• Mon attente
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.

    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Potion Party A paraître sur Switch

Test de Potion Party (Switch)

Potion Party : le jeu de potions qui fait pschitt !

Amateurs de potions, d’alchimie et de fun ? Découvrez ce titre à l’univers pourtant soigné, qui tente de renouveler la formule gagnante des Overcooked, mais qui mérite seulement un détour fugace faute de contenu.

Test
Nintendo range Potion Party parmi les jeux Arcade, Fête et Casse-tête. Si le jeu de Top Hat Studios sent bon l’arcade, en revanche la fête n’est que peu au rendez-vous et pour le casse-tête oubliez (à moins que vous ne soyez daltonien, auquel cas ce titre risque d’être votre bête colorée/noire de 2021 !). Un titre très léger, à tester à plusieurs en local (pas de mode en ligne) le temps d’une soirée, mais n’espérez pas des défis en nombre, le principal défaut du jeu étant la faiblesse de son contenu.
Potion Party exploite des ingrédients souvent convoqués dans les productions d’univers médiéval-fantastique, à savoir sorciers et sorcières, potions fumantes et colorées, créatures en tous genres qui viennent perturber le joueur ou réclamer leurs breuvages de soin et de mana. Pourtant les raisons de notre carrière en tant qu’apprenti alchimiste ne sont jamais évoquées, le jeu faisant fi de toute trame scénaristique.

La partie se lance rapidement, fractionnée en 12 niveaux pour le mode solo, introduisant chacun une nouvelle fonctionnalité. On comprend assez vite les mécaniques du jeu et, si besoin est, on pourra lire le manuel entièrement fait d’images « How to play » avant de jouer, disponible en page d’accueil (et uniquement en page d’accueil, choix assez peu ergonomique quand on souhaite vérifier une combinaison lors des premières parties). Ce tutoriel imagé est à saluer car le titre n’est pas disponible en français mais le texte est très peu présent (uniquement dans la description des objets et personnages à débloquer au fil du jeu).

Un principe de jeu simple : concocter des recettes de potions…

Toutefois parler de recettes est un bien grand mot pour Potion Party. Chers alchimistes en herbe, oubliez le Polynectar d’Hermione (et ses 21 jours de cuisson) et l’alchimie assistée d’un génie made in Ni no Kuni où les mélanges audacieux étaient récompensés par des résultats originaux.

Oubliez aussi les quêtes pour remplir son armoire d’herboristerie de la série des Ateliers et n’espérez pas l’aventure ambitieuse à venir du prochain Potion permit (sortie sur Switch courant 2021). Ici la scène commence et se termine dans un seul espace clos : mi-atelier d’alchimiste, mi-boutique, les clients impatients attendant derrière le comptoir de vente.

… aux mécaniques de jeu répétitives

Muni de votre seau, vous recueillez l’eau du puits puis arrosez les plants (éternels) des trois seules espèces végétales qui poussent dans le jeu : trois buissons, rouge, jaune et bleu. Attention, en tant que jeune alchimiste, votre petit seau ne contient assez d’eau que pour un seul arrosage, charge à vous de courir à la source (intarissable) pour le remplir : allers-retours en perspective.

Chaque action déclenche une petite barre de chargement au terme de laquelle vient le temps de la récolte. Les drôles de fruits obtenus, une tomate/fraise, un navet jaune banane et une framboise déguisée en mûre, doivent ensuite être réduits en poudre dans les mixeurs à disposition. C’est après que la confection de potions démarre : au moyen de votre alambic, associez un peu d’eau (le seau à remplir… n’oubliez pas les allers-retours), une poudre de fruit et un flacon, grand ou petit, et vous voilà en possession de la précieuse mixture couleur rubis, topaze ou saphir. Ne perdez pas une seconde et hâtez-vous vers le client qui attend au comptoir pour vous remettre en échange quelques pièces d’or, pour peu que vous arriviez à temps.

Le magot ainsi accumulé de partie en partie vous servira à investir dans quelques nouvelles installations pour l’atelier et dans de nouveaux personnages, certes à l’apparence et aux compétences individualisées, mais pourquoi en proposer autant pour si peu de niveaux jouables ?
Ce principe ne change pas d’un iota pendant le reste de vos parties. Le jeu s’agrémente de quelques étapes supplémentaires, comme des commandes de potions aux couleurs originales, orange, vert et violet, qui mettent à l’épreuve vos compétences en mélange de couleurs (le rouge et le jaune font de … l’orange !). On pourrait recommander l’intérêt du jeu pour les joueurs les plus jeunes, pour partir à la découverte de la palette chromatique.

Préparer les potions les plus avancées, la noire et la blanche, implique l’utilisation de matériels supplémentaires (un four à charbon pour la potion noire et une centrifugeuse pour la potion blanche), ce qui récompense logiquement davantage vos actions.

La seule vraie bonne idée : les monstres gêneurs

S’il fallait mentionner un trait original du titre on irait chercher alors dans le bestiaire de créatures que réunit le jeu, bien décidées à faire de votre travail un cauchemar. Trois sortes de monstres peuvent surgir sans crier gare : des fantômes qui traversent en trombe l’atelier et qui peuvent vous rendre confus, des voleurs, sortes de Yiga masqués, qui tentent de dérober tout ce qui passe à leur portée et enfin des blobs, créatures gélatineuses qui vous ralentissent si vous entrez en contact avec.
Si les fantômes ne font qu’un passage furtif à esquiver, les deux autres sortes de créatures doivent être éliminées car tels des poux, ils ne quittent pas d’eux-mêmes votre espace de travail. Pour les voleurs, un petit coup d’eau suffit à les dissiper, tandis que les blobs réclament la poudre de fruits correspondant à leur couleur (ou comment pester d’avoir consommé sa dernière poudre orange pour une potion et voir le blob couleur citrouille faire son apparition, surtout si celui-ci a la bonne idée de se placer exactement devant le comptoir du client ou devant l’alambic).
11/20
Coloré, aux graphismes retro et à l’action rapide, le titre porté sur Switch par Top Hat Studios se révèle accrocheur les deux premières heures et peut animer une petite soirée entre amis mais guère davantage. La faute à un contenu déséquilibré : d’un côté trop maigre avec quelques recettes de potions quasi identiques et bien peu de niveaux et de l’autre 10 personnages à débloquer et à améliorer dont on ne sait quoi faire. Fortement inspiré par les très populaires Overcooked 1 et 2, Potion Party se révèle finalement tenir davantage en réalité du mini-jeu à la Marty Party, assez cher donc pour la courte expérience proposée.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


PNCAST spécial Nintendo Direct E3 2021

Soutenez PN : achetez ces jeux !

11 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Ersatz du jeu Overcooked penseront certains, c’est vrai que Potion Party lorgne beaucoup sur les mécaniques du titre de Team17, en particulier dans les modes multijoueur, uniquement disponibles en local, en versus ou en coopération, où la folie et la pression sont de mise. Toutefois les recettes des potions sont rapidement répétitives et ne ménagent pas suffisamment de surprise pour renouveler l’intérêt du titre au-delà de quelques parties. Si le défi est présent dans les derniers niveaux, la folie et l’originalité ne prennent pas.

Jouabilité
Les commandes sont réduites au plus basique, on se déplace avec le stick, on attrape et on dépose les objets avec A. Absolument rien d’autre, n’allez pas chercher de bouton d’accélération, de touches pour frapper les ennemis, pour s’exprimer à travers des emotes… à trop épurer, le titre finit par en devenir réellement chiche.
Durée de vie
C’est là un des gros points négatifs du jeu, celui-ci est très court, offre peu de défis et ne donne pas envie d’y revenir une fois passée la deuxième heure de jeu. Les 12 niveaux du mode solo ne suffiront pas à vous garder en haleine très longtemps et ce n’est pas le mode infini, utile pour amasser des pièces d’or, qui suffira à rattraper le sentiment de répétition qui se dégage du titre. L’absence de mode en ligne est par ailleurs très dommageable, il aurait certainement donné envie d'y revenir.
Graphismes
Un style résolument rétro agréable à l’œil. Les personnages comme les monstres sont modélisés avec originalité, les couleurs vives des potions égayent agréablement l’expérience. Les environnements auraient pu toutefois être plus fouillés afin d’évoquer le bric-à-brac attaché à l’alchimie plutôt que le minimalisme proposé ici.
Son
Le (presque) seul thème musical du jeu est agréable, mais après avoir tourné en boucle en enchaînant les niveaux on aimerait un peu plus de diversité. Mention spéciale à la musique qui s’éteint 10 secondes avant la fin des manches, de quoi casser le rythme, là où les jeux privilégient en général un thème accéléré pour presser le joueur à tout donner.
Intérêt
Le jeu vendu 9,99€ peine à mériter son prix tant le contenu est réduit : 12 niveaux en solo, aucun enjeu en multijoueur (pas de tableau des scores, pas de statistiques), sans mode en ligne et avec des recettes toujours identiques.
Multijoueur
Un jeu normalement taillé pour le multijoueur, qui peut d'ailleurs être partagé en co-op comme en versus, mais dont l'intérêt s'avère très vite limité, la faute encore une fois au contenu rachitique proposé par le jeu. Par ailleurs le manque d'un mode en ligne se fait cruellement ressentir, l'expérience devant se restreindre à du local (jusqu'à 4 joueurs tout de même) un peu fade.
Ergonomie
En dépit d’une simplicité d’utilisation, on en vient souvent à pester contre quelques défauts : les tables (à acheter en jeu) sont en nombre réduit, pourtant ce sont les seuls supports permettant de poser les multiples objets à manipuler du jeu. Combien de fois le joueur se retrouve-t-il encombré par un fruit malencontreusement attrapé et dont il ne peut plus se défaire, sauf à trouver un coin de table pour l’y abandonner. Autre défaut, le four à charbon peut devenir inaccessible si on achète trop de centrifugeuses, peu commode quand il s’agit de fabriquer la potion noire.

Votre avis sur le jeu Votre attente !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Potion Party (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Mon attente
  • Devenir fan !

L'attente des visiteurs

J'en dors plus la nuit
 
0%
Je l'attends beaucoup
 
0%
Je suis curieux
 
0%
Pas convaincu
 
0%
Pas pour moi
 
0%

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×