• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Hextech Mayhem: A League of Legends Story™ Disponible sur Switch

Test de Hextech Mayhem: A League of Legends Story™ (Switch)

Hextech Mayhem : un jeu de rythme explosif

Piltover n’a qu’à bien se tenir ! Ziggs est arrivé en ville avec un seul objectif : tout péter ! A vos manettes, il est temps de… détruire la ville.

Test
Développé par Choice Provisions, édité par Riot Forge et sorti le 16 novembre 2021, Hextech Mayhem est un jeu de rythme et de plateformes effréné. Vous ne pensiez pas l’association des deux possibles ? Et bien on vous prouve le contraire dans ce test au rythme un peu moins explosif…

L’univers étendu de Leagues of Legends


Sous-titré « A Leagues of Legend Story », Hextech Mayhem s’intègre à l’univers étendu de Leagues of Legends. Avec Arcane, la série Netflix (développée par Fortiche Production, un studio français), Ruined King, l’autre titre sorti le 16 novembre 2021, ou encore Conv/rgence (dont on ignore encore la date), l’univers de LoL n’en finit pas de s’étendre, pour le plaisir de tous.

Car en effet, chacune de ses productions a l’avantage immense d’être suffisamment indépendante pour permettre aux non-initiés d’en profiter ; et en même temps d’inclure suffisamment de clins d’œil, d’histoires, et d’éléments pour séduire les amateurs de LoL et de ses personnages. Car chacun d’eux à une histoire, un passé, et c’est d’ailleurs l’une des grandes forces de Leagues of Legends. Nous sommes donc ravis d’en apprendre plus sur chacun d’eux à travers les différentes productions. Avec Hextech Mayhem, c’est sur le ton de l’humour que Riot introduit Ziggs, expert en Hexplosif, ancien assistant d’Heimerdinger.

L’histoire est relativement simple : Ziggs veut construire la plus grosse bombe qui existe. Mais Heimerdinger, le scientifique, est assez contre l’idée. Pour lui prouver que « mais si, c’est une idée cool » Ziggs fait exploser une partie du labo d’Heimerdinger. S’engage alors une course poursuite entre nos deux protagonistes, à coups d’explosions, de bombes toujours plus grosses et surtout d’une musique tonitruante qui résonne dans tout Piltover, la ville qui accueille le carnage (et le subit aussi).

Tout péter


Le principe du jeu est simple : au cours des 39 niveaux (dont 3 boss), vous devrez appuyer en rythme sur les trois boutons dont chacun correspond à une action : A pour sauter, X pour lâcher une bombe, la flèche du bas pour descendre/s’écraser au sol. Avec ses trois actions, vous pourrez traverser les niveaux et détruire presque intégralement la ville.

Comme nous sommes dans un jeu de rythme, ces actions sont timées : à l’écran, une icône vous indique quel bouton vous devez pousser. Rapidement, vous vous rendez compte que tout est en rythme et que la bande son réagit à votre réussite ou à votre échec, en ajoutant des instruments, en s’étoffant ou en prenant de l’ampleur. Tous les échecs ne sont pas punitifs et c’est là la dimension plateformer du jeu. Ainsi, rater une touche dans un endroit sans obstacle vous fera juste perdre des rouages (et donc du score).

Mais échouer à appuyer sur une touche au bon moment alors qu’il fallait sauter pour éviter un obstacle et vous vous le prenez en pleine poire ! Le jeu passe alors en noir et blanc, le son se fait plus étouffer, vous ne marquez plus aucun point, et il faudra appuyer de nouveau sur la bonne touche au bon moment pour réapparaitre sur la carte. Ainsi, le jeu n’est pas punitif : quel que soit le nombre de vos erreurs, vous parvenez quand même à la fin du niveau. Ce qui va différer, c’est votre score, et cela va impacter la suite de votre aventure.
Pour accéder au niveau suivant, vous devrez marquer le plus de points, mais aussi récupérer des rouages spéciaux bleus. Des rouages spéciaux argentés se cachent aussi dans les niveaux (un par niveau) mais ceux-ci vous serviront à acheter des nouveaux skins pour Ziggs, ils n’ont alors pas de valeurs autre qu’esthétique, et ne sont pas nécessaires pour avancer.

Ainsi, les rouages bleus vous permettent de débloquer la fameuse super bombe de Ziggs, dont vous aurez besoin pendant les phases de boss. Celles-ci sont identiques aux autres niveaux sur le fonctionnement, mais avec quelques différences : une jauge de vie pour votre Ziggs et son module de déplacement, une jauge de vie pour votre ennemi, Heimerdinger, qui veut à tout prix vous arrêter.



Simple comme boum ?


Et bien non. Ou du moins le jeu est-il plutôt bien calibré. A peine les premiers niveaux passés que l’on se dit « ok, je vois le principe, la musique est tout le temps sur le même rythme, avec que trois boutons, ça va être facile ». Et à peine le jeu ajoute-t-il des contretemps, des moments où vous faites ce que vous voulez, ou encore donne des infos sur cette jauge bonus de chaos que vous voyez apparaître dans l’écran récap de chaque fin de niveau. Car rien n’est jamais aussi simple qu’on le pense. Et Hextech Mayhem le prouve à chaque instant.

Ainsi, si au début il s’agissait juste d’appuyer en rythme, rapidement le jeu vous explique que vous pouvez tout casser et donc lancer des bombes même quand on ne vous le demande pas. Les éléments scintillants en bleu étant explosables à loisir. Un peu plus loin, alors que vous vous êtes à peine habituer à faire plus que ce que le niveau vous demande, on vous apprend les contretemps ou demi-temps, histoire d’ajouter une difficulté supplémentaire.

Ou encore les icônes indiquant que vous devez rester appuyer sur la touche demandée pour effectuer votre action. Ainsi, derrière la simplicité de façade se cachent de nombreuses autres mécaniques de jeu qui étoffent et ajoutent en difficulté. Le tout est introduit par des mini-tuto au début du premier niveau concerné par cette nouveauté. On regrettera cependant l’absence d’un espace regroupant l’ensemble des tutos.
Graphiquement le jeu est magnifique. Le character design est fidèle à l’univers de LoL tout en proposant presque une version « chibi » des personnages, une version plus cartoon que l’univers sombre présenté par exemple dans Arcane. Le côté ultra coloré (une explosion de couleurs ici) est agréable à l’œil, bien que le très grand nombre d’éléments compliquent parfois la visibilité.

Le hic, c’est que Ziggs est un tout petit personnage dans un univers gigantesque et qu’à la vitesse où défile le paysage on a parfois du mal à savoir où on se trouve ou ce qu’on fait exactement. Le seul avantage à cela est que d’une certaine façon Ziggs est fixe : son emplacement sur l’écran est sur une ligne fixe, un peu comme dans 90% des jeux de rythmes à défilement horizontal. On finit donc par s’y faire et même si on ne voit pas à proprement parlé notre personnage, on n’en a pas vraiment besoin pour appuyer sur les touches en rythme.

Pour le reste, les backgrounds manquent de diversité, mais après tout, on détruit la ville alors il aurait été étrange d’avoir autre chose que des structures urbaines en fond. Cependant, même si on a parfois peu le temps de s’attacher aux décors, un peu plus de variété n’aurait pas été un mal.
17/20
Avec une jouabilité au top, un humour littéralement décapant et un rythme haletant, Hextech Mayhem est un jeu de rythme et de plateformes efficace. Il est la preuve que l’on peut fusionner les deux genres pour donner un titre où l’on évolue entre découverte et scoring, entre appuyer en cadence et tout péter de façon plus aléatoire. Les niveaux s'enchaînent et l’on prend rapidement goût à l'enchaînement des touches et les possibilités apportées par les ajouts. Un titre explosif, bienvenu, rafraîchissant et drôle.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

17 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Excellente surprise, Hextech Mayhem est un jeu étonnant, drôle et addictif. Inaugurant (avec Ruined King) les jeux sous-titrés « A League of Legends Story », Hextech Mayhem est une réussite à bien des égards. Déjà parce que les bons jeux de rythme sont rares de façon générale, ensuite parce qu’on avait rarement vu un titre aussi explosif (au sens premier du terme). Très accessible même si vous n’avez jamais joué à LoL, Hextech Mayhem parvient à toucher tous les publics, en faisant quelques clins d’œil ici ou là au reste de l’univers. Envie de tout exploser ? Le jeu est fait pour vous ! A vos manettes !

Jouabilité
Le principe du jeu est simple : trois boutons, du moins au début, et une signalétique plutôt claire à l’écran. Au moment où vous pensez que c’est en fait très simple, le jeu ajoute de la difficulté ou vous révèle que vous pouvez littéralement tout péter dans le décor. Le tout offre une expérience de jeu basée sur un gameplay simple mais s’étoffant au fur et à mesure. Bien sûr, il faudra voir le sens du rythme !
Durée de vie
Avec 36 niveaux plus 3 boss, et des possibilités de rejouabilité fortes, ne serait-ce que pour obtenir les meilleurs scores, obtenir tous les boulons bleus ou argent, ou encore tout casser, la durée de vie de ce titre est conséquente.
Graphismes
« Petit jeu » ou grande production, Riot met les petits plats dans les grands. Hextech Mayhem est graphiquement impeccable, avec une réalisation cartoonesque parfaitement maîtrisée, des visuels riches en détails et des possibilités de customisation. Reste un petit souci, notamment sur l’accessibilité ou le fait que la surcharge graphique pourrait être un vecteur de difficulté comme nous le mentionnons dans notre test.
Son
Amateurs de musique qui décoiffent, bienvenue ! Ici, ce sera à vous de composer la musique, en quelque sorte, alors si elle n’est pas bonne… ce sera votre faute ! Pour le reste, le rythme n’est pas sans rappeler certains thèmes de Crash Bandicoot. A l’exception qu’ici, tout est fait pour que vous puissiez contrôler le rythme, les « notes » (enfin les explosions) etc. C’est l’élément central du jeu après tout !
Intérêt
Les amateurs de Leagues of Legend y trouveront leur compte. Les amateurs de jeu de rythme aussi. Ceux de plateformes étonnants et drôles aussi. Sans oublier ceux qui ont découvert l’univers avec la série Arcane, ou alors les autres jeux comme Ruined King. Bref, le jeu s’adresse à tous, que vous soyez ou non connaisseurs de l’univers de LoL. C’est d’ailleurs l’un des intérêts du titre : montrer aussi que Riot sait se diversifier pour offrir du contenu accessible à tous, tout en étendant leur univers.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Hextech Mayhem: A League of Legends Story™ (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×