News Finance et chiffres de vente

[Eco de la semaine] Nintendo continue de vendre des Switch, Square Enix cherche à vendre de parts et celles d'Ubisoft pourraient être rachetées

Avec la publication de son bilan financier pour le premier trimestre de l'année fiscale, Nintendo continue de vendre un grand nombre de Switch malgré une légère baisse. Du côté de Square ce ne sont pas des Switch mais des parts que l'on cherche à vendre alors que Tencent souhaite devenir l'actionnaire d'Ubisoft.

News
Chez PN, on aime bien tout ce qui tourne autour des chiffres de ventes, bilans financiers, partenariats, rachats... en résumé, tout ce qui tourne autour du business. Vous aussi ? Tant mieux car voici un condensé de toute l'actualité de la zone éco Nintendo !

Nintendo réalise un premier trimestre avec des chiffres en déclin, bien que très impactés par les pénuries

Avec la publication de ses résultats trimestriels pour l'entame de son nouvel exercice fiscal (1er avril au 30 juin), Nintendo a révélé une première baisse notable des ventes de Switch avec “seulement” 3,53 millions de consoles vendues, soit une chute de 23% que le géant japonais impute aux pénuries de semi-conducteurs dans la chaîne de production. Au total, la Switch s’est ainsi vendue à plus de 111 millions d'exemplaires depuis sa sortie, ce qui fait d’elle la 5e console la plus vendue au monde, juste derrière la PS4 et ses 117 millions de consoles vendues.
Côté jeux, on notera la belle performance de Nintendo Switch Sports, sorti au cours de ce trimestre et vendu à 4,84 millions d’exemplaires. Même chose pour Mario Strikers: Battle League vendu à 1,91 millions d’exemplaires et Kirby et le monde oublié, sorti au cours du trimestre précédent et vendu à 1,88 millions d’exemplaires au cours de celui-ci, ce qui porte le total à 4,53 millions de copies vendues. Pourtant, Nintendo accuse également une baisse des ventes de l’ordre de 8,6% sur ce trimestre.

Côté recettes, Nintendo obtient un chiffre d’affaires de 2,275 milliards d’euros, soit une baisse notable de 4,7% par rapport à l’an dernier. Pourtant côté bénéfice net, Nintendo déclare 860 millions d’euros, soit une augmentation de 28,3% par rapport à l’an dernier, que l’on explique également par la faiblesse du yen, avantageant Nintendo grâce au taux de change.
Suite à ce premier trimestre en demi-teinte, la firme de Kyoto ne revoit pas pour autant ses objectifs à la baisse, misant sur des sorties comme Xenoblade Chronicles 3, Bayonetta 3, Splatoon 3 ou encore la neuvième génération de Pokémons pour booster ses ventes.

Square Enix : Après la vente de ses studios américains à Embracer, l’éditeur japonais cherche à vendre des parts de ses studios

Il y a quelques mois, Square Enix annonçait vendre ses studios américains au groupe Embracer. Crystal Dynamics, Eidos et les différentes filiales du géant japonais devenant ainsi de nouvelles dépendances du groupe suédois après une décennie de contre-performance de leur part. Par la même occasion, Embracer obtient au passage les droits sur de prestigieuses licences telles que Tomb Raider, Deus Ex, Legacy of Kain…
Les bénéfices tirés de cette vente devaient être utilisés par le groupe pour investir dans divers secteurs comme les NFT, l’IA, les cryptomonnaies ou encore le Cloud. Seulement cela ne semble pas suffir et le groupe cherche désormais à vendre des parts de ses studios restant, tout en gardant le contrôle sur ces derniers qui continuent tout de même de rapporter gros à Square.

Le but annoncé de Square serait ainsi “d’améliorer l’efficacité du capital”. Cependant derrière cette volonté de vente contrôlée, Square cherche aussi à acheter et semble s’éloigner de son objectif d’investissement initial avec la volonté désormais de racheter d’autres studios…
A en croire l’analyste Gabe Gibson, présent lors d’une conférence téléphonique avec les actionnaires, la vente des studios américains n’était d’ailleurs que la première partie du plan de Square, visant à “améliorer l’efficacité du capital” avec une diversification de sa structure afin de générer plus de profit, et ainsi se donner les moyens de ses ambitions.

Si certains studios resteront possédés à 100% par le groupe, d’autres devraient changer à l’avenir, leur permettant d’être moins “sélectifs” et de ne plus “limiter l’expansion” de ces derniers. Il est évident que lorsque certains de ces studios deviendront public, des éditeurs comme Sony, Tencent, Nexon ou encore NetEase devraient être intéressés et des bras de fer avec certains d’entre eux pour la possession d’un studio en particulier pourraient avoir lieu, faisant ainsi perdre de l’argent à Square.
L’objectif initial pourrait ainsi rapidement être balayé et la perte de contrôle semble plus que probable pour Square Enix, d’autant plus que le studio possède les ressources pour investir ou racheter les studios qu’il souhaite sans mettre en danger son propre capital. C’est de fait une décision historique pour le groupe, mais aussi peu compréhensible tant tout semble ne tenir qu’à un fil… Face à tant de dangers et d’incertitudes, pas sûr que le jeu en vaille vraiment la chandelle.



Tencent s’intéresse maintenant au géant français Ubisoft pour l’intégrer dans son empire en devenant l’actionnaire majoritaire du groupe

Il y a quelques mois, Ubisoft s’exprimait en indiquant être enclin à étudier toute offre de rachat si une se présentait à l’éditeur français. Une manière de faire gonfler artificiellement la valeur de l’action face à un marché bloqué… jusqu’à maintenant. En effet, l’indépendance de l’éditeur français est aujourd’hui réellement menacée. Un terrible retour de bâton pour le clan Guillemot.
En effet, la famille Guillemot possède actuellement près de 15% des parts de l'entreprise, faisant d’elle son actionnaire majoritaire. Actuellement, la firme chinoise possède quant à elle déjà 5% de l’entreprise, acquis en 2007 lors du bras de fer Ubisoft/Vivendi.

Dans le cadre de ce dossier, Tencent aurait d’ailleurs formulé une offre de rachat à 100 euros l’action, soit plus du double du cours actuel (45 euros/action à l’heure où ces lignes sont écrites). Une offre qui permettrait ainsi au géant de Shenzhen de conforter sa 2e place sur le marché et de se rapprocher du leader actuel du marché, Sony, auteur de nombreux rachats récemment.

Il reste désormais à voir comment Ubisoft réagira à cette annonce, au même titre que l'Etat français qui possède lui aussi des parts dans le géant vidéoludique, utilisé par le gouvernement comme un vecteur de soft power indirect.
En complément : Tencent veut étendre son empire en devant le plus actionnaire d’Ubisoft

En bref cette semaine :


- Au Japon, Xenoblade Chronicles 3 s’impose logiquement au cours de la semaine de sa sortie avec 112 728 exemplaires vendus. Xenoblade Chronicles 3 a réalisé les meilleures ventes de lancement de toute la série au Japon et avec ses presque 113 000 unités vendues, il efface l'ancien record de Xenoblade Chronicles 2, qui était de 98 000 unités vendues. Il est suivi du Pokémon-like Digimon Survive (28 536 ventes), de Nintendo Switch Sports (24 966 ventes), le pack Monster Hunter Rise + Sunbreak Set (17 209 ventes) et Live A Live (14 098 ventes). Côté hardware, la Switch OLED reprend la tête avec 42 355, tandis que la PS5 s’envole jusqu’à la 2e place avec 36 237 consoles vendues, loin devant la Switch classique et ses 20 489 exemplaires écoulés.
- Du côté de la Suisse, Xenoblade Chronicles 3 s’impose lui aussi au cours de la semaine de sa sortie tandis que Mario Kart 8 Deluxe est toujours dans son aspiration, devant Gran Turismo 7 sur la dernière marche du podium. Nintendo Switch Sports est quant à lui classé 4e tandis que FIFA 22 continue de marquer des points à la 5e place du classement.

- Electronic Arts a également fait le point sur ses ventes au cours du premier trimestre de l’année fiscale 2022-2023. Si l’éditeur accuse un ralentissement important des ventes de jeux au cours du trimestre, il parvient tout de même à réaliser un chiffre d’affaires de 1,73 milliards d’euros (+13,9%) et un bénéfice net de 305 millions d’euros. Andrew Wilson s’est également exprimé autour des rumeurs de fusion concernant l’entreprise avec des sociétés comme la NBC, Disney ou encore Meta, expliquant que la société est pleinement capable de rester indépendante et a largement les ressources pour cela, d’autant plus qu’Electronic Arts est devenu, suite au rachat d’Activision, le plus gros éditeur de jeux vidéo indépendant (c’est-à-dire non constructeur et dont il s’agit de l’activité principale).

- Alors que le rachat du groupe par Microsoft se rapproche de plus en plus, et qu’il est possible que l’on soit arrivé au point culminant dans l’étude du dossier, les bénéfices d’Activision-Blizzard-King s’effondrent au premier trimestre. Une suite logique de la situation interne de l’entreprise dont l’image a été fortement ternie depuis un an avec les enquêtes révélatrices d’un sexisme institutionnel menées par le gouvernement californien. Le chiffre d’affaires sur le trimestre est ainsi de 1,6 milliards d’euros (-27%) et le bénéfice net pointe à 272,9 millions d’euros (-68%). Parallèlement, il faut aussi prendre en compte une hausse de 25% des effectifs, ainsi que deux rachats, ceux de Proletariat par Blizzard et Peltarion par King. Au sein du groupe, c’est King (Candy Crush) qui est aujourd’hui le moteur de ce dernier avec plus de 240 millions d’utilisateurs actifs sur leurs productions, soit plus de 60% du total des trois entités réunies.
- Du côté de Bandai Namco, l’éditeur nippon enchaîne avec une nouveau trimestre de croissance, notamment porté par le succès d’Elden Ring. Avec un chiffre d’affaires de 1,5 milliard d’euros (+15,4%) et un bénéfice opérationnel de 325 millions d’euros (+64,1%) côté jeux vidéo (2e secteur d’activité de l’éditeur), Bandai Namco se porte bien avec 11,4 millions de jeux vendu au cours de trimestre, ce qui incite l’éditeur à réhausser ses objectifs de ventes à 43,5 millions de jeux vendus au cours de l’année fiscale. En prenant en compte tous les secteurs d’activité du groupe, Bandai a réalisé un chiffre d’affaires de 3,1 milliards d’euros au cours du trimestre (+6,9%) et un bénéfice opérationnel de 528 millions d’euros (+56,7%). Tous les voyants sont au vert concernant Bandai.

- Du côté de Sega, ce n’est pas tout à fait la même chose. Si l’éditeur attend beaucoup de la sortie de Sonic Frontiers, il réalise pour le moment un trimestre contrasté avec une croissance globale de 11,2% du chiffre d’affaires (487 millions d’euros) qui reste légèrement moins importante qu’attendue. Pourtant, le groupe Sega Sammy a procédé à une révision de ses prédictions et s’attend désormais à une croissance de 17,2% du l’ensemble de l’année fiscale, réalisant ainsi un chiffre d’affaires de 2,81 milliards de dollars (contre 2,41 milliards avant ce trimestre).

Concernant les résultats financiers au premier trimestre de l'année fiscale 2023, soit du 1er avril au 30 juin 2022, le bénéfice opérationnel est de 20.419 millions d'€ (-27.8%) alors que le profit net est de 23.221 millions d'€ (+7.4%). Du côté de l'Entertainment Contents Business qui inclut les jeux complets, les free to play, les jeux d'arcade, l'animation et les jouets, le chiffre d'affaires est de 388.081 millions d'€ (+11.3%) et le profit est de 59.868 millions d'€ (-4.6%).

SEGA a enfin distribué 5.140.000 jeux entre avril et juin 2022 contre 6.580.000 jeux entre avril et juin 2021. 13 Sentinels Aegis Rim sur Nintendo Switch, Hatsune Miku Project DIVA Mega Mix+ sur Steam et Sonic Origins sont sortis sur cette période. On notera ainsi que les ventes de jeux ont chuté de 22 % d'une année sur l'autre, mais les performances de la société avec ses machines Pachinko et Pachislot ont permis d'atténuer quelque peu ce phénomène. Pour l'avenir, Sega annonce un chiffre d'affaires global de 375 milliards de yens (2,8 milliards de dollars), soit une augmentation de 16,8 % par rapport à l'année précédente, tout en prévoyant des bénéfices de 28 milliards de yens (208 millions de dollars), soit une baisse de 24,2 % par rapport à l'année précédente.
- Du côté de Konami, le chiffre d’affaires a augmenté de 2% au cours du trimestre avec des données de l’ordre de 525,5 millions d’euros. Pourtant, le bénéfice net est en déclin avec 83,3 millions d’euros de bénéfices, soit une régression de -16,7%.

- S’en est fini de Koch Media ! Dès aujourd’hui, il faudra désormais compter avec PLAION, nouveau nom de l’éditeur sonnant comme une douce invitation à jouer… Concernant ses activités, l’éditeur ne devrait en revanche rien changer à ses occupations actuelles et restera l’éditeur de Saints Row, Dead Island…
- Alors que la sortie de FIFA 23 se rapproche de plus en plus, Electronic Arts continue de préparer l’avenir post-FIFA et met toutes les cartes en main pour une transition réussie vers EA Sports FC. Cette semaine, l’éditeur américain a notamment signé un accord avec LaLiga permettant à EA de disposer des licences pour l’ensemble des clubs de deux premières divisions, de la division jeune Promise et eLaLiga. En Italie, EA a également obtenu la licence de la Juventus de Turin en Serie A, alors que celui-ci avait signé un accord avec son concurrent PES quelques années auparavant.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×