News

Un nouveau pas franchi pour le jaibreak de la Nintendo Switch ?

Comme toute console, les hackeurs s'intéressent aux possibilité de craquer son OS pour en prendre le contrôle et mettre en place des homebrews spécifiques. Avec le succès de lancement de la Switch, la nouvelle console est au centre de nombreuses études pour la craquer.

News
Le jailbreak est tout simplement le débridage ou déverrouillage du système d'exploitation d'un périphérique (console, smartphone, on ne compte plus les jailbreak notamment d'iOS) afin d'obtenir un accès complet. On élimine ainsi toutes les restrictions et sécurités mises en place par le constructeur et on peut désormais télécharger, via des installeurs privés de type homebrews, des applications, des extensions ou des thèmes parfois non proposés sur l'eShop officiel ou accéder à des contenus normalement payants de manière gratuite.

Avec sa portabilité, la Switch est une console particulièrement attractive pour toutes personnes rêvant d'y installer un navigateur internet de son choix, des émulateurs ou diverses applications. On a pu voir à quelle vitesse la mini-NES avait été craquée pour pouvoir y ajouter d'autres jeux non inclus dans le pack d'origine, on imagine les possibilités que proposerait le déverrouillage de la Switch, nettement plus puissante.

Nintendo l'a bien compris en lançant il y a quelques mois un programme de récompense pour traquer les failles de son système. On ne sait pas encore si la dernière nouvelle est issue d'un hacker travaillant pour ce programme de recherche (en général, on évite de clamer sur les toits son exploit quand on est rémunéré par Nintendo) mais un certain Derrekr6, qui se présente comme un chercheur de vulnérabilités, vient d'affirmer avoir réussi à avoir accès au kernel de l'OS de la Switch.

Le kernel est le nom anglais donné au noyau du système d’exploitation, la partie fondamentale qui gère les ressources de votre périphérique et permet aux différents composants logiciels et matériels de communiquer entre eux. L'intérêt pour les développeurs d'atteindre le kernel pour en développer des extensions, c'est de pouvoir ensuite répondre à des besoins spécifiques non permises/prévues/accessibles par le fabricant au départ comme des besoins de virtualisation, de pilote vidéo, de sécurité, d'accès à des systèmes de fichiers.

En général, les hackers font cela pour envoyer un signal au constructeur et lui faire comprendre qu'il manque beaucoup trop de possibilité à un périphérique alors que c'est tout à fait possible. Et on le constate avec le temps, lorsqu'un constructeur finit par ouvrir son écosystème logiciel à de nombreuses applications, les jailbreaks diminuent. Actuellement la Switch n'a pas encore de console virtuelle pour accueillir les anciens jeux, ni de logiciel de streaming vidéo (sauf l'application NicoNico à partir de demain au Japon), il n'est donc guère étonnant que les hackeurs s'activent sur la console de Nintendo pour brises ces restrictions.

Malheureusement, il reste toujours une phase plus sombre du hacking, celui qui touche à la sécurité car de faux outils diffusant des malwares ont fleuri ces derniers mois sur le net, rendant certaines manipulations risquées. On ne vous déconseillera que trop de passer par ces systèmes, surtout durant la période de garantie de votre console, car il serait dommage de bloquer votre console et de perdre toute possibilité de réparation.
La Switch utilise un noyau FreeBSD, comme la PS4, intégré à un OS personnalisé contenant des éléments inspirés d’Android. Si on ne sait pas encore précisément par quel chemin est parvenu Derrekr6 à atteindre le noyau, il est quasiment assuré que Nintendo réagisse assez rapidement pour proposer une mise à jour comblant la faille. Selon la complexité, cela peut prendre plus ou moins de temps, on espère juste pour Nintendo que Derrekr6 ne soit pas trop prolixe sur son exploit sur certains forums.

Ce n'est pas le premier exploit réalisé sur la console Switch mais ces dernières semaines, entre la récente découverte de Flog, l'émulateur NES caché dans le firmware de la console, les tentatives de hack via son navigateur, la Nintendo Switch confirme l'intérêt majeur portée autour d'elle pour livrer ses secrets.
Un certain Plutoo, figure dans le domaine underground, a livré une capture d'image montrant bien que le hack a permis d'avoir accès à de nombreux fichiers, incompréhensibles pour les néophytes.
Il sous-entend que l'OS de la Switch est assez semblable à celui de la 3DS. Comme on sait que la 3DS a été craquée depuis bien longtemps, le jailbreak de la Switch risque d'être assez rapide si Nintendo ne réagit pas rapidement. Attention, on parle de réécriture par rapport à l'OS de la 3DS, les manipulations effectuées pour craquer la 3DS ne fonctionnent pas sur la Switch.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×