Mobile Nom court mobile

Dossier Mobile (mobile)

La nouvelle stratégie de Nintendo : DeNA, le changement de cap des jeux consoles (2)

N'oublions pas trop vite DeNA. Grâce aux résultats financiers de l’entreprise publiés le 7 août dernier, l'occasion nous est donnée de faire un point sur le partenaire de Nintendo le plus en vogue, éclairant le virage amorcé en profondeur par la firme.

Dossier
Vous lisez ici la seconde partie de notre grand dossier consacré à la stratégie mobile de Nintendo. Pour découvrir la première partie, cliquez ici !

Un univers de possibilité toujours plus grand : eh oui, cela prend du temps à concevoir. Si l’on veut rester dans un cadre imposé par l’équipe de programmeurs tout en donnant la sensation d’une grande liberté d’actions et de choix, il faut mettre le paquet au niveau du scénario et des options possibles dans le jeu. Un exemple type est Fire Emblem Fates sur 3DS, avec le concours d’un écrivain chevronné pour donner matière au récit et permettre un choix de chemin de vie riche.
Au regard du boulot énorme accompli et de la galère en localisation à effectuer pour que les subtilités des dialogues soient correctement transposées à l’étranger, l’exercice ne pourra pas être reproduit tous les jours. Zelda Wii U, encore lui, rencontre les mêmes problèmes : la carte que l’on pourra normalement parcourir doit être particulièrement vaste, or il faut la remplir pour ne pas donner l’impression d’un monde vide. Les équipes sont donc dépassées par les besoins. C’est ainsi que l’éditeur UbiSoft a souffert sur ses derniers titres, dépassé par la barre qu’il s’était fixé initialement sans se laisser suffisamment de temps pour réaliser au mieux l’ensemble des promesses qu’il avait prématurément vendu à l’avance : on prendra les exemples de Watch Dog et du dernier Assassin’s Creed, pénalisés par des bugs en pagaille ou par un downgrade important par rapport aux premières présentation.

Pour combler les vides dans les plannings de sortie, on s’est donc lancé dans des jeux plus limités en temps de développement mais toujours funs : Captain Toad Treasure Tracker, Kirby, Yoshi’s Wooly World pour la Wii U, Mario & Luigi: Paper Jam Bros pour la 3DS. Les 3 titres de la Wii U sont sympas mais ils se finissent soit rapidement soit on repère une mécanique répétitive et parfois brouillonne dans certains choix de progression des décors, faute de temps (Yoshi pour ce dernier exemple, très beau mais pas toujours cohérent dans la progression des décors comme nous l’avions souligné dans notre aperçu test). Ces titres n’arrivent pas à combler les temps d’attente entre les autres grands jeux car leur durée de vie est brève, ce point est particulièrement important pour la compréhension de l’orientation actuelle des futurs jeux Nintendo. Même si on fait appel à des équipes de développement externes (Mario & Luigi: Paper Jam Bros avec AlphaDream, Star Fox Zero avec Platinum Games, Devil’s Third…), il faut toujours chapeauter l’ensemble des efforts ce qui nécessite une énergie considérable en management d’équipe, comme le reconnaissait M. Miyamoto, qui passe beaucoup de temps à faire le relai à ce niveau.

Le jeu casual : entre amis ou en famille, on se retrouve à plusieurs localement pour divers mini jeux ou clone de jeux de l’oie. C’est sympa mais encore faut-il se renouveler suffisamment pour conserver un intérêt. À nouveau, l’imagination des concepteurs peut s’assécher et la Wii U a connu plusieurs ratés de ce type en début de vie. Game & Wario (un system seller) et Wii Party U se sont ainsi plantés, Ubisoft ne faisant pas mieux de son côté avec son jeu lapin crétin.

Game & Wario

Wii Party U

Lapins Crétins Land
Trois gadins en début de vie de console sur une même catégorie de jeux, cela laisse des traces et montre combien ce type de jeu est difficile à créer et à renouveler. Même Mario Party 10 (autre system seller) ne convainc pas totalement (mais les progrès sont notables cependant).

Mario Party 10
Seul Nintendo Land a réussi à tirer son épingle du jeu, aidé par le fait qu’il soit vendu avec une indispensable Wiimote.

Nintendo Land : Mario Chase
Animal Crossing Amiibo Festival ne semble être proposé à la va-vite que pour justifier un peu plus au niveau jeu les amiibo et faire face un minimum à l’absence de titre Animal Crossing sur la console de salon, il sortira d’ici la fin de l’année mais difficile de s’enthousiasmer pour un titre qui brille par son absence de mise en avant actuellement.

Nintendo Land : Animal Crossing
Les jeux de sport : Wii Fit U est très sympa mais contraignante par ses besoins en périphériques et malheureusement elle ne s’est pas renouvelée en activités supplémentaires.

Wii Fit U
Wii Sports Club est une révision HD n’apportant pas grand-chose de plus par rapport à l’ancienne version (cela reste bien), Mario Golf sur 3DS fait son job et Mario Tennis Ultra Smash est sorti brutalement des cartons pour combler un vide autour de Mario, de jeux de sport, tout en bénéficiant d’une réalisation de qualité qui limite les temps de développement.
Mais des pans entiers de sport sont absents (football, rugby) et ce ne sont pas les Mario et Sonic Jeux Olympiques qui arrivent à combler les attentes (même si pour le moment le titre Rio 2016 laisse un peu d’espoir), ces jeux étant réalisés par Sega et non Nintendo.

Les cross-overs improbables : l’ouverture des licences Nintendo entre elles ou avec des licences étrangères a été un fait marquant de ces dernières années. Mario et Sonic ont ouvert le bal et en parallèle Smash Bros a créé un joyeux bazar. Mais la surprise, conspuée au départ, et qui s’avère un vrai succès, c’est le partenariat avec Koei Tecmo Holdings et le titre Hyrule Warriors.

Alors qu’on ne donnait pas cher du titre au départ, des fans criant leur colère de voir leur star bradée dans un beat them all à la sauce Dynastie Warriors, le titre s’est révélé particulièrement jouissif même s’il n’est pas exempt de défaut au niveau de sa réalisation technique. Mais gageons que nous serions nombreux à vouloir un deuxième épisode poussant d’autres univers de Zelda (et les possesseurs 3DS attendent avec impatience leur portage d’Hyrule Warriors).

Hyrule Warrior Legends 3DS
Mais avant d’arriver à cette reconnaissance, quelle volée de bois vert Nintendo a reçu au départ des fans hardcores, qui ont dû ensuite avaler la pilule de la présence de leur héro en costume vert au sein de Mario Kart 8. Pas facile d’ouvrir l’esprit de certains joueurs et de leur demander un peu de temps pour convaincre lorsqu’on réalise quelque chose de différent (il n’y qu’à voir l’accueil dubitatif de Genei Ibun Roku #FE anciennement Shin Megami Tensei & Fire Emblem sur Wii U, des réserves initiales envers The Legend of Zelda: Triforce Heroes sur 3DS et le tolé contre Metroid Prime : Federation Force toujours sur 3DS).

La suite ?


Il est devenu urgent pour Nintendo de retenir sa clientèle vers des jeux durables, rejouables à l’infini, renforçant le gameplay coopératif (c’est l’objet de Splatoon, le projet de The Legend of Zelda: Tri Force Heroes et le souhait de Metroid Prime: Federation Force toujours sur 3DS) mais aussi en le mettant en possession de créateur au sein des futurs jeux (Super Mario Maker, Animal Crossing: Happy Home Designer, Art Academy: Atelier…) dotant plus que la clientèle s’implique de plus en plus dans le financement participatif ou est accro d’un jeu qui a réussi le premier de manière globale à proposer le produit dont vous êtes le concepteur de A à Z : Minecraft.


Il est assez intéressant de remarquer que Microsoft s’est empressé d’acquérir la licence, alors qu’elle dominait un temps le marché du PC avec ses jeux comme Age of Empire, qui ont marqué des générations de joueurs impliqués dans sa liberté de construction, alors qu’aujourd’hui l’entreprise semble incapable de proposer ce type de produit, se concentrant dans cette guerre frontale face à Sony avec des titres AAA au gameplay et level design imposé ou dépensant énormément d’argent pour acquérir les exclusivités sur certains titres. Tiens tiens !

On retrouve cette volonté de Nintendo de ne pas s’embarquer sur les traces de ses concurrents et de se démarquer par un univers ludique différent (du moins sur console), cette fameuse quête d’un océan bleu que nous avions eu l’occasion d’évoquer dans une précédente news pour aborder la future console NX. Face aux mastodontes Sony et Microsoft (respectivement 15 milliards et 26 milliards de dollars de chiffre d'affaires trimestriel), Nintendo apparaît désormais comme un nain (2 milliards). Un choc pour ceux qui se souviennent qu'il y a 20 ans, Nintendo représentait 90% du chiffre d'affaires du secteur. Aujourd'hui, c'est 10%.

Philippe Lavoué, nouveau directeur général de Nintendo France, confiait au mois de juin à "l'Obs" :
Nous sommes l'acteur le plus petit du marché. Nous n'avons pas la taille pour nous battre face à des concurrents qui ne font pas que du jeu vidéo et ont de moyens beaucoup plus importants.
D'où ce choix de la différenciation, de "la transformation". Le groupe fête les trente ans de la superstar mondiale créée par Miyamoto. "S'il y a un secret à la longévité des jeux Nintendo, c'est leur transformation", a déclaré Reggie Fils-Aime lors du Digital Event 2015. Un mot qui revient donc régulièrement dans la communication de l'entreprise.

William Audureau, qui a écrit le passionnant livre "l'Histoire de Mario" aux éditions Pix'n Love avait raconté en 2011, lors de ses nombreuses interviews liées à la sortie de son livre, une anecdote:
Ce n'est pas une anecdote sortie du livre, mais elle introduit bien au game design façon Nintendo. Steel Diver, l’un des jeux de lancement de la 3DS, devait initialement être un jeu de lancement de la… DS. Mais Super Mario 64 DS, jeu de lancement de la DS, devait lui-même être l’un des jeux de lancement du DD64, le périphérique de la Nintendo 64. Super Mario 64, jeu de lancement de la Nintendo 64, était à l’origine prévu pour accompagner la PlayStation, le lecteur CD de la Super Nintendo. Alors que Super Mario World, jeu de lancement de la Super Nintendo, a d’abord été développé sur… NES ! Chez Nintendo, rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme… La première façon de le voir, c'est que la société à un certain art du recyclage. Certes. Mais elle permet surtout de constater qu'elle a un réservoir très impressionnants de concepts et de jeux devant elle. Un article publié il y a quelques semaines s'inquiétait des nombreux inédits qui dormaient dans les placards de Nintendo. Mais c'est tout sauf un handicap : quel éditeur ne rêverait pas d'avoir un coffre-fort rempli de jeux, d'idées et de concepts prêts à être exploités ?

La plateforme NX

La crainte pour Nintendo en allant sur le mobile était de lancer un mauvais signal aux joueurs qu’on pourrait résumer comme ça : « les consoles sont mortes, place aux smartphones. » Et ça, le Japonais ne le veut pas. Car même si la vente de consoles n’est pas la plus rentable pour les fabricants, elle leur permet de maitriser leur expérience de jeu et de développer des titres spécialement conçus pour leur machine. En développant des jeux pour une multitude de plateformes, Nintendo risquerait de se diluer et de perdre de son attrait. On l’a d’ailleurs vu avec le japonais Sega qui depuis qu’il a arrêté de fabriquer ses propres machines n’a jamais pu s’imposer comme un éditeur tiers incontournable.

Si le jeu sur mobile va dépasser celui sur console probablement dès 2016 selon certaines analyses, c’est qu’il conquiert de nouvelles parts de marché auprès des non-joueurs. Les consoles continuent à bien se vendre. En témoigne l’énorme succès de la PS4 dans le monde ou encore celui de la 3DS qui enregistre au Japon des ventes records depuis quelques mois.

C'est donc pour rassurer ses fans que Nintendo a annoncé travailler au développement d’une nouvelle plateforme dont le nom de code est NX. "Un tout nouveau concept" selon Iwata. Réfléchissez une minute. La présentation de l’accord DeNA, accord historique si l’on reprend les mots d’Asako, a fait l’objet à la fin de sa présentation par Iwata lui-même d’une deuxième annonce, qui est le pendant matériel de cette flexibilisation. Eh oui, le système NX ! CQFD. L’annonce d’un nouveau dispositif de jeu qui ne va pas chercher à affronter la puissance des concurrents (même si on espère tout de même plus de puissance que l’actuelle Wii U) mais devant apporter par sa flexibilité la possibilité de nouveaux jeux impliquant davantage les joueurs.

Que savons-nous à son sujet ? Xavier vous a récemment parlé des dernières rumeurs au sujet de cette plateforme qui intégrera en son sein la remplaçante de la 3DS puis la remplaçante de la Wii U.
AMD est le partenaire pour l'APU et tout porte à croire qu'une part des travaux de son processeur portant le nom de code ZEN sera utilisé, ainsi que des éléments de sa dernière génération de carte graphique Radeon. Le choix d'un APU par Nintendo, déjà utilisé par Sony et Microsoft pour leur dernière console respective, serait donc logique en termes de coûts et répondrait à un cahier des charges qui tient à cœur à M. Genyo Takeda, "compagnon technologique" désormais de Nintendo pour la partie Hardware : une consommation électrique faible, ces puces permettent également des économies au niveau des composants annexes (alimentation moins puissante donc moins chère, système de dissipation thermique moins puissant et moins couteux lui aussi). Il semble donc probable que Nintendo s'oriente vers une solution AMD en x86, certainement un APU, pour sa future console NX.
À ce niveau-là de concept, tout est possible et donc tous les tarifs (même les annonces de prix bas) si la console peut être complétée au fur et à mesure par exemple (ce qui pourrait être une piste d'interprétation des brevets récents évoquant un dispositif éventuellement sans lecteur, de base, connectable par Internet pour obtenir des jeux dématérialisés comme sur le marché mobile ou le Nintendo eShop, mais nous laissant la possibilité de débourser à nos frais l'installation d'un gros disque dur ou d'un lecteur optique par la suite, c'est tout l'intérêt d'un dispositif ouvert).

On peut même imaginer que ce brevet couvre une extension des possibilités actuelles de la New 3DS, avec la possibilité de jouer à plusieurs entre consoles avec l'achat d'un seul jeu, la console hôte (la New 3DS en l'occurrence ou sa remplaçante, sans lecteur optique autre que cartouche ou totalement démat, possède donc le fameux écran, les mémoires et processeur vu sur le brevet, pour un concept de partage du jeu flexible, plus évoluée encore qu'actuellement alors que c'est déjà une force de l'actuelle 3DS) gérant au mieux les droits pour accéder à l'utilisation et le partage du jeu envers les consoles amies de son choix, favorisant les interactions sociales si importantes dans l'idéal Nintendo.
On peut également envisager un dispositif qui enverrait vers la console de son choix (utilisable en mode console de salon ou transportable nomade) le jeu dans une qualité adaptée à la configuration matérielle (un beau brevet et une belle réalisation technique pour un concept évoqué sous le code Fusion où le jeu s'adapterait de manière flexible aux possibilités matériels de la console, le tout géré par un OS unique customisé Nintendo qui permettrait de s'affranchir de l'obligation de produire des titres pour deux consoles différentes, la Wii U et la 3DS, et donc de regrouper les forces des équipes). Cela irait au-delà du principe de streaming actuellement utilisé entre la PS4 et la Vita puisqu'on pourrait imaginer des jeux fonctionnant indifféremment du matériel en sa possession.

Rien que cela serait déjà une belle révolution. Et il suffit de relire les propos récents de Miyamoto concernant le GamePad de la Wii U (dont le concept pourrait être amélioré pour devenir indépendant de la console et vraiment mobile, avec une qualité d'écran améliorée sans trop de dépense supérieure, au regard des progrès techniques considérables apportés dans le monde des smartphones et tablettes). Difficile également de se passer de ce GamePad dans une optique de rétrocompatibilité avec la Wii U et son catalogue de titres tout de même de grande qualité aujourd'hui. Il suffit de regarder le brevet révélé publiquement ce 17 septembre 2015 dernier, pour confirmer que le système de type GamePad avec écran tactile est toujours dans les cartons de développement avec une possible évolution des commandes fonctionnelle. À suivre donc à ce niveau car il faut rester prudent face à des brevets pas toujours utilisés.


Pour autant, Nintendo voudra-t-elle basculer dans une dématérialisation de plus en plus marquée ? C'est encore un peu tôt pour le confirmer mais ce serait dans l'ordre des choses. Le digital a de plus en plus la cote dans le jeu vidéo. Avec des plateformes telles que Steam, Nintendo eShop, le Xbox Marketplace ou le PlayStation Store et une connexion moderne, il est très souvent bien plus facile de se procurer des titres par le biais du marché dématérialisé.

C'est un peu dans ce sens que Robbie Bach, ancien patron de la division Xbox, s'est exprimé récemment au micro de GeekWire, revenant entre autre sur l'avenir du jeu vidéo. Pour lui, les consoles de la prochaine génération délaisseront très probablement les médias physiques pour ne se concentrer sur le dématérialisé.
Auront-elles des médias physiques ? Probablement pas, donc à quoi ça pourrait ressembler ? Est-ce juste un boîtier de jeu ou plus ? Quelle est le bon équilibre entre ce qu'est une Apple TV et ce qu'est une Xbox ou un PlayStation ? Ce sont vraiment des questions très intéressantes et l'équipe va devoir se débattre avec ça. La prochaine génération changera complètement la donne.
Sony est d'ailleurs dans la même réflexion : l'innovation technologique et logistique sera au coeur du défi des consoles de salon de neuvième génération, le terme logistique renvoyant au tout dématérialisé, poussé ici à son extrême puisque la console pourrait aussi être totalement virtuelle comme l'évoque Masayasu Ito, le vice-président exécutif de Sony Computer Entertainment Inc., interviewé par le journal Nikkei Keizai Shimbum. Voilà ce que déclare l'homme :
Je pense qu'il y aura une PS5. Cependant, je ne sais pas sous quelle forme elle sera. Elle pourra être une console physique ou alors une console fonctionnant sur le cloud....
L'institut GfK a rapporté que durant les cinq premiers mois de l'année 2015, le téléchargement de jeux digitaux (PC, console, mobile, ventes de cartes prépayées) représentait une part de marché de 46,4 %. Pour les consoles uniquement, ce chiffre a augmenté de 17 % sur la même période.

Aussi face à ces données chiffrées, et partant de l'immense potentiel de ses licences, l'idée d'évoquer une console de salon exempte de lecteur optique et proposant une vitesse de téléchargement très élevée ne semble pas du tout hors propos. Nous verrons bien en 2016 si Nintendo était bien en phase avec la vision de Robbie Bach.

Dernière piste à l'étude : la réalité augmentée au lieu du mirage de la réalité virtuelle

Miyamoto avec Takeda s'étant occupés du relais de la direction de Nintendo avant l'intronisation de M. Tatsumi Kimishima, il parait intéressant de se remémorer une petite phrase du célèbre concepteur de jeu vidéo lors de sa présentation de Star Fox Zero : « Merci au capteur de mouvement et à la présence du second écran, le jeu n'est pas si éloigné d'une expérience VR » argumente-t-il dans les colonnes du quotidien allemand Spiegel Online. Le développeur envisage même Star Fox Zero comme possible ambassadeur de cette technologie d'affichage si la position de Nintendo devait s'infléchir : « À la condition de conduire des expérimentations de réalité virtuelle, la marque Star Fox est appropriée. »

Pourtant, à ce jour, la position officielle de Nintendo était assez nette : les casques virtuelles, malgré le caractère immergeant intéressant dans un jeu, a l'inconvénient majeur de couper le joueur de son environnement immédiat, de l'isoler, ce qui est contraire à l'image que le constructeur japonais se fait du divertissement à vivre en famille : « Cette technologie n'est pas socialisante ». Cette position n'est pas unique dans le milieu, la firme Disney reconnaissant s'être tenue régulièrement au courant des avancées techniques sur le sujet, multipliant les rencontres avec les divers acteurs du secteur, et arrivant au même constat d'absence de socialisation. D'autres grands noms comme Warren Spector ou Tim Sweeney d'Epic se montrent critiques.

En revanche, un domaine intéresse beaucoup ces acteurs et Nintendo en fait partie, c'est la réalité augmentée. Même Mark Zuckerberg pourtant très impliqué dans la réalité virtuelle croit en son potentiel. La réalité augmentée peut être considérée comme une interface entre des données « virtuelles » et le monde réel, elle doit avoir les trois caractéristiques suivantes:

– Combiner le monde réel et des données virtuelles en temps réel.

– Être interactif en temps réel (une modification dans le mode réel entraine un ajustement des données virtuelles).

– Utiliser un environnement en 3D (parce nous vivons dans un monde en 3D).

Pour cela, il faut donc 3 dispositifs :

– Un premier qui va capter l'environnement et répondre à la question « où suis-je ? ». Une caméra embarquée, un accéléromètre ou divers capteurs feront parfaitement l'affaire et sont déjà disponible dans nos consoles.

– Le deuxième est l'ordinateur qui va analyser ces données, faire le tri et moyennant une connexion internet, va puiser dans divers données pour proposer des données virtuelles complémentaires aux informations réelles.

– Le troisième est l'interface qui va présenter le résultat de la combinaison (cela peut être l'écran de votre tablette ou smartphone, l'écran du gamepad, des lunettes particulières type Google Glass ou Hololens de Microsoft, une montre connectée ou plus fort encore la « Spatial Augmented Reality » que l'on pourrait traduire en français par « Espace Augmentée ». Dans ce contexte, les utilisateurs ne portent pas sur eux d'appareils spécifiques de visualisation. Ce sont des capteurs et des projecteurs autour d'eux qui vont observer et réagir.

Ce troisième dispositif est intéressant quand on pense aux efforts de Miyamoto pour le gameplay asymétrique, imaginons Star Fox jouable avec le GamePad avec en surimpression des données virtuelles ou bien notre main avec une simple bague passant au-dessus d'un capteur nous localisant précisément au niveau de nos gestes afin de simuler diverses actions à l'écran (faire comme si on manipulait des objets qui ne sont pas physiquement présent comme des mécanismes, peindre à distance des objets) : ce n'est pas de la science-fiction car des produits comme le ClaytricSurface, une surface modelable sur laquelle il est possible de colorier avec ses doigts, des démonstration AR réalisée par Magic Leap ont été présentés à des éditeurs de jeux vidéos pour un résultat assez époustouflant, le Wonderful Brands est une application pour se teindre les cheveux virtuellement grâce à la réalité augmentée, la réalité augmentée est déjà testé dans la certains centres d'apprentissage et en technologie spatiale et permet de former les techniciens à une procédure de montage-démontage par un apprentissage geste par geste.

ClaytricSurface : Présentation aux Awards et Test de RA'pro !13/09/2015

Rien qu'une 3DS avec son écran 3D pourrait très bien utiliser l'AR. Et si l'on repense à l'intérêt qu'à eu Nintendo dans son projet Quality of Life, notamment avec des procédés récemment évoqués par des brevets, on observe cet intérêt pour des dispositifs de capteurs recueillant diverses données, y compris émotionnelle (le Siggraph 2015 a vu nombre d'applications sur la reconnaissance faciale s'adapter aux émotions visibles sur le visage des testeurs) complété par un système de projection, capteur et projecteur qui vont observer et réagir. On est clairement dans un dispositif d'espace augmenté et il n'est donc nullement étonnant du grand silence de la firme sur ce sujet car il est clairement sur un secteur potentiellement révolutionnaire.
Une part de ces recherches pourrait donc avoir tout à fait des implications ludiques très intéressantes, car le joueur serait pleinement acteur, créatif, non enfermé, baigné par un système permettant de nombreuses actions coopératives, avec du matériel finalement assez léger, flexible, un écran GamePad et/ou un dispositif de capteur/projecteur. Cela fait beaucoup d'aspects qui recoupent pas mal d'infos curieuses sorties jusqu'à présent et qui regroupées ainsi prennent un peu plus de cohérence.

Intéressantes toutes ces technologies développées dans les secteurs aéronautique et spatial, couplées à des puissances de serveurs car fortement liées à Internet, et associées à des interfaces user-friendly. Cela devait passionner M. Iwata. Mais au fait, quel est le CV complet de monsieur Isao Moriyasu, président et CEO de DeNA ? Il a obtenu un diplôme d'aéronautique et une maîtrise d'astronautique à l'Université de Tokyo en 1998. Il doit suivre lui-même cette technologie avec intérêt.

Déjà des jeux en ligne de mire

Il est d'ailleurs assez intéressant de se pencher rapidement sur les derniers choix effectués par Satoru Iwata au niveau du gameplay. Prenons Pokemon Go, pour lequel The Pokemon Company et Miyamoto ont confirmé la grande implication d'Iwata dans le projet.

Pokémon GO - Bande annonce13/09/2015

Le principe est très simple, via la réalité augmentée, vous pourrez capturer les Pokémon qui apparaîtront dans notre Monde et il sera même possible d'effectuer des combats ou bien de les échanger. La réalité augmentée! Voilà, le mot est lancé avec une concrétisation devant arriver en 2016. Certes, on est curieux de voir le rendu final de ce jeu. Mais rappelons-nous que des informations en réalité augmentée serait un boulevard ludique pour Nintendo, avec sa maîtrise des cartes de jeux. Imaginez quelques instants des tournois de cartes pokemons avec réalité augmentée permettant de voir les divers personnages s'animer par-dessus.Et que dire si l'on développait le système équivalent pour les cartes Animal Crossing?

3DS: test des cartes RA (Réalité Augmentée)13/09/2015

Une société française s'était lancé sur un produit similaire, Drakherz. Avec les licences Nintendo, imaginez le carton possible pour la firme si elle se lançait vraiment dans ce marché!

[FR] DRAKERZ-Confrontation : Teaser13/09/2015

Dans la même lignée, Nintendo s'était empressé de signer la franchise des Realistic Escape Games sur sa console 3DS, console pour laquelle Nintendo avait déjà fondé beaucoup d'espoir sur des jeux en réalité augmentée, comme nous vous en avions parlé dans cet article remontant à 2011. Les Realistic Escape Games obligent les joueurs à faire preuve de logique, d’entraide, résoudre des puzzles en temps réel (et c’est la grande force du concept avec ce côté très addictif). On est très proche de 24h chrono en version jeux vidéo. C'est totalement ce que recherche Nintendo. Et quand on sait que 10% de son budget passe justement dans l'organisation d'événementiels, on se dit que ce n'est pas près de se réduire...

リアル脱出ゲーム×ニンテンドー3DS 超破壊計画からの脱出 予告映像13/09/2015

Nintendo souhaite garder la main

Quelles que soient les pistes envisagées par la firme, même si elle noue des partenariats stratégiques, Nintendo souhaitera toujours garder la main sur ses licences. Nintendo ne laissera pas l'adaptation sur format mobile de ses titres phares, ne voulant pas reproduire par exemple les erreurs de Square Enix avec l'adaptation IOS de Final fantazy 7. DeNA se cantonnera à la gestion et à la distribution des titres du constructeur qui a mis en avant ses propres forces de developpement, notamment Hideki Konno, associé au jeu culte Mario Kart.

Mais Konno ne sera pas seul et la publication d'une offre d'emploi sur le compte Twitter JobsAtNintendo révèle que le studio de développement Nintendo Software Technology (NST) va le rejoindre. Présent au cœur de la branche américaine de Nintendo, à Redmond, sa vocation première est de mieux tenir compte et de réaliser des jeux adaptés aux attentes spécifiques des joueurs nord-américains, Nintendo reconnaissant dans le passé sa difficulté à apprécier correctement les marchés étrangers (et en particulier Européen). Pour info, ils ont réalisé l'application Wii U Street. L'appel à candidatures porte sur un poste de développeur iOS/Android avec expérience dans le développement de jeux sur smartphone.

D'après la description du poste, la personne retenue aurait pour responsabilité "le développement de jeux et d'applications à l'aide de technologies cross plates-formes du web." Elle devra également s'assurer que les jeux respectent "le standard de qualité élevé de Nintendo." Elle devra avoir une connaissance pratique des kits de développement Android et/ou iOS. Parmi les compétences appréciées, Nintendo souhaiterait que cette personne possède de l'expérience "en design et développement de jeux mobiles" ainsi qu'avec "Unity et d'autres moteurs de jeux mobiles cross plates-formes." Aujourd'hui, le job n'est plus disponible sur le site de recrutement, la firme ayant trouvé son développeur. Mais d'autres propositions sont à pourvoir.



Nintendo n'a nullement l'intention de « substituer » l'expérience ludique spécifique aux grands titres du constructeur en faveur de celle peu valorisante pratiquée sur le segment mobile. À ce jeu d'équilibriste, Nintendo s'en sort adroitement selon Scott Moffitt, vice-président exécutif au sein du pôle vente de Nintendo of America.
« D'après l'évolution de notre cours de bourse, la réaction (des investisseurs) a été très enthousiaste, nos fans ont aussi partagé ce sentiment » se réjouit-il.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

RYoGA
Merci pour ces articles de synthèse très intéressants !
Talban
Waou, je ne sais pas combien de temps vous avez passé pour faire cela mais c'est super intéressant ! Bon, je ne suis pas certain que Nintendo ira très loin dans le domaine de la réalité augmentée mais cela ouvre des perspectives. Vos derniers dossiers sont très bien, on attend la suite !
emultion
Merci pour les deux dossiers très bien ficelés !
keoone
C'est de très bons dossiers effectivement

J'ai une théorie personnel, mais c'est tellement plausible que c'est limite du spoil donc si vous ne voulez pas vous gâcher la surprise de ce que sera la NX, je vous déconseille d'aller le lire :

http://forum.nintendojo.fr/viewtopic.php?f=1&t=17071

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×