• Ma note
    Moyenne de 3,9 - 24 notes
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 24 ajouts
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

True Crime : Streets of LA. Disponible sur NGC

Test de True Crime : Streets of LA. (NGC)

True Crime : Streets of LA., le test

Test
True Crime était sans doute avec Prince of Persia l’un des jeux en vogue les plus attendus de l’année 2003 provenant d’un éditeur tiers. Deux ans de développement intensif, deux ans de cogitation, de programmation laborieuse afin de restituer un Los-Angeles plus vrai que nature… et quelques heures seulement pour se faire un avis décisif. L’univers des jeux vidéos est parfois cruel, mais comme le dit Marc André Fogiel : On ne peut pas plaire à tout le monde. Analyse d’un jeu qui aurait pu vraiment tuer les autres et laisser ses traces…

Le Crime du Jeu Vidéo

Certains jeux comme Splinter Cell, Soul Calibur 2 ou même Freedom Fighters pourraient presque donner des leçons de gameplay à Nintendo tant ils excellent dans leurs domaines respectifs. Big N n’est pas le seul à faire de bons jeux, fort heureusement. Mais plus encore que la finition technique d’un soft, c’est la direction vers laquelle les concepteurs se penchent qui va déterminer en partie la réussite du gameplay et la profondeur du jeu sur lequel ils s’investissent. N’en déplaise à ceux qui ne jurent que par des graphismes détonants et des sons tapageurs, un jeu vidéo doit avant tout amuser, c’est sa mission principale, le PDG de Nintendo l'a d'ailleurs rappelé récemment. Plus il fait preuve d’originalité, plus il innove et plus il a de chance de frapper fort. Il y a encore une autre solution qui consiste à réutiliser une recette qui a déjà fait ses preuves et de la masticoter pour la rendre encore plus neuve…

True Crime n’a pas réussi à choisir son camp. A la fois copieur, pour avoir repris grand nombre d’idées de GTA et également précurseur par son nouveau genre inédit, le jeu possède vraiment pratiquement autant de qualités que de défauts. On sent pourtant que les concepteurs ont mis tout leur savoir-faire, n’ayons pas peur des mots : leurs tripes. Certains détails montrent que le soft a dû demander un temps de travail absolument énorme, comme la taille de la ville malicieusement restituée qui est vraiment du jamais vu dans l’histoire du jeu vidéo. Alors on a envie, presque par compassion, de donner un petit coup de pouce à tous ces gens qui ont travaillé très dur pour obtenir un jeu qu’ils considèrent comme très abouti ; on se raccroche à des détails intéressants dans le soft, on fait la sourde oreille sur des problèmes techniques….

... Mais définitivement non, ce n’est pas possible de faire l’impasse sur de trop grosses lacunes que ne méritait vraiment pas un jeu qui possède une âme. Du gâchi. C’est à Noël, examen de fin d’année pour les éditeurs, qu’on se rend compte qu’il y a et qu’il y aura toujours des meilleurs, des très bons et de moins bons artistes. Nous ne pouvons pas tout acheter et il faut faire un choix. Il est temps de se pencher sur le squelette de True Crime et comprendre pourquoi on est passé à côté d’un Killer-app, d’une symphonie auquel il manque un chef d’orchestre. Scène deux, moteur, action.

Flic Académie

Nick Lang est un flic ténébreux aux allures de Keanu Reeves. Son charisme vous plaira à coup sûr, et c’est d’autant plus positif que vous allez l’incarner durant de nombreuses heures. Ce beau gosse de Nick sait tout faire : Tirer, conduire, infiltrer, se battre… Tous ses talents seront mis à rudes épreuves dans True Crime, se taillant la part du lion d’un jeu prétexte à un festival de clichés intrinsèques au cinéma Hollywoodien. Le soft possède ce cachet, cet aspect particulier des films de gangsters à l’étalonnage poussiéreux, à la pellicule volontairement acide et feutrée. Le graphisme est tout à fait dans le ton d’un film d’espion. Du bon travail, même si l’on peut constater une irrégularité qui montre que certains tableaux ont demandé plus d’attention que d’autre. Le ton musical n’en est pas en reste, même s’il fait un bon en avant dans notre temps et laisse fondre des sons de rap et pop sur les routes ensoleillées de la citée des Anges. Jusqu’ici, et ceci malgré une vrai prise de risque qui évite avec brio et talent l’anachronisme ou le mauvais-gout, tout va pour le mieux. Ce n’est donc pas l’aspect qui va heurter l’âme des joueurs mais la partie technique, nous en reparlerons plus tard.

Votre mission consistera donc principalement à vous balader dans toute la ville de Los Angeles, en passant par les quartiers les plus connus comme Hollywood ou la grande avenue, et d’appréhender l’ensemble des voyous qui apparaîtront sur un petit radar à gauche de l’écran. Vous allez pouvoir traquer le crime sous toutes ses formes, du cambriolage en passant par le trafic de drogue à main armée, et ceci dans une liberté d’action déconcertante.

Vous pourrez à votre guise empreinter une voiture à un honnête citoyen et rouler en sens inverse, fouiller les passants dans la rue, Balancer une série de combo dans la figure, tirer à bout portant dans le but de blesser et d’immobiliser ou bien tuer d’un coup net, crever un pneu d’une seule balle pour ralentir un convoi… Viens se greffer à ce programme déjà très alléchant un scénario principal stratifié, linéaire dans la forme mais modifiable dans le fond : Selon vos actions de bon ou mauvais flic, vous pourrez influencer le déroulement de l’histoire et par la même occasion du jeu. Vos objectifs ne seront pas les mêmes et vous pourrez visiter des lieux différents, ouvrir trois fins singulières… Pour la catégorie des bons points, nous pouvons également rajouter le cara-désign des citoyens qui arpentent Los Angeles, des plus convenable. Certaines tête vous feront sourire et d’autre au contraire vous inspireront un sentiment de dégoût comme les ivrognes.

En plus de posséder un don naturel pour la chasse aux bandits, Nick pourra perfectionner ses différents talents comme la conduite ou le tir en allant régulièrement faire un tour dans les points d’entraînement signalé sur la carte de l’immense ville. C’est avec ses points de "policier" accumulées à chaque victoire d’un chapitre ou arrestation qu’il pourra augmenter ses capacités, celles-ci étant payantes. Attention, sachez que si vous vous comportez trop en mauvais flic, vous aurez moins de crédits à dépenser. A vous de voir. N’écraser donc pas trop de citoyens sur votre route !

Long chemin de la vérité

Le cheminement pour arriver à la fin du jeu est relativement long mais vous pourrez toujours, à la manière d'un GTA, vous promener sur la gigantesque map et résoudre des sous-missions, flâner dans les rues à la recherche de la caisse de vos rêves ou tout simplement ne rien faire du tout ! Vous êtes donc libre de composer votre partie comme vous le désirez et rien ne vous pousse à poursuivre la trame principale. Et a vrai dire, la trame principale ne donne pas vraiment envie d’être continuée tant les actions sont répétitives et, n’ayant pas peur des mots, la moitié du temps vraiment mortifères. True Crime est hélas plus qu’un jeu en demi-teinte, c’est un jeu en demi-couleur : c’est soit noir soit blanc. Ce n’est pas normal d’éprouver plus de plaisir dans un jeu d’action à se promener tranquillement dans la gigantesque map, comme lorsqu’on survolait le ciel en avions dans Pilotwing, plutôt que de poursuivre l’aventure en elle même !

Mais True Crime n’est toutefois pas un jeu fait à la va vite et bons nombres d’éléments qui le composent sont non seulement atypiques mais vraiment jouissifs, comme la liberté et les arrestations, du moins au début… Car au fil des heures s’égrènent à peu de chose prêt les mêmes environnements, les mêmes objectifs et les mêmes têtes qui reviennent inlassablement en boucle mais mélangés, pour nous brouiller les pistes…

Nick Lang met certes de la bonne volonté à chasser les voyous, et également ses démons intérieurs, mais il peine à nous convaincre de suivre ses pérégrinations dans une ville qui ne fait pas vraiment rêver. On se raccroche à la manette, en espérant enfin une scène d’action plus débridée qu’un pourtant moyen Dead to Rights, un passage d’infiltration ne serait-ce au moins qu’à demi-mesure de Splinter Cell… Mais rien n’y fait. En dépit d’un travail de conception des plus honnêtes et pourtant gorgé d’arguments artistiques qui ont (trop) fait leurs preuves, le jeu n’arrive point à convaincre et on se dit que les previews qui ont été faites dans les magazines eurent été vraiment infondées voir insolites...

Le crime ne paie pas

Nous n’allons pas dresser dans cette dernière partie une liste mesquine de défauts mais plutôt mettre en garde sur les points objectivement fâcheux de True Crime. Par exemple, vous dire qu’on combat un moment donné des zombies (!) ou que les guns-fights n’apportent rien au genre ne s’avère pas objectif mais personnel... En outre, vous mettre en garde contre un clipping tout simplement désastreux (l’un des pires qu’on est pu voir sur Game Cube) est empreint de véracité. Voir des morceaux de barrières se construirent sans honte à quelques mètres de votre voiture et ceci pendant tout le soft gache vraiment l’immersion et le plaisir d’avoir déboursé son argent pour un soft 128 bits, paraît-il.

Le pire, vraiment, ce sont des temps de chargements entre chaque mission qui sont tout simplement grotesques, rageants et viennent allègrement gâcher le rythme du jeu qui n’est déjà pas transcendantal. Le comble, c’est que ces temps de chargements interviennent toujours avant le déroulement d’une scène en intérieur extrèmement réduite, rien à voir avec la map géante de Los Angeles.

Autre point noir, le scénario. A ce propos, peut-on parler de scénario ? Ici, on ne comprend pas vraiment ce qui se passe et même si les voix des personnages principaux sont doublés par des acteurs prestigieux comme Christopher Walken, ça ne comble pas la platitude d’une histoire vaseuse décidément trop clichée.

Vous l’aurez sans doute compris, malgré une map immense, une liberté d’action pourtant énorme et un univers pas inintéressant, il est clairement préférable que vous passiez votre chemin pour de vrai. Une fois les premières heures de surprise et de délectation de cette fausse liberté passée, on s’ennuie fermement dans True Crime, à un point qu’on se dit que ce n’est pas du jeu vidéo qu’on a en face de soi mais une peinture interactive froide qui peine à attirer l’œil malgré les actes de bravoure du personnage principal.

Tout compte fait, TC n’est pas une daube non plus mais en définitive, et ceci malgré toute la bonne volonté du monde, impossible de rentrer véritablement dans le jeu ! Si vous cherchez des jeux sympas pour Noël, prenez plutôt l’astucieux Dead to Rights et le tripant Splinter Cell pour le même prix...
12/20
Au croisement de plusieurs genres, les guns-fights, les courses-poursuites ainsi que la liberté d’action qu’offre True Crime ne satisferont pas les instincts de justicier des très nombreux joueurs qui attendaient ce jeu hors du commun avec impatience. Un intérêt décroissant et une durée de vie artificielle ne sont hélas que les quelques défauts d’un soft qui laisse une impression de vide vraiment gênante pour un jeu qui se présentait avant tout comme un hit en puissance aux multiples confrontations à mains-armés débridées. Une grosse déception.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

12 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Pas de commentaire

Jouabilité
Durée de vie
Graphismes
Son
Intérêt

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu True Crime : Streets of LA. (NGC) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
3.9/5

L'avis des visiteurs

j'y ai joué et franchement je le trouvait lassant,son avantage:les améloiration,les combat et les phase de tir. sinon le jeu est surtout dans la ville,presque tous ce resemble
n'écoutez pas ce test ! ce jeu vaut bcp plus ! déja car c'est le seul GTA-like sur GC ! et ausi car je l'ai depuis sa sortie et j'y reviens tout les jours, trouver des amélioration, des voitures, faire des saut, ou me défouler sur ds pietons !!!
il est vrait que le jeux est un peu lassant mais il a de nombreux points forts.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×