• Mon attente
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.

    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

The Raven Remastered A paraître sur Switch

Test de The Raven Remastered (Switch)

The Raven Remastered : un Poirot suisse pour coincer un corbeau

Un titre qui rend hommage aux œuvres d'Agatha Christie et nous propose un point'n click policier de facture très classique, avec une histoire globalement de qualité, entachée cependant par quelques défauts ergonomiques pénibles.

Test
THQ Nordic nous a proposé il y a quelques mois ce petit jeu d'aventure à énigmes, que l'on peut désormais dénicher à moins de 20 € en version physique. Un titre qui pioche allègrement dans les aventures d'Hercule Poirot avec un design qui nous rappelle de nombreux jeux que l'on pouvait trouver il y a plus de dix ans sur PC, cette remarque étant d'importance pour la suite.

Une histoire truffée de références

Le Corbeau est un célèbre cambrioleur qui a organisé dans le passé quelques coups mémorables ayant fait vibrer les tabloïds du monde entier. Une course poursuite avec la police qui s'est arrêtée brutalement lors d'une opération menée par le jeune inspecteur français Legrand, ayant conduit à la mort du Corbeau. Ce succès a propulsé la carrière de Legrand mais ce dernier a toujours conservé un doute sur cette fin tragique.

Cinq ans plus tard, le vol d'un précieux rubis à Londres relance les interrogations. Le voleur a signé son forfait à la manière du Corbeau mais son mode opératoire a changé : lui qui était d'ordinaire fin stratège agissant sans violence a cette fois usé d'explosifs ayant entraîné de terribles dégâts et blessé des agents.
Est-ce le retour d'un légende vivante ou une nouvelle personne se faisant passer pour lui (peut-être par hommage) ? L'homme se montre terriblement dangereux et Legrand est donc remis dans le circuit pour tenter de l'arrêter une fois pour toute. Le joyaux dérobé a un petit frère, et les deux pierres devaient être exceptionnellement réunies lors d'une grande exposition au Caire.

Devant être transportée en train jusqu'à Venise, la pierre doit ensuite être acheminée par bateau jusqu'au Caire pour rejoindre une salle dédiée sous très haute protection. L'histoire se focalise sur ce jeu du chat et de la souris où Legrand doit tout faire pour tenter d'empêcher le Corbeau de voler la seconde pierre. Beaucoup de pression repose sur Legrand, qui va voir débarquer dans son enquête le rondouillard agent Zellner, à l'esprit de déduction bien affûté.
Si le scénario reste classique et les événements globalement prévisibles, l'univers de The Raven reproduit l'univers suranné de la célèbre romancière anglaise Agatha Christie et nous projette au début des années 60. Orient Express, Egypte, un petit monde en huis-clos, un meurtre, une vieille romancière qui n'est que le double virtuelle de Mme Christie (Lady Westmacott étant le pseudo d'Agatha), on est en terrain connu, le point d'orgue étant l'agent Zellner, un policier suisse et non belge pour cette histoire, copie visuelle fidèle du personnage d'Hercule Poirot joué par l'acteur David Suchet dans la désormais célèbre série télévisée.

Zellner est un agent dépêché par son gouvernement lors de la traversée des Alpes suisses par le train. Fin observateur, cette mission est pour ce quinquagénaire cardiaque (comme Poirot) l'occasion de peut-être réussir quelque chose de fort dans sa carrière jusqu'à présent sans relief. Sceptique sur les capacités réelles de Zellner, Legrand accepte cependant qu'il aille farfouiller à sa guise, à condition de ne pas compromettre son propre travail et le piège que le français a mis au point pour arrêter le Corbeau.

Une interface et un gameplay très classiques

L'histoire se décompose en 3 chapitres, chacun séparé en plusieurs épisodes. L'action pas trop difficile vous prendra entre 8 à 10 heures avant d'admirer sa conclusion finale. Vous allez pendant une grande partie de l'aventure gérer les actions de l'agent Zellner mais, petite surprise, au moment où cela va sentir le roussi pour lui, vous allez être amené à diriger successivement d'autres personnages qui vont apporter de nouveaux éclairages sur certains passages de cette enquête.
Classiquement, vous déambulez dans chaque pièce en scrutant tout ce qui peut l'être (une loupe apparaît sur un objet apportant un élément narratif, une main indique une interaction possible), vous pouvez ramasser certains objets pour vous en servir par la suite (ou les associer entre eux, tout ceci logiquement, pas de lien tiré par les cheveux dans ce jeu), et bien évidemment vous allez devoir discuter avec l'ensemble des personnages croisés, certaines options narratives vous permettant d'orienter le débat et obtenir un peu plus de votre interlocuteur. Il ne faut donc pas hésiter à parler avec tout le monde et ce parfois plusieurs fois pour épuiser toutes les possibilités de dialogues qui vous permettront d'avancer dans l'histoire et débloquer certaines situations.
Les informations utiles sont automatiquement consignées dans votre porte-feuille, consultable en permanence par la touche - de votre Joy-Con gauche, puis en appuyant sur ZL et ZR pour passer en revue les différentes rubriques : vos notes sur chaque personnage, les indices récoltés.

Chaque avancée vous apporte des points et si vous êtes bloqué, la relecture de votre carnet pourra mettre en évidence certaines pistes pour avancer, ce qui grèvera légèrement votre score. Moins vous recourez aux indices, plus votre score sera élevé.
Bon cela reste peu important car tout est logique et vous verrez très vite que lorsque vous êtes bloqué, c'est que vous avez oublié de scruter quelque chose ou qu'un problème ergonomique du jeu vous a empêché de voir une action réalisable la première fois. Nous reviendrons sur cet aspect un peu plus tard.
La touche + vous permet d'entrer dans les options (gestion des sauvegardes en particulier), choix de la langue parlée (uniquement anglais ou allemand) et des sous-titres (ouf le français est disponible), le casting vocal est globalement convaincant dans ses intonations. Vous pourrez aussi accéder à divers bonus, comme des informations autour des recherches pour modéliser les personnages, des croquis, les musiques, la cinématique d'ouverture, bref une petite valeur ajoutée pour justifier la mention remastered.

Les actions sont à valider avec la touche A, l'ouverture de l'inventaire avec la touche Y. Attention cependant à d'abord cliquer sur un objet puis d'ouvrir l'inventaire pour utiliser une de vos possessions et interagir. Cela nécessite un petit coup de main sur certains passages.

Pour varier l'aventure, vous serez parfois amené à résoudre un casse-tête : déformer une tige de fer pour crocheter le mécanisme d'une serrure d'un important bureau, tourner un mécanisme ancien pour ouvrir une porte secrète ou comparer deux douilles au microscope pour vérifier qu'elles proviennent de la même arme en sont quelques exemples.
Si vous manquez votre action, vous pourrez recommencer à l'endroit où vous avez échoué sans tout refaire.

Une ergonomie en berne et un visuel tristounet

Malheureusement, si le jeu possède un potentiel très intéressant, la réalisation technique décevante plombe un peu l'ensemble alors que nous sommes face à une version remasterisée.

La première réserve concerne la modélisation des personnages. Usant de textures pas franchement fines et parfois d'éclairage sur la peau très artificiel, on a l'impression d'être revenu plus de dix ans en arrière. Un titre PC comme l’île noyée de Benoit Sokal datant de 2007 est bien plus beau. Ici les personnages sont raides dans leurs déplacements, mention spéciale à notre agent Zellner qui semble avoir une gros souci pour marcher droit, sa physionomie rondouillarde n'excusant pas tout, cela fait une impression désagréable pour un remaster de 2019, on ne boxe clairement pas dans la même catégorie qu'un Assassin's Creed ou tout simplement un Syberia voire même d'un Secret Files : Tungunska.

Une franche déception pour cette ambiance graphique rétro et paresseuse (ok c'est Poirot mais quand même) au regard des compétences de l'éditeur THQ Nordic capable de nous en mettre plein les yeux avec des titres comme Darksiders.
Mais si on peut faire fi de cela au regard de la qualité du pitch de départ, d'autres détails dérangent. Des personnages croisés bien caricaturaux (et encore une fois les Français ne sont clairement pas mis à l'honneur) qui font que l'on ne tisse guère de sympathie pour eux au cours de l'histoire, hormis Zellner.

Un étrange découpage en chapitres de l'histoire (on aurait pu penser que le chapitre 1 se termine à la fin de l'action sur le train mais non), une aventure qui se devine assez vite (faut pas être très perspicace pour comprendre qui est le Corbeau même si l'histoire tente quelques fausses pistes), une musique rétro qui correspond à l'ambiance mais peu variée. Cela peut déjà suffire à faire quitter le navire certains joueurs, mais la plus grosse déception reste la gestion ergonomique.
Alors que le jeu a mis à profit les quelques mois de sortie pour recevoir quelques mises à jour ayant corrigé de nombreux bugs de jeunesse (il reste quelques bizarreries graphiques dans la chambre de l'inspecteur), on peste parfois sur la gestion des objets particulièrement brouillonne dans certaines scènes (mention spéciale à un triple casier à fouiller dans la soute du navire, pas évident de prendre du premier coup celui le plus à droite contenant de précieux objets pour la suite). La scène où l'on doit faire correspondre les deux douilles est un exemple de raté, on a fait la manœuvre un moment avant de voir le succès de l'opération à l'écran, sans comprendre réellement pourquoi c'était bon cette fois-ci).
Autre aspect potentiellement rédhibitoire, la lenteur de passage d'une pièce à une autre, avec apparition d'un compteur pendant plusieurs dizaines de secondes : clairement injustifiée, cela nous renvoie à l'époque de certains jeux PC de Sierra dans les années 90 alors que les machines étaient clairement moins puissantes.
Le compteur que vous allez apprendre à détester...

Parfois il faudra orienter correctement le personnage pour voir apparaître la possibilité de changer de pièce (cela gâche un peu le plaisir quand c'est juste poursuivre la marche dans un couloir du train ou avancer dans une autre partie d'une pièce du musée). Cette approximation est clairement préjudiciable au plaisir que l'on prend à jouer à ce jeu et le titre étant sorti depuis plusieurs mois désormais, on n'espère plus de correctif à ce niveau. Un travail d'optimisation bien insuffisant, qui à priori ne touche pas seulement la version Switch.

The Raven Remastered - Switch Gameplay Trailer29/07/2019

12/20
On pourrait logiquement penser que la lecture de l'ensemble des griefs autour de ce jeu ne nous incite pas à vous le recommander. Pourtant j'ai apprécié jouer et résoudre cette aventure policière qui a toute sa place dans la logithèque de la Switch et reste agréable y compris en mode nomade. Le jeu reste très accessible à un large public et désormais vendu à moins de 20 € (on l'a acheté en promotion à 14,99 €), cela reste à ce nouveau tarif un titre qui peut se tenter pour les nostalgiques des anciennes enquêtes policières existant sur PC, où l'action était logique. Ne cherchez pas l'humour, on est dans le monde d'Agatha Christie. On regrette juste que THQ Nordic n'ait pas accordé plus de soin à ce remaster, trop paresseux en l'état, pour en faire un titre plus convenable alors qu'il y avait du potentiel.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

12 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Uniquement sauvé d'une note plus faible par une histoire qui se suit avec plaisir et le fait d'apprécier les récits d'Agatha Christie, la réalisation technique du titre est bien trop légère pour être appréciée par les amateurs de récits policiers modernes. Les plus de quarante ans y trouveront leur compte pour avancer à leur rythme, les pros du point'n click préféreront moins de classicisme et une action qui réagit au quart de tour, les plus jeunes abreuvés de séries télévisées actuelles auront du mal à entrer dans cet univers. Pourtant, il reste une très bonne porte d'entrée pour se lancer avec les plus jeunes dans une histoire avec des actions réfléchies et logiques. Il manque de l'humour, on a du sarcasme et l'action n'est pas tout feu tout flamme (malgré quelques explosions).

Jouabilité
Ce n'est pas la complexité de l'histoire qui vous bloquera, ni les commandes peu nombreuses, mais bien des soucis dans l'ergonomie pour déclencher certaines actions qui vous gêneront le plus dans cette histoire. Dommage car le titre est autrement accessible à un large public, et particulièrement à ceux lassés par les scénarios trop alambiqués de certains point'n click plus récents.
Durée de vie
10 heures sans forcer, les déplacements étant un poil lent, vous ne pourrez guère prendre moins de temps. Et puis il y a ces temps d'attente entre chaque scène qui pèsent parfois quand on est obligé d'effectuer certains allers-retours.
Graphismes
Lisibles au niveau des décors, ils pêchent au niveau de l'emploi de textures sur les personnages. Le rendu de la peau est ainsi particulièrement loupé pour un titre récent.
Son
Une musique habituelle pour ce type d'univers, qui tourne en boucle en fond sonore discret. Peu variée mais on s'intéresse surtout à l'histoire donc ce n'est pas un réel défaut.
Intérêt
Une histoire convenable qui séduit assez vite pour donner envie de résoudre l'aventure avec l'agent Zellner. Le fait de changer ensuite de personnage perturbe mais s'explique. Cela fait du bien de retrouver une ambiance surannée et un jeu où une logique classique prime. Pas besoin de chercher à relier artificiellement des objets déconnectés entre eux ou à tester tout et n'importe quoi. C'est donc un titre reposant, avec une action ronronnante. Mais ne cherchez pas de twists imprévisibles ou d'actions stressantes, Zellner n'est pas un athlète (comme Poirot).
Ergonomie
Le point noir du jeu, la gestion brouillonne des déplacements, le temps d'attente entre chaque déplacement du personnage pour passer d'une scène à l'autre (déjà qu'il ne court pas) et une grosse approximation pour utiliser parfois certains objets ou réussir certaines énigmes. Cela plombe le plaisir de jouer.

Votre avis sur le jeu Votre attente !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu The Raven Remastered (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Mon attente
  • Devenir fan !

L'attente des visiteurs

J'en dors plus la nuit
 
0%
Je l'attends beaucoup
 
0%
Je suis curieux
 
0%
Pas convaincu
 
0%
Pas pour moi
 
0%

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×