• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Dead In Vinland Disponible sur Switch

Test de Dead In Vinland (Switch)

Rétro-test de Dead in Vinland, le Koh-Lanta des Viking !

Partez à la découverte d’un nouveau monde ! Faites survivre Eirik et sa famille dans ce jeu de gestion aux multiples facettes ingénieux et surtout impitoyable.

Test
Dead in Viland est un titre qui a échappé à notre vigilance. Paru en 2018 sur Steam puis en juillet 2019 sur Switch, on rattrape notre loupé avec ce rétro-test. Développé par un petit studio, Ishtar Games, et édité par l’un de nos éditeurs français préférés, Dear Villagers, Dead in Vinland est un jeu de gestion et de survie principalement. Néanmoins il propose des mécaniques poussées de roguelike et de RPG. L’expérience est très réussie mais n’est pas à la portée de tous de par sa difficulté impitoyable.

Les Vikings ont la vie dure !

À travers la gestion primordiale dont le but ultime est la survie de nos protagonistes, Dead in Viland est surtout une aventure très narrative. On suit le quotidien d’une famille de vikings. Elle est composée à la base de quatre membres principaux : Eirik le père, Blodeuwedd épouse et mère, Kari leur fille et Moira la sœur aînée de Blodeuwedd. C’est surtout leur histoire qu’on nous propose de vivre. Ils sont chassés de leur terre et s’enfuient vers une île inconnue. Ils trouvent une vieille maison abandonnée et décident de refaire leur vie à partir de cette nouvelle base. C’est ainsi que débute tout le système de gestion visant à vous faire vivre une journée de plus. En effet, l’expérience vous rappelle à quel point il est facile de mourir si on néglige le moindre aspect du quotidien. Le titre, malgré sa difficulté dont on ignore tout au commencement, est très facile à prendre en main. Même si l’interface a été conçue à la base pour une configuration clavier/souris, la navigation sur Switch est ultra fluide grâce aux gâchette et surtout grâce aux nombreux tutoriels qu’il est possible de désactiver dans une seconde, troisième, ou énième partie. Oui vous allez beaucoup recommencer.

La survie, c’est dur !

Alors comment se passent les journées ? Elles sont divisées en trois parties, le matin, l’après-midi et la soirée. Logique non ? Au début de chacune, il faut placer ou non (oui, on y reviendra) un membre de votre tribu sur une des activités du votre camp. Il faut couper du bois, miner, récolter de l’eau, chasser, explorer l’île et surtout construire des structures. Une fois tout le monde placé, on valide et le temps s’écoule jusqu’à la prochaine étape quotidienne.

L’après-midi est exactement comme la matinée. Il est cependant possible de repositionner ses personnages ailleurs. On peut très bien faire la cuisine le matin et récolter de l’eau l’après-midi.

Seulement, chacun a ses spécialités. Eirik est le plus disposé à construire, tandis que sa fille Kari est la plus habile pour explorer et chasser le gibier. Si d’aventure vous mettez une personne sur une activité qui ne lui correspond pas, elle s’épuisera plus facilement et surtout le pire, elle recevra des points de dépression. Oui, pour vivre et sur le long terme il faut prendre soin d’eux,autant que de leur santé physique que mentale. Car si un seul des quatre membres d’origine venait à mourir, votre partie prend fin.Pour compliquer encore plus la chose, certains sont tout simplement bons à rien à moins de construire la structure qui leur conviendra. Mais pour y arriver, il faut des ressources, et beaucoup. Seulement, la fatigue guette et surexploiter une personne fera grimper sa fatigue et elle finira par mourir. Concrètement, il y a cinq facteurs à prendre en compte, la fatigue, la faim, la maladie, la blessure et la dépression. Si un seul de ces cinq paramètres arrive à 100%, c’est la mort.

Puis vient la soirée, c’est la fin de la journée. Ils se retrouvent tous dans la maison au coin du feu pour discuter. C’est là principalement qu’ils échangent entre eux et qu’on assistent à des dialogues qui les rapprochent ou les éloignent en fonction des réponses multiples durant les discussions. C’est aussi à ce moment qu’il faut les abreuver en eau potable et les nourrir. Durant la nuit, le sommeil réduit la fatigue.Vous comprenez que cette étape est presque le seul moment où vous pouvez prendre soin de votre tribu. Il existe bien sûr d’autre façon de prodiguer des soins, mais pour ça, il faut construire les structures qui vont bien, genre la brasserie qui permet de picoler pour réduire la dépression ou la tente qui permet de faire la sieste durant la journée pour réduire la fatigue.

Survivre c’est explorer et combattre aussi !

Après chaque nuit, le feu, oui comme dans Koh-Lanta, perd de son intensité et il faut absolument l’entretenir. Car si vous n’y mettez pas assez de bois, il faut trouver de quoi en allumer un autre. Ça, c’est une autre histoire. Pour cela il faut explorer l’île et malheureusement elle n’est pas déserte. Vous faites la connaissance d’un autre groupe de survivants qui viendra vous racketter régulièrement. La tribu croisera assez régulièrement des groupes ennemis.

Les affrontements prennent une forme assez classique façon RPG au tour par tour. Ils tirent néanmoins leur épingle du jeu. Ils jouent sur les lignes à l’arrière et de front avec des compétences qui s’utilisent uniquement ou non en fonction de la position des personnages. L’ordre d’action se fait en fonction de la statistique d’initiative et les capacités ont un coût de points d’action (PA). Il est tout à fait possible d’en réaliser plusieurs si les PA suivent.Les combats sont très bien réalisés mais ne représentent pas la plus grande difficulté de l’aventure. Néanmoins ils ne sont pas négligeables. Si un personnage devait perdre un certain nombre de points de vie, ou carrément tous les perdre, sa vie ne sera pas en danger, par contre il gardera des séquelles et aura besoin de soins pour survivre.

Au-delà de cela, il faut continuer d’explorer l’île toujours plus loin car elle permet de trouver des artéfacts nécessaires pour améliorer les structures mais également rencontrer de potentiels nouveaux membres à recruter. Si les quatre membres d’origines doivent rester en vie, ceux qui arrivent en cours de route peuvent très bien mourir et être remplacés par de nouveaux.Les pièces rapportées proposent de nouvelles lignes de dialogues pour agrémenter la narration, et sont également autant de paires de bras supplémentaires nécessaires sur le campement. Si d’aventure vous trouvez le scénario principal trop simple (ce qui ne risque pas d’arriver) il est alors possible de le recommencer dans un niveau de difficulté plus avancée ou alors d’opter pour un mode plus libre où on choisit les membres de départ parmi tous les personnages jouables. Même si la trame de base propose une certaine génération d’exploration aléatoire, c’est surtout le mode libre qui permet de réellement passer sur le style roguelike. Les bases restent les mêmes mais alors tout est totalement aléatoire ce qui permet au titre de se renouveler.
18/20
Dead in Vinland est un titre mature et difficile. Il est très réussi au niveau de son ambiance visuelle qui respecte énormément le peuple viking. Sa jouabilité est ultra complète et diversifiée. Néanmoins, malgré sa prise en main très simple et réussie sur Switch, sa difficulté risque d’en décourager plus d’un. Absolument rien n’est à prendre à la légère et le moindre faux pas peut mener à la mort d’un membre fondateur. Si vous décidez de relever le défi, vous trouverez en Dead in Vinland, un jeu de gestion qui sort des sentiers battus et terriblement addictif.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Le tout dernier PNCAST

PNCAST : Nintendo Direct, Splatoon 3

Soutenez PN : achetez ces jeux !

18 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Même trois années après sa parution, Dead in Vinland ne perd rien de son charme. La gestion est punitive mais les mécaniques sont addictives. On en redemande encore et toujours plus. On revient toujours en pensant qu’on fera mieux cette fois-ci puis on finit par négliger ou oublier le personnage qu’on croyait hors de danger. Nous avons réellement apprécié ses mécaniques de jeu très vastes et sa réalisation visuelle.

Jouabilité
Difficile de lui reprocher quoi que ce soit. Les mécaniques sont toutes très bien équilibrées. Cependant tous les paramètres et statistiques à prendre en compte sont tellement nombreux qu’il est très difficile de maîtriser toutes les situations. Ce qui pourra lasser les moins hargneux.
Durée de vie
Le titre devient très rapidement addictif. Comme il est simple à prendre en main, on enchaîne les journées dans le jeu qui se traduisent en heures dans la réalité. Les mécaniques roguelike permettent de renouveler et de tenir en haleine notre intérêt.
Graphismes
La direction artistique est juste somptueuse. Pas de 3D ni de pixel art, mais tout est totalement illustré avec moult détails.
Son
Le thème viking est parfaitement respecté entre les musiques douces à base d’instruments à vent et les tambours qui grondent lors des batailles, on s’y croirait presque.
Intérêt
Disponible sur l’eShop au tarif de 27,99 €, le titre vaut son pesant d’or. Il apporte une approche très originale du jeu de gestion qui le rend assez unique dans son genre. Cependant le titre n’est pas là pour vous détendre. Le stresse permanent de la mort vous guette tous les jours.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Dead In Vinland (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×