Activision Fondée en 1979 Nb. employés 4000

Dossier Activision

Quelles sont les possibilités d’évolutions pour Activision-Blizzard suite à l'annonce de Microsoft ?

Hier, Microsoft a annoncé le rachat du groupe Activision-Blizzard-King pour la somme de 68,7 milliards de dollars en cash. Il nous semblait intéressant, à chaud, d'étudier la situation et voir les possibilités d'évolution pour l'éditeur américain.

Dossier
Les rachats sont de plus en plus nombreux dans l’industrie vidéoludique, mais comme on le découvre cette semaine, le plafond des sommes versées augmente lui aussi et Xbox marque aujourd’hui le secteur en réalisant les plus importantes transactions de l’histoire du jeu vidéo. Une transaction qui n’est pas sans conséquences pour Xbox, ses concurrents, mais également le groupe Activision-Blizzard-King (ABK) puisqu’il s’agit du plus gros éditeur indépendant du marché actuel. Après son rachat par le groupe français Vivendi en 2007 puis sa revente en 2013, Activision s'apprête de fait à perdre de nouveau son indépendance. Mais qu’adviendra-t-il de ce ténor de l’industrie ?
En investissant la somme de 68,7 milliards de dollars, la division gaming de Microsoft accroît de manière considérable son poids dans l’industrie grâce à son nez affuté. En effet, le mastodonte du numérique américain a profité du bas prix de l’action au sein du groupe résultant d’une instabilité interne de plus en plus importante pour passer à l’acte.

Si presque personne ne s’y attendait, c’était pourtant prévisible car à l’heure où Take-Two, EA, Sony et surtout Tencent adoptent une politique globale de croissance externe sous forme de rachats d'entreprises en prévision d’un avenir toujours plus propice à leur développement, Xbox se devait de réagir pour conforter sa position frêle et surtout sa stratégie économique basée sur le Xbox Game Pass et PC Game Pass, bien que les ambitions de Microsoft soient encore plus amples.

De plus, la situation financière actuelle du groupe ABK est comparable à celle de Bethesda en 2020. En effet, hormis un éternel Elder Scroll Online et Doom Eternal, les ventes de Bethesda étaient catastrophiques cette année-là (comme les deux précédentes), la faute en partie à un manque de nouveau contenu et un certain Fallout 76. Une situation dont Xbox avait profité pour racheter à bas prix ce pionnier de l’industrie. Mais cette fois, le morceau est plus gros, et la situation interne d’ABK est aujourd’hui critique.

Une restructuration interne inévitable

C’est un dossier que l’on suit régulièrement dans les actualités “Eco de la semaine” : l'évolution de la situation interne du groupe ABK depuis juillet dernier. En effet depuis le procès intenté par le Department of Fair Employement and Housing (DFEH), une agence gouvernementale de la Californie ayant pour but d’enquêter sur les affaires de droit civil, sur fond de discrimination et de sexisme au sein d’ABK, la situation n’a cessé de se volatiliser.

Déjà critiqué pour son salaire excessivement élevé (parmi les 10 plus importants des Etats-Unis) alors que l’entreprise supprime chaque année des centaines de postes, Bobby Kotick est devenu encore plus impopulaire qu’il ne l’était lorsqu’il a été révélé fin 2021 qu’il était personnellement au courant des événements internes, ce qui a conduit les employés à signer une pétition réclamant sa démission au plus vite. Une pétition qui, malgré sa signature par près de 20% des 9500 employés du groupe, n'a abouti à rien.

Toutefois, Phil Spencer, le PDG de Xbox connu tant pour ses valeurs morales que pour son franc-parler, semble vouloir prendre la situation en main par le biais de cette transaction. De ce fait, Bobby Kotick ne sera plus à la tête du groupe après 30 ans de service, depuis 1991. Phil Spencer et les cadres des Xbox Games Studios seront en effet à la tête du groupe dès son intégration en juin 2023.
Néanmoins, lorsque Bobby Kotick se retira totalement du groupe (ce qu’indique le Wall Street Journal), le PDG empochera la belle enveloppe de 300 millions de dollars selon les termes de son contrat actuel.

Concernant la situation interne d’ABK, le communiqué officiel de Microsoft, quelques lignes ont été rédigées en écho aux événements, assurant l’engagement de Xbox pour faire avancer les choses. Rappelons à ce titre qu’en novembre dernier, Phil Spencer était le premier des PDG de Microsoft Gaming, Sony PlayStation et Nintendo à condamner les actions de Bobby Kotick et la situation du groupe ABK.
“En tant qu'entreprise, Microsoft s'engage à poursuivre sa quête d'inclusion dans tous les aspects du jeu, tant chez les employés que chez les joueurs. Nous accordons une grande importance aux cultures individuelles des studios. Nous pensons également que le succès créatif et l'autonomie vont de pair avec le traitement de chaque personne avec dignité et respect. Nous demandons à toutes les équipes et à tous les dirigeants de respecter cet engagement. Nous sommes impatients d'étendre notre culture d'inclusion proactive aux grandes équipes d'Activision Blizzard.”

Qu’adviendra-t-il des licences Activision-Blizzard-King

Si l’on peut lire sur certains titres de presse que Microsoft serait prêt ou aurait tout intérêt à utiliser la licence Call of Duty pour la rendre exclusive à ses systèmes et s’offrir une exclusivité forte, il n’en est rien ce serait même une erreur. En 2018, Microsoft s’était offert les services de Mojang Studios, les créateurs de Minecraft, et ont continué le suivi du titre sur toutes les plateformes, en sortant même une nouvelle entrée multiplateforme pour la série : Minecraft Dungeons.

A lire aussi : Eco de la semaine, tout savoir sur le rachat d'Activision-Blizzard

Depuis l’annonce, Phil Spencer a d’ailleurs assuré que le but de Xbox n’est pas de sanctionner les joueurs et que les plus grandes licences d’ABK (sous-entendu, COD et Overwatch) resteront multiplateformes et intègreront d’ailleurs le cross-play et le cross-save. Le but est avant tout pour Microsoft d’être rentable et l’on connaît les qualités de sa division en termes de suivi pour ses licences phares, en témoigne Minecraft depuis 2018 ou Forza Horizon.


Malgré tout, certaines séries moins “majeures” pour ABK risqueront de devenir exclusives aux systèmes de Microsoft, à l’instar de The Elder Scroll pour Bethesda dont le prochain titre sera exclusif PC/Xbox. L’argument mis en avant par Microsoft pour justifier son action est celui du Xbox et PC Game Pass, où tous les jeux ABK seront disponibles le jour de leur sortie, une manière pour Microsoft de sortir encore plus du lot à l’heure où les rumeurs indiquent que Sony s’apprêterait à lancer son propre Game Pass. Notons qu’après ce rachat, la famille des Xbox Games Studios se composera de 36 studios différents.
"Avec les près de 400 millions de joueurs actifs mensuels d'Activision Blizzard dans 190 pays et trois franchises d'un milliard de dollars, cette acquisition fera du Game Pass l'une des offres de contenus de jeux les plus convaincantes et les plus diversifiées du secteur"

Dominer l’industrie et le métavers

Depuis la création de Microsoft, il s’agit de la plus importante transaction jamais réalisée par l’entreprise. Jusqu’alors, son record était établi à 26,2 milliards de dollars avec le rachat de Linkedin en 2016. L’opération astronomique réalisée en cash représenterait la moitié des réserves de cash de Microsoft, évaluées à 130,615 milliards de dollars en septembre 2021.

Cependant, cet investissement risqué réalisé par Microsoft est motivée par des ambitions plus amples que celles du Game Pass et ses 25 millions d'abonnés ou d’une concurrence aujourd’hui révolue avec Sony, malgré une chute de la valeur boursière du Japonais de 20 milliards de dollars soit 13% depuis l'annonce. Satya Nadella, PDG de Microsoft, a d’ailleurs expliqué que leur objectif est bien celui du métavers.

Microsoft se lance ainsi dans la course au métavers, ces mondes numériques en cours de formation sur lesquels de nombreuses sociétés capitalisent beaucoup de leurs investissements à l’instar de Meta (anciennement Facebook), Epic Games, Tencent, Roblox ou encore Google.

Dans le domaine de l’eSport également, Microsoft trouve sa place dans cette pratique de plus en plus populaire et visible, avec l’obtention de la prestigieuse Major League Gaming organisée par Activision.

Les objectifs de Xbox passent aussi par le mobile et le PC. Il y a quelques semaines, Take-Two Interactive (GTA, NBA 2K) s’était offert les services de Zynga, studio spécialisé dans le jeu mobile, pour le prix de 12,7 milliards de dollars. Dorénavant, Microsoft qui peinait jusqu’alors à s’implanter sur mobile, hérite du studio King, à qui l’on doit le célèbre Candy Crush, racheté par Activision-Blizzard en 2016.

En outre, King est ainsi la porte d’entrée de Microsoft vers un marché convoité, dont les recettes sont estimées à 272 milliards de dollars d’ici 2030. Avec King, Microsoft compte aussi développer le juteux marché indien qui lui était inaccessible jusqu’à maintenant, au même titre que le marché chinois grâce à la popularité de Call of Duty Mobile sur le territoire.

Pour ce qui est du PC, Microsoft s’offre les services de Blizzard et ses licences légendaires (World of Warcraft, Diablo, Starcraft…). Xbox entrera ainsi en possession de quelques-unes des plus prestigieuses licences du PC Gaming, un contenu qui s’ajoute aux grandes licences dont elle est déjà en possession, à savoir Age of Empires et Flight Simulator. Un contenu qui permet à l’entreprise de concurrencer directement le géant chinois Tencent et son fameux League of Legends, en plus de rendre encore plus attractif son PC Game Pass.

Enfin selon les estimations actuelles, Microsoft deviendra après cette opération la troisième plus grande société de jeux au monde en termes de chiffre d'affaires, derrière Tencent et Sony. En revanche, pour ce qui est du développement des technologies de demain, Microsoft se place comme leader dans le développement du domaine encore flou des métavers, ainsi que le développement de l’intelligence artificielle, de la réalité virtuelle (Windows Mixed Reality), de la réalité augmentée (Hololens) et du cloud (Xbox Cloud Gaming, Microsoft Azure).

Une finalisation compromise

Quelques heures après l’annonce de Microsoft, Bobby Kotick s’est lui aussi exprimé, indiquant que la finalisation du contrat se fera bien en juin 2023, comme l’on s’y attendait déjà.

A lire aussi : Dossier - Rétrospective : la guerre au Codemasters aurait pu ne jamais avoir lieu...

Seulement, rien n’assure que la finalisation du rachat d’ABK se déroule comme prévu. En effet, celui de Bethesda avait failli être reporté car il était reproché à Bethesda de vouloir se servir de la tutelle de Microsoft pour fuir ses nombreux problèmes, dont la source est, pour la plupart d’entre eux, Fallout 76.
Dans la mesure où ABK fait aujourd’hui face à la justice californienne, il est possible que les procédures judiciaires soient plus longues que prévu (en cas d’appel de la décision par exemple) et ne viennent retarder la finalisation de l'acquisition.

D’autres rachats encore à prévoir ?

Alors que Microsoft vient de réaliser la plus importante transaction de son histoire, l’hypothèse d’autres rachats est pourtant déjà évoquée. Microsoft ne s’est pas exprimé à ce sujet et il serait étonnant de voir la multinationale américaine passer à nouveau à la caisse.

Pourtant, le cours de la bourse de plusieurs autres géants de l’industrie vidéoludique a fortement augmenté suite à cette annonce, sous l’hypothèse de potentiels futurs rachats par Microsoft. Electronic Arts (+4,28%), Take-Two Interactive (+4,99%) ou encore Ubisoft (+12%) sont concernés par cette augmentation opportuniste soudaine.

Parmi tous ces éditeurs, le rachat le plus probable serait bien entendu celui d’Ubisoft. A ce titre, si la situation économique de l’entreprise française a chuté par rapport à l’an dernier, elle reste dans une meilleure position qu’elle ne l’était en 2019. De plus, là où l’opération avec ABK était ciblée sur plusieurs points précis (métavers, eSport, PC Game Pass et mobile), celle d’Ubisoft aurait moins d’intérêt pour Microsoft, hormis pour agrandir encore son catalogue Game Pass, mais là encore, le jeu n’en vaut pas la chandelle, surtout que si la valeur boursière d'Ubisoft n'est que de 7 milliards de dollars, Microsoft n'a pas des moyens illimités.
Le rachat du groupe Activision-Blizzard-King par Microsoft va avoir une importance capitale dans la stratégie future de Microsoft. La multinationale que l'on connaît davantage pour Windows que pour Xbox place aujourd'hui le gaming au centre de sa stratégie de développement, à l'heure où le milieu gagne en poids de manière considérable grâce au développement des NFT, des cryptomonnaies, des l'intelligence artificielle et des métavers. Il sera donc intéressant de voir dans les prochaines années où se placera Microsoft par rapport à ses concurrences actuels puisqu'aujourd'hui, la main change et la domination (actuelle et surtout future) du milieu se joue davantage entre Tencent et Microsoft qu'entre Sony et Nintendo.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

bahascaux
L'augmentation des cours, peu aussi s'expliquer par le fait que certain ne veulent pas être racheter, donc faire gonfler les prix c'est rendre un rachat plus compliqué. Activision était en difficulté et MS en a profiter car leur cours est bas en ce moment.

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×