DeNA Fondée en 1999 Nb. employés 2108

News DeNA

DeNA tranche dans ses effectifs en Amérique du Nord

L'entreprise qui diffuse des jeux sur mobiles va réduire ses effectifs en Amérique du Nord. Le rapprochement avec Nintendo n'en serait pas la cause.

News
La société DeNA est désormais connue du grand public depuis l'accord scellé avec Nintendo pour apporter sur leur plateforme de jeu des titres en provenance du constructeur japonais.Au début du mois d'avril, DeNA a annoncé un plan de croissance ambitieux, l'éditeur de jeux mobiles espérant ainsi battre ses records de ventes avec l'aide des franchises du géant japonais, ce qui représenterait un objectif de 23 millions d'euros par mois et par jeu.

Pourtant, le 13 avril, plusieurs quotidiens économiques révélaient que la société DeNA avait procédé récemment à plusieurs licenciements au sein de ses bureaux situés à Vancouver et San Francisco, dans le cadre d'un plan social déjà annoncé concernant ses activités en Amérique.

Un représentant de la firme à GamesBeat a cependant annoncé dans un communiqué officiel le point suivant :
L'Occident continuera de représenter l'un de nos marchés clés pour les jeux mobiles, et cette décision n'a aucun lien avec notre partenariat avec Nintendo.
Alors, pourquoi un tel besoin de restructuration justifiant le départ de ses collaborateurs à un moment où l'entreprise a officialisé son accord de partenariat avec Nintendo ?

La réponse est à rechercher dans une interview donnée par Atsuo Nakayama, vice-président directeur du studio de Bandai Namco établi à Vancouver, dans le cadre de la conférence East Meets West: Video Game Development in Canada and Japan, s'étant déroulée le 11 mars 2015 à l'Université Concordia. Les observations de Nakayama sur l’industrie du jeu vidéo permettent de mieux comprendre pourquoi Nintendo a choisi d’investir dans les plateformes mobiles à partir de maintenant.

Pourquoi maintenant?

Selon les analyses présentées par Nakayama, les ventes de jeux vidéo à l’échelle mondiale devraient atteindre 80 milliards en 2016, pour croître jusqu’à 160 milliards d’ici cinq ans. Les appareils mobiles représentant actuellement une portion de plus en plus importante du marché, le directeur du studio de Bandai Namco Vancouver s’attend à ce que le volet mobile représente au moins 50% de l’industrie du jeu vidéo.

Comme l’a affirmé le PDG de Nintendo Satoru Iwata durant le point de presse du 17 mars 2015, « maintenant que les appareils intelligents sont devenus la fenêtre par laquelle de nombreuses personnes se connectent à la société, ne pas prendre avantage de ces appareils serait du gaspillage ».

De plus, cette augmentation d’utilisateurs pourrait se traduire par une augmentation des profits. Durant la conférence, Nakayama justifiait le virage au mobile en se référant à la dépense moyenne du consommateur : tandis que sur les consoles le montant s’élève à 72¢ par heure, la formule des achats intégrés permet aux jeux mobiles d’atteindre une moyenne de 2$ par heure. Dans la mesure où la production de jeu vidéo devient de plus en plus coûteuse, plusieurs géants de l’industrie se tournent vers le mobile pour remplir leurs coffres, afin de soutenir les superproductions réalisées pour les consoles et l’ordinateur, le cas de Konami étant un exemple flagrant.

Néanmoins, malgré l’importance grandissante des applications ludiques visant les navigateurs et les smartphones, ce volet du marché demeure très volatile. À l’échelle mondiale, on peut songer à Zynga, qui a fait la pluie et le beau temps sur Facebook pendant quelques années avant de disparaître dans l’ombre de King, dont le jeu Candy Crush Saga semble omniprésent sur les appareils intelligents.

Au Japon, Gree et DeNA se sont taillés une place de choix entre 2009 et 2011 en se concentrant sur les jeux pour feature phone, l’ancêtre du smartphone. Depuis, ils se sont fait détrôner par GungHo, dont le jeu Puzzle & Dragons (disponible sur iPhone, Android et Kindle Fire) a récolté 2 milliards en 18 mois. Aujourd'hui, pour survivre, DeNA a besoin de licences fortes pour se démarquer de la concurrence et Nintendo possède ces licences.
Ainsi, selon Atsuo Nakayama de Bandai Namco, le fait d’entrer tardivement dans l’industrie mobile n’est pas nécessairement un désavantage. En fait, la réduction des effectifs dans des entreprises comme Gree et DeNA permettrait à Bandai Namco et à Nintendo d’engager des spécialistes du mobile pour accélérer le coup d’envoi de leurs projets, tout en tirant profit de propriétés intellectuelles déjà populaires sur consoles.

Étant donné que DeNA commence à peine le développement d’applications natives pour Android et iOS, le moment semble propice pour un partenariat avec Nintendo, sans représenter pour ce dernier un investissement aussi faramineux que si le partenariat avait débuté quelques années plus tôt. C'est dans cette optique stratégique et d'écoute du marché qu'il faut comprendre les restructurations actuellement engagées chez DeNA.

Sources : Nintendo Life et Branchez-vous

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×