• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Airborne Kingdom Disponible sur Switch

Test de Airborne Kingdom (Switch)

Test de Airborne Kingdom ou quand la gestion prend de la hauteur

Quels sont les prérequis pour jouer à Airborne Kingdom ? Un esprit multitâches *check*, une soif d’aventure *check* et aucun problème de vertige *check*. En route vers les nuages !

Test
L’épopée dessinée par l’introduction du jeu donne le la d’un titre certes de gestion mais pas uniquement. La grande civilisation qui compose l’univers du jeu s’est retrouvée disloquée, les peuples dispersés dans des royaumes éloignés sur une terre hostile dont on cherche désormais à s’échapper pour vivre au milieu des nuages. On passe ainsi du développement laborieux de notre petite station flottante, au gigantisme d’un mastodonte où frétillent les habitants qui comme des abeilles s’envolent dans leurs avions pour alimenter en énergie notre ruche volante. Airborne Kingdom propose ainsi un jeu de gestion original, tout en s’appuyant sur des mécaniques au demeurant classiques.

Un jeu de gestion plutôt classique…

Les jeux de gestion de villes commencent à se multiplier sur la Nintendo Switch, chacun tentant de tirer son épingle du jeu, certains au moyen de mécaniques encore jamais vues, d’autres à l’aide d’une ambiance singulière. Airborne Kingdom fait le choix quant à lui de ne pas se distinguer particulièrement par des mécaniques de gameplay originales.

Certes notre cité taquine les nuages, est en perpétuel mouvement et impose de raisonner en termes de gestion de ressources assez différemment des processus habituels où ce sont les habitants qui vont de plus en plus loin pour trouver des denrées précieuses (ici c’est la cité qui se meut dans les airs pour aller à la rencontre de ces matériaux).

Toutefois le joueur n’est à aucun moment pris au dépourvu et retrouve bien vite ses réflexes, se devant de conjuguer des habitations en même temps que des bâtiments de production ou d’alimentation en énergie afin de faire cohabiter des habitants toujours plus nombreux avec une cité gourmande en ressources.
On se serait tenté de voir, dans cette recherche d’équilibre constante auquel nous invite le jeu (le terme est d’ailleurs loin d’être choisi au hasard), une parenté avec le récemment porté sur Switch Islanders où de gestion d’une ville il s’agissait surtout d’associer avec intelligence des constructions qui cohabitent plus ou moins harmonieusement entre elles.

C’est exactement ce même principe qui régit notre cité volante, à la différence près que, « the sky is the limit », aussi le jeu nous offre davantage de polyvalence dans le déploiement de cette cité, y compris dans sa flottaison. Le défi réside certes dans l’architecture grandissante de la ville, dans les choix à faire dans les bâtiments à améliorer grâce aux recherches à conduire à l’aide de l’Académie mais surtout dans notre relative errance dans les cieux au-dessus d’un monde loin d’être sans importance.

...sur un fond de jeu d’aventure

C’est peut-être en cela que le jeu prend tout son intérêt et propose une aventure au sens strict du terme. L’histoire narrée au début de la campagne est en effet loin d’être anodine. Dans le mode de jeu principal, le joueur est invité à reconstituer la grande civilisation jadis prospère dont seule une tapisserie garde le souvenir.

On part ainsi en direction des petits royaumes disséminés sur la terre afin de recruter de nouveaux habitants et surtout reforger les anciennes alliances. Des quêtes nous invitent à accomplir des tâches précises en explorant la carte. Quelques textes pas trop nombreux, le jeu a la bonne idée de ne pas être trop bavard malgré tout, permettent de dessiner une ambiance réussie, une des forces du jeu.
Autre force, le jeu tire bien parti de son aspect flottant et mouvant. En effet la cité n’est pas magique et a besoin d’être alimentée d’énergie. Celle-ci provient des matériaux (charbon, argile, bois, eau et nourriture) indispensables à sa flottaison, sa propulsion et la survie de ses habitants. La subtilité du titre consiste alors à devoir non seulement gérer le déploiement des constructions sur notre cité mais également les ressources à disposition des terres que l’on survole.

On se retrouve ainsi aux commandes d’un jeu aux premières minutes assez plates, dont on perçoit les ressorts seulement au bout d’une session un peu plus longue, demandant de s’armer d’une bonne dose d’organisation pour être, non pas au four et au moulin mais plutôt à l’héliport et à l’usine à charbon.

Une touche de poésie et un peu de plomb dans l’aile

L’univers proposé dans le titre nous ravit. Loin de proposer un traitement tout mignon, comme les couleurs pastel omniprésentes en jeu laissaient augurer, on se rapproche davantage d’un style steampunk, avec pas mal de mécanique et une dose d’inventivité à la Jules Verne, avec ces grandes hélices, ces petits avions, les usines à charbon, les briques d’argile.

On est toutefois un peu déçu d’être en permanence tourné vers le sol, le jeu tirant bien parti de cette dimension d’un monde inférieur mais ne proposant pas un ciel aussi riche en vie : un climat qui n’influence pas notre cité, aucun visiteur étranger… c’est un peu comme une sortie en mer par temps très voire trop calme.
Grâce à une technique satisfaisante, les graphismes du titre accompagnent avec harmonie les éléments du jeu et en particulier les multiples bâtiments (on mentionnera brièvement les personnages pour le moins anecdotiques qui sont des petits pions d’échecs). Le jeu ne souffre pas de ralentissements, la distance d’affichage est suffisante malgré la distance qui nous sépare du sol, la cité se déploie et se meut avec aisance.

Ce beau tableau n’est toutefois pas exempt de défauts et on se retrouve à fustiger une certaine rigidité impropre à un jeu aérien. C’est en particulier dans la manipulation des éléments à installer sur notre cité que cette raideur se ressent, chaque élément se déplaçant comme sur un quadrillage posé sur un sol invisible (on comprend néanmoins qu’il était difficile d’exploiter une cité à 360 degrés sans avoir recours à un dispositif d’affichage en relief comme des lunettes 3D).

Autre point fâcheux qui rend d’ailleurs le jeu injouable dans une certaine configuration : la taille des textes et des éléments. En mode portable le jeu est parfaitement lisible et ne souffre pas de ces problèmes, en revanche en mode docké sur une TV, l’expérience s’avère impraticable du fait de l’illisibilité générale. Un point à prendre en considération selon vos habitudes de jeu.
15/20
Airborne Kingdom poursuit ainsi la désormais longue voie des jeux de gestion entamée sur Nintendo Switch et avec succès. Si le titre souffre de quelques limites, il a suffisamment d’originalité pour encourager les amoureux du genre à franchir le pas, qui plus est si ceux-ci sont en quête d’un jeu ne dédaignant pas une petite dose de narration. L’atmosphère paisible du titre mais pour autant pas dénuée d’un certain défi, atteste de la qualité d’un titre réussi.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

15 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Airborne Kingdom s’avère être un jeu de gestion presque autant qu’un jeu d’aventure qui offre la liberté d’action du premier, sur un fond d’épopée propre au second. Le challenge n’est pas omniprésent, permettant des sessions de jeu assez relaxantes, pour autant une gestion trop relâchée de la ville à constamment équilibrer, autant qu’une mauvaise prise en compte des terres et de ses ressources disponibles, peuvent vite rompre la sérénité du titre par ailleurs très doux et délicat dans son atmosphère graphique et sonore. Une belle idée facilement addictive.

Jouabilité
Une jouabilité fluide, avec des tâches peu rébarbatives et surtout une dimension originale grâce au développement de la ville, la gestion des ressources vitales pour la maintenir non pas à flot mais en l’air et l’accomplissement des quêtes. On ne s’ennuie pas, sauf à construire une ville tentaculaire qui se traine et avance très lentement mais même dans ce cas, la possibilité d’accélérer le passage du temps permet de rendre plus dynamique l’action. Notons toutefois quelques lourdeurs dans le déplacement des bâtiments pas toujours très intuitifs.
Durée de vie
Une bonne durée de vie en perspective. Accomplir la quête du mode de jeu principal demandera un peu plus d’une dizaine d’heures le temps de découvrir et prendre en main les multiples possibilités offertes par notre ville. Comme tout bon jeu de gestion, celui-ci entend ensuite proposer un mode bac à sable où toutes les options déblocables petit à petit normalement sont disponibles et permettent de forger la ville de ses rêves.
Graphismes
Une direction artistique originale et en cohérence avec la trame esquissée par le titre, à savoir celle d’une tapisserie qui recouvre littéralement le sol et qui accueille les ressources. Les rosaces et autres mandalas tissés imprègnent voire saturent l’écran, proposant des harmonies de couleurs pastel assez agréables pour l’œil, sans que la jouabilité ne soit impactée, le jeu ayant la bonne idée d’utiliser un système de surbrillance pour mettre en valeur les éléments sélectionnés. En revanche dénicher parfois certaines ressources ou petits éléments au sol demandera une petite concentration visuelle (et exclura d’autant plus le jeu en docké).
Son
Les musiques sont très douces et accompagnent harmonieusement le voyage paisible de notre cité volante, sans pour autant que les thèmes transcendent l’expérience.
Intérêt
Pour les amateurs du jeu de gestion d’une ville et les fans d’aventures, de style steampunk, le titre coûtant 21,99€ vaut le détour. Ils prendront plaisir à s’élancer dans la quête principale du jeu. Les esprits les plus logiques apprécieront aussi les ajustements perpétuels à donner à une cité pour que chaque bâtiment s’imbrique avec cohérence et que la ville conserve un constant équilibre. En revanche le rythme parfois calme voire un tantinet flegmatique du jeu ne plaira pas aux amateurs de gestion plus dynamique, de même que ceux plus intéressés par les personnages que par les bâtiments. Airborne Kingdom s’intéresse en effet bien plus aux constructions qu’à ses habitants.
Ergonomie
Des menus simples et surtout une organisation des icônes à travers un bandeau supérieur et quelques sous-menus en partie inférieure que l’on prend en main très facilement. C’est un prérequis important pour tout bon jeu de gestion et celui-ci y parvient très bien. Seul point noir, la taille affreusement petite des textes une fois le jeu docké sur un écran de télévision. Même les éléments comme les ressources deviennent illisibles dans cette configuration.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Airborne Kingdom (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×