• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Youtubers Life 2 Disponible sur Switch

Test de Youtubers Life 2 (Switch)

Test de Youtubers Life 2 : ET ÇA TOURNE MAL !

« Le jeu Youtubers Life premier du nom a une suite… ET ÇA TOURNE MAL ! » Voilà le titre racoleur qu’on retrouverait typiquement dans ce nouveau jeu qui entend surfer sur l’engouement autour du métier de Youtubeur. Décryptage !

Test
Les fans de la plateforme de streaming aujourd’hui incontournable ne se comptent plus (celle-ci est renommée NewTube dans le jeu, sans doute faute de droits). Ceux aspirant à une carrière en tant youtubeur, marchant dans les pas de leurs idoles, se font aussi de plus en plus nombreux. On comprend donc le potentiel d’un tel sujet, voire même la volonté de sortir une suite à Youtubers Life premier du nom, afin de tirer profit des changements constants de la plateforme de vidéos et aussi de la vie de ses acteurs car c’est ce qu’était le premier jeu : une simulation de vie, comme il en existe depuis quelques années pléthore. L’angle adopté par ce second jeu est malheureusement bien décevant, privilégiant les micro-tâches, réduisant la liberté du joueur et surfant sur ce que les réseaux sociaux ont de plus « cool » diront certains ou de superficiel diront d’autres (question d’âge peut-être… ou de bon sens (rassurons-nous comme nous le pouvons)). S’ajoutent à cela toute une série de problèmes dans la réalisation d’un titre alternant entre les phases d’agacement face à sa mauvaise construction ou de découragement quant à son ton superficiel.

Vis ma vie de célébrité en devenir

Le succès des jeux de simulation n’est plus à démontrer, ceux-ci existent aujourd’hui sur tous les sujets possibles et il est assez logique que la sphère des vidéastes-influenceurs bénéficie aussi de son propre jeu. L’aventure commence ainsi avec la création de notre avatar. La personnalisation des traits physiques n’est pas très poussée mais offre, grâce aux graphismes colorés et plaisants du jeu, reconnaissons-lui cela, de se forger un personnage haut en couleurs.

C’est ensuite que les choses se gâtent, on se retrouve en effet projeté dans une ville divisée en trois quartiers qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère des Sims. Le jeu créé par Maxis revient en effet fréquemment à l’esprit car il convient là aussi de faire évoluer notre personnage dans l’agglomération peuplée de personnages au caractère bien trempé (nous y reviendrons), tout en veillant à s’occuper de ses besoins.

Là-dessus n’attendez toutefois rien de bien développé, une simple barre d’énergie est à surveiller. Pour autant, aussi rudimentaire ce système soit-il, il s’avère totalement omniprésent et participe à alourdir un jeu qui ne distingue pas par son ergonomie.
Une fois arrivé en ville, on se retrouve pris en charge par notre agent Xavier qui nous trouve une maison dans un des trois quartiers et nous somme prier de commencer à produire du contenu vidéo pour alimenter une chaine NewTube fraichement créée (mais pourquoi nous au fait ?

Parce que nous avons été remarqués en finissant le premier Youtubers life, manière de féliciter les fans de la franchise). Accompagné d’un petit robot/drone assistant pour compagnon, nous voilà lâché avec notre téléphone portable et comme seule limite notre imagination pour tenter de devenir le « youtuber » le plus populaire de la ville.
NewTubeCity s’avère concentrer un nombre d’influenceurs au mètre carré impressionnant, les meilleurs (classement omniprésent dans le jeu oblige) totalisant plusieurs dizaines de dizaines de milliers de vues et d’abonnés. La concurrence s’annonce féroce et on s’attend alors à pouvoir faire marcher notre imagination et proposer des idées originales, du contenu qui sort de l’ordinaire pour se démarquer.

Sauf que la voie choisie par Youtubers Life 2 est toute autre. Il ne s’agit en rien d’un jeu incubateur de talent, accompagnant l’aspirant vidéaste pour tester ses idées et s’entrainer à l’enregistrement et au montage de ses créations, pour plus tard rejoindre le vrai YouTube. Insistons sur ce point, il n’en est absolument rien mais alors rien du tout.

Si l’on s’amuse en effet au début à chercher un nom de chaîne original, il s’avère en réalité que le jeu nous prend la main de A à Z pour produire un contenu défiant le néant en termes de créativité. Au programme : #NouvelleInstallation, #Vlog, #Commentaire (on notera au passage les mauvaises traductions du jeu qui, quand il ne laisse pas passer des textes en anglais, propose des traductions qui ne veulent rien dire) et n’espérez pas ou peu davantage.

Jamais le contenu en tant que tel des vidéos n’est évoqué. On fait des vidéos où l’on s’adresse aux abonnés mais à propos de quoi ? Grand mystère. On filme des vlogs à l’extérieur ou bien effectuons des interviews mais sur quels sujets ? Là aussi à aucun moment le jeu ne nous permet de le savoir. La seule action à effectuer lors de l’enregistrement des vidéos est de choisir à plusieurs reprises quelles émotions notre personnage ressent.

Les réactions sont d’un cliché qui dépasse l’entendement et surfent sur des codes actuels de YouTube extrêmement formatés (ex : l’usage de MAJUSCULES À OUTRANCE pour attirer l’attention, les formules comme « et ça tourne mal », les fous rires, la prétention, la méchanceté gratuite…), tout pour produire un contenu excentrique et amasser le plus de vues, d’abonnés et d’argent.

Nerf de la guerre oblige, l’argent régit tout le jeu. Il nous permet d’acheter du matériel pour faire des vidéos, des accessoires pour notre apparence et de la nourriture pour remonter cette maudite barre d’énergie.

Au chapitre technique : au secours

Si au moins le titre offrait une technique irréprochable, peut-être serait-il alors plus agréable d’avancer dans cette longue aventure. La durée de vie du titre est en effet conséquente, le jeu avançant selon les jours de la semaine à travers quatre saisons, chaque jour proposant son lot de tendances, rythmées par les hashtags quotidiens.

C’est là aussi une autre critique que l’on peut formuler à l’encontre du titre : notre personnage est affreusement passif et totalement dépendant des tendances : tel jeu est tendance, alors il faut faire une session de gaming dessus, tel endroit est sous le feu des projecteurs, il faut immédiatement s’y rendre et enregistrer un vlog.

À aucun moment nous ne pouvons décider de sortir des sentiers battus et proposer du contenu original au risque de ne pas rencontrer le succès et se voir remonter les bretelles par le jeu via notre robot assistant ou notre manager Xavier. Mouton tu es et mouton tu resteras.
À expérience longue on aurait au moins pu espérer une optimisation parfaite mais malheureusement il n’en est rien. Visiblement le jeu n’a pas été pensé en termes de confort pour le joueur.

Les temps de chargement y sont omniprésents : chaque entrée dans un bâtiment et chaque déplacement entre les trois quartiers imposent un temps d’attente assez long (comptez 10 à 15 secondes) et cassant l’envie parfois même d’aller à tel endroit tant on sait que cela risque d’engendrer des chargements pénibles.

Citons aussi le système de sauvegarde d’un autre âge : oubliez la possibilité de sauvegarder quand bon vous semble, le jeu n’enregistre la partie qu’après une nuit de sommeil, autant dire qu’il faut particulièrement bien calculer son coup si l’on souhaite arrêter une session et surtout prier pour que le jeu ne freeze pas, vous faisant alors perdre la totalité des activités faites dans la journée (expérience vécue).

Mentionnons enfin la gestion du temps dans le jeu, avec d’une part l’horloge interne qui fait avancer le déroulement de la journée à vitesse grand V, ne laissant que peu de temps pour faire des activités avant la tombée du jour (d’autant plus que certaines activités ne sont possibles que de jour ou selon des heures précises) et d’autre part la gestion de notre énergie. Ce point est définitivement le point le plus agaçant du titre : notre personnage perd à peu près toute énergie en enregistrant une vidéo et en l’éditant, n’espérez ensuite ne plus pouvoir faire grand-chose, sauf à se trainer jusqu’à un restaurant pour engloutir un plat couteux et faire remonter cette maudite barre d’énergie.

Bien sûr le titre s’accompagne de bugs d’affichage, d’une ergonomie discutable (quid de l’inventaire et de la gestion des objets à placer dans son intérieur) et d’une traduction passablement mauvaise.
Le jeu ne s’en tire finalement que sur le versant graphique, adoptant avec assez peu de discrétion, la direction artistique des récents Pokémon Let's Go Pikachu et Evoli et plus anciennement du jeu MySims sur Wii (auquel il emprunte d’ailleurs ses temps de chargement indigestes) mais aussi naturellement à Animal Crossing New Horizons qui semble être devenu un modèle incontournable pour beaucoup de nouveaux jeux… mais souvent en moins bien (pour trois raisons ici : l’ergonomie des menus dans la personnalisation de son domicile, les relations avec les personnages et la qualité des dialogues et plus généralement l’écriture du titre).

Une vision totalement superficielle

À qui un tel jeu se destine-t-il donc ? Évidemment à tout youtubeur qui aurait envie de prolonger son expérience au-delà du vrai YouTube. On lui recommandera alors de ne pas être allergique au contenu facile, aux réseaux sociaux omniprésents et plus généralement à un mode de vie très oisif fait de superficialité.

Que dire en effet d’un avatar qui passe sa journée à courir (ou rouler à l’aide des trottinettes en libre-service disponibles un peu partout mais seulement empruntables après avoir passé son permis officiel de trottinette délivré par l’Hôtel de ville) derrière les dernières tendances, à produire des vidéos faciles avec pour seul contenu les fous rires, l’égo surdimensionné, réclamer des abonnés et enfin à alimenter sa page « Instalife » (Instagram vous avez compris) de photos et vidéos en toutes occasions ?

On s’interroge alors sérieusement sur l’intérêt que peuvent en tirer les jeunes fans en quête d’un jeu qui les rapprocherait un peu du quotidien de leurs idoles d’Internet et leur permettrait de toucher du doigt ce métier vendu ici comme facile et à l’argent rapide ? Notre avis n’a guère évolué vers le mieux au fil de nos heures de jeu, pire, on comprend que la morale distillée dans Youtubers Life 2 n’a rien de très reluisante.

Mentionnons deux points assez significatifs : le premier s’agissant du rapport à autrui et le second du modèle de vie défendu par le titre.
On ne peut qu’être atterré devant les dialogues qui s’enchainent dans le jeu. Les PNJ, présents en grand nombre en ville et dans tous les lieux que l’on visite, représentent à merveille la société individualiste et autocentrée de NewTubeCity. Pour être concret, n’espérez pas avoir de bonnes relations avec ces personnages qui, s’ils daignent vous parler, sont bien plus souvent froids pour ne pas dire peu sympathiques voire carrément insultants dès les premiers échanges.

Certes les développeurs ont prévu le fait que les relations sont censées s’améliorer, à travers un cœur qui se remplit au fur et à mesure qu’on discute et qu’on remplit des tâches mais est-ce normal de se voir asséner un beau « casse-toi » ou équivalents gratuitement lors de nos échanges ? Pour un jeu de simulation de vie, voilà que les haters tant décriés des réseaux sociaux pénètrent dans le quotidien. On ne félicite pas l’idée.
Que penser enfin de la nature même de notre personnage et du modèle de vie qu’il suit. Nous sommes en effet sérieusement en train de diriger ce qui s’apparente le plus à un jeune voire un très jeune personnage, pourtant celui-ci est projeté dans une ville où il est contraint de faire des vidéos, vivant dans une maison donnée/imposée par un agent qui dicte nos faits et gestes, nous retrouvant sans aucun argent et obligé d’effectuer des tâches de livraison fastidieuses pour se nourrir, avec pour seuls moyens les restaurants populaires du coin où prendre des plats à emporter (donnez-nous les coordonnées exactes de cette NewTubeCity pour que nous n’ayons jamais à y mettre les pieds !).

En sommes, s’agissant du modèle suivi par le jeu la déception est de mise, a fortiori car la comparaison avec le premier Youtubers Life qui, s’il ne brillait pas sur tous les points, proposait une expérience teintée d’RPG, avec des possibilités d’agir et influer sur le contenu vidéo que l’on propose plus poussé. Au contraire Youtubers Life 2 semble emprunter une voie qui le fait beaucoup ressembler à un jeu mobile où le joueur est invité à se connecter une fois par jour pour effectuer quelques tâches en étant surtout spectateur, avec bien souvent le peu de profondeur qui l’accompagne. Certainement pas donc une expérience invitant à laisser libre court à sa créativité.
8/20
Au terme de ce test on ne peut que regretter les choix faits par les développeurs qui proposent ici un jeu certes joli visuellement mais tellement creux sur le plan du gameplay, pauvre dans la liberté offerte au joueur, vide de sens quant à la motivation, au plaisir et à la passion de ce métier aujourd’hui de plus en plus reconnu (le nom youtubeur étant repris dans plusieurs dictionnaires) et surtout truffé de lourdeurs techniques qui en rendent l’expérience franchement désagréable.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

08 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Un second opus qui change beaucoup du premier, des graphismes mignons mais une réalisation très médiocre pour une ode au superficiel, voilà le joli cocktail qui attend les (jeunes) aspirants à une carrière en tant que « Youtuber » !

Jouabilité
Le parent pauvre du titre ou si l’on considère que choisir entre quelques émotions pour fabriquer une vidéo et ensuite assembler quelques séquences à la manière d’un puzzle suffisent à rendre compte de l’activité d’un youtubeur ou même de prendre du plaisir en jouant. Ce ne sont pas les quelques tentatives pour diversifier l’expérience (le gameplay des phases de streaming façon Guitar Hero et les animations dans la ville) qui risquent de beaucoup rattraper la lassitude qui s’installe.
Durée de vie
Voilà un critère amplement rempli. Le jeu adoptant à la manière d’un Animal Crossing un calendrier où chaque jour apporte son lot de nouveautés, l’objectif de devenir le youtubeur le plus populaire s’avère relativement long à atteindre et offre au titre une durée de vie de bonne tenue. Si vous parvenez à passer sur la pauvreté du gameplay et êtes d’une patience d’ange avec les fréquentes lourdeurs du titre, on vous promet d’atteindre largement la quinzaine d’heures de jeu et de continuer à jouer.
Graphismes
Sûrement le point le plus soigné par l’équipe en charge du jeu : les graphismes sont colorés, les personnages avec une identité visuelle originale. La ville en elle-même est également agréable à parcourir (hors temps de chargement entre zones). Joue-t-on pour autant à un tel jeu pour se délecter du design mignon de personnages (par ailleurs infectes dès qu’ils communiquent) ?
Son
Rien de sensiblement notable, en bien comme en mal. Les musiques sont peu présentes dans le titre et clairement pas faites pour rester dans les esprits.
Intérêt
L’idée de départ du jeu est loin d’être inintéressante tant elle touche un métier qui tend à se développer et surtout à susciter fantasmes et admiration. Pour autant, avec un traitement aussi superficiel, une réalisation pas à la hauteur et un choix de gameplay qui place le joueur dans une position totalement attentiste, on tendra assez nettement à déconseiller le titre et à se reporter plutôt au Youtubers Life premier du nom (voire même encore mieux, pour les lecteurs suffisamment âgés, à franchir le cap de la propre chaîne YouTube afin de produire un contenu personnel et pourquoi pas réussir à vivre d’un métier qui est avant toute chose une passion, n’en déplaise au message porté par le présent jeu).
Ergonomie
Rien de catastrophique du point de vue des menus assez explicitement matérialisées à la façon d’applications dans un smartphone, en revanche un inventaire mal pensé, des fausses notes côté traduction des textes et surtout des temps de chargement omniprésents.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Youtubers Life 2 (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×