Santé Fait l'actu depuis juil. 2013

News Santé

Quand pratique accrue des jeux vidéo et mal de dos ne font pas bon ménage

Une actualité qui prend tous son sens en cette période de week-end prolongé pour certains d’entre vous et un message de vigilance envoyé par les chiropracteurs qui souhaitent sensibiliser le public sur un mal qui gagne du terrain.

News
Lorsqu’on écoute de la musique, il faut penser à l’écouter à volume modéré et avoir du matériel de qualité pour ne pas recevoir de la bouillie auditive au niveau de vos tympans et souffrir de problème d’audition à un âge encore jeune. Lorsqu’on regarde son écran, on fait attention à prendre des poses régulières, on ne joue pas dans le noir (idem pour un film) mais on garde une petite lumière pour limiter les problèmes d’éblouissement, on se tient à une distance raisonnable pour ne pas fatiguer sa vue. Tous ces petits gestes de bons sens sont souvent relayés dans la presse même s’ils ne sont pas toujours suivis par le public.
Aujourd’hui, ce sont les chiropracteurs qui veulent vous sensibiliser sur les bonnes postures à tenir pour limiter les problèmes de mal de dos et des TMS liés à la pratique accrue des jeux vidéo. Car mine de rien, il est très important de s’assoir correctement dans un fauteuil bien calé ergonomique (attention à de nombreux sièges dit « gamers » qui n’ont rien d’ergonomiques du tout) et être vigilant sur la répétition de gestes qui au fil du temps peuvent causer des dommages à nos articulations.

En effet, pratiquer de manière intensive de jouer à la console, sur ordinateur ou sur smartphone n’est pas sans risque pour votre dos et votre squelette en général. Alors si les jeux permettent d’éviter l’isolement en cette période de prudence sanitaire, voici quelques conseils que tout le monde devrait suivre pour limiter plus tard une rééducation plus douloureuse.

Avant de commencer, voici quelques rappels chiffrés apportés par Le SELL - Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs, dans son étude annuelle "Les Français et les jeux vidéo", réalisée par Médiamétrie en 2020.
En 2020, 71% des Français jouent au moins occasionnellement aux jeux vidéo et 52% y jouent régulièrement, soit une augmentation de 3% par rapport à l'année précédente.94 % des 10-17 ans jouaient à des jeux vidéo, dont un sur deux tous les jours, un tiers en particulier jouant en ligne.
Les confinements successifs ont joué un rôle déterminant dans l’augmentation de la pratique des jeux vidéo puisque les jeunes ont passé 7,7 heures par jour à jouer pendant le confinement contre 5,2 heures précédemment.
Crédit image : mae.fr

7,7 heures, c’est tout simplement énorme, puisque lorsqu’on parle de moyenne nationale, on a donc des jeunes qui ont largement dépassé de temps. On comprend mieux pourquoi autant d’enseignants se désolent du décrochage de leurs élèves face aux apprentissages, surtout quand certains se sont habitués à un rythme totalement décalé pour cause de jeux vidéo nocturnes. Même si de nombreuses études ont prouvé les bienfaits de jouer aux jeux vidéo, tout est une question d'équilibre et il ne faut pas oublier certains revers qui accompagnent les joueurs passant trop de temps.

Les jeux vidéo séduisent de plus en plus les parents et les moins jeunes. Le jeu en famille était d'ailleurs l'une des tendances de l’année 20203. En effet, 66% des parents ont joué au moins occasionnellement avec leurs enfants. Et 55% l'ont fait pour partager des activités.

Quelques douleurs désormais baptisées les « Nintendinites » ou des « Wiitites »

Des noms qui interpellent tous les fans des consoles Nintendo, mais ce n’est pas une critique de la marque mais bien le constat que Nintendo est une marque populaire, dont les jeux sont joués par une large tranche d’âge.

A trop jouer, on a bien évidemment les troubles de la sédentarité (après nous avoir lu, allez hop, posez vos consoles et aller faire un tour pour vous oxygéner, les Parisiens ont du soleil, il fait frais cependant, d’autres régions sont un peu moins gâtées niveau vent). Nous avons tous les problèmes d’addiction qui peuvent entraîner des comportements répétitifs et compulsifs. Mais ce sont surtout les pathologies musculo-squelettiques qu’il faut mieux prévenir désormais.
- tendinite du coude,
- syndrôme du canal carpien,
- ténosynovite caractérisée par une inflammation du tendon et de sa gaine synoviale;
- d’autres troubles notamment au niveau du pouce comme la tendinopathie et une atteinte des articulations sur-sollicitées au niveau des doigts (index/pouce) et du poignet.

Voici ce qu’en dit Charlène Cheron, chiropracteure :
Il n’est pas rare d’avoir parmi nos patients des joueurs assidus de jeux vidéo. Les mouvements répétés et les mauvaises postures engendrent divers types de pathologies. Lors des consultations, les patients souffrent de douleurs situées principalement au niveau des membres supérieurs, en particulier les épaules, les bras, avant-bras et les mains. Nous constatons également une augmentation de la fréquence des lombalgies liées à une position assise prolongée.
Dans un dossier réalisé par l’Association française de chiropraxie qui sert de base de ce billet, il est indiqué que des chercheurs pour le British Medical Journal ont relevé 39 blessures différentes pour certaines consoles de jeux vidéo comme des tendinites de l’extenseur du pouce et autres troubles musculo-squelettiques.

64 % des Français ont souffert du dos ou de douleurs aux articulations ces douze derniers mois, comme le révèle Opinionway dans une enquête conduite pour l’Association française de chiropraxie.
Sont particulièrement visés par ces problèmes de santé les joueurs sur téléphone mobile : on joue partout, dans les transports en commun, au travail, à la maison, sans faire toujours très attention à être bien assis. Et ensuite bonjour les dégâts du dos vouté, les lombalgies.

Selon une étude jordanienne, conduite auprès de 500 étudiants et publiée en 2019 dans la revue PlosOne, il existe une corrélation significative entre le temps passé à utiliser un smartphone la tête penchée en avant et les douleurs du cou. Un lien est établi entre l’utilisation prolongée du smartphone et la durée et l’intensité des douleurs cervicales.
De quoi faire réfléchir. Et la Nintendo Switch que l’on peut emmener partout provoquera les mêmes effets si l’on ne prend pas garde un minimum de sa position de jeu.

Pour les joueurs de consoles de salon, les maux de dos et douleurs articulaires sont également présents. Si l’écran se situe en hauteur, cela va induire une extension de la tête et cette position prolongée peut entraîner des tensions musculaires et des douleurs cervicales. On le rappelle, en vous tenant droit, l’écran doit être à la hauteur de votre regard, ni au-dessus, ni en dessous. L’utilisation intensive de manettes de jeux sollicite les doigts, avec un risque accru notamment de tendinopathies et d’arthropathie au niveau du pouce.

Quant au joueur sur ordinateur, il est aussi atteint de troubles posturaux. Les affections des doigts et des poignets seront différentes selon le type de jeu auquel il jouera à l’aide du clavier et sa souris, la répétition de combinaisons de touches pour les joueurs massivement en ligne créant certaines inflammations articulaires.

Le télétravail a révélé que de nombreux français n’ont pas le matériel adapté chez eux pour bien travailler et jouer.

Problème de place, siège pas toujours confortable pour y passer des heures, les télétravailleurs forcés ont rapidement constaté que travailler à la maison, ce n’était pas toujours une partie de plaisir (on ne parle même de la gestion du temps personnel/boulot et les enfants qui s’y ajoutent). Les entreprises sont soumises à de nombreuses normes pour équiper en poste adapté leur personnel et cet effort financier conséquent n’est pas toujours perçu par les salariés. Et quand ils se retrouvent à la maison, ils se rendent vite compte que leur siège n’est pas bon, que leur micro bureau est trop exigu, qu’ils ont mal aux cervicales très vite etc….

Pour Charlène Cheron, chiropracteure, le télétravail, comme les jeux vidéo, peut également se révéler néfaste pour le dos et les articulations : " à la maison, pour jouer ou télétravailler, on n’a pas forcément de siège ergonomique, le poste de travail et la table à la bonne hauteur. Cela va favoriser l’apparition et l’installation durable de troubles musculo-squelettiques au niveau des membres supérieurs et du dos", Veillez donc à aménager correctement le poste de travail, et à conserver une activité physique.”
N'oubliez pas les conditions d'éclairage aussi de votre poste de travail ou votre zone de jeu.

Les conseils : les 5 règles à respecter impérativement

1 - « Je joue devant mon ordinateur » : Assurez-vous que votre écran soit juste en face de vous, que le siège soit réglé suffisamment haut de manière à ce que vos avant-bras reposent naturellement sur le plan de travail et que la nuque puisse reposer contre l’appui tête de votre siège.

2 - « Je joue devant ma console de salon assis dans un fauteuil » : Pratiquez quotidiennement des exercices qui peuvent contribuer à soulager les tensions accumulées au niveau du dos :
- étirement de la nuque et du cou : Asseyez-vous bien droit sur une chaise et abaissez vos épaules. Baisser son menton jusqu'à ce qu'il touche votre thorax. Vous sentirez ainsi votre nuque s'étirer. Répétez ce geste 3 fois.
- Décontraction de la tête et des yeux : Massez vos tempes avec vos pouces en faisant des mouvements circulaires allant jusqu'aux oreilles. Massez-vous le contour des yeux pendant quelques secondes.
- Soulagement des épaules et du dos : Croisez vos mains derrière la tête, coudes écartés et poussez vos coudes vers l'arrière pour resserrer vos omoplates. Levez vos bras, croisez les doigts et poussez-les le plus possible en vous étirant vers le haut.

3 - « Je joue sur mon smartphone » : il est conseillé de conserver le buste droit et d’utiliser les accoudoirs à bonne hauteur. Donc évitez de jouer les jambes croisées ; vous ne respecterez pas les courbures naturelles.

4 - Faites des pauses : se dégourdir les jambes, s’étirer … Il est essentiel de ne pas rester assis trop longtemps pour ne pas générer de douleurs, au niveau des lombaires, des épaules ou de la nuque.

5 – Même si vous êtes passionné par les jeux vidéo, pensez à prendre du temps pour sortir et pratiquer des activités physiques. Marche, vélo… peu importe, il faut conserver des activités d’extérieur afin de reposer les yeux, de déverrouiller les articulations et de renforcer les muscles.

Le travail des chiropracteurs

Tous ces conseils sont du bon sens et ont remercie l’association des chiropracteurs de France de tirer la sonnette d’alarme face à ce mal rampant. Ils ont déjà beaucoup de travail pour prendre en charge les personnes qui souffrent de pathologies liées à des maladies ou des accidents de la vie, alors ce que l’on peut éviter, faisons-le correctement.

La chiropraxie a pour objet la détection, le traitement et la prévention des dysfonctionnements du squelette et de ses conséquences, notamment au niveau de la colonne vertébrale et des membres. Ces dysfonctionnements se traduisent notamment par des douleurs ou une limitation du mouvement.

La chiropraxie se fonde sur une conception globale du fonctionnement de l’organisme et des relations existantes entre la colonne vertébrale, le système nerveux et certains troubles de la santé. Elle prend ainsi en compte les facultés de récupération du corps humain. Le spécialiste (ce sont des études longues, BAC +5, basées sur une norme internationale et enseignées en France dans une école agréée par le ministère de la santé) va donc manipuler votre corps pour réajuster vos vertèbres, mobiliser en douceur vos articulations, à la fois de manière préventive et curative.

Elle a pour but l’amélioration de la fonction et/ou la diminution de la douleur ressentie. Lorsqu’une articulation ne bouge pas correctement, la prise en charge chiropratique contribue à redonner de la mobilité à l’articulation. La chiropraxie apporte ainsi une réponse naturelle, non médicamenteuse, aux douleurs liées aux dysfonctions vertébrales, chroniques, aigües ou référées, ainsi qu’aux TMS.

La chiropraxie, c'est quoi ?13/05/2021


Si la formation professionnelle vous intéresse, rendez-vous sur leur site pour obtenir tous les détails.

Source : PRPA, agence de presse spécialiste de la santé

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×