News Nintendo

PEGI 18 : Quand l'histoire du Love Hotel de Nintendo refait surface alors que c'est une légende urbaine

Quelques articles coquins sur Nintendo ont attiré notre attention ces derniers jours. Si les Love Hotel Nintendo semblent une rumeur totalement erronée, malgré le travail de Florent Gorges sur le sujet, ils ressortent périodiquement dans la presse.

News
Un article PEGI 18 dans Puissance Nintendo ? Le sujet étant sulfureux, surtout pour un mercredi, on restera prudent. Mais c'est surtout une volonté de notre part de faire une pointe d'humour suite à la lecture de quelques articles un peu coquins que l'on a accolés à l'histoire de Nintendo. On reste soft pour la première partie mais pour le second sujet traité plus bas, regardez l'article sans avoir de jeunes autour de vous.

Nintendo aurait possédé ou voulu posséder des hotels type auberge de compagnie ?

Les Love Hotels Nintendo sont une légende urbaine sur laquelle a pas mal enquêté Florent Gorges, notamment dans sa mise à jour 2017 de son livre Histoire de Nintendo aux éditions Pix'n Love. Malgré l'absence totale de preuve, rien n'y fait, régulièrement des articles et des vidéos sont partagés sur le sujet ou en font un clin d'oeil, comme cette vidéo de Polygon, démontée par le site japonais Famicoms.

The Incredible History of Nintendo: 129 Years in the Making09/07/2022

Un love Hotel ? Levons pudiquement le voile sur ce sujet !

Selon Wikipédia, un love-hôtel est un hôtel pour de courts séjours que l'on trouve dans le monde entier et qui est exploité principalement dans le but de permettre aux clients de s'adonner à des activités sexuelles en toute intimité, avec toutes les dérives malheureusement possibles. Des rumeurs avaient évoqué, parmi la diversification des activités de Nintendo, des projets pour posséder une petite chaîne de ces love-hotels, un projet qui n'a jamais eu de réalité même si Nintendo n'a jamais voulu répondre pour mettre un point final sur cette question. C'est le livre "Game Over" de David Sheff qui avait fait mention le premier de cette rumeur, mais la source s'est révélée peu fiable et aucune autre parution n'a pu prouver quoi que soit sur ce sujet.

Aucun des documents financiers de Nintendo ne mentionne les love-hôtels, et ce, depuis le début de la publication des informations de l'entreprise en 1962. Les nombreux autres efforts commerciaux de Nintendo sont détaillés en détail, mais pas un mot sur les love-hôtels.

Malgré cette absence de preuve, le site Polygon fait intervenir deux encarts dans sa vidéo, remettant en avant cette histoire de Love Hotel géré par Nintendo, bien avant que la compagnie ne se lance dans le jeu vidéo.
Durant cette période de 1963 à 1968, Nintendo cherche à diversifier ses activités et effectivement s'implique dans une société de taxi et dans la vente de riz instantané. Comme l'explique Famicoms, l'entreprise de taxi a été créée en octobre 1960 sous le nom de Dia Kotsu Kabushiki Kaisha. Mais l'activité périclitant, elle a été transférée au groupe Meitetsu en novembre 1969. Une récente série d'articles sur 4Gamer.net mettant en scène Satoshi Okada, ancien employé de Nintendo, comprenait une photo de ce qui semble être un vestige ce cette activité.
Photo prise le 15 mai 1971, le jour du mariage de M. Okada. La voiture de société portant le logo Nintendo a été fournie par une compagnie de taxi et peinte en bleu, la couleur préférée du président Yamauchi.
M Okada est entré chez Nintendo en mars 1969. À l'époque, Nintendo n'avait pas de système de formation et les nouveaux employés étaient immédiatement mis au travail. Si nous interprétons cela consciencieusement, il s'agit de ce que nous appelons aujourd'hui la formation sur le tas (OJT). M. Okada a également été chargé de travailler avec ses aînés sur la planification des produits pour les blocs N&B peu après son arrivée dans l'entreprise et il a donc régulièrement travaillé avec M. Yokoi, qu'il décrit comme un "homme d'idées".
L'atmosphère au sein de Nintendo à l'époque était assez libre, et selon M. Okada, "Nous étions une entreprise où l'on pouvait faire tout ce que l'on voulait". L'auteur a entendu un jour une rumeur d'un responsable de Nintendo selon laquelle Shigeru Miyamoto avait travaillé sur une enseigne pour un bain public. ...... Un responsable de Nintendo a dit un jour à l'auteur : "Je ne sais pas ce qu'il en est des bains publics, mais un café voisin m'a demandé de dessiner un panneau (pour Miyamoto). Ce café a fermé il y a quelques années."
Quant au riz instantané, selon le Yomiuri Shimbun de l'époque, la société Japan San Want Food Industry Co Ltd (San-O Foods) a été créée en collaboration avec une société appelée Omi Silk Spinning. La société a commercialisé du riz instantané, du curry instantané, du furikake et d'autres produits, mais les ventes n'ont pas été aussi bonnes que prévues et la société s'est retirée du secteur alimentaire en 1965.

Une recherche sur "Nintendo Love Hotel" sur Google ne donne rien de particulier

Hormis le site Gigazine, les autres informations tournent sur des sites personnels inconnus et les médias japonais, spécialisés dans les jeux vidéo, ont toujours été très prudents sur ce sujet.

Isao Yamazaki, chercheur chez Nintendo et auteur du "Nintendo Complete Guide", a donné son avis sur cette légende urbaine.
J'ai étudié la question, mais je pense qu'il est très peu probable que Nintendo ait géré un love-hôtel en tant qu'entreprise. S'ils le faisaient en tant qu'entreprise, cela aurait dû être mentionné dans leur rapport annuel sur les valeurs mobilières, mais j'ai vérifié tous leurs rapports annuels sur les valeurs mobilières depuis 1962 et je n'ai trouvé aucun fait de ce genre.
Ce n'est qu'en 1962 que Nintendo est entré en bourse. Par conséquent, les activités qu'elle a développées au cours de la période qui a suivi figurent dans ses rapports annuels sur les valeurs mobilières et peuvent être consultées par des tiers. Cependant, lorsque M. Yamazaki a vérifié, il n'a pas trouvé de "love hotel business" à cet endroit. En d'autres termes, l'affirmation de la vidéo de Polygon selon laquelle Nintendo gérait un hôtel d'amour dans les années 1960, une période connue sous le nom d'ère de la gestion diversifiée, est "aussi proche d'un canular que possible".

Nintendo aurait-il pu posséder un Hotel de ce genre avant 1962 ?

Nintendo a été fondé pendant l'ère Meiji. La société a été non cotée pendant environ 70 ans avant d'être cotée en bourse. Par exemple, au cours de la période chaotique de l'après-guerre, lorsque les "auberges de compagnie" sont devenues populaires, Nintendo a tiré profit de la confusion et, pendant la courte période comprise entre 1957, date de la promulgation de la loi anti-prostitution, et 1962, date à laquelle la société a été cotée en bourse, elle a été impliquée dans ce que l'on appelle le "côté obscur" du commerce. Selon toute vraisemblance, il est fort peu probable que Nintendo ait été impliqué de cette manière, à moins de trouver des documents disant le contraire dans le vieux coffre-fort de la famille Yamauchi.

Si l'on creuse cette curieuse histoire du Love Hotel de Nintendo, il faut revenir à un programme documentaire sur Nintendo, diffusé sur BBC3, une chaîne au Royaume-Uni.

Cette vidéo évoque justement certains mystères de Nintendo, notamment le riz instantané, les taxis, les love-hôtels et d'autres entreprises de Nintendo n'ayant pas eu de succès. On peut y voir un chauffeur de taxi Meitetsu qui apparaît et déclare : "Je connaissais les taxis, mais je n'avais jamais entendu parler d'un love hôtel auparavant". Bon, on imagine bien qu'en étant employé, il ne va pas pas dire ouvertement qu'il connait l'existence d'un telle activité.

Outrageous Fortunes: Nintendo - Legendado PT-BR (Completo)09/07/2022

Selon M. Kim Ik-mi, auteur de Love Hotel Evolution, les love hotels sont une culture représentative du "pays des merveilles du Japon" pour les étrangers. Par conséquent, dans la question du journaliste de la BBC3, il est difficile de ne pas voir dans sa curiosité et sa nostalgie de cette culture japonaise, ou dans son souhait que Nintendo et les love hotels aient quelque chose à voir l'un avec l'autre, une simple coïncidence.

Quoi qu'il en soit, la question est de savoir si ce programme de la BBC3 diffusé en 2004 est ou non à l'origine du jeu, et le chercheur de Nintendo susmentionné, M. Yamazaki, nous fournit à nouveau des informations prometteuses. Le livre "Game Over" contenait une référence à un love hôtel. ......
Seul hic, Game Over" de David Sheff, publié en 1993, est un livre qui a fait beaucoup de choses, y compris mal orthographier le modèle du nom de Mario (*), donc si c'est la racine du Nintendo Love Hotel, c'est logique. (Dans le mauvais sens du terme).

Examinons la description de "Game Over", qui est peut-être à l'origine de tout ceci. Voici une citation.
Ensuite, Yamauchi a ouvert un "love hôtel" où il louait des chambres à l'heure. Cette entreprise était une extension des intérêts personnels de Yamauchi. (Son infidélité était connue et même connue de sa femme. Elle l'a ignoré en fermant les yeux).Source : Game Over (publié le 26 juillet 1993).
M Yamazaki indique avoir passé, comme Florent Gorges a ce sujet y compris en se déplaçant au Japon, une journée entière à vérifier chacun des quelques 20 livres sur Nintendo publiés au Japon à peu près à la même époque que Game Over, juste pour s'assurer qu'il lisait le bon livre.

Je n'ai pas pu trouver la moindre référence à un "Nintendo Love Hotel" dans un livre publié au Japon.
Étonnant donc que la mention de Love Hotel géré par Nintendo n'apparaisse que dans des publications rédigées par des non japonais. Et on imagine mal qu'aucune trace des agissements soit-disant prêtés à M Yamauchi n'ait pu être exhumée depuis tout ce temps.

Second article, les ventes de cartes érotiques

C'est jeuxvidéo.com qui en a reparlé fin août 2022 mais effectivement Nintendo a bien commercialisé à une époque des cartes de Pin-up s'ouvrant et dévoilant le corps dénudé des jeunes femmes. Le site Before Mario avait publié quelques documents sur ce sujet et on arrive à trouver quelques exemplaires de ces cartes. Là, c'est une preuve bien physique.
Pour comprendre ce passé historique, il faut remonter à l'époque de Fusajiro Yamauchi, le fondateur de la société Nintendo. Nous sommes au début du XXe siècle et Yamauchi s’aperçoit alors qu’à cette époque les salles de jeu où l’on parie de l’argent, jaillissent un peu partout dans la capitale et à Osaka.
Il n’est pas rare que dans ces salles, les sommes engagées sont colossales, et les joueurs pour prévenir la triche n’hésitent pas à prendre un jeu neuf à chaque nouvelle partie. (...) Par soir et pour une salle, c’était jusqu’à 50 jeux qui étaient utilisés, sachant qu’il y avait près de 70 salles de jeu dans la capitale, cela fait pas moins de 3500 jeux ! Bien sûr tout cet argent ne laissa pas de marbre la célèbre mafia japonaise : les yakuzas, assurant la propagation du jeu.
Avec les yakuzas, il est logique que des motifs de cartes apparaissent, s'inspirant de leurs tatouages ou ornées d'illustrations érotiques.
À cette époque seuls le tabac et les médicaments étaient distribués de manière nationale, Yamauchi va donc envisager très sérieusement de s’inspirer de ce modèle pour étendre son marché et ainsi atteindre de nouvelles cibles. Pour Yamauchi, tabac et jeux font très bon ménage, d’ailleurs leurs formats de boite sont très similaires, c’est donc en toute logique qu’il contacte le président de la société Nihon Senbai (principal distributeur de tabac au Japon), qui est séduit par l’idée. C’est ainsi que l’on trouva des jeux Nintendo à côté des cigarettes dans les points de vente.
Prenant sa retraite à l'âge de 70 ans, Fusajiro Yamauchi passe la main à son beau-fils, un de ses employés fidèles qu'il considère comme son fils adoptif. Sekiryo Kaneda, qui arrive à la tête de l'entreprise en 1929, décide de diversifier l'offre de jeux de cartes en éditant :

- des hanafuda, les cartes à jouer japonaises originales qui ont lancé l'entreprise

- des hyukunin isshu, un jeu de cartes basé sur 100 poèmes célèbres

- des iroha karuta, un jeu qui teste la mémorisation, l'écoute et les réflexes

- des cartes Trump, qui sont des cartes à jouer de style occidental

Suivant les traces de son beau-père, Sekiryo Kaneda crée une société de distribution, la Marufuku Company, Ltd. L'entreprise ne cesse de se développer et les bâtiments s'agrandissent comme le montrent ces images publiées par before Mario et retrouvé sur le site Okopix.fr
Mais en 1949, victime d'un accident, Sekiryo Kaneda demande à son petit-fils Hiroshi Yamauchi de reprendre l'entreprise familiale, lui qui n'avait que 21 ans. Une transition houleuse qui a provoqué une grève des employés de Nintendo. Mais Hiroshi Yamauchi montre son flair et son sens de l'intuition : il réintroduit les cartes à jouer occidentales, qui n'avaient pas été vendues au Japon depuis leur interdiction en 1633, établit un accord de licence de cartes de jeu avec la société Disney et en 1953 lance la première production de cartes en plastique au Japon.
On le sait, les tentatives de diversifications de Nintendo dans les autres domaines se sont révélés des échecs plus ou moins coûteux (on a eu des poussettes, un aspirateur autonome visible sur l'image ci-dessus dont le faible pouvoir d'aspiration et sa lenteur de déplacement n'arrivèrent pas à convaincre les ménagères de l'époque) et le salut viendra d'un ingénieur de maintenance de bas niveau nommé Gunpei Yokoi, jouant avec un bras extensible qu'il avait conçu et construit et que Yamauchi croisa à ce moment-là, repérant tout de suite le potentiel énorme de cet objet. L'Ultra Hand fut produit en masse, connut un immense succès et remis Nintendo sur les rails financièrement, et désormais tourné vers le jeu et autres gadgets.
Gunpei Yokoi, en 1969, met au point l'Electronic Love Tester "pour tester l'amour entre les jeunes femmes et les jeunes hommes".

Love Tester commercial (Nintendo)09/07/2022

Et c'est dans les années 70, alors que Nintendo fabrique encore quelques jeux de cartes, que l'on voit apparaître la série des Pin-up, un thème populaire dans les illustrations des cartes à jouer. Business is Business, Nintendo suit la tendance du marché et Nintendo joue avec malice pour dissimuler en partie le contenu de ces cartes, la boite ne s'ouvre pas comme un étui mais le couvercle glisse sur le côté pour révéler le potentiel érotique de la pin-up.
À la fin des années 1960, c’est la pin-up qui a le vent en poupe : cette femme au brushing impeccable et à la silhouette en forme de sablier façonnée pour flatter la rétine de l’homme. Cela fait bien une décennie que l’on a réalisé que le sexe fait vendre ; en Occident, Hugh Hefner a déjà lancé son magazine Playboy. Alors voilà que la pin-up se retrouve placardée sur une flopée de produits, incluant donc les cartes de Nintendo Koppai. Sur ce marché bien encombré, la société innove sur la manière d’ouvrir le paquet : En faisant glisser le couvercle latéralement, le joueur déshabille la dame représentée au recto et au verso de l’emballage. Les cartes révèlent ensuite des femmes occidentales dans des positions lascives. Si M. Yamauchi a d’abord commencé à fabriquer ces cartes pour les exporter, le produit est devenu un succès local.

Un côté coquin effectivement de Nintendo mais qui correspond en réalité à des produits de commande pour l'essentiel. Ainsi le géant japonais de Whisky Suntory en avait commandé certaines créations, pour pouvoir les offrir dans un pack : une bouteille de whisky et un jeu coquin.

Les illustrations, certes grivoises, restent tout de même avec une nudité contenue : aucune partie intime n'est dévoilée car protégée par des carrés de mosaïque les floutant, des corps rarement dévêtus intégralement, seuls les seins étaient visibles. Plusieurs médias situent aux alentours de 1972 cette production car Nintendo avait commercialisé une collection baptisée Miracle Trump à cette période proposant le même type d’ouverture de boîte en diagonale.

Alors avec ces cartes qui ont réellement été commercialisées par Nintendo, pas étonnant que le sulfureux sujet des Love Hotel Nintendo continue à ressortir régulièrement, sans preuve. N'oublions pas que les publicités pour vanter certains jeux sur console Nintendo dans les années 80 et début années 90 ont été parfois très tendancieux, une liberté de ton qui ne passerait plus de nos jours.

Allez, hop, on clôture le sujet. Mais si vous aimez les pin up Nintendo, admirez le travail de cette artiste Momodeary et son joli coup de crayon mettant en avant Princess Peach ! On imagine que Mario n'a pas dû être insensible à cette image en la découvrant.

Mario Kart 8 | Princess Peach pin up | Speedpaint09/07/2022

Sources : Before Mario, Buzzwebzine, Famicoms, GoNintendo, Momodeary, okopîx et 4Gamer.net

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×