• Mon attente
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.

    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Inscryption A paraître sur Switch

Test de Inscryption (Switch)

Test d’Inscryption, bien plus qu’un jeu de cartes

Il angoisse, perturbe, intrigue et rend accro. Un jeu de cartes n’aura jamais eu autant de facettes que dans Inscryption.

Test
Le premier décembre 2022 arrivait sur console Switch le jeu sorti sur PC un an auparavant : Inscryption. Il est développé par Daniel Mullins Games qui n’en est pas à son coup d’essai, on se souvient notamment de The Pony Island ou The Hex qui bousculaient déjà les codes. Devolver Digital choisit d’éditer le jeu sur PC en octobre 2021 et de proposer un portage sur consoles en 2022. L’adage “ne pas se fier aux apparences” n’aura jamais autant eu de sens qu’avec l’expérience que propose ce jeu de deck building rogue-lite, enveloppé dans une atmosphère angoissante et complètement inattendue.

En cabane

L’aventure dans laquelle vous vous lancez en jouant à Inscryption est clairement hors du commun. Cette expérience de prime abord basée sur du deck building en rogue-lite vous interpelle là où vous ne l’attendez pas. Dès le lancement du jeu, vous vous heurtez au choix unique de continuer une partie plutôt que d’en commencer une nouvelle, plutôt déroutant comme entrée en matière.
Vous voilà dans cette cabane sombre. En vue à la première personne, vous vous dressez devant une table en bois. Face à vous un interlocuteur dont vous ne discernez que le regard perçant qui fait froid dans le dos. Vous comprenez que vous êtes gardé prisonnier et que pour sortir vous devrez jouer aux cartes contre lui. Il vous rappelle alors comment se déroule une partie.

Pour gagner, il faut se concentrer sur la balance qui se trouve sur la table. À chaque coup que vous portez directement à votre adversaire à l’aide de vos cartes, un poids est ajouté et il faut qu’elle penche totalement de son côté. Une victoire ne marque pas la fin de votre voyage. Ce n’est en réalité qu’une étape de votre parcours qui vous mènera à la sortie de cette cabane.
À la manière d’un Slay the Spire, votre chemin est défini sur une carte à embranchements et différentes options s’offrent à vous. Parfois vous tombez sur un sac à dos qui vous octroie des objets bonus, parfois vous rencontrez une vendeuse de fourrure, ou bien encore vous découvrez un autel vous permettant de buffer l’une de vos cartes.

La sentence est irrévocable

Alors que se passe-t-il si vous ne gagnez pas ? Tout n’est pas terminé. Votre marqueur de “vie” est illustré par la présence de deux cierges allumés. Lors d’une défaite, votre adversaire en éteint une et vous continuez votre voyage vers la prochaine étape. Vous ne disposez alors plus que d’une vie pour continuer et la rencontre avec le boss risque d’être plus compliquée que prévue.
En parlant de boss, ses conditions de défaite sont les mêmes que pour vous. Si vous parvenez à éteindre ses deux bougies, vous remportez alors le match. Comme évoqué précédemment, vaincre ces derniers est une solution pour sortir de cette geôle d’infortune. Mais pas que ! La cabane où vous êtes retenu contient bien plus de secrets que vous ne pourriez l’imaginer et des mécaniques d’escape game viennent s’ajouter à la partie.
En sortir n’est en fait que le début du voyage, qui vous sort des sentiers battus et vous embarque dans une épopée qui bouleverse tous les codes auxquels vous auriez pu vous attendre, aussi bien graphiquement que scénaristiquement.

L’âme des cartes

Sur la table de jeu, vous disposez de quatre cases pour jouer vos cartes qui sont opposées à celles de votre concurrent. Le petit plus, c’est que vous voyez également les prochaines qu’il compte mettre en jeu sur une troisième ligne. De quoi pouvoir anticiper et bien réfléchir à vos actions.
Les cartes représentent toutes un animal ou insecte ayant un coût en gouttes de sang ou nombre d’os, des points de vie et des points d’attaque. Elles disposent également d’une capacité spéciale en fonction de la famille à laquelle elles appartiennent. Certaines peuvent par exemple infliger des dégâts en retour lorsqu’elles sont attaquées là où d’autres peuvent se déplacer d’une case après leur attaque. Notez surtout que certaines sont particulièrement bavardes. L’hermine que vous avez dès le départ ne se gêne pas pour juger vos choix de jeu ou vous inciter à tort ou à raison dans vos actions.

Pour obtenir des gouttes de sang, il faut sacrifier une carte mise en jeu. L’écureuil sert essentiellement de carte à sacrifier car il ne dispose d’aucun point d’attaque. C’est pareil pour les os, à chaque carte éliminée par l’adversaire ou sacrifiée par vous, vous en obtenez. Vous démarrez donc avec un jeu de base et avez le choix à chaque tour de piocher soit un écureuil soit une carte de votre deck au risque de ne pas avoir de quoi payer son coût pour l’utiliser ce tour. Pour marquer la fin de celui-ci, comme aux échecs, il faut sonner la cloche en appuyant sur les gâchettes ZL ou ZR, ce qui nous a d’ailleurs valu parfois des actions accidentelles en mode portable.

La mort vous va si bien

Là où ça devient vraiment intéressant, c’est lorsque vous perdez. C’est plutôt surprenant dit comme ça, mais pour pousser un peu son sadisme, celui qui vous retient prisonnier vous inflige la mort en cas de défaite. Mais avant cela, il vous prend en photo pour vous transformer en carte à jouer. C’est là que vous nommez cette dernière et lui attribuez les caractéristiques de cartes que vous possédiez déjà. Elle est ensuite intégrée à votre prochain deck, et c’est ainsi que vous pouvez construire au fur et à mesure un jeu un peu plus fort.
Au risque de gâcher toute votre expérience, nous ne pouvons pas vous en dire plus quant à la suite des évènements une fois sorti de la cabane. Vous pourriez décider d’aller regarder des vidéos ou d’en lire plus, mais nous vous conseillons fortement de découvrir toutes les couches de ce bijou indépendant par vous-même.
16/20
Inscryption marque les esprits par sa capacité à surprendre et à nous accrocher là où on ne l’attend pas. Bien plus qu’un simple jeu de cartes, l’expérience rompt les codes et se renouvelle en permanence grâce à une narration parfaitement ficelée. La mécanique rogue-lite rend la mort utile à l’avancée et incite à recommencer encore et encore. Échapper au geôlier n’est que la partie émergée de l’iceberg, l’aventure a bien plus à offrir. Les férus du genre trouveront de nombreux clins d’oeils et hommages à d’autres jeux. En revanche, si vous recherchez un jeu de cartes classique pour vous détendre, vous risquez d’être déçu.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

16 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Nous partions dans l’idée de jouer à un jeu de deck-building inscrit dans un univers horrifique mais nous avons été surpris de découvrir une profondeur scénaristique qui nous a tenu en haleine. La disruption permanente n’a eu de cesse de nous accrocher un peu plus et aucune étape ne nous laissait présager quelle serait la suite. Nous recommandons vivement ce jeu à quiconque souhaite se laisser embarquer dans l’inconnu et découvrir une expérience hors du commun.

Jouabilité
Le tutoriel de départ permet une introduction fluide des commandes. La fonction tactile aurait été un plus mais globalement la jouabilité est bonne. La manière d’utiliser les cartes et leur coût est plutôt logique et facile à comprendre. Attention à ne pas se précipiter et avoir la gâchette trop rapide au risque de clôturer votre tour de jeu un peu trop vite.
Durée de vie
Venir à bout et voir l’entièreté du scénario demande tout de même entre douze et vingt heures selon votre évolution. Les chapitres s’enchaînent mais ne se ressemblent pas, l’envie de continuer à avancer n’est que grandissante, on n’est jamais las.
Graphismes
Le parti-pris graphique permet une immersion totale dans cet univers angoissant, sombre et lugubre. On reconnaît le style de Daniel Mullins Games. On embarque dans un ensemble complètement hétéroclite qui participe à l’inattendu permanent du jeu.
Son
La bande-son laisse planer cette sensation d’angoisse avec une musicalité discrète avec des notes presque dissonantes. Le sound-design est juste et jouer avec le volume monté est plus que conseillé.
Intérêt
19,99 € pour un jeu si complet et si surprenant, c’est une affaire. Un jeu indépendant au game design brillant qui offre une expérience unique qui prend tout son sens sur la console hybride car l’addiction générée fait que l’on veut y jouer tout le temps et partout.

Votre avis sur le jeu Votre attente !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Inscryption (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Mon attente
  • Devenir fan !

L'attente des visiteurs

J'en dors plus la nuit
 
0%
Je l'attends beaucoup
 
0%
Je suis curieux
 
0%
Pas convaincu
 
0%
Pas pour moi
 
0%

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×