• Ma note
    Moyenne de 4,7 - 3 notes
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 7 ajouts
  • Devenir fan ! 11 fans

Xenoblade Chronicles X Disponible sur WiiU

Impressions de Xenoblade Chronicles X (WiiU)

Impressions Xenoblade Chronicles X

C'est Max qui s'est porté volontaire pour un aller simple vers Mira, sa nouvelle planète d'accueil, théâtre des opérations d'un certain Xenoblade Chronicles X, LE jeu Wii U de cette fin d'année.

Impressions
Un monde inconnu s’étendant à perte de vue, une faune et une flore aussi variés que surprenants, l’humanité au bord de l’extinction et des carcasses de robots éparpillées à des kilomètres à la ronde… Pas de doute, la série Xenoblade Chronicles est belle et bien de retour. Je vous propose d’embarquer à bord du Skell de la PN Team pour survoler Mira, notre nouvelle terre d’asile.
Le jeu démarre par une cinématique d’introduction posant les bases de l’histoire sans détour. En résumé, et en essayant de dévoiler au minimum l’intrigue : prise entre les feux de deux civilisations extraterrestres en guerre, l’humanité a du fuir la Terre avant sa destruction. Malheureuse victime collatérale ou non ? Nous en saurons sans doute plus en avançant dans l’histoire.

Xenoblade Chronicles X - Essayez quelque chose de plus passionnant (Wii U)13/11/2015

Nous faisons partie de ces quelques centaines de rescapés portant le fardeau d’éviter que l’humanité ne périclite définitivement. La plupart de nos compagnons et nous-mêmes avons été cryogénisés (c’est bien plus pratique à transporter). Le jeu démarre après que notre vaisseau spatial s'est écrasé sur une planète inconnue, nommée Mira, et que la capsule dans laquelle nous étions confinés vient d’être retrouvée en pleine cambrousse. Un petit passage par l’éditeur de personnage et nous voici prêt à découvrir le monde.

Premiers pas en terre (in)connue

À peine libre de nos mouvements, nous retrouvons facilement nos marques à l’écran. Liberté d’exploration, grandes étendues sauvages, système de combat basé sur les arts, objets de collection à ramasser, etc. L’environnement et l’ambiance font furieusement penser à Xenoblade Chronicles, XC pour les intimes, premier du nom. Pour ceux ayant eu le bonheur de faire le précédent opus, c’est un gain de temps indéniable pour se repérer dans les menus et fonctionnalités. Ainsi, on retrouve en l’état les collections d’objets à récupérer dans chaque zone, le choix et l’amélioration des arts ou encore le sociogramme. Un avantage certain car les fonctionnalités se sont étoffées : heureusement que le Gamepad est là pour décharger un peu l’écran. A moins de choisir de jouer uniquement sur le Gamepad, celui-ci sert généralement à afficher les cartes de la zone ou du monde, avec différents types de vues.
Le jeu est d’une richesse de contenu et de possibilités renversantes. Là où le bât blesse, c’est que tout n’est pas expliqué, ou trop tardivement. Par exemple pour pouvoir progresser dans l’aventure, il m’a été demandé d’explorer d’abord 15% de la région autour de la ville. Et malgré quelques heures de trek en long et en large, le compteur d’exploration restait bloqué à 11%. Même en découvrant un nouveau site ou une nouvelle zone, le compteur ne bronchait pas. Il a fallu passer par le mode d’emploi du jeu pour avoir quelques explications (et encore, tout n’y est pas toujours bien détaillé). Explications rapidement indispensables mais qui n’arrivèrent pourtant que bien plus tardivement dans le jeu. Dans le même ordre d’idée, la carte est découpée en petites zones hexagonales apportant quelques indications sur ce qu’on y trouve, et organisées selon un code couleur. Mais à quoi correspondent ces icônes et ce code couleur ? On finira peut-être par l’apprendre plus tard… La volonté de ne pas perdre d’emblée le joueur dans une foultitude d’explications est louable, mais un peu exagérée. Pire, le système de combat est à peine survolé, on nous explique ce qu’est un Art et comment l’utiliser, et c’est tout. Vacillement, points de Potentiel, Sursaut, Moral et tant d’autres notions doivent être expérimentées et maîtrisées sur le tas.

Voir Mira et mourir

On découvre ainsi le jeu de façon plus ou moins empirique, à tâtons, un peu comme on découvre la planète Mira. La ville de départ est assez fade au commencement du jeu (terne, assez vide, bourrée de PNJ inutiles, sujette au cliping, pas si grande que ça...), mais il suffit d’en sortir pour être émerveillé. L’exploration était déjà le point fort de l’opus Wii, mais ici ce n’est même plus comparable : des kilomètres et des kilomètres d’étendues sauvages, avec une topographie des plus variées très agréable. On ne découvre pas la carte, on l’explore. Les dénivelés et points de vue sont plus que jamais à l’honneur. Heureusement, nos personnages peuvent maintenant sprinter, et font des sauts tellement abusés qu’on ne s’embête pas souvent à contourner un relief à première vue impossible à franchir. C’est donc un vrai plaisir de se promener d’un bout à l’autre de la carte, mais attention car vous pouvez très bien tomber sur un monstre niveau 50 à la sortie de la ville, et rencontrer des niveaux 10 à l’autre bout du monde. On comprend rapidement que les zones ne vont pas s’enchaîner linéairement, mais que la planète entière sera notre terrain de jeu pour toute l’aventure. D’ailleurs, il s’agit d’une seule zone, accessible d’un bout à l’autre sans aucun temps de chargement, du moment que vous ne vous téléportez pas.
Au niveau de la réalisation, ce n’est pas vraiment homogène. Bien sûr les cartes et ceux qui les peuplent sont gigantesques. C’est un vrai régal de parcourir la planète Mira. Je me confondrai sans doute en louanges lors du test donc je ne veux pas trop m’étaler pour le moment, mais il faut bien comprendre qu’on n’a jamais vu ça ! Le jeu mérite d’être essayé rien que pour ça, c’est une expérience unique. Mais d’autres éléments n’ont pas bénéficié du même soin, notamment au niveau des PNJ et de l’expression des personnages. Notons également une bande son assez marquante jusque-là, qui prend des risques et se démarque de ce qu’on a l’habitude d’entendre. Mais il n’y a malheureusement pas de doublages japonais, et à l’instar de Link notre avatar ne prend jamais la parole dans les nombreuses cinématiques du jeu. Un hochement de tête par-ci, une esquisse de semblant de sourire par-là… C’est bien la peine de nous laisser choisir son doubleur.

Et l’aventure, Skell est bien ?

Les activités proposées dans XCX ne sont pas franchement révolutionnaires. Les très nombreuses quêtes secondaires se résument majoritairement à ramasser certains objets ou tuer certains ennemis. Il y a quand même un important lot de quêtes scénarisées impliquant directement les différents personnages jouables. L’exploration étant assez floue, on ne sait pas vraiment où on est déjà allé ou non. De toute façon il est évident qu’il faudra revenir plus tard dans des zones du début du jeu, à cause du niveau des monstres et de zones inaccessibles sans véhicule adapté (Skell).

Gageons que d’ici le test final tout cela sera un peu plus limpide, sans doute qu’avoir son propre Skell doit arranger les choses (genre de transformer ayant une forme mecha de combat et une forme véhicule). Les Skells, voilà un aspect très prometteur mais dont je ne peux malheureusement pas encore parler. Mais vue la taille de certains monstres, l’immensité des environnements, et la multitude d’éléments qui sont dédiées aux Skells (recherche industrielle, armement, personnalisation, entretien…), ce pourrait bien être la clé du jeu. Une autre bonne raison d’attendre le test à la sortie du jeu pour s’en faire une idée plus précise.

En attendant, on essaie d’avancer au maximum dans l’histoire principale pour débloquer le permis tant convoité de piloter un Skell. Mais ce n’est pas si simple car la trame principale est parfois volontairement mise au second plan pour inciter le joueur à explorer un peu le qui l’entoure. Il est vrai que ce serait du gâchis de passer à côté des à-côtés (?!), mais le déroulement du jeu nous force un peu trop la main à aller voir ailleurs si nous y sommes entre deux missions principales. C’est frustrant car le scénario est plutôt intéressant et évite de se perdre en longueur au début du jeu, ce qui est pourtant un défaut assez récurrent chez les JRPG.

Du multi ? Si on veut...

Enfin, terminons ce premier tour d’horizon par un élément clé de cet épisode Wii U : le multijoueur. Essayons d’être le plus clair possible, XCX ne comporte pas de mode multijoueur spécifique, C’EST un jeu multijoueur… si on le souhaite. A chaque fois que vous lancerez le jeu, il vous sera demandé si vous souhaitez fermer les portes aux autres joueurs et donc jouer dans votre coin, ou si vous souhaitez rejoindre une escouade contenant jusqu’à 32 joueurs, ou enfin jouer uniquement avec vos amis. Evidemment, le jeu entier se fait en solo, mais si vous n’êtes pas hostile à l’idée de rencontrer d’autres aventuriers, vous aurez tout à y gagner. À intervalles réguliers, le jeu vous fixe 5 objectifs et un compte à rebours pour les atteindre. Tout seul, c’est quasiment mission impossible. Mais à 32, c’est beaucoup plus abordable. Pas besoin de vous réunir ou de vous organiser, les objectifs sont communs au serveur.
D’ailleurs on ne croise pas vraiment les autres joueurs, mais seulement leurs avatars éparpillés partout dans le monde, et que vous pouvez recruter pour vous prêter main forte. Lorsque les objectifs communs sont atteints, ça déverrouille des missions un peu plus musclées où là il est possible de former réellement une petite équipe avant de se lancer, et dont la récompense en cas de succès sera forcément intéressante. Et selon les prouesses de votre escouade, il est même possible de finir par faire apparaître des boss spéciaux que vous pourrez là aussi affronter ensemble. Encore une fois, lorsque les Skells seront de la partie, ces aventures devraient prendre une dimension épique. Plusieurs fonctionnalités en ligne n’étant pas encore accessibles, je n’ai pas pu prendre la mesure de l’intérêt des escouades, mais elles semblent mettre en avant l’esprit d’équipe sur le long terme. J’espère pouvoir vous donner un avis plus pertinent d’ici le test complet du jeu.

Déjà la conclusion de cette preview de Xenoblade Chronicles X

Xenoblade Chronicles X mérite son statut de blockbuster de la Wii U. Il s’imposera sans difficulté comme le meilleur RPG de son support. Avec un héritage aussi prestigieux, et donc lourd à porter, on en attend encore un peu plus. L’histoire principale semble un peu trop souvent passer au second plan, et dans sa grande générosité le jeu oublie de nous donner les clés pour en profiter pleinement. Mais XCX se rattrape sur d’autres aspects. Vitrine technologique du meilleur de ce que peut proposer le jeu vidéo en 2015, il n’oublie pas de s’enrichir de nombreuses nouveautés et d’une expérience en ligne qui s’annonce convaincante et sans contraintes, mais tout à fait optionnelle.

Certains voient en lui la potentielle nouvelle référence du JRPG pour la génération actuelle. Après 10 heures de jeu on n’en est pas là. Mais le scénario n’en est qu’à ses balbutiements et les Skells peuvent encore faire entrer XCX dans la catégorie des très très grands. Sans parler de l’expérience globale extrêmement profonde à condition d’en maîtriser les rouages. Difficile d’avoir un avis tranché alors que nous n’en sommes qu’au début du jeu. Il est évident que nous sommes embarqués dans une aventure de plusieurs centaines d’heures et que Mira est loin d’avoir révélé tous ses secrets.

Il reste encore tellement de choses à découvrir, comme les fonctionnalités en ligne, les Skells, le système overdrive ou encore les DLC qu’on nous annonce gratuits en Europe. Nous reviendrons plus en détail sur les nombreuses mécaniques de jeu lors de notre test. En attendant de savoir si Xenoblade Chronicles X marquera l’histoire, il mérite déjà de marquer la date du 4 décembre sur votre agenda !

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

fab
Moi, j'attends d'avoir le jeu entre les mains pour e juger quand j'aurais fait au moins cent heures de jeu, pour savoir si le scénario tient bon ou pas, car Nintendo a annoncé pas moins de trois cents heures de jeu sur ce jeu, alors que le 1er Xénoblade proposait déjà 130 heures pour bien finir le jeu correctement... Un Rpg sans scénario solide, perso, j'y crois pas. Comme d'habitude, beaucoup de jugements sur des jeux qui sont, soit, pas sortis, soit, sortis mais pas jouer suffisamment de temps pour le juger correctement. Comme Zelda TP HD qui sort en Mars 2017, et qui est déjà juger insuffisant graphiquement ( sur certains sites ...) , alors qu'il sort dans plus de 4 mois ... Cherchez l'erreur, encore.
Slinex
fab a écrit: Comme Zelda TP HD qui sort en Mars 2017.

Je te corrige : Mars 2016 :)
Je suis d'accord avec toi, ne jugeons pas (ZTPHD) sur 2-3minutes d'extrait un jeu qui se fini en plusieurs dizaines d'heures, et dont la sortie est prévue dans 4mois.
Talban
J'arrive pas à me faire une opinion sur ce jeu, il a l'air beau mais j'ai peur de m'ennuyer. Ok c'est grand mais certaines parties du design sont moyens (les personnages). Vous vous êtes lâchés sur les news avec le Direct, c'est sympa, mais bon sur Wii U cela reste banal. Et au niveau des forums, il y a un peu de mouvement, avec des discussions un peu plus apaisées. Sebiorg est en vacances ? On ne le voit plus !
Pingoleon3000
Les DLC gratuits en Europe je viens de l'apprendre et c'est une excellente nouvelle! Quoi qu'il en soit il est clair que le jeu a ses qualités (l'exploration) et ses défauts (chara design, le héros personnalisable détaché de l'histoire) mais je pense que pour que le jeu soit un jeu de la trempe de XC, tout dépendra de la profondeur du scénario et de la psychologie des personnages (sur quoi j'ai un peu plus de crainte)
sebiorg
Talban a écrit:Sebiorg est en vacances ? On ne le voit plus !


Non Talban, j'aimerais bien parfois :D Pas mal d'occupations annexes mais la Team est présente pour faire avec brio tout le taf :ptilol: Pour en revenir au jeu, il m'intrigue de plus en plus mais si je commence à y jouer, il est clair que je ne vais pas écrire de news pendant un mois et là, le boss Xavier ne va peut-être pas être d'accord :lol:
Asqua
je sais pas si ca sera le jrpg de la descénie jlui en demande pas temps mais il sera mien *-*

Soutenez PN : achetez ces jeux !

L'attente de Puissance Nintendo

Moyenne

Pas de commentaire

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Xenoblade Chronicles X (WiiU) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

Console
Wii U

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×