• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

SteamWorld Build Disponible sur Switch

Test de SteamWorld Build (Switch)

Test de SteamWorld Build : creusez, construisez, défendez !

La gestion d’une ville minière à la sauce exploration et défense, le tout dans un univers steampunk très convaincant !

Test
Forte d'une longévité de déjà plus de dix ans, la série SteamWorld pouvait déjà compter sur cinq jeux précédents, dont les derniers empruntaient aux genres du metroidvania, du RPG et du jeu de cartes. Dans ce nouvel opus sortant le 1er décembre 2023, les développeurs de The Station et Thunderful entendent explorer le monde accueillant ces petits robots à vapeur habitant un univers steam et perdus à la dérive dans l'espace en quête d'une terre d'asile. Il en ressort un jeu très bien huilé tentant de concilier gestion de ville, de civilisation et conquête progressive de souterrains hostiles. Toujours pour notre plus grand bonheur ? Attention à la frustration possible en chemin.

Un grand jeu de gestion de ville en plein désert

Après une première cinématique d'introduction qui pose l'histoire d'un petit groupe de robots à la dérive dans l'espace, on débarque sur une des cinq mondes proposés par le jeu. Notre mission tient en un mot : survivre. L'environnement est en effet hostile et seule une gare et un puit abandonné nous attendent au milieu du sol aride.

Partant d'un seul type d'habitation accessible, les maisons des ouvriers, le joueur doit bâtir une cité, tout en veillant au bien-être de ses habitants et à la santé de ses finances. Au fur à mesure que la cité s'étend les possibilités de gameplay s’accroissent également. Un peu à la manière de niveaux dans un RPG, genre inhérent à la série qui ne peut se départir de cette composante, le joueur accède à de nouvelles classes d'habitants.
Aux ouvriers succèdent entre autres les ingénieurs, puis les aristos. Chaque nouvelle classe requiert de nouveaux besoins que remplissent de nouveaux bâtiments. Là où les ouvriers n'ont besoin que d'ateliers et de magasins généraux, déjà les ingénieurs réclament un saloon, l'accès à des débits de boisson et à des établissements de divertissement.

Les constructions sont de deux types. Il s'agit soit d'établissements de production, soit de lieux de services. Les premiers sont les plus nombreux. En effet dans SteamWorld Build les ressources et leur gestion sont reines. Bien les maîtriser c'est s'offrir le succès de la victoire. Il faut ainsi surveiller sans cesse ses stocks de ressources de base comme le bois, l’eau et les outils qui sont toutes trois collectables en ville ou sous terre.

D’autres ressources sont plus complexes à obtenir et requièrent par exemple déjà une phase, voire plus, de transformation au moyen d’établissements de production. C’est le cas par exemple du whisky qui réclame non seulement de planter des champs de cactus dont on récolte l’eau mais aussi d’ouvrir des gisements de sable pour ensuite fabriquer du verre soufflé et enfin produire la précieuse boisson.
Sans cesse jusqu’à la fin d’une partie, la gestion des ressources en fonction des désidératas de ses concitoyens devient une des principales préoccupations tant celle-ci peut fluctuer et s’enrayer et parfois même pour une minuscule raison.

L’intelligence du jeu, sa difficulté et le plaisir que l’on en tire résident dans le fait que chaque niveau du monde que l’on explore est interconnecté dans une logique expansionniste intense. Dans la ville se développent nos habitants et les améliorations qui permettent de franchir de nouvelles étapes dans le jeu, tandis que les niveaux inférieurs sont de précieuses sources d’approvisionnement de ressources.
Un ailleurs existe également, matérialisé par le train qui revient périodiquement nous rendre visite à la gare. Il peut permettre, si on le souhaite, d'échanger quelques ressources précieuses dont on manquerait ou encore d'acheter des matériaux ou des objets d'amélioration (sortes de boosts) en échange d'argent, d'or ou de rubis.

À côté de ces tractations financières et commerciales, l’histoire du jeu met les protagonistes de l’histoire face au dilemme de la recherche de pièces mystérieuses d'un trésor mais aussi de comprendre pourquoi la terre sur laquelle ils ont atterri est désormais vierge de toute vie. On part ainsi en quête d’éléments mystères, des fragments d’une fusée à reconstruire, qui devient le point focal de nos préoccupations, tandis que la menace venue d’en bas grandit.

« Les nains ont creusé beaucoup trop profondément sous terre »

Quiconque se rappelle du sort des Nains dans la célèbre épopée tolkienne saura que creuser si profondément ne peut qu’apporter la richesse mais aussi la ruine. SteamWorld Build reprend cette idée car plus l’on s’enfonce sous la croute terrestre, plus le danger rôde et les ennemis qui s’agitent dans les abysses auront envie de mener contre nous des assauts redoutables.

Les multiples niveaux du jeu impliquent une avancée progressive où l’on s’éloigne du modèle du jeu de gestion pour aller vers celui d’un jeu de stratégie dans lequel nos robots perceurs entaillent les blocs de terre pour dégager le terrain et les ténèbres. Derrière les parois friables, les matériaux précieux pour les constructions et les besoins des habitants, comme l’or, les outils, le pétrole, le gaz, etc. pleuvent mais avec eux aussi les ennemis.
Une fois arrivé aux limites d’un niveau souterrain, on touche alors à de grands nids infestés de créatures aux intensions néfastes. Une fois réveillées, celles-ci se mettent en quête de nous attaquer régulièrement à coups de vagues dont on reçoit périodiquement l’alerte via des signaux visuels sur la mini-carte du jeu mais surtout sonores. C’est certes un souci du détail qui témoigne le degré avancé d’achèvement apporté au titre, toutefois la fréquence intempestive des bruitages liés aux alertes et aux combats risquent d’en insupporter plus d’un et en particulièrement lorsque l’on arrive en fin de partie et que les attaques se font presque incessantes.

Pour repousser ces vagues, on peut compter sur une autre classe de robots, les guerriers qui sont de braves soldats prêts à défendre vaille que vaille le cœur de nos installations minières. Ils peuvent d’ailleurs compter sur l’appui de machines, des armes que l’on peut disposer aux endroits stratégiques de sortie des monstres. Plusieurs types sont proposés et ils permettent de déployer d’impressionnantes défenses qui ne sont pas de trop face à des adversaires qui s’améliorent en même temps que nous le faisons.
Les dommages sont souvent de la partie et pour cela des mécaniciens sont capitaux car ils sont les seuls à pouvoir réparer les machines, les robots mais aussi construire les extracteurs de ressources que l’on peut installer sur les gisements découverts sous terre afin de faciliter la collecte. Ces ressources sont ensuite acheminées vers la surface par les extracteurs qui parcourent inlassablement les galeries en quête des précieux matériaux. Nouvelle technologie oblige, arrivé à un certain niveau du jeu, on peut même tenter d’installer des tapis roulants qui charrient les scories collectées vers le centre de chaque niveau souterrain. On n’arrête pas le progrès !

Une impérieuse vigilance et une certaine frustration

Globalement le déroulé d’une partie alterne au début entre les phases d’expansion de la ville et les choix d’aménagement urbains. Cet aménagement impose de réfléchir avec intelligence à l’organisation des routes et à l’emplacement des bâtiments qui doivent cohabiter avec harmonie, pour s’assurer que chaque classe d’habitant reçoive les ressources qu’elle attend.

Une fois arrivé aux limites d’agrandissement maximum imposées par nos ressources en stock, on (re)part sous terre à la conquête de plus de ressources mais également pour trouver les précieux fragments de la grande fusée qui reste notre objectif principal.

Heureusement le déroulé linéaire s’interrompt au bout d’un certain temps, du fait de petites défaillances qui viennent faire dérailler un mécanisme pourtant bien rodé. En effet qu’il s’agisse d’une attaque qui met en péril un de nos gisements, un risque de débordement d’une vague d’ennemis ou encore un manque de ressources, les choses peuvent virer au cauchemar s’il l’on manque de vigilance.
Le plus gros risque qui nous menace est la banqueroute. Si la gestion des ressources est fondamentale, celle de l’argent n’est pas en reste. Chaque action du jeu est en effet susceptible d’entrainer des recettes mais aussi des dépenses. Il en résulte un écoulement ascendant ou descendant de nos rentrées financières qui alimentent le pot commun. Le jeu est très vif, les jours s’enchaînent à une vitesse folle, coup de chance que les robots ne vieillissent pas à la même allure que les humains, et avec eux les finances qui peuvent s’envoler comme fondre comme neige au soleil en peu de temps.

Heureusement le jeu est pédagogue et nous enseigne progressivement ses différentes et nombreuses composantes. Un système de tutoriel facultatif est d’ailleurs disponible pour aiguiller sur la marche à suivre. Il faut certes aimer les jeux de gestion et les sessions plutôt intenses mais l’on prend vite le pli et le plaisir ne se fait pas attendre. Toutefois celui-ci se trouve entaché dès que la frustration se fait trop grande et cela survient plutôt fréquemment.

Qui dit besoins dit satisfaction et les habitants de SteamWorld Build sont pour le moins exigeants. Les classes les plus élevées du jeu sont ainsi de vraies divas qui réclament près d’une dizaine de bâtiments spécialisés à proximité de leur logement pour être satisfaites. Sauf que cette satisfaction dépend de la progression dans l’aventure. C’est tout particulièrement le cas dans les dernières phases d’une partie où les marches à franchir deviennent très grandes et les habitants toujours plus susceptibles. Il en ressort un jeu parfois brouillon, dans lequel l’autorégulation de notre ville obéit parfois à des critères qui dépassent le joueur qui n’a plus la main sur les trop nombreux paramètres et qui doit attendre que les planètes s’alignent pour que la situation se résolve.

En arriver à gagner presque à l’usure parce que les niveaux de satisfaction de nos habitants sont trop fluctuants et qu’un 99% de contentement n’est pas suffisant témoignent d’une curieuse manière de voir les choses. Parfois il n’y a rien à faire si ce n’est attendre que des marchandises soient acheminées, alors que d’autres besoins se seront manifestés en parallèle. Des quêtes en sommes presque insolubles et une conclusion de partie un peu chaotique mais de laquelle on sort toute de même satisfait.
16/20
SteamWorld Build est un grand jeu de gestion mais aussi un jeu de stratégie en point&click dans lequel le joueur ne risque pas de s’ennuyer tant il y a à faire. Qu’il s’agisse d’aménager de la meilleure des manières sa ville ou alors de progresser sous terre et défendre ses installations, les tâches sont nombreuses et les paramètres à prendre en compte colossaux. Presque trop ? Le jeu peut en effet s’avérer confus voire aléatoire dans les effets que l’on attend ou que l’on obtient. Heureusement sa réalisation de grande qualité en fait un must have du genre.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

16 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Belle surprise avec ce jeu réussi qui combine la gestion à l’aventure stratégique. Les sessions de jeu ont su nous garder en haleine sans trop de temps mort, au contraire même ! Le titre peut s'avérer fastidieux et manquer de finesse, du fait d'un système de ressources et de quêtes mal réglées mais au global nous nous sommes sentis très investis dans la gestion de notre ville et c'est sûrement le principal.

Jouabilité
Grâce à sa bonne ergonomie, sa grande fonctionnalité et sa clarté, l'interface du jeu est une belle réussite, que l'on soit à la surface dans la gestion de sa ville ou sous terre dans l'expansion de nos galeries. Les options sont certes fort nombreuses, elles sont malgré tout bien identifiables et deviennent rapidement des automatismes, signes que l'on s'approprie comme il se doit ce titre riche et engageant. Quel dommage que les exigences du titre ne soient pas à la hauteur de cette ergonomie, avec des attentes en matière de quêtes déconnectées de ce que le joueur est en mesure de contrôler.
Durée de vie
Bien sûr atteindre la fin d'une partie dépend largement de sa capacité à maximiser rapidement ses ressources et à combiner habilement ses bâtiments. On peut tout de même dire que pour achever une partie vous devez compter en moyenne une grosse quinzaine d'heures. Le jeu compte jusqu'à cinq mondes à explorer. Il est certain aussi que les parties suivantes sont plus rapides grâce à une meilleure connaissance du jeu mais aussi grâce aux récompenses suprêmes accordées en complétant chaque monde, sorte de monument merveille du monde qui octroie un bonus avantageux qui permet d'accélérer un peu le processus d'expansion.
Graphismes
Avec les nombreuses options, types de bâtiments différents mais aussi tous les événements qui peuvent survenir en même temps, on aurait pu s'attendre à ce que le jeu connaisse quelques ralentissements or il n'en est rien du tout ! L'expérience reste constamment fluide et la patte graphiste cartoon, colorée et pour autant pas avare en détails peut s'apprécier à chaque occasion, notamment en zoomant sur les petits personnages que l'on dirige. En revanche, vu les sollicitations fréquentes, il est rare que l'on enlève le zoom arrière qui est bien plus pratique pour gérer tout ce qu'il y a à faire.
Son
Peut-être le point noir du jeu, les musiques sont correctes mais peu marquantes et surtout la pilule ne passe pas avec les nombreux bruitages. Omniprésents, ils signalent tout évènement survenant au cours de la partie. Sauf que ces évènements surviennent constamment et le joueur se retrouve bien vite saturé de sons, au point que les alertes en viennent à couvrir les musiques et à accaparer notre attention.
Intérêt
Expérience on ne peut plus complète du genre gestion et stratégie, SteamWorld Build est un jeu solide où les heures s’enchaînent sans difficulté. Il pourrait même être un bon pied à l’étrier pour des néophytes grâce à un tutoriel convaincant et pratique. En espérant qu'à l'avenir une suite sorte pouvant corriger certains réglages, actuellement pour 29,99€ c'est une bonne pioche que l'on vous recommande.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu SteamWorld Build (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×