News Ubisoft Montpellier

Michel Ancel se défend et pointe du doigt un groupe de personnes qui voulaient sa peau au sein d'Ubisoft

Cela tourne clairement au vinaigre après la publication de l'article à charge du journal Libération mettant en évidence de nombreuses difficultés autour de Michel Ancel, bien connu pour ses créations comme Rayman. Le créatif se défend, via son compte Instagram mais aussi par une interview dans le journal Midi Libre.

News
C'est un dossier extrêmement délicat, qui met mal à l'aise car bien difficile à vérifier immédiatement. Mais comme nous avions évoqué l'article à charge contre les pratiques de management au sein d'Ubisoft, visant également les dérives autour de Michel Ancel, par correction et équité nous publions également la contre-attaque de Michel Ancel, qui sous-entend un climat délétère au sein du studio depuis de nombreuses années, avec en ligne de mire un petit groupe de développeurs.

Michel Ancel l'avait indiqué très tôt, pour lui tout l'article de Libération n'est orchestré qu'autour des paroles d'un petit groupe de personnes, et n'est pas le reflet de la pensée de l'ensemble des équipes d'Ubisoft Montpellier, un petit groupe avec qui l'entente était très mauvaise depuis des années. Sur son compte Instagram, Michel Ancel organise sa défense.

La parole de Michel Ancel


Enquête Jade : Article de Libération partie 1

Jade : M. Ancel, vous avez dit que le journaliste a utilisé des informations provenant de personnes jalouses et pleines de rage, c'est une allégation grave.

Michel Ancel : Il y a un groupe de vétérans développeurs à UbiSoft Montpellier et ils me détestent depuis des années.


J : Pouvez-vous le prouver ?

MA : J'ai apporté 3 pièces à conviction datant de 10 ans



Bandes dessinées envoyées à tout le studio. Je suis super puissant, je ne fais rien au travail, j'ai un gros salaire et j'ai mon propre lieu de travail. Je n'ai rien contre l'artiste derrière le crayon, il a juste dit ce que certains vétérans pensaient dans mon dos. J'ai retiré les blagues sexuelles et autres choses négatives contre moi (la bande dessinée est plus longue)

Ma réponse à l'ensemble du studio. C'était trop injuste. Le prototype Bge vient d'être tué après deux années de travail intense. Nous n'avions pas d'argent, pas de codeurs. Nous avons aidé les autres équipes. C'était contraire à ce qui était dit dans les bandes dessinées et à ce que pensaient les vétérans toxiques.

La réponse de l'artiste où vous réalisez à quel point la haine et la jalousie contre moi sont répandues par ces vétérans.


J : Que s'est-il passé après ?

MA : Nous avons fait un nouveau moteur appelé Ubi Art et 2 jeux fantastiques : Rayman origins (87 meta.) et Rayman Legends (92 meta.) . Pas mal pour les développeurs paresseux ! Quelques vétérans ont travaillé sur Tintin (59 meta.) . Cela a généré plus de jalousie et de colère...


J : pourquoi montrer ces preuves vieilles de 10 ans ?

MA : Parce que c'est la même attaque des mêmes personnes mais plus forte. Ils disent la même chose : Michel a tous les pouvoirs, il fait ce qu'il veut, il ne travaille pas sérieusement... Mais cette fois-ci, ce n'est pas une bande dessinée, ils ont manipulé le journaliste pour me détruire. Ils n'essaient pas d'améliorer les conditions de travail ou d'aider qui que ce soit. Ils ont témoigné pour se venger. Une fois de plus, tout est faux.


J : pourquoi tant de haine ?

MA : Certains ont fait tuer leur projet (pas par moi) . D'autres ont quitté Ubi pour leurs propres créations mais sont revenus pour de l'argent, frustrés. D'autres n'ont pas apprécié d'être défiés pendant la production.


J : Peut-être en avez-vous trop demandé ?

MA : C'est un peu plus compliqué...


J : Ok, bon sujet pour une autre enquête, merci.
17 h

Que dire ?

On sent l'homme touché par ces attaques, devenues publiques suite à l'article de Libération. Est-ce une bonne chose pour Michel Ancel de répondre via Instagram au lieu de demander un droit de réponse (ou faire une contre-attaque dans un autre quotidien) ? A-t-il lancé une procédure de diffamation ? Ce déballage publique donne clairement une vision sombre de certaines relations au sein d'Ubisoft. On se demande pourquoi dix ans auparavant, lorsque la fameuse bande-dessinée présentée en extrait est arrivée dans les mains de Michel Ancel, il n'a pas informé la hiérarchie de ce problème, qui finalement semble avoir été récurrent. On a également du mal à comprendre comment des personnes, avec qui on était en mauvaise relation, sont parties puis revenues au sein d'Ubisoft, en laissant se reconstituer dans les mêmes locaux ce climat toxique.

Nous attendrons que les enquêtes diligentées face la lumière sur l'ensemble de cette histoire qui, quoi qu'il arrive désormais, laissera des traces. En espérant que le journal Libération, dans son enquête, n'a pas pris de raccourcis trop hâtifs avant de publier son article retentissant, en ne se basant effectivement que sur un nombre restreint de témoignages. Les deux camps vont probablement mettre en avant divers faits dans les semaines qui vont suivre.

Michel Ancel a accordé une interview auprès de Midi Libre, que vous pouvez lire intégralement ici. En voici un extrait :

C’est pourtant vous, et vous seul, qui êtes au centre de cet article…

Et pourtant, je suis quasiment absent du projet depuis deux ans. Alors pourquoi on attaque Michel Ancel ? J’ai fondé le studio Ubisoft de Montpellier il y a 24 ans. En 24 ans de projets, une certaine aigreur a peut-être émergé chez certains. On m’a déjà attaqué de l’intérieur. On m’a caricaturé. Je crois que ces gens-là ont piégé Libération pour me faire tomber.

Ils avaient envie de se venger depuis longtemps, mais ils se moquent bien des salariés qui ont un vrai mal-être et des projets qu’ils sont en train d’abîmer. C’est un règlement de comptes. Une enquête indépendante a été diligentée au sein du studio montpelliérain.

Pourquoi ?

Il faut être très clair. Des faits graves se sont produits dans le studio de Paris. La structure de Montpellier est totalement indépendante. Ici, on fabrique des jeux vidéo. L’enquête qui y est conduite par un organisme indépendant a pour but d’assainir les tensions et j’ai répondu dans ce cadre à toutes les questions posées. Je suis honnête, le climat n’est pas détendu aujourd’hui.
Sources : Compte Instagram de Michel Ancel et article du Midi Libre

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×