• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Red Wings: American Aces Disponible sur Switch

Test de Red Wings: American Aces (Switch)

Test de Red Wings: American Aces, arcade, scoring et difficulté artificielle au programme

Les amateurs de vol et de scoring aérien très arcade seront servis avec ce jeu d’avion au challenge (trop) corsé.

Test
Deux ans après la sortie de Red Wings: Aces of the Sky sur Nintendo Switch, le studio polonais All in! Games propose une nouvelle mouture du combat aérien au temps de la Première Guerre mondiale. Une version moins chère, encore plus arcade et qui sent bon le multijoueur, local comme en ligne. De quoi repasser à la caisse si on a aimé le premier jeu ? Probablement pas, explications !

Les combats aériens au temps de la Grande Guerre en version arcade

Le contexte de ce nouveau jeu ne change en rien de celui de la mouture précédente sortie il y a deux ans. On se situe toujours dans le contexte de la Première Guerre mondiale qui voit s’affronter pour la première fois les troupes armées plus seulement au sol ou en mer mais également dans les airs.

À la différence du premier jeu toutefois, le joueur n’est pas mis alternativement dans la peau de tous les camps mais évolue fois-ci uniquement du côté américain. Plus précisément la troupe de personnages que l’on rejoint évolue en France, avec le lot de clichés fleurant bon les représentations traditionnelles associées aux américains roublards et têtes brûlés et aux français assez joviaux.
Il y a assez peu à dire de l’histoire finalement qui se découvre dans le mode du même nom car celle-ci se cantonne à quelques écrans façon bande-dessinée ou plus précisément comics, avec des planches colorées qui proposent seulement de se plonger dans l’ambiance d’un conflit dont on entend assez peu parler. Le vivre plutôt que le narrer serait le crédo du jeu.

En cela, on note que les développeurs ont souhaité orienter leur nouveau jeu vers un côté davantage arcade, plongeant le joueur rapidement dans le choix de sa mission, de son appareil et dans le combat.

L’arcade dans toute son entièreté, avec ses qualités et ses défauts

Le titre est en effet purement et uniquement un jeu de combat aérien. À aucun moment vous ne vous posez ou n’atterrissez. Aucune pause n’est au programme. L’action dans les missions commence sans attendre, seul vous est donné l’objectif et celui-ci varie guère.

Différents types de missions sont proposés, même si la diversité n’est pas de mise car celles-ci sont sensiblement identiques. Il s’agit avant toute chose d’abattre les avions ennemis arrivant successivement en vagues. Parfois on vous demande d’éliminer un nombre d’appareils donné, parfois il s’agit de défendre des ballons alliés mais le principe est finalement toujours le même : partir en chasse de ces adversaires très agaçants.
À la manière de moustiques vous tournant autour et voire parfois d’essaims d’abeilles vous harcelant de leurs tirs, les avions ennemis concentrent toute votre attention car l’essence même du titre réside dans son aspect arcade. Il n’est en effet aucun besoin de réfléchir ou d’adapter une stratégie très élaborée pour parvenir au bout des objectifs, sans pour autant que cela soit si simple. Abattre les avions à la chaîne et si possible une chaîne suffisamment rapprochée pour maximiser son score grâce aux combos, voilà tout ce que le jeu attend de vous.

Un arsenal varié accompagne notre pilote à bord d’un avion dont le modèle est à choisir entre plusieurs appareils qui se débloquent au fil des missions et qui possèdent tous des caractéristiques propres en termes de vitesse, d’endurance et de résistance à la chaleur (des tirs).
Parmi ces armes on compte le fameux barrel roll qui permet d’effectuer un tonneau, d’éviter les tirs ennemis mais aussi d’attaquer frontalement ses adversaires au contact, en mode kamikaze. On retrouve aussi un virement de bord qui permet d’effectuer un demi-tour.

Il est possible d’appeler une escadrille d’un ou plusieurs appareils alliés pour tirer sur des ennemis ciblés. Enfin un tir de précision permet de dégainer son révolver et d’abattre dans une cinématique façon comics un ennemi déjà blessé.
Ces atouts peuvent de surcroit être améliorés via un arbre des compétences bienvenu qui permet de booster certaines armes ou encore de renforcer la résistance de notre appareil ainsi que nous offrir de meilleurs outils de vol. Les compétences se débloquent manuellement grâce aux étoiles remportées selon son classement à la fin de chaque mission, allant de zéro à trois.
Parvenir à débloquer un arbre des compétences le plus rempli possible demandera par conséquent un sacré investissement dans la réussite des missions, même s’il est possible de réinitialiser cet arbre à tout moment et ainsi privilégier certains bonus en fonction des missions.

Les missions sont loin d’être une partie de plaisir on vous avertit tout de suite. Déjà le premier opus avait placé la barre assez haut niveau challenge. Avec cette mouture rien n’a changé, ce serait d’ailleurs le leitmotiv du jeu pour qui a déjà eu l’occasion de jouer au premier Red Wings.
En effet on retrouve des missions aux scores requis franchement élevés, où l’on se sent parfois bien seul dans l’immensité d’un ciel seulement parsemé de quelques nuages, aux conditions météo difficiles et surtout peuplé de nuées d’avions ennemis, en particulier dans les dernières missions du mode histoire où le côté essaims d’ennemis se ressent vraiment.

La difficulté du titre réside ainsi dans la santé fragile de notre appareil, limitée à une barre de vie composée de quatre fragments, d’une jauge d’essence qui descend continuellement, avec pour seuls saluts les anneaux verts disséminés dans les cieux et qu’il faut traverser pour recharger ses barres. Des bonus dans l’arbre des compétences permettent aussi de débloquer quelques options pour regagner de la santé mais rien d’extraordinaire.
Dans les faits, le jeu s’avère souvent complexe, oppressant du fait des appareils ennemis programmés pour nous prendre en chasse et nous tourner autour en permanence, ceux-ci se retrouvant très souvent dans notre dos. Cette manie rend par conséquent assez difficile la chasse qu’on est censé pratiquer, les appareils rentrant difficilement dans notre viseur.

Cela devient particulièrement handicapant du point de vue du scoring car les combos ne s’enchaînent que lorsqu’on abat ou a minima tire sur un appareil adversaire. Difficile d’enchainer les adversaires quand ceux-ci ont pour seul objectif de se placer systématiquement dans votre dos.
Bien sûr d’autres complications, assez sympathiques celles-ci, s’ajoutent à l’affaire. Le jeu embarque ainsi des ennemis de toutes natures, allant des appareils les plus rudimentaires, jusqu’aux avions les plus sophistiqués, disposant d’un bouclier, de gaz toxiques, de quoi dynamiser un gameplay autrement très linéaire.

Seul le mode course de vitesse à travers les ballons d’essence diffère largement du mode de jeu plus habituel d’abattage d’ennemis en cela qu’il n’impose pas de cibles à pourchasser.

Les expériences aériennes avaient assez récemment été mises à l’honneur sur Nintendo Switch avec le jeu The Falconeer sorti l’an dernier sur la console de Nintendo. On vous encourage à aller lire ce test car si vous appréciez les jeux au gameplay aérien dans un mode en 3D, il y a de fortes chances que celui-ci vous intéresse également.

En revanche tout sépare les deux titres du fait non seulement des missions très cloisonnées qui constituent le seul contenu de Red Wings mais aussi, il faut le dire, du point de vue des sensations en vol.
Un avion n’a rien d’un oiseau et qui plus est un avion de la Première Guerre mondiale. En bons vieux coucous, les appareils proposés manquent un tantinet de souplesse selon les modèles et surtout offrent une prise au vent et des sensations peu éloquentes.

Certes certains effets météo viennent tantôt gêner la visibilité voire nous occasionner des dommages mais à aucun moment on ne ressent l’inertie d’une remontée en flèche, la vitesse d’un piqué ou bien l’accélération à l’issue d’un virage serré.

Les avions évoluent dans le ciel agréablement mais vous pouvez oublier tout plaisir induit par le vol. Ce qui prime ici c’est le scoring et voler devient finalement très secondaire. Tout au plus certains paysages inspirés avec des effets de couleurs réussis dans le fond ou le sol que l’on survole égayent un peu l’expérience mais il est assez rare de se laisser distraire, le jeu prônant très largement son côté action intempestive.

Un jeu conçu pour le multijoueur

La sortie d’un nouveau Red Wings sur Switch n’a pas à voir avec la proposition nouvelle d’un contenu solo élargi, au contraire. Celui-ci se voit entraver quant au nombre de missions disponibles, à son enrobage scénaristique minime et du point de vue de son gameplay car la diversité des missions n’est plus aussi fournie (exit les missions de bombardement par exemple).

Ce qui justifie cette nouvelle sortie c’est désormais la possibilité de profiter du jeu à plusieurs et dans à peu près toutes les configurations.
On peut ainsi s’essayer aux missions du mode histoire en coopération à deux avec chacun son appareil. Cela donne l’occasion d’entamer des missions parallèles à celles du solo et à mieux apprivoiser la difficulté pas toujours bien dosée.

En revanche, appréhender le jeu avec un seul joycon en main est possible mais pas idéal. Les contrôles sont en effet plus limités et moins ergonomiques dans cette configuration. Par contre deux chances s’offrent à vous, chaque joueur pouvant continuer la mission même si son compagnon périt.
On peut également se lancer dans des parties en local pour se mesurer à un adversaire, vrai joueur ou une IA. Il s’agit de s’affronter au score à atteindre en premier ou bien dans un temps donné et être celui qui accumule le plus d’avions détruits. Dans ce mode, la mort n’est pas une fatalité et vous pouvez réapparaitre après vous être fait éliminer, de quoi donc ne pas nourrir la frustration fréquente du mode histoire.

On peut enfin se mesurer à d’autres joueurs du monde entier (jusqu’à 10 joueurs) dans un mode en ligne. Précisons-le d’emblée, le mode en ligne n’est que théorique car nous n’avons jamais été en mesure de trouver une seule partie en cours. La faute peut-être aux serveurs proposés par les équipes qui ont choisi de démultiplier leur nombre, en créant un serveur presque pour chaque grand pays (Japon, Corée du Sud, Inde, Australie, etc.), de quoi fragmenter les joueurs et ne pas faciliter leur rencontre.
12/20
Voguer dans les cieux et abattre les avions ennemis, voilà la rengaine de Red Wings. De quoi s’amuser et aiguiser ses réflexes et ses talents de pilotage mais de quoi aussi lasser à force. En effet le jeu misant tellement sur cet aspect arcade finit rapidement par tourner en rond et ce n’est pas la difficulté induite par un nombre toujours plus grand d’ennemis au comportement hostile qui apportera de quoi dynamiser une expérience amusante le temps de quelques missions et finalement trop vide en contenu.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

12 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Red Wings: American Aces est le jeu d’arcade par essence, doté d’une histoire anecdotique, privilégiant l’action immédiate et la course au score, avec des missions sensiblement toutes identiques ou presque. Seule évolue au fur et à mesure du jeu la difficulté, jusqu’à en devenir passablement agaçante car au lieu d’introduire un gameplay plus fouillé, c’est dans l’accumulation assez artificielle d’ennemis que se réfugie le titre. Un jeu à réserver aux non possesseurs du premier opus qui brûlent d’un amour passionné pour les combats aériens.

Jouabilité
Le jeu se dote d’une jouabilité correcte, sans être particulièrement plaisante, on pense notamment au contrôle de l’avion un peu rigide et au manque de sensations dans les airs. On apprécie aussi les gadgets que l’on embarque pour défaire ses ennemis. On regrette en revanche l4acharnement qu’adoptent les adversaires pour complexifier un peu illusoirement la difficulté du titre.
Durée de vie
La durée de vie du mode histoire n’est pas longue outre-mesure car en moins de 5 heures a priori vous parviendrez au bout des missions proposées. En revanche, on déplore le côté artificiel de la difficulté du jeu induite par une IA mal réglée qui rend bien corsée la possibilité de maximiser son score (le comble dans un jeu reposant surtout sur le scoring) et qui impose souvent de revenir sur une mission plus tard, une fois l’arbre de compétences rempli et avec de meilleures caractéristiques pour son appareil en poche pour essayer de faire mieux.
Graphismes
On a apprécié le style du jeu, que ce soit ses planches façon bande dessinée aux accents parfois comics qui interviennent entre les missions épisodiquement mais aussi le rendu général du jeu, avec un cel shading bien maitrisé qui offre un aspect assez bon enfant à un contexte historique qui n’élude pas, malgré le ton bon enfant du mode histoire, les massacres qui se sont déroulés dans les airs à cette époque.
Son
Assez pauvre en contenu audio, le jeu embarque très peu de morceaux qui sont surtout des variantes sur une base mélangeant le rock et la country pas des plus heureuses que l’on oublie sans peine.
Intérêt
La question du bien-fondé de repasser à la caisse pour les possesseurs du premier Red Wings sur Nintendo Switch se pose sérieusement tant le jeu embarque un contenu rigoureusement identique voire même moindre quant aux missions et à la variété des gameplays proposés, si ce n’est l’inclusion de nouvelles possibilités en multijoueur, le tout pour un prix moindre. Pour 11,99€ en prix de base, au lieu des 19,99€ pour l’opus précédent, à vous de voir si l’appel du multijoueur est suffisant. Pour les joueurs souhaitant découvrir ce qui est maintenant une licence, optez pour la version qui correspondra le plus à votre usage : pour du multijoueur préférez American Aces, en revanche pour du solo on vous conseillera davantage Aces of the Sky plus fourni, même si un peu plus cher.
Multijoueur
On apprécie les larges possibilités de multijoueur proposées par le titre, allant de la coopération pour les missions du mode histoire, aux batailles locales, jusqu'aux affrontements à distance, en ligne, avec des inconnus. Ce dernier mode toutefois, faute de joueur disponible, risque de rester un immense désert, bien dommage.
Ergonomie
Le jeu ne pâtit pas de beaucoup de défauts de ce point de vue, les menus sont assez minimalistes, l’arbre des compétences clair sans être exceptionnel et la navigation dans le jeu efficace, avec des temps de chargement raisonnables. On regrette par contre les contrôles en multijoueur local où manœuvrer l’avion avec un seul joycon est moins optimisé.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Red Wings: American Aces (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×