unités. Si sur le papier cela est une bonne idée, le fait que cela soit très récurrent finit par lasser et à nous obliger à mettre de côté l’aspect infiltration.
Globalement, le jeu donne l’impression de pousser à l’offensive, et encore plus dans War of the Chosen qui met un peu l’accent sur l’action et les échauffourées.


Votre équipe personnalisée, un plaisir non dissimulé

Fort heureusement, mener un combat dans XCOM 2 est plutôt jubilatoire, ne serait-ce qu’en raison de ses outils de création de personnages et de la construction de vos propres équipes.
Créer ses équipes « sur-mesure » est une grande partie du plaisir de XCOM, et particulièrement quand on y intègre ses héros favoris ou les membres de sa famille.
On s’attache à ses personnages et ses équipes, et je peux vous dire que j’ai été plus que triste de voir Egon Spengler se faire capturer par les forces d’Advent après avoir perdu Ryo Saeba deux missions plus tôt. Libre à vous évidemment de recharger votre sauvegarde si vous ne voulez pas perdre définitivement votre personnage préféré, ou de simplement le recréer derrière sur la base d’un autre soldat et « jouer le jeu » de la mort permanente.
Vue la difficulté du titre, même dans son niveau de difficulté le plus bas, il n’y aura de toute façon aucune honte à recharger votre sauvegarde après de mauvaises décisions, surtout après plusieurs dizaines d’heures de campagne.

Une extension qui redistribue les cartes

Intéressons-nous maintenant plus en détail à l'extension War of the Chosen, qui prend le jeu de base et y ajoute une tonne de nouvelles fonctionnalités plus ou moins intéressantes. Passée la première mission, en tout point identique à XCOM 2, on a clairement face à nous un jeu vraiment différent qui aurait pu être un potentiel XCOM 3 avec un peu plus de travail sur les environnements et missions.
War of the Chosen vient aussi enrichir et développer l’histoire de XCOM 2, et on peut clairement le voir comme un « what if » du jeu de base. Cependant, on vous conseillera d’abord de jouer à XCOM 2 avant de lancer son extension, War of the Chosen restant une extension de jeu de base, et partant donc du principe que vous connaissez sa base.
Firaxis a ajouté trois nouvelles factions, et autant de nouveaux types d’unités, avec qui vous joindrez vos forces. Evidemment cela viendra considérablement gonfler vos compétences et options de combat disponibles.
Les développeurs ont aussi revues certains aspect du titre hors combat : il y a un nouveau système de fatigue, des missions d'opérations secrètes et, bien sûr, de nouveaux ennemis à affronter, entre autres nombreuses autres petites ajouts de gameplay.


Mode Zombie ?

Tout n’est pas forcément réussi, comme par exemple les Ombres, qui sont alertés par le bruit et qui se déchaînent désormais en masse dans les missions où ils apparaissent. Si l’idée est plutôt bonne, leur présence un peu trop récurrente vient casser le rythme de certaines missions.

Ils sont liés à une nouvelle mécanique donnant un côté plus action au titre. Ce dernier vous permet d'obtenir un tour gratuit si vous parvenez à en éliminer un avec votre arme. En d’autres termes, cela signifie que si vous jouez assez intelligemment, vous pouvez en descendre plusieurs par tour. Le problème, c’est que cela flirte avec l’overdose car le compteur de tués dépasse régulièrement les cinquante unités là où elle s’approche en général de la dizaine dans le jeu de base.

Les Elus, la véritable bonne idée

Mais à côté de ces Zombies, War of the Chosen ajoute également The Chosen eux-mêmes, les Elus en français. Cet ajout est beaucoup plus intéressant puisqu’il ajoute trois boss extraterrestres uniques qui vous chasseront à travers la carte du monde, et s’incrustant au hasard dans vos missions, et bien souvent dans les moments les plus tendus.

Ils sont une menace constante et, à l’instar du projet avatar (beaucoup moins oppressant dans cette extension, sont chacun liés à leur compte à rebours et doivent être vaincus - définitivement - dans leur propre base secrète. Une fois ces dernières détruites, ils ne pourront plus ressusciter et arrêteront donc de vous harceler.
En plus de cela, tuer un Élu vous permettra d’avoir accès à ses armes uniques. C’est cet ajout que l’on retient le plus de War of the Chosen, et qui marque la plus grande différence énorme différence de la campagne du jeu.
En effet, au même titre que la nouvelle gestion de la fatigue ou des afflictions mentales, les élus vous poussent davantage à faire tourner vos soldat au combat, vous obligeant à ne pas vous reposer sur une seule équipe comme cela peut-être le cas dans XCOM 2 une fois que vous êtes bien aguerri.
Cela viendra en plus vous pousser à passer un peu de temps, et donc potentiellement de plaisir si comme moi vous aimez personnaliser vos troupes, dans le menu de création de personnages.


Bilan positif ?

Voilà dans les grandes lignes ce que l’on peut dire des deux jeux inclus dans cette collection et dites vous bien que nous n’en avons effleuré que la surface, il y a tant de mécaniques de gameplay que nous n’avons pas abordé dans ce test.

Mais les fans de stratégie, ou ceux qui voudraient pousser plus loin l’expérience après s’être fait la main sur Mario + Les Lapins Crétins, que certains qualifient de version light de XCOM, devraient avoir déjà largement compris qu’il y a de quoi se faire plaisir et se creuser la tête avec ce XCOM 2.
Dans l'ensemble, cette collection XCOM 2 constituerait un achat pour les fans du genre, mais, ce constat est vraiment mis à mal par les bugs dont souffre le jeu, malheureusement gonflés avec ce portage Switch.
On l’a dit, Virtuous a dû faire des compromis graphiques mais sincèrement le jeu reste la plupart du temps assez agréable à regarder, et hormis quelques textures vraiment hideuses ou quelques zoom trop rapprochés, on peut largement s’en contenter. Et si cela n’avait été que le seul défaut technique du jeu, on aurait très largement pu lui pardonner tant on ne s’attendait pas à retrouver un jeu aussi fouillé sur Switch.

Il faut bien noter que dans XCOM, les environnements sont la plupart destructibles et répartis sur plusieurs étages sur des cartes parfois très grandes. Et on ne parle pas de destructions basiques, mais de dégâts localisés et d’une importance capitale en jeu puisqu’un mur détruit, c’est une couverture de moins pour votre équipe comme pour celle de l’ennemi.
Bref sur ce point, le jeu reste une véritable prouesse et même s’ils souffrent de graphismes un peu limites parfois, c’est véritablement une prouesse de retrouver l’intégralité du titre sur Switch.
On fera le même constat sur les quelques bugs d’affichage comme des textures qui mettent du temps à s’afficher ou qui clignotent. On s’en accommodera sans trop de mal et s’il n’y avait que ça, on aurait pu se contenter de les évoquer sans pour autant s’y attarder.

Des bugs difficilement pardonnables

Pour le reste, on se retrouve face à des bugs, liés ou non à cette version Switch, qui ont un réel impact sur l’expérience de jeu, qu’il s’agisse simplement de confort mais aussi sur le déroulement des combats.
On commencera par la disparition de certains ennemis. Si ceux-ci restent attaquables, il reste fort pénible de ne pas les voir car on aura évidemment vite fait de les oublier. Heureusement, ce bug reste très rare, et nous ne l’avons pas rencontré une seule fois dans War of The Chosen.
Plus régulier en revanche et vraiment gênant, le framerate est une véritable plaie. Il arrive que le jeu tombe sous les 10 FPS rendant l’action illisible, quand on ne subit pas tout simplement des micro-freezes. En combat comme sur la carte du monde, le jeu peut même parfois se bloquer pendant plusieurs dizaines de secondes, et on ne s’y habitue jamais vraiment. C’est handicapant, mais cela peut aussi entraîner des erreurs de manipulation dans les menus, qui sont eux aussi très souvent impactés par ces problèmes de blocages.
Et les problèmes ne s’arrêtent pas là concernant les menus car ceux-ci peuvent carrément se bloquer ou ne pas s’afficher correctement. Si à force on finit par mieux savoir ce que l’on peut faire ou non que la console, il faudra parfois passer par un rechargement du tour pour débloquer la situation si vous ne voulez pas sacrifier inutilement plusieurs actions. Autant dire que vos premières parties pourraient être difficile, et je ne vous cacherai pas que j’ai bien failli jeter l’éponge plus d’une fois dans la première dizaine d’heures de jeu.


Docké ou portable, même combat

Evidemment, on ne pourra pas se rabattre sur le mode docké ou portable, les deux souffrant plus ou moins des mêmes défauts, à des échelles différentes. Par exemple, si le jeu est un poil plus beau en mode docké, on aura noté plus de fluctuation de framerate et de bug d’affichage dans cette configuration, là où la version portable a tendance à connaître plus de micro-freezes.
Mais on se serait mentir que dire que l’on a pas fini par s’y faire, mais cela n’aura vraiment pas été sans mal. XCOM 2 est un jeu cassé à qui il faudra pardonner beaucoup pour se délecter de son génie.

Beaucoup de ces défauts appartiennent au jeu de base, et on ne peut pas dire que le travail de portage de Virtous a été mauvais, mais si on peut pardonner les bugs d’affichage et même les chutes de framerate pendant le déroulé des actions, on sanctionnera très clairement les nombreux bugs dans les menus, en dehors comme pendant les combats, et les micro-freezes. Les premières parties de XCOM 2 se sont faites avec du doliprane, et ce n’est pas une blague. Il aura été difficile de passer outre, même si cela en a au final valu le coup.
13/20
XCOM 2 sur Switch est un rêve inespéré et comme souvent, sa réalisation s’accompagne de nombreux écueils. On avait clairement peu d’attente sur l’aspect technique et on est même surpris sur la beauté de certains passages. En revanche, il faudra vraiment faire preuve de clémence et d’une bonne résistance aux bugs pour apprécier le titre et c’est certainement là où il faudra le plus réfléchir avant de s’offrir le titre de 2K. Oui XCOM 2 est un excellent jeu de stratégie, sublimé par son extension War of the Chosen, mais on ne peut clairement pas fermer les yeux sur ses trop nombreux soucis techniques. Même pour quelqu’un qui a l’habitude de faire fi des carences techniques d’un titre pour ne se concentrer que sur son gameplay, s’adonner à XCOM 2 sur Switch demandera un réel investissement. La faute à des bugs qui viennent empiéter sur le gameplay, un élément que l’on se refuse à pardonner en dépit des innombrables qualités du titre.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

GlopGlop
Le test est sympa même si je trouve qu'on peut mettre un bémol sur la chute de framerate qui n'est pas si critique que ça, en effet on reste dans un jeu en tour par tour.
Par contre le texte est pénible à lire: il y a bien trop de capture d'écran.

Soutenez PN : achetez ces jeux !

13 /20

L'avis de Puissance Nintendo

XCOM 2 et son extension sont en soi deux excellents ajouts à la ludothèque de la Switch et les fans de stratégie tiennent sans nul doute le titre le plus complet et profond de la console dans le genre. Avec sa durée de vie énorme de base et ces nombreux contenus qui viennent encore ajouter à l’expérience, il y a clairement de quoi faire et on a pris plaisir à (re)découvrir le titre de Firaxis. Mais ce qui devait être une fête est clairement gâché par d’innombrables bugs, et il faudra vraiment se préparer à être indulgent avec le titre pour en profiter. C’est vraiment dommage car si le titre souffre de quelques défauts, notamment d’une difficulté un peu mal dosée et d’une certaine répétitivité dans ses environnements et objectifs, on aurait vraiment eu que peu de choses à lui rapprocher. Mais en l’état, on hésitera même à vous conseiller le titre, aussi bon soit-il dans le fond.

Jouabilité
On aurait pu être plus généreux de ce côté, car XCOM est un jeu PC qui s’adapte magnifiquement à la manette. Mais avec ses nombreux bugs qui occasionnent des erreurs de manipulations en permanence, on ne peut pas faire sans lui retirer quelques points.
Durée de vie
Il faudra compter plusieurs centaines d’heures de jeu pour en faire vraiment le tour. Et même en ligne (et en croisant les doigts pour avoir la chance de son côté), il faudra compter une trentaine d’heures pour sortir victorieux d’une campagne.
Graphismes
On oscille entre le surprenant pour la Switch et le très laid. Virtous a dû faire de nombreux compromis qu'on lui aurait pardonné sans broncher si le jeu n’avait eu à subir autant de bugs.
Son
Le jeu a le mérite de proposer des doublages français, même si ce dernier est passable. Côté musique, rien de marquant mais rien de déplaisant non plus. Restent les bruitages plutôt bons dans l’ensemble qui rendent plutôt bien l’intensité des combats.
Intérêt
Il est difficile de ne pas conseiller XCOM pour son contenu ou son expérience de stratégie car depuis son reboot en 2012, la série est plus que jamais une référence du tour par tour... Mais sur consoles, et sur Switch en particulier, cela sera se fera au prix de nombreux compromis.
Ergonomie
Pas de commandes tactiles, menus bugués... Rien n’a vraiment été fait pour améliorer l’expérience du joueur. Et avec ses nombreux bugs qui viendront ralentir ou bloquer vos choix, difficile d’être clément de ce côté.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu XCOM 2 (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×