Billet de Waluigi

Rencontre avec Jérôme Alquié, dessinateur extraterrestre !

Waluigi sort cette semaine du Royaume Champignon pour nous livrer le fruit d'une rencontre passionnante avec Jérôme Alquié, illustrateur sur de nombreux mangas et séries d'animation japonais. Interview !

Billet de Waluigi
Bonjour monsieur, bonjour madame, comme dirait Elise Lucet la célèbre journaliste de France 2. Tout d’abord, un grand merci à nos nombreux lecteurs qui lisent cette rubrique chaque week-end. Les billets de Waluigi permettent, de par leur nature, de varier sans complexe les sujets chaque samedi. Empruntant parfois des voies très originales, je vous l’accorde ! Mais il faut de tout pour faire un monde.
Aujourd’hui, nous mettons à l’honneur un artiste vraiment hors du commun. Il m’était difficile de ne pas vous en parler. Quitte à trahir exceptionnellement la thématique jeu vidéo, voulue par le site. Son univers de prédilection reste toutefois très proche de notre passion, du fait qu’il nage à fond dans culture geek et le Japanim.

Un enfant éternel doté d’un crayon magique…

Jérôme Alquié, dessinateur professionnel aussi talentueux que sympathique, est donc la vedette de notre rubrique. Nous avons eu la chance de rencontrer cet artiste et illustrateur hors norme, lors d’une séance de dédicace le 28 février dernier à Marseille, au magasin de jouets vintage Supertoys.

Jérome Alquié, illustrateur dont le talent émoustille
La boutique, gérée par un passionné de culture rétro (mais pas que !) dénommé Marco, est une véritable caverne d’Ali Baba pour le collectionneur de jouets fabuleux qui ont baigné notre enfance. Car il faut dire que les figurines à l’ancienne, tels que Transformers et Saint-Seiya, n’ont pas d’équivalent aujourd’hui...

Jérôme Alquié, à ce propos, n’était aucunement dépaysé par le paysage de cette surprenante boutique… puisqu’il a travaillé en tant que dessinateur pro sur la majeure partie des licences exposées ! Il a également réalisé la devanture très aguicheuse de la boutique. Nous avions donc eu, chacun d’entre nous, cette sensation chaleureuse d’être bien « à la maison ! ». Lumière sur cet enfant éternel animé par un crayon magique…

L’homme qui dessinait presque tout


L’artiste connait très bien le style graphique de Goldorak
Puissance Nintendo : Bonjour Jérôme ! C’est un plaisir de te rencontrer. Tu es l’auteur d’une pléthore d’illustrations de coffrets de DVD de dessins animés vintage. Tu as ainsi travaillé sur entre autres Saint Seiya, Cosmocats, Jeanne et Serge, Rémi Sans Famille, Jayce, Transformers, Goldorak, Donjons et Dragons, Les Maitres de l’Univers, Ulysse 31, Dragon Ball Z… (tout quoi !). Et la liste est encore longue ! Dessiner au top un style particulier, on peut le concevoir. Mais être capable de jongler avec autant de genres par ailleurs cultes et pointilleux, et ce à un niveau pro et officiel, cela ne touche-t-il pas au génie ?

Jérôme Alquié : Bonjour à tous et toutes ! Non, je ne me considère clairement pas comme un génie. En réalité, je suis un grand fan de ces séries de notre enfance. J’ai reproduit des milliers de fois les illustrations d’une part par passion… et ensuite parce que j’avais par chance un coup de crayon. Par la force des choses, j’ai acquis des automatismes. Je suis devenu en effet un spécialiste des dessins dits japonais. Par contre, je ne me sens pas encore capable de reproduire par exemple des œuvres d’arts. C’est un tout autre métier ! Je ne suis pas un spécialiste attitré des couleurs, ni de peinture. Mon truc à moi, c’est dessiner les séries du Club Dorothée. À force de travail, j’ai fini par maîtriser le genre.

PN : Pendant que tu réponds à notre interview, tu réalises un portrait de Shaka (de Saint Seiya) comme si c’était une seconde nature. Impressionnant à voir, surtout quand on sait que tu es autodidacte !

Jérôme : Dessiner est en effet devenu une seconde nature. D’ailleurs une fois dans une convention, un jeune homme m’avait demandé de composer un dessin à l’aveugle. J’ai accepté de relever le défi. Le résultat n’était pas parfait certes, mais il démontrait que j’ai bien mon exercice dans la peau. En effet je suis autodidacte. Je n’ai pas fait d’école d’art… et je ne m’en vante pas du tout. Car je pense que cela m’aurait permis d’améliorer sensiblement certaines facettes de mon job… Mais bon, on ne refait pas le destin.

La boutique Supertoys à Marseille où a eu lieu l’interview vaut le détour !
PN : Un curieux destin finalement, puisque tu es à la base ingénieur thermicien. Comment es-tu tombé dans la marmite du manga finalement ?

Jérôme : Tout a commencé le plus simplement du monde, quand j’ai voulu reproduire sur une feuille mes héros japonais, par plaisir. Ce qui était à la base un jeu est devenu lentement et sûrement un véritable métier ! J’ai rapidement constaté que j’avais une facilité à dessiner. Mes proches m’avaient fait remarquer que mes dessins étaient très similaires aux originaux. J’ai bien pris en compte ces réjouissantes remarques. La question de faire du dessin un métier s’est vite posée à moi, malgré le fait que je m’orientais vers un cursus universitaire. Nous étions à l’époque très peu à nous professionnaliser dans le style japanim.

PN : Les dessins japonais n’avaient en effet pas encore explosé en France dans les années 80/90…

Jérôme : Il s’agissait d’un genre vraiment marginal, bien que les dessins animés qui passaient au Club Dorothée rencontraient eux un franc succès ! Mais en coulisses, cette culture était décriée ! Voire choquante pour certains parents, entre autres, qui n’aimaient pas vraiment ces nouveautés. Beaucoup pensaient à un simple effet de mode. Des décennies plus tard, on voit bien qu’il s’agit d’un phénomène culturel bien installé. Le second pays à lire le plus de manga, après le Japon, est la France ! Ma spécialisation m’a permis de me faire remarquer à l’époque. Ce n’était pas commun de dessiner un genre jamais vu jusque-là. Aujourd’hui, vu le succès des anim’ et manga, j’aurais eu beaucoup plus de difficulté à percer. J’ai de la chance d’être un vétéran.

Saint Seiya ressuscité par J. Alquié !

PN : Tu es un peu l’instigateur de l’adaptation officielle en animé de la partie Hadès de Saint Seiya. Le pan le plus culte de cette série culte a enfin pris vie sur la télé… grâce à un frenchie ! C’est toi finalement qui a sauvé en quelque sorte Athéna. Peux-tu nous rappeler en quelques mots cela ?

Une petite surprise attendent les Nintendophiles dans la boutique…
Jérôme : J’ai en effet réalisé pendant près d’un an, avec une petite équipe, un petit dessin animé très court qui montrait pour la première fois ce que pouvait donner un anime sur la partie Hadès. Les producteurs japonais de la série avaient mis en moratoire sa production des années durant (près de 15 ans après le dernier épisode de Poséidon !), pour des raisons diverses (dont une baisse d’engouement du public). Feu Shingo Araki, le character designer animation de Saint Seiya, était présent lors du salon Cartoonist en 2001 établi à Paris. Il a assisté à la projection dans une salle de cinéma, en présence de nombreux fans. À notre grande surprise, notre œuvre lui a touché le coeur. Si bien que cela a par la suite déclenché à l’équipe de Saint Seiya le désir de terminer leur œuvre télévisuelle. Il suffit parfois d’une étincelles pour embraser un feu…

PN : Question incontournable, le jeu vidéo et toi qu’en est-il ?

Jérôme : J’aimerais m’y intéresser plus ! Mon premier jeu vidéo était Double Dragon 2. J’aime aussi beaucoup les Mario. Les courses de voitures également. En fait quand je joue, c’est un peu comme mon travail, j’ai beaucoup de mal à m’arrêter ! J’étais à l’époque très amateur de Street Fighter 2. Je m’étais mis en tête comme objectif de terminer le jeu avec tous les persos et que des perfects ! Je me suis un moment donné calmé, car cette mission devenait chronophage. Je reconnais en tout cas que le jeu vidéo est vraiment un loisir passionnant. J’observe les nouveautés, de temps à autre. Mais je préfère sans doute les productions plus anciennes.

Jérome Alquié est carrément à l’origine de l’adaptation en animé de la partie Hadès de Saint Seiya !
PN : Tu évoques peut-être le jeu NES Saint Seiya ?

Jérôme : En tant que fan inconditionnel de cette série, déjà à l’époque, je me devais bien sûr d’essayer le jeu éponyme sur la console 8 bits de Nintendo ! Le titre n’était vraiment pas top du tout, pour ne pas dire raté. Mais bon, c’était quand même une curiosité. Une chose est certaine, l’artwork de la jaquette était vraiment classe. Il a dû déclencher à lui seul beaucoup d’achats… avant de se prendre une douche froide devant son écran. (NdWal : L’électrique Brave Soldiers, sorti récemment sur PS3, a bien rattrapé l’échec du jeu NES!).

« Le métier de dessinateur est profondément solitaire »

PN : Nous arrivons à la fin de notre entretien. Tu travailles actuellement sur des projet plus personnels ?

Jérôme : En effet, je suis engagé dans des projets à la fois novateurs et plus perso. Cela prend du temps à se mettre en place, dès lors qu’on cherche la qualité. Tout avance dans le bon sens. Mais le moment n’est pas encore venu d’en parler. Pour l’heure, il est possible de consulter sur mon site Internet les collaborations sur lesquelles j’ai officié… outre la partie japanim.

PN : Nous te souhaitons une bonne continuation et ne manquerons pas de venir te saluer au détour d’un salon !

Jérôme : Mes salutations amicales à tous les lecteurs et lectrices de Puissance Nintendo. Merci de vous être intéressé à mes créations… mais par-dessus tout au travail que nous réalisons moi-même et tous mes confrères dessinateurs. Nous formons un petit groupe de passionnés. Et plus le temps passe, plus cette passion évolue. Alors si vous êtes de passage dans un salon, cela nous fera vraiment plaisir d’échanger avec vous… pendant qu’on réalise une esquisse. Ça nous change de cette solitude, à la fois douce et amère, que nous ressentons dans notre atelier. Le métier de dessinateur côtoie en permanence la pesante solitude. Alors quand on peut se permettre de l’oublier…

Une petite vue d’ensemble des travaux réalisés par Jérôme Alquié en tant que pro.
Pour suivre l’actualité de Jérôme : http://www.jerome-alquie.com

Le magasin où l’interview s’est déroulée :
Supertoys : 53 Cours Lieutaud, 13006 Marseille
Téléphone : 04 91 67 42 71
Notre rencontre arrive à sa fin. Un grand merci à l’équipe de la boutique de jouets, que nous vous invitons à investir dès que vous avez l’occasion. Ce fut un réel plaisir de passer quelques moments en tête-à-tête avec cet artiste différent des autres. Son regard pétillant trahissait une âme d’enfant pour ainsi dire intacte. Il n’a pas hésité à parler aussi des difficultés de son métier, des failles de son travail sans langue de bois et c’est tout à son honneur. Le talent et surtout le travail de Jérome Alquié démontre qu’il y a bien en France un potentiel de créativité et de talent remarquable. Ces individus méritent ainsi qu’on parle d’eux mille fois plus que certains visages, qui monopolisent les médias en brassant de l’air afin de se rendre intéressants… Le savoir-faire, voire l’excellence française, devrait être davantage mise en valeur. Ce papier, à sa petite échelle, est on l’espère le premier d’une longue série ici et ailleurs. De quoi motiver les troupes et ceux et celles qui mésestiment les artistes et créateurs français.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Miles
J'ai reçus un super dessin de moi mi-Goku, mi-Piccolo de la part de ce monsieur.
Gally099
Moi je veux un dessin de Shun ou de Shaka
Miles
Il a fait le dessin que je voulais car je lui ai pris 3 de ses dessins. Tu sais ce qu'il te restes à faire ;)

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×