• Ma note
    Moyenne de 4,7 - 3 notes
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 3 ajouts
  • Devenir fan ! 3 fans

Bravely Default : Where the Fairy Flies Disponible sur 3DS

Test de Bravely Default : Where the Fairy Flies (3DS)

Bravely Default : un JRPG d'exception

C'est notre spécialiste en RPG qui s'y colle : Fox a eu l'honneur de découvrir Bravely Default et à l'occasion de la sortie - enfin, du jeu en France, nous livre le récit de ses aventures ! C'est parti !

Test
Attendu depuis des mois comme un titre majeur de la 3DS pour 2013, c’est finalement en plein rush de Noël que Bravely Default daigne enfin venir orner les rayons des magasins. Mais entre les sorties de nouvelles consoles, et une année déjà extrêmement prolifique en hits sur 3DS, il n’est pas forcément évident que notre RPG nippon trouve encore sa place sous le sapin et dans nos porte-monnaie.

Bravely Default : une nouvelle franchise !

Il y a exactement 1 an, Bravely Default : Flying Fairy sortait au Japon et enchantait le public et la presse, curieux de découvrir cette licence inédite. Fort de ce succès, Square Enix annonçait quelques mois après la sortie d’un stand alone intitulé For The Sequel reprenant le titre original ainsi qu’une centaine d’améliorations. Fort heureusement, l’éditeur a eu la bonne idée de sortir directement cette version boostée dans nos contrées occidentales. Ce qui nous amènera donc à la troisième déclinaison du jeu à laquelle nous allons nous intéresser aujourd’hui : Where The Fairy Flies.

Bravely Default : un jeu 3DS à la réalisation très soignée.
N’y allons pas par quatre chemins, ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une nouvelle licence qu’elle va révolutionner le JRPG, on a même plutôt affaire à un jeu reposant sur des bases extrêmement classiques, et étroitement liées aux Final Fantasy, Square Enix oblige. Vous retrouverez donc tous les sorts de magie blanche (soin, vie, bouclier…) et de magie noire (foudre, feu, glace..) que nous connaissons tous, ainsi que les collyres, herbes échos et autres plumes de phénix indispensables quand notre mage blanc s’effondre. Comme ses modèles, le jeu repose sur une carte du monde que vous parcourez pour aller d’une ville A à un donjon B, et vice versa, le tout en rossant un bestiaire toujours plus ragoûtant, au rythme des rencontres aléatoires durant lesquelles nous pourrons tester différents jobs. Bref, nous sommes en terrain connu, et ce n’est clairement pas sur l’audace que Bravely Default mise pour se démarquer.

Mais alors pourquoi tant d’engouement autour d’un JRPG si classique ? Et bien pour tout le reste. A commencer par la réalisation, qui dès la cinématique d’introduction nous met une petite claque et nous surprend à jouer la carte (au sens propre) de la réalité augmentée. Le jeu est très joli, le charac’ design est très mignon, et les cartes et donjons fourmillent de détails (même si certains se ressemblent beaucoup). Mention spéciale pour les villes : elles ont bénéficié d’un soin tout particulier, et ne pas enclencher la 3D de votre console serait un crime. D’ailleurs, en règle générale, la 3D est présente à tout moment et apporte toujours ce petit plus de lisibilité et d’immersion. Et puisqu’on parle de réalisation, sachez qu’à l’instar de Pokémon X/Y, le jeu est disponible en 7 langues, et que vous avez le choix entre les doublages anglais et japonais. Enfin, la bande son est égale à ce qu’on pouvait en attendre, assez discrète pour ne pas donner envie de couper le son, et assez rythmée quand cela est nécessaire pour coller à l’action. Il n’y a pas de quoi fredonner dans le bus toutefois.

Présentation du jeu Bravely Default26/07/2014

Gameplay : un des jeux 3DS les plus complets

Mais là où le jeu a mis le paquet, c’est sur le gameplay. Alors certes les combats sont toujours au tour par tour, mais force est de constater que ce principe perd un peu de son sens original quand on peut décider de jouer 4 tours à la suite. C’est le fameux système Brave / Default dont le jeu tire son nom. Concrètement, à côté de chacun de vos héros figure un compteur. Tant que ce compteur est positif ou nul, le personnage pourra agir au prochain tour, et chaque action décrémente de 1 le compteur, et c’est là que ça devient tactique. Vous pouvez alors choisir l’option Default (équivalent à Passer ou Défendre) qui incrémentera de 1 le compteur et vous protègera un peu pendant le tour, ou au contraire choisir l’option Brave pour jouer une deuxième action immédiatement après la première. Cela aura pour effet de décrémenter votre compteur de 2 tours au lieu d’un, votre personnage devra donc ensuite attendre 1 tour de plus avant de revenir à 0 et pouvoir à nouveau agir. Evidemment, il n’est pas conseillé de dépenser 4 tours pour tous ses personnages en même temps (donc 16 actions au total) à moins d’être sûr de venir à bout de votre adversaire, au risque de subir son courroux durant 4 tours sans pouvoir intervenir. Mais si vous avez pris le soin d’accumuler 3 tours d’avance avec des Default, vous pourrez enchaîner les Brave sans que votre compteur repasse dans le négatif. Au début ce système est un peu étonnant, on se dit qu’on pourrait envoyer la sauce à tout moment mais encore faut-il être sûr de ne pas se rater. Avec le temps, chacun trouvera sa technique pour équilibrer les actions de ses ouailles, entre ceux qui se déchaînent, ceux qui agissent au compte-goutte et ceux qui épargnent leurs tours.

Bravely Default : les ingrédients classiques du RPG sont tous là !
Mais ce système ingénieux pourrait être bien accessoire si les développeurs n’avaient pas intégré le deuxième élément tactique du jeu : les combinaisons entre jobs. Le jeu en propose 24 différents, allant du mage rouge au chevalier, en passant par le marchand ou la célébrité. Chaque job donne accès à des compétences passives et actives uniques à mesure qu’on les maîtrise. Mais en plus de son job, chaque personnage peut choisir un deuxième job pour lequel il aura accès aux capacités déjà maîtrisées. Exemple, si je suis Moine niveau 6 et que je deviens Free-Lance, je pourrais continuer d’utiliser les compétences que j’ai apprises en tant que Moine. Et c’est alors qu’une foule de possibilités apparaissent. Dans mon exemple, je pourrais enchaîner dans le même tour une attaque puissante de Moine ayant 50% de chances d’échouer, et un sort de Free-lance augmentant les chances de succès de mes compétences, efficacité garantie.

Côté scénario, si la trame principale ne vous bouleversera pas, elle a le mérite d’être particulièrement étoffée. Et pour ceux qui veulent vraiment se plonger dans cet univers, chaque élément, lieu, personnage, objet est référencé dans une encyclopédie. Au-delà des lignes directrices de l’histoire, on retiendra surtout des personnages attachants et hauts en couleur, et des dialogues parfois plus légers et moins niais que les classiques du genre. Enfin, si vous en voulez davantage, le jeu propose encore pas mal de contenu après le dénouement de l’histoire.

Connectez votre 3DS, 3DS XL ou Nintendo 2DS au monde !


Abordons les fonctionnalités Streetpass et Spotpass. Même si lors de ce test je n’ai pas eu l’occasion de Streetpasser, il semblerait que ça fonctionne exactement comme le Spotpass. Car si comme moi vous ne croisez aucun possesseur du jeu, il se chargera lui-même de vous mettre en contact avec d’autres joueurs via Spotpass. Les utilités sont multiples. Celle qui m’a semblé la plus intéressante est le fait que chaque personne croisée représente un villageois que nous allons débaucher pour rebâtir un village. Plus vous avez de villageois et plus la reconstruction avance vite. Et ces constructions ne sont pas anodines puisqu’il s’agit de boutiques d’objets, d’armes, d’armures, etc.

Mis à part cela, vous pourrez également enregistrer une de vos attaques, que vos contacts pourront alors utiliser en cas de besoin. Par exemple si vous avez un Mage Blanc de niveau 40 qui soigne à 600 PV, un ami n’étant qu’au niveau 12 et ayant grand besoin de soin pourra invoquer votre attaque pour se soigner de 600. Personnellement je n’ai pas du tout accroché à ce principe, qui fausse un peu le combat, mais ça ne coûte rien de l’avoir intégré si ça peut aider des joueurs bloqués. Il y a également un système de mentorat, où l’on peut confier un mentor à chacun de nos héros, mais ça ne fonctionne qu’avec vos amis enregistrés dans votre 3DS, je n’ai donc pas pu en découvrir l’intérêt.

Quelques mots sur Bravely Default : For the Sequel

J’aimerais profiter de ce test pour revenir sur les améliorations proposées par cette version, car encore une fois on ne peut qu’être ravis de voir débarquer chez nous la version améliorée du jeu. Ainsi, vous pourrez modifier la difficulté du jeu, le taux de rencontres aléatoires, stopper le gain d’expérience, accélérer ou mettre en pause les combats, laisser votre équipe combattre automatiquement, ou encore bénéficier de 3 emplacements de sauvegarde au lieu d’un seul originellement.

Mais au-delà de ça, il est difficile de jauger de l’ampleur de la centaine d’améliorations annoncées par rapport au jeu original sorti il y a un an au Japon. Mais en tout cas, les avoir intégrées d’office est une belle marque de respect pour son public occidental dont Square-Enix n’a pas toujours fait preuve.
17/20
Résolument old-school, cela n’empêche pas Bravely Default : Where The Fairy Flies de s’imposer comme un modèle de JRPG sur portable. Attachant à bien des égards, le jeu se repose sur les bases solides de ses aînés, tout en apportant sa touche tactique et une narration plus actualisée. Si on peut regretter le manque de prise de risque, et une bande son simplement honorable, l’envie d’avancer est bien présente et soutenue par une progression stimulante des personnages. L’un des meilleurs jeux de l’année sur 3DS, et sans doute le meilleur JRPG de la console à ce jour.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

groumpfouh
Quo-quo-quo-quoi ? Bande son "honorable" ?! :O
Quizzman
Oh wow, avec la force de ce thème principal, si l a musique est "sympa", ça va me faire du mal.
maxbfox
Oui la bande son est "honorable", autrement dit "bonne", "satisfaisante" ou "suffisamment entrainante", mais également "pas forcément très inspirée" ou "manquante de personnalité". Cela s'adresse à la BO dans son ensemble, malgré un thème d'ouverture très enlevé et quelques éléments au-dessus du lot. Pour avoir lu ci et là des comparaisons avec la BO de Xenoblade, je dois dire que le titre de Monolith a su mettre mes oreilles en émoi, ce qui n'est pas du tout le cas ici. Une bande son tout à fait au niveau de ce qu'on est en droit d'attendre, mais qui ne restera pas à elle seule dans les mémoires. Après j'en conviens que c'est un critère tout à fait subjectif, certainement plus que peuvent l'être les critères de durée de vie ou de jouabilité.
RYoGA
Je suis d'accord avec Maxbfox. Les thèmes sont très bons, mais pas mémorables pour autant. Seul le thème de ma mappemonde reste en tête.
Razzle
Gameplay en mithril, je prends :D
Les améliorations font un peu "Cheat Mode" là où dans d'autres jeux on aurait utilisé des objets, de l'équipement ou des compétences (notamment le taux de rencontres aléatoires), mais c'est pas trop grave
Tsoalf
Il semble avoir tout pour lui ce jeu ! Quel dommage que malgré toutes ces qualités il restera sans doute un jeu de niche qui fera peur aux néophytes des J-RPG bien que des options pour leur faciliter la vie soient incluses.
Reste plus qu'à croiser les doigts pour qu'il marche un minimum pour que SquarEnix et Nintendo se donnent la peine de nous faire parvenir le second épisode qui a été annoncé récemment au Japon :)
Quizzman
Razzle a écrit:Les améliorations font un peu "Cheat Mode" là où dans d'autres jeux on aurait utilisé des objets, de l'équipement ou des compétences (notamment le taux de rencontres aléatoires), mais c'est pas trop grave


Je crois qu'il va falloir composer avec dans les jeux récents de square. Ils ont voulu faire comme le super guide de Nintendo mais en 1000 fois pire, et ça semble être leur politique actuelle. Je rappelle que sur la page steam de FF7 on peut lire:

L'améliorateur de personnage – Vous êtes coincé sur un passage difficile ou bien il vous manque les fonds pour acheter les vitales queues de Phénix ? Avec l'améliorateur de personnage, vous pouvez augmenter vos PV, PM et vous rajouter des gils jusqu’à leur maximum en un simple clic. Il ne vous restera plus alors qu’à profiter à fond de vos aventures.


Et sur la page de FF8:

Booster Magie

La fonction « booster magie » augmente de 100 exemplaires le stock des magies suivantes dans l’inventaire:

Soin, Soin +, Soin Max, Brasier, Brasier +, Glacier, Glacier +, Foudre, Foudre +, Morphée, Cécité, Aphasie, Eau, Cyanure, Esuna, Rafale, Folie, Mégalith, Zombie

Vous ne pouvez pas utiliser cette fonction à partir du lanceur.


A l'époque ça ça s'appelait un action replay.
Razzle
Quizzman => Ah ouais quand même... (surtout que les queues de Phénix, on en a rapidos 99). J'espère quand même que Dragon Quest gardera son côté "austère", en général je les préfère aux FF pour ça
keroberofan
Tsoalf a écrit: Quel dommage que malgré toutes ces qualités il restera sans doute un jeu de niche qui fera peur aux néophytes des J-RPG


Je ne suis pas daccord avec ca :
avec toutes les critiques que l'on entend il fait parler de lui et donne envie!
Je suis justement un néophytes des J-RPG et je cherche depuis un moment un jeu 3ds pour minitier a ce genre qui m'attire beaucoup.
apres avoir abbandonner l'idée de jouer a etrian oddyssey ( anglais oblige)je suis maintenant sur que ce jeu sera mien et je pense que bcp de joueur penseront comme moi!
tulkes
une bande son simplement honorable?

Quoi?
De quoi?

Elle est magnifique, elle est splendide, une des meilleurs que j'ai entendu depuis des lustre.

Soutenez PN : achetez ces jeux !

17 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Un grand RPG, nourri par de grandes ambitions et une grande réalisation. La carte du monde est vaste, et on découvre des situations variées. Même si le synopsis n’est pas renversant, les événements s’enchaînent avec suffisamment de rythme et de variété. L’exercice est maîtrisé du début à la fin de l’aventure, et on prend beaucoup de plaisir à créer son équipe sur mesure grâce aux nombreuses possibilités d’évolution. La dimension tactique n’est pas en reste grâce aux jobs et au fameux duo Bravely Default.

Jouabilité
Le jeu est très complet, mais il faudrait vraiment être un néophyte en RPG pour ne pas trouver ses marques. De plus, toutes les subtilités et les nombreuses fonctionnalités sont détaillées au fur et à mesure des premières heures de jeu. On se retrouve rapidement à enchaîner les combats et mettre sur plan ses propres stratégies. Les nombreuses cinématiques peuvent être passées si besoin, les combats accélérés et automatisés. Tout est fait pour rendre l’expérience la plus simple et la moins redondante possible.
Durée de vie
Si la durée de l’histoire est tout à fait acceptable, il y a également quelques à-côtés, notamment après la fin du jeu, qui relanceront l’intérêt. De plus, Spotpass se chargera de relancer le challenge en vous envoyant des Boss polluer votre village. On peut simplement regretter l’absence d’un New Game +, mais encore aurait-il fallu qu’il y ait un intérêt, tant l’aventure est déjà complète.
Graphismes
Si on retiendra surtout le style crayonné des villes, nos personnages sont également mis en valeur au travers de leurs garde-robes, chacun disposant de son propre costume en fonction de son job. Rien que pour ça, on a envie de tous les essayer ! La carte du monde n’est pas trop désertique et les combats et cinématiques sont mis en valeur par la 3D. On regrettera simplement qu’il n’y ait pas plus de vidéos du même acabit que celle d’introduction.
Son
Ne comptez pas sur la bande son pour bercer vos nuits ou vous motiver le matin. Elle remplit efficacement son rôle en vous accompagnant au rythme de vos péripéties. Mais c’est tellement classique qu’on est incapable de la siffloter une fois la console éteinte. Les doublages japonais sont d’excellente facture, et ils sont également disponibles en anglais si vous préférez.
Intérêt
Si la question est de savoir si ce jeu vaut le coup, la réponse est oui. Pas besoin d’être en manque de Final Fantasy pour vous y frotter, même si le lien de parenté est indéniable. La seule interrogation sera désormais de savoir comment intégrer Bravely Default au milieu de tous vos autres hits acquis cette année sur 3DS. Peut-être pas aussi immanquable que Fire Embem Awakening ou Luigi’s Mansion 2, nul doute qu’il mérite quand même sa place dans toutes les ludothèques. Et pour peu que vous ayez la fibre rôliste, il risque alors de devenir votre nouvelle référence sur portable.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Bravely Default : Where the Fairy Flies (3DS) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×