• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Fire Emblem Warriors : Three Hopes Disponible sur Switch

Test de Fire Emblem Warriors : Three Hopes (Switch)

Test de Fire Emblem Warriors: Three Hopes, le tactical musô audacieux

À nouveau Fire Emblem nouvelle histoire et même mode de jeu tactical RPG ? Pas si sûr, KOEI TECMO GAMES réinvestit dans cet épisode les terres de Fódlan à travers la formule très action du genre Musô, le tout sans se départir du ton tactique et narratif propre à la série.

Test
Fire Emblem et la Switch commencent à partager une belle histoire commune depuis l’arrivée de la licence sur la console hybride de Nintendo. Plus que proposer une toute nouvelle épopée avec de nouveaux personnages, Fire Emblem Warriors: Three Hopes prend appui sur l’opus précédent (Three Houses) sorti en 2019 pour réinvestir l’univers de Fódlan, avec un nouveau point de vue scénaristique aux arcs nombreux et bien évidemment faisant la part belle au sens du drame. Le gameplay, loin de constituer le parent pauvre d’un titre pourtant très axé histoire, propose une formule tout en action solide et haletante.

L’univers de Fódlan, vous en reprendrez bien encore « un peu » ?

Au sein d’une série réputée pour la longueur et l’épaisseur de ses histoires, cet épisode de Fire Emblem ne déroge pas à la règle et à raison puisqu’il s’appuie sur le scénario de la précédente itération de la licence, Three Houses. Ce faisant comment offrir une aventure originale ? En proposant au joueur d’adopter un point de vue différent.

L’histoire prend ainsi toujours place au sein d’un vaste univers médiéval fantastique dénommé Fódlan et séparé entre trois immenses territoires que sont : l’Empire rouge d’Adrestia, le Royaume bleu de Faerghus et l’Alliance jaune de Leicester.

Au centre se trouve le monastère de Garreg Mach et son Académie des officiers qui accueillait le personnage que l’on incarnait lors du précédent jeu en tant que professeur.
C’est désormais en tant qu’élève que notre personnage rejoint rapidement les bancs de l’école, prélude à une aventure qui se télescope ensuite dans le temps, à la suite de conflits géopolitiques et guerriers qui bousculent un monde déjà en guerre.
Si les fans et fins connaisseurs de la licence et en particulier du dernier épisode se réjouiront de retrouver les noms et les personnages déjà rencontrés, le jeu se prête totalement à accueillir les nouveaux joueurs séduits par la nouvelle orientation du gameplay que prend cet opus.

En effet la trame scénaristique se déroule progressivement et avec finesse, évitant les réactions trop outrées ou caricaturales de personnages qui émaillent souvent, selon les griefs habituels, les productions japonaises du genre.
Ici vous pouvez compter sur une narration vivante de personnages tous doublés, même le héros que l’on incarne (agréable pour se sentir investi dans les péripéties) et quelques choix dans les réponses à donner qui peuvent influencer les rapports que l’on entretient avec ses compagnons.

Les rebondissements sont légion et l’histoire ne cesse d’enchaîner les garnisons ennemies à aller débusquer, ainsi que les avancées et reculs des armées adversaires tentant d’encercler une ville que vous défendez, mettant à chaque fois en scène notre groupe de mercenaires aux tenues comme aux personnalités des plus variées !

Un gameplay dynamique, une technique convaincante et un aspect stratégique bienvenu

Depuis son campement de départ, voilà le personnage que l’on crée (sans autre personnalisation possible que le nom et le genre) invité à entreprendre une campagne militaire et enchainer les batailles toutes plus dantesques les unes que les autres.

Le reste se déroule sur le fond de l’histoire de nations qui s’affrontent sur l’échiquier politique complexe dessiné par le jeu mais également de notre intrigue personnelle, peu originale, du héros/anti-héros qui doute de son appartenance à un camp ou à un autre et qui se lance dans une quête de revanche face au Démon Cendré.
Les tourments personnels de notre personnage ne cantonnent pour autant pas l’aventure à une quête solitaire mais, Fire Emblem oblige, l’aventure se décline au pluriel, avec toute une suite de personnages hauts en couleurs que forment nos amis. Le jeu a la bonne idée de varier les personnalités, les talents et les profils pour nous permettre de renouveler l’expérience et enrichir les plaisirs.

Du chevaucheur de griffon, au bandit armé d’une lourde hache, à l’archère stratège, en passant par la prêtresse sacrée, les profils sont nombreux et diversifient l’expérience en combat.

Cette polyvalence est de plus au cœur du gameplay car loin de se résumer à choisir quel personnage incarner depuis le camp de base pour ensuite se rendre sur le champ de bataille, les personnages nous accompagnent plus ou moins nombreux au combat et l’on peut ensuite alterner à loisir entre eux pour affronter les vagues d’ennemis en cascade.
Fire Emblem Warriors: Three Hopes est un Musô, c’est-à-dire que le propre de ce genre action repose sur les affrontements à répétition qui voient des centaines et des centaines d’adversaires fondre sur nous pour tenter de nous submerger.

En général ceux-ci ne posent pas de problème et peuvent être éliminés en quelques coups selon une formule bien connue des amateurs du genre : Y pour un coup de base et X pour un coup spécial. Multipliez les coups de base (Y) avant de déclencher votre coup spécial (X) pour augmenter d’autant la puissance de ce dernier.
Cette combinaison facile et assez grisante à mettre en œuvre s’avère nécessaire pour venir à bout des ennemis plus coriaces qui viennent s’interposer régulièrement lors des affrontements. Ceux-ci sont souvent les pivots des missions secondaires et principales que l’on poursuit au cœur des batailles.

Chaque bataille se résume ainsi à un objectif principal, au sein d’une carte cloisonnée et faite d’un méandre de chemins, de portes et d’obstacles que l’on franchit au fur et à mesure que l’on repousse les forces adversaires.

La progressivité au cœur des batailles, avec les arrivées successives des ennemis, les nouveaux passages qui s’ouvrent, les alliés en péril à venir épauler et les arrivées tonitruantes des combattants les plus forts au moment où l’acmé est à son comble, dynamisent une formule efficace et appréciable autant sur le plan de la difficulté que de la durée.
Les temps moyens d’achèvement des batailles sont indiqués au préalable et, s’ils varient, restent raisonnables, allant de 5 à 10 minutes pour les petites batailles secondaires, jusqu’à la petite demi-heure pour les grandes batailles qui font progresser l’histoire et qui donnent du fil à retordre.

On note aussi la bonne dose de stratégie qui s’invite au cœur de ces batailles, tant dans la gestion intrinsèque du personnage que l’on incarne, comme plus globalement dans le déroulé protéiforme que prennent souvent les affrontements.
En effet notre personnage dispose, en plus de ses attaques de base et spéciales, d’autres outils à sa disposition pour mettre à mal les défenses des adversaires. Il faut déjà, et c’est sans doute le primordial pour réussir efficacement ses combats, scruter les défenses adversaires matérialisées par un bouclier rouge fragmenté qui apparait de temps à autre au-dessus de leur tête.

Briser chacun des fragments de ce bouclier jusqu’à le vider totalement permet de déclencher une attaque dévastatrice qui constitue souvent le coup fatal porté à son adversaire et ce même si ses PV sont loin d’être écoulés.

Pour cela notre personnage embarque aussi une dose de magie à travers des attaques spéciales utilisables selon une jauge de points de pouvoirs mais aussi de durabilité de notre arme.
N’oublions pas de mentionner notre jauge d’attaque dévastatrice qui se remplit au fur et à mesure des combats, soit que l’on donne, soit que l’on prenne des coups, à lancer une fois celle-ci pleine, quand la situation l’exige avec le bouton A et bien utile pour se sortir d’un assaut ennemi trop important.

La dimension multiple qu’incarne Fire Emblem et ses héros en pagaille est aussi de mise dans la gestion des combats, en effet un de nos alliés peut être attaché en tant qu’assistant auprès de nous. Dans ce cas-là, on le retrouve à combattre à nos côtés et pouvant s’associer lors du déclenchement de certaines attaques, décuplant ainsi nos dégâts.

Naturellement l’aspect social entre en jeu dans l’efficience de cette association et bien développer les relations entre les protagonistes permet d’accroitre l’efficacité de ces liens.

Une aventure au long cours qui n’évite pas certaines répétitions

Tout ce travail en amont des batailles constitue en effet une part importante de l’expérience proposée au joueur. Développer son camp, entretenir ses relations, parfaire son arsenal et entreprendre un entraînement soutenu sont les tâches nombreuses qui nous attendent entre chaque bataille.
Si l’on peut louer l’ergonomie de ces tâches, bien expliquées, bien agencées et pouvant être enchaînées rapidement grâce à un efficace système de téléportation dans le campement, elles marquent toutefois un des écueils du jeu : une certaine linéarité et longueur.
Certes les évènements inattendus, les rebondissements scénaristiques et les pertes possibles et malheureuses de nos compagnons sur le champ de bataille (qui ne reviennent pas lorsque l’on joue en mode normal) animent le jeu c’est entendu. Pourtant une impression de grande répétitivité se fait ressentir à force d’alterner entre les phases de combat et de préparation au combat.

Qu’il s’agisse du camp où les personnages doivent être entraînés pour les maintenir au niveau auprès d’un PNJ dédié, les dialogues à enclencher pour affiner les rapports amicaux qu’entretiennent les protagonistes entre eux ou bien les corvées à effectuer pour progresser de même, les activités ne manquent pas mais ne sont pas ce qu’il y a de plus palpitant.
On peut se dire que la dimension stratégique lors des batailles suffit à apporter de la diversité à l’expérience en jeu et pour une part c’est le cas. En effet lors d’une bataille, être au four et au moulin ne s’est jamais autant appliqué au gameplay d’un jeu. En effet il n’est pas rare que les ennemis convergent de toute part et que des troupes alliées se retrouvent en péril à divers coins de la carte.

Il est alors primordial de dépêcher sur place l’un de nos protagonistes et de jongler entre les forces et les faiblesses de chaque classe, matérialisées via un utile système d’indication fléchée rouge ou bleu apparaissant au-dessus des adversaires.
Les déplacements d’un bout à l’autre du champ de bataille, les associations d’assistants sont alors partie prenante dans la réussite des missions notamment secondaires qui permettent de décrocher les meilleurs scores et donc les meilleures récompenses en fin de bataille. Le jeu parvient ainsi à nous maintenir alerte face aux multiples exigences qui requièrent notre attention constante.

Toutefois, le même reproche que pour les activités internes à notre camp peuvent s’appliquer dans cette gestion stratégique des batailles. La répétition inhérente au genre fait que les batailles s’enchainent et se ressemblent parfois un peu, on fonce sur les camps ennemis à toute allure pour effectuer le meilleur temps et la narration perd un peu de son immersion.
On regrette aussi la fragmentation des batailles que l’on souhaiterait pouvoir enchainer mais le jeu a tendance à nous contraindre à retourner au camp afin de profiter des points disponibles pour entraîner notre équipe ou effectuer des tâches, points qui se perdent lorsqu’ils ne sont pas utilisés après une bataille principale.
Achevons sur des points positifs qui montrent que Fire Emblem Warriors: Three Hopes peut compter parmi les grands, au sens propre du terme : le jeu est riche et très long. Pour parvenir au bout d’une partie, comptez bien autour des 40 heures de jeu selon votre jusqu’au-boutisme dans le développement de votre camp mais plus encore si vous souhaitez relancer une partie en choisissant une autre maison en début de partie. S’offre alors à vous un tout nouveau point de vue et de nouveaux compagnons de fortune.

Par ailleurs notons l’idée très bonne des développeurs qui offrent la possibilité d’accomplir la plupart des batailles en mode 2 joueurs en écran splitté, de quoi développer des stratégies efficaces dans un jeu qui s’y prête, même si prévoyez un grand écran car les informations deviennent alors assez réduites à l’image.
16/20
On ne peut que saluer la proposition faite de relancer l’univers initié dans Three Houses avec un nouveau jeu tout autant rafraichissant par l’intrigue qu’il propose que sympathique par la formule Musô dynamique à souhait qu’il adopte et qui colle à merveille avec la licence. Le jeu fluide, les combats impressionnants et les personnalités variées de nos coéquipiers parviennent à donner une couleur originale à un titre soigné, même si la nature répétitive risque sans doute de virer à l’indigestion pour les plus réfractaires au genre.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Lilty501
Merci pour ce test ! Fan de la licence Fire Emblem et ayant bien aimé FE16 (Edelgard best Lord de la saga en terme d'écriture, ça c'est certain à présent, ça change des Lords Mary Sue et Gary Sue en puissance dans cette saga), je me tâte à prendre ce spin-off à cause du côté Muso dont je ne suis vraiment pas fan.
Mais l'histoire a l'air de bien compléter celle du jeu canonique donc j'avoue qu'il est très tentant de se laisser embarquer dans l'aventure.

Par contre, pour votre conclusion, bien que je suis fan de cette saga, je ne dirai pas qu'elle brille par son scénario même le fameux FE4 (dont j'espère toujours un remake digne de ce nom), c'est souvent très shonen avec des Lords avec une écriture assez pauvre (c'est pas Ike, Ephraim, Lyndis, Lucina ou encore Micaiah qui me feront dire le contraire) et le gros des ennemis très clichés.
Mais je pinaille, bref, merci encore pour le test !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

16 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Fire Emblem Warriors: Three Hopes est un jeu Musô à 100%, ultra dynamique, exigeant et répétitif dans sa mécanique, qui n’oublie pour autant pas en chemin l’identité qu’il embarque, celle de la licence Fire Emblem réputée pour ses écritures scénaristiques complexes aux mille et un personnages. L’identité de la série est bien présente et l’on ne peut se défaire du plaisir d’évoluer au sein de l’univers de Fódlan si bien construit. Le jeu est évidemment à recommander aux joueurs du précédent opus Three Houses qui seront heureux de fouler ces terres en proie au conflit permanent, également aux amateurs de Musô de manière plus générale mais aussi aux joueurs souhaitant s’initier au genre, le jeu faisant des merveilles en termes de pédagogie et de conseils rédigés avec intelligence et délivrés au moment opportun.

Jouabilité
Un des points forts du titre, le plaisir est quasi immédiat lors des affrontements et surtout il offre une belle polyvalence selon la classe d’arme que l’on incarne. Il y en a d’ailleurs pour tous les goûts, du cavalier vigoureux, de la mage qui accule de loin, du guerrier tenace au corps à corps ou de la prêtresse intelligemment envoyée prêter secours à un compagnon d’infortune mal en point. On apprécie aussi la dimension stratégique qui amène sa dose d’imprévus et nous contraint souvent à réagir rapidement et avec intelligence dans le placement et la distribution de nos coéquipiers sur la carte en fonction de leurs forces et faiblesses. On regrette un peu plus les phases au sein du campement assez moroses où l’on passe le plus clair de son temps à se téléporter entre les PNJ plutôt qu’à vraiment profiter de la zone ouverte.
Durée de vie
Les jeux de la licence Fire Emblem ont toujours su récompenser les efforts de longue haleine des joueurs et ce titre ne fait pas exception à la règle car il faut compter une petite quarantaine d’heures selon son niveau de jeu pour venir à bout de l’intrigue une première fois. Si certains trouvent la durée un peu chiche, libre à eux alors de repartir pour dans le jeu cette fois-ci au sein d’une des deux autres maisons afin de découvrir l’aventure avec un tout autre point de vue et une équipe totalement différente. On mettra toutefois un bémol à cette durée en signalant le caractère répétitif propre au genre du Musô avec ses batailles qui s’enchaînent jusqu’à nous faire oublier ou sortir de l’histoire, du fait de la structure souvent identique qu’elles revêtent.
Graphismes
Là où d’autres propositions de Musô traînaient parfois la patte sur Nintendo Switch comme le dernier Hyrule Warriors qui montrait à de rares occasions des faiblesses et des ralentissements, nous n’avons pas été témoins de cela sur cet épisode Fire Emblem et avons trouvé le jeu stable. Les graphismes ne sont pas ce que l’on peut trouver de plus beau sur la console, néanmoins ils ont la bonne idée de mettre en valeur nos personnages qui font tout le charme de l’expérience, tant par leur allure que par leurs attaques nerveuses et explosives.
Son
De très grande tenue, la proposition musicale qui accompagne Three Hopes emporte autant qu’elle galvanise lors des batailles. Les morceaux souvent épiques sont très bons et l’on salue le travail à la composition. Niveau sons, le jeu ne ménage pas non plus ses efforts, avec des attaques bien rendues dans leurs impacts sonores. Enfin mentionnons et ce n’est pas là une moindre qualité, qu’une immense partie des dialogues qu’entretiennent les personnages entre eux sont doublés (en anglais) par toute une troupe d’acteurs très convaincants qui aident astucieusement à s’intéresser et pénétrer cet univers dense.
Intérêt
S’agissant d’un jeu au prix fort sur Nintendo Switch (59,99 euros), l’on est en droit de s’attendre à un jeu des plus complets et c’est fort heureusement bien le cas. Le jeu se déguste par moments, en particulier après avoir remporté certaines batailles à la suite de plusieurs essais infructueux mais peut aussi lasser par son caractère répétitif. On ne saurait donc le conseiller qu’aux joueurs avertis par le genre qu’ils vont trouver, à l’aise dans les expériences très orientées action et volontaires pour se laisser embarquer dans un monde en soi, celui de conflits géopolitiques et de guerres en pagaille où les personnalités héroïques ne manquent pas. Signalons enfin qu’une démo est disponible sur le Nintendo eShop et que les données entamées dans celles-ci pourront rejoindre automatiquement le jeu final, alors pour les plus hésitants foncez !
Ergonomie
Les informations souvent nombreuses à l’écran, qu’il s’agisse des effets des attaques ou des dégâts qui s’affichent ne rendent jamais l’expérience illisible. Le rendu est bien maitrisé, rendant des plus plaisants les combats. De même, lorsque l’on navigue sur la carte du monde ou bien au sein de son campement dans les nombreuses activités proposées pour parfaire son équipe, là aussi le jeu séduit par sa bonne lisibilité. Les temps de chargement sont par ailleurs très corrects.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Fire Emblem Warriors : Three Hopes (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×