• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Skully Disponible sur Switch

Test de Skully (Switch)

Skully sur Switch, un crâne qui tourne vite en rond

Un pitch de départ un peu tiré par les cheveux et vous voilà un crâne roulant dans le décor pour servir les intérêts d’un dieu dans son combat contre les autres éléments. Si la prise en main initiale se veut prometteuse, le jeu parvient-il à garder le cap de ses bonnes intentions ? On fait le point.

Test
Etrange concept que celui de vous placer dans un crâne revenu à la vie par la bonne volonté du Dieu de la Terre Terry, qui semble devoir résoudre un conflit familial avec ses deux sœurs Wanda et Fiona et son frère Brent des autres éléments et compte bien sur vos capacités à rouler et parfois à vous transformer pour arriver à atteindre son but : ramener la paix sur l’ile. L’idée du jeu est donc lancée, il va falloir rendre visite aux différents membres de la famille de Terry pour les convaincre de lui restituer ses terres et de ne pas faire joujou avec le Cœur de vie. Une demande qui passera bien évidemment par la case combat, la fratrie devenant les boss du jeu. Les premiers tours de pistes nous demandent d’avancer dans un décor rappelant un peu le principe de Monkey Ball ou plus éloigné de Marble Madness. Assez facile au départ, les choses se corsent rapidement pour nous obliger à jongler avec le relief, les pièges et un suivi de caméra un peu capricieux. Au final, le plaisir de jouer s’émousse assez vite malgré quelques bonnes idées.

De l'argile qui apporte la vie mais aussi une tonalité générale terreuse

Le premier grief lorsqu’on prend en main le jeu, ce sont les graphismes aux textures ternes et au design général, oscillant entre cartoon à la Doodle God un peu moins soigné et un décor plus ou moins réaliste selon les portions. Cela manque de couleurs, vivement le HDR pour un titre comme cela, d’autant que la finition de certains niveaux est très aléatoire. Sans être hideux, certains passages ne sont clairement pas agréables visuellement.

Alors si la difficulté vous fait patiner sur ces passages médiocres esthétiquement, on comprend bien que la motivation pour avancer dans le jeu en prend un coup dans l’aile. Pourtant sur le papier, il y avait de bonnes idées avec 7 environnements différents, découpés en 18 niveaux, vous plongeant dans des univers de rivage (le début), puis une forêt, une grotte et ce que l’on a un peu plus apprécié visuellement la lave. Mais, ce qui est regrettable, c’est le choix des couleurs souvent très fades et des éclairages qui n’aident pas.

Hâtez-vous lentement

Vous êtes revenus à la vie, partiellement, seul votre crâne a pu être reconstitué, et votre seul moyen de déplacement sera donc de rouler, sauter, grimper aux murs avec l’aide de plantes particulières, frapper des obstacles, en suivant un parcours qui nécessitera plus ou moins d’agilité manette en main. Régulièrement, cela se jouera à pas grand chose pour surmonter telle ou telle difficulté, soyez patient et faites des pauses !
Petit passage discret dans les plantes !

Heureusement, si les échecs vont s’avérer assez nombreux, vous aurez régulièrement des emplacements pour sauvegarder votre avancée, même si on peut regretter quelques incohérences au niveau de leurs emplacements, des passages clairement trop faciles en possédant, alors que d’autres bien plus ardus en sont dépourvus avant de connaître la difficulté. Bref, un problème d’équilibrage sur des choix pas toujours judicieux, que l’on perçoit très tôt, et qui nous font déjà souffler assez vite.
Au niveau de la prise en main, ce n’est pas très compliqué et chaque commande est introduite progressivement (vos premières roulades de départ représentent une sorte de tutoriel de prise en main), la bonne idée étant de peindre la commande sur le décor. On aurait aimé qu’une petite touche puisse nous rafraichir l’esprit une fois l’ensemble des commandes dévoilées.
Une petite explication pour passer d'une forme à l'autre.

Le stick gauche vous permet de vous diriger, les boutons X, A, B, Y apportent certaines fonctionnalités, et le stick droit est celui qui vous permet de replacer la caméra suivant un angle qui vous permet, à peu près, de voir l’environnement autour de vous et d’anticiper certains dangers. A peu près dirons-nous car si sur une surface calme, il est aisé de gérer le déplacement de votre crâne et le changement de vue de caméra avec l’autre main, lorsque vous êtes à sauter sur des pierres pour franchir un cours d’eau ou de la lave, c’est nettement moins simple de faire les deux en simultanée, vous vous retrouverez régulièrement avec une caméra qui vous masquera l’action, vous obligeant de jouer d’instinct ou quasiment à l’aveugle. Quand on sait que deux petites secondes dans l’eau ou le moindre contact avec la lave ou les ronces ardentes vous fait recommencer depuis le précédent point de passage, cela devient rapidement irritant.

Euh ? Pourquoi tant de haine en certains points ?

On roule en tenant compte de la déclivité du parcours, loin d’être une surface plane, toute sortie de piste signifiant très vite votre mort et l’obligation de recommencer depuis le dernier point de passage. Heureusement, un peu de changement est apporté par trois évolutions possibles de votre corps, via des puits d’argile, vous permettant ainsi de récupérer un corps, des bras et des jambes, afin de pouvoir franchir certains obstacles, comme le briser par exemple (les pierres que l'on peut coucher ou détruire possèdent de légers reflets bleutés) ou deux autres formes : l'une vous permettant d’attirer des plateformes de manière horizontale ou verticale, l'autre vous permettant d'avancer ensuite via un double-saut.
Si le gameplay impose leur découverte petit à petit, vous pourrez ensuite alterner les trois formes selon les difficultés placés devant vous. Les mouvements en revanche, une fois l’une de ces transformations opérées, sont assez lents et on reste sur sa faim au niveau gameplay devant ces possibilités mal exploitées. On se loupe dans les mouvements, on refait les mêmes passages, parfois depuis un checkpoint éloigné, on tente de contourner un obstacle d’une autre manière mais malheureusement le titre ne le permet pas (ou par accident) : on se trouve face à un runner assez dirigiste qui vire assez vite vers le die and retry, d’autant que la caméra a parfois du mal à suivre vos mouvements, son positionnement parfois éloigné rend certains passages peu évident artificiellement où la réussite est au petit bonheur la chance ou en rageant quelques fois.

La déception est grande face à un réel potentiel mal optimisé

On l’aura compris assez vite, la mayonnaise de Skully n’a pas franchement pris à notre niveau et ceci assez rapidement. Manque de finition ou tout simplement manque de tests en interne pour se rendre compte de certaines absences ou bugs (de collision, de caméra, framerate jouant un peu du yoyo) alors que le titre n’est visuellement pas extraordinaire. Il y a l’idée de départ (pourquoi pas) pour tenter de se démarquer de la production ambiante, mais il faut surtout que le fun dans le gameplay suive. Et là, c’est quelque peu loupé. Et cela passe d’autant moins bien quand on a joué à d’autres titres récemment beaucoup plus funs et que Skully passant derrière donne l’impression d’être un pétard mouillé. Parmi les loupés, notons le passage où l’on doit fuir un flot de lave, où il est impossible de rapprocher notre vue caméra de Skully, le rendant bien trop petit à l’écran.
Fuyez !

Petits moyens ? Probablement, mais quand on souhaite vendre un titre, faut-il séduire. Le premier niveau fait illusion, mais la suite plombe tout, et on ne sent pas motivé pour aller plus en avant. Alors, quand on regarde le tarif demandé, à 34,99 €, on ne s’y retrouve pas et on ne peut pas décemment soutenir ce titre quand des perles sont vendus à un tiers de ce prix. Peut-être que le jeu rend mieux sur une autre plateforme, peut-être que les commandes sont plus réactives. Sur Nintendo Switch, en nomade ou en docké, Skully n’est pas une réussite à cause de son manque d’équilibre, de peps visuel, de parti pris raté entre 3D et animation 2D s’associant mal.

Une bonne histoire et un travail sonore de qualité

Tout pourtant n’est pas à jeter car le studio a tout de même apporté un doublage vocal tout à fait correct, sous-titré en français (une localisation de bon niveau puisqu’elle retranscrit bien l’humour des personnages) même si la musique en revanche reste un peu générique, ne distillant pas assez de différence selon les lieux et l’action du moment.

Un certain nombre de cinématiques (successions d’images en fait) ponctueront votre parcours du combattant, mais elles ne sont pas folichonnes hormis la fin (et toujours ternes au niveau des couleurs) et vous pourrez débloquer quelques extras en récoltant des paliers de fleurs, des artworks du jeu et des personnages à consulter dans un menu dédié, pour motiver les joueurs.

Certains passages sont plus réussis que d’autres mais la balance finale reste malheureusement trop marquée du côté du négatif ou de la déception pour convaincre. A moins d’un gros patch pour corriger tout cela (emplacement des sauvegardes et positionnement de la caméra de suivi), Skully ne fera que vous décevoir.

Nous remercions l'éditeur pour nous avoir fait parvenir un code nous ayant permis de réaliser ce test sur notre Nintendo Switch. Skully est édité par Modus Games, et développé par Finish Line Games. Il est disponible depuis le 4 août 2020 sur votre eShop pour 34,99 € et nécessite 3842 Mo d'espace libre. Nous y avons joué avec les Joy-Cons mais surtout avec la manette pro, essentiellement en nomade et une fois sur la télévision.

Skully - Launch Trailer - Nintendo Switch21/08/2020

09/20
Skully a de l’idée mais reste beaucoup trop sommaire sur des points essentiels pour rendre le gameplay plaisant et l’expérience ludique savoureuse. Si on peut aisément lui pardonner une utilisation générique de certaines modélisations 3D, on aurait aimé un peu plus de couleur, une meilleure répartition des points de sauvegardes et surtout une caméra qui reste bien centrée sur nos mouvements. Un gout d’inachevé et un tarif final beaucoup trop élevé pour ce qu’il représente, achève le tableau. A prix normal, passez votre chemin, en très forte promotion, si vous aimez des titres nécessitant du challenge et que vous faites peu de cas d’un graphisme fade, pourquoi pas. Mais honnêtement, l’eShop a tellement mieux à proposer que ce titre.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


Podcast : Un automne riche en actu !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

09 /20

L'avis de Puissance Nintendo

C’est bien dommage mais Skully ne convainc pas avec sa finition actuelle. Difficile, sa complexité est augmentée artificiellement par ses angles de caméras faillibles, des bugs de collision mais surtout par le très mauvais placement des points de sauvegarde. Alors, si nous aurions pu être tenté d’aller explorer un peu plus cet univers pour le compléter à 100%, la frustration sur certains passages a été telle que nous n’avons aucune envie de revenir sur ce jeu, même si un patch pouvait corriger le plus gros des problèmes. Manquant de saveur et bien terne visuellement, Skully est proposé au final pour un tarif beaucoup trop élevé par rapport au plaisir que l’on a pu prendre à le diriger manette en main.

Jouabilité
Skully demande beaucoup de précision et du doigté pour gérer vos sauts sur de petits plateformes alors que vous êtes un crâne arrondi, pas franchement stable. Mais on pourrait l'accepter si nous ne devions pas en plus gérer la caméra manuellement en simultané et si une possibilité de sauvegarder nous était allouée avant et après chaque difficulté. C'est loin d'être le cas et finalement cela rend l'ensemble bien lourd inutilement.
Durée de vie
Il y a suffisamment d'univers pour apporter de la variété au joueur, mais hélas, tout cela reste dépendant de votre intérêt par rapport à ce côté die and retry très prononcé et de passages qui vous agaceront au plus haut point. Comptez une dizaine d'heures mais certains devraient ramener cela à moins de 6 heures, en étant acharnés et habiles.
Graphismes
On sent l'utilisation des possibilités permises par défaut dans les bibliothèques du moteur Unreal Engine, notamment les reflets sur l'eau, certaines textures de rochers. Mais hélas, tout cela est contrebalancé par un choix de couleurs bien fade, y compris lors des cut-scènes. Alors si des niveaux sont plus agréables que d'autres, ce n'est clairement l'aspect visuel de cette édition Switch qui saura vous retenir dans ce jeu.
Son
Très bon travail de doublage pour donner de l'humour au jeu, le tout sous titré en français. Les musiques ne sont pas mauvaises mais restent un peu génériques. On aurait aimé un peu plus de variétés pour différencier les 7 environnements.
Intérêt
L'idée de base du jeu n'est pas désagréable et moyennant quelques patchs pour retoucher des aspects vraiment pénibles du titres, on pourrait avoir un jeu tout à fait correct, ne serait ce que pour son challenge de le débloquer à 100% et obtenir le déblocage de tous les artworks. Cependant, c'est le portage sur Switch qui ne convainc pas, un petit regard sur une version PS4 nous a donné l'impression d'une meilleure finition et surtout d'un graphisme plus attrayant au niveau des couleurs.
Ergonomie
On est dur sur cet aspect, mais effectivement, entre une vue caméra pénible et des points de sauvegarde mal distribués, ainsi que des bugs nous bloquant parfois au sein de certains rochers, cela ruine l'expérience de jeu. Une caméra avec centrage automatique améliorée et des points de sauvegarde systématique après chaque difficulté auraient pu faire passer le jeu pour correct ou bon. Là, on reste dans le très passable.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Skully (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×