Rechercher sur Puissance Nintendo
  • Ma note
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.

    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0
Unicorn Overlord A paraître sur Switch depuis le 08/03/2024
Test de Unicorn Overlord (Switch)

Test de Unicorn Overlord, pour les accros de la stratégie !

Le trio Atlus, Sega et Vanillaware revient pour notre grand bonheur. Après 13 Sentinels, ils nous régalent de leur talent en ce début de printemps !

Test
Depuis le 8 mars, Unicorn Overlord est disponible sur plusieurs plateformes, dont la Switch. Il y a même une démo colossale pour vous inciter à sauter le pas. Il y a tellement de choses à dire sur ce jeu. Pour beaucoup, ce Tactical RPG sera un OVNI dans ses mécaniques de jeu et pourtant, son style est beaucoup plus présent sur le marché qu’on ne le pense mais ce n’est pas le plus démocratisé. Alors prenez place et voici notre analyse d’un des titres majeurs de ce printemps.

Une grande épopée

Dans Unicorn Overlord, vous incarnez Alain (oui les japonais aiment beaucoup les vieux prénoms français), prince déchu du royaume de Cornia. Cela se déroule dans un univers de fantasy d’inspiration médiévale. Votre quête est de restaurer votre patrie. Pour cela, le prince part en guerre pour reconquérir ses terres face à la tyrannie de l’empire Zénorien qui a annexé tous les royaumes du continent. Le récit de départ est ultra simpliste, vu et revu certes, mais l’histoire se développe énormément et en plus tout est en français. Elle offre plusieurs possibilités scénaristiques. A certains moments plus ou moins importants, il faut faire des choix comme exécuter ou non tel ennemi, lui proposer de rejoindre vos rangs ou encore le laisser partir.Ce n’est pas aussi poussé que dans des tacticals comme Triangle Strategy ou Ogres Tactics qui offrent plusieurs épilogues, mais cela a le mérite d’alimenter la rejouabilité. Si d’aventure vous êtes tenté de recommencer, cela risque de vous prendre du temps. Car bien au-delà de la trame principale, Unicorn Overlord propose d'innombrables quêtes annexes et scénarisées en prime. Ce ne sont pas juste des missions où il faut taper dans le tas afin d’engranger des points d’expérience ou des revenus. Il y a des trésors à la clé, des personnages et aussi des avancées sur le récit. Unicorn Overlord met en avant la non linéarité de son aventure. Bien souvent, vous êtes libre de naviguer où bon vous semble à travers le monde. Il est vaste avec de nombreux lieux à visiter et secrets à découvrir.Ce n’est pas tout, puisque chaque personnage secondaire dispose de sa petite histoire, de ses relations avec les autres membres de l'armée. De la même façon qu’un Fire Emblem, ils nouent des liens et cela débloquent des mini scènes. On en apprend plus sur eux et clairement on s’y attache. D’autant plus que cela permet d’acquérir certaines récompenses à la clé. En plus de bien développer son récit globalement en parallèle le gameplay s’étoffe. Les deux vont de pair et c’est clairement la bonne pratique à avoir.

Un grande armée pour des grandes batailles

Vous l’aurez compris, l’histoire d’Unicorn Overlord est une grande fresque mais elle ne serait rien sans des mécaniques de jeu solides. Quand on dit Tactical RPG de nos jours, on pense au tour par tour, avec des déplacements par case ou hexagone. Si c’est ce que vous attendez, ce n’est pas du tout le cas. Comme on le disait plus haut, pour beaucoup, le système des combats peut paraître innovant alors qu’en réalité c’est un vieux style des années 90, très peu exploité. Vous avez quelques exemples comme le très méconnu Ogre Battle : The march of the Black Queen de Super Nes, réédité ensuite sur Playstation en 1996 et devinez par qui ? Atlus !Le principe étant de diriger non pas un seul personnage mais carrément une troupe. On en contrôle plusieurs et chacune est composée librement selon vos envies. On va y revenir plus bas mais la constitution d’un groupe de guerriers n’est pas aussi simple à équilibrer. Le but étant lors de chaque bataille, de protéger votre quartier général et d’aller capturer celui de l’armée adverse. Vous déployez vos bataillons et les déplacez librement sur la carte. Ici pas de case, ni de tour par tour. On parle plutôt de vitesse de déplacement avec des particularités liées à l’environnement. Les unités d’infanterie ne sont pénalisées nulle part mais n’ont aucun avantage non plus pour une vitesse de course standard. Tandis que les troupes d’équidés se déplacent beaucoup plus vite en terrain dégagé mais sont ralenties en forêt.Chaque formation déployée se déplace de manière autonome vers l’objectif que vous sélectionnez avec un curseur. Il se dirige via le joystick gauche et même si cela peut paraître rebutant, force est de constater que le titre a été pensé pour les consoles. Sa vitesse de déplacement est rapide et fluide en plus d’être très bien calibrée. Le curseur s’ajuste automatiquement en fonction de la cible et marque un arrêt afin d’éviter la confusion quand il y a trop d'éléments à l’écran. Si d’aventure vous n’arrivez pas à suivre, il suffit d’appuyer sur A pour mettre le jeu en pause à volonté. Vous pouvez ainsi parcourir le champ de bataille librement, accéder au menu et analyser chacun de vos adversaires ou encore soigner vos unités avec des objets, etc. Au niveau de la prise en main, c’est un sans faute. Ce qui est indispensable pour gérer correctement une bataille avec des cibles multiples et des ennemis en pagaille. Ce qui n'est pas un luxe car des combats, il y en a beaucoup et le mot est faible.

Le défi d’un stratège

Chacune de vos troupes engage systématiquement un affrontement avec le premier groupe ennemi avec lequel elle entre en contact. Il se fait en animation automatique à travers une scène animée aux effets visuels d’une grande beauté. Chaque unité attaque en fonction de son initiative. On pourrait juste poser la manette et regarder car le principe de base est très simple. Mais, au fil de la progression, cela devient très complexe. Il faut déployer plusieurs bataillon à la fois, certains se déplacent plus vite que d’autres et sont sont à proximité de la même cible. Dès qu’un combat est engagé, vous pouvez choisir parmi les troupes alliées proches, laquelle va effectuer le combat avec une prévisualisation des dégâts que chaque camp va infliger. C’est là que cela devient compliqué. Il ne suffit pas de simplement aligner des personnages au hasard dans un groupe en espérant que leurs hauts niveaux feront la différence.Il faut créer de la synergie, rendre chaque unité efficace à côté d’une autre. Si au départ les formations ne sont constituées que de deux personnages, en milieu de partie, elles en contiennent jusqu’à cinq. Si vous mettez évidemment que des soigneurs ensemble, sans aucune force de frappe, même s’ils sont au level max, il est évident qu’ils perdent face à une troupe constituée d’attaquants. Chaque classe dispose de forces et faiblesses. Par exemple, les cavaliers ont une grande mobilité et sont très efficaces contre l'infanterie mais sont inefficaces face à des unités cuirassées. Tandis que les lanciers, malgré leur statut d’infanterie, peuvent aisément vaincre des cavaliers mais sont faibles face aux autres unités d’infanterie. Idem pour les unités à distance, qui brillent face à des ennemis volants mais qui ne servent strictement à rien face aux infanteries et cavaliers. Différentes unités de magiciens sont aussi de la partie. Il y en a vraiment pour tous les goûts et malheureusement il n’y a pas assez de troupe pour toutes les utiliser. On est limité à dix bataillons de cinq soldats et très rapidement il faut faire des choix parmi la centaine de personnages clés jouables sans compter la soixantaine de mercenaires qu’on peut recruter.Tout ce choix n’est pas de trop car selon les batailles vous faites face à des typologies d’ennemis bien précises. Sur certaines missions vous pouvez affronter majoritairement des magiciens et des archers, tandis que sur d’autres, principalement des cuirassés. C’est ce qui fait la richesse du titre. Chaque affrontement n’est jamais le même, il n’y a pas de composition ultime qui tabasse tout. Non, bien souvent, ce qui marche contre tel type d’ennemis ne marche pas avec d’autres et il faut souvent aligner plusieurs troupes côte à côte pour espérer en vaincre une seule. Vous êtes pris au dépourvu si vous ne mettez pas le jeu en pause pour réfléchir à la cible suivante. Malgré le côté très automatique des déplacements et des combats, dans les coulisses rien ne l’est. Tout est à calculer. Le joueur doit réellement jouer les stratèges et devenir un véritable chef d’orchestre du champ de bataille.

La stratégie, une histoire de management

En amont de chaque bataille, on passe le plus clair du temps dans les menus. On optimise l'équipement de chacun. Oui chaque unité a la possibilité d’être complètement équipé. Entre les armes, les boucliers et la montagne d'accessoires, le choix est tel qu’on peut se sentir perdu face à tant de choses. Quand vous voyez le nombre de personnages à gérer, il est clair que le RPG devient aussi un jeu de gestion. Si seulement cela s’arrêtait là, on pourrait dire que c’est déjà très bien. Mais non, Unicorn Overlord va encore plus loin que tout ce qui existe sur le marché. Malheureux que nous sommes d’avoir été aussi naïfs durant les trente premières heures de jeu de penser que c’était juste des batailles qui se déroulent en mode automatique.

Si ce premier tiers du titre permet de prendre en main les mécaniques plus aisément, dépassé ce stade, la difficulté monte en flèche. Chaque unité dispose de compétences actives et passives. Elles s'utilisent grâce aux PA (Point d’Action) et aux PP (Point Passif). Chaque fois qu’elles effectuent une action, cela consomme un à quatre PA ou PP selon les compétences actives et passives. Par exemple, quand un chevalier attaque, il utilise un PA automatiquement. Lorsque son coéquipier attaque, le chevalier précédent dispose de la compétence passive “Poursuite” lui permettant d’attaquer la même cible juste après le coup porté par son camarade. Il utilise ainsi un PP.Si au début chaque unité ne dispose que d’un PA et PP, on obtient nos premières classes avancées, qui par défaut en ont deux. Le maximum étant porté à quatre. Pour en arriver là, il faut trouver des équipements qui octroient +1 soit aux PA ou aux PP. Vous les voyez, les longues heures passées à optimiser les équipements ? Les longues heures à faire des quêtes secondaires pour les trouver ? Mais vous êtes encore loin du compte, car bien au-delà des PA et PP, il y a les compétences qui vont avec. Vous comprenez vite que le déroulement automatique des combats n’est que la partie visible de l’iceberg. Le vrai combat se déroule en amont dans la préparation de chaque bataille. Pour l’efficacité de chaque troupe, il faut bien les équiper, optimisant leur nombre de PA/PP, les compétences et aussi le script d’utilisation de chacune. Il est possible de littéralement scénariser l’utilisation ou non de vos aptitudes. Avec l'amélioration de la classe et des équipements portés, un simple soldat d’infanterie faible face aux unités volantes peut littéralement retourner la situation à son avantage. Avec une épée qui octroie la compétence active “rafale sonique” il devient dangereux pour les volants mais moins efficace face aux unités contre lesquelles il est destiné à se battre. Pour régler ce souci, on peut programmer son script d’attaque en y ajoutant des conditions. Il faut choisir face à quelle situation utiliser ou non certaines compétences offensives ou défensives. Dans ce précis, utiliser rafale sonique uniquement en présence d’unités volantes et que contre des ces unités. Il est possible noter choisir deux conditions chaque compétence. Autre exemple, pour les soigneurs, on peut décider d’activer les soins que si les points de vie d’une unité descendent en dessous de 75, 50 ou encore 25%. Les options sont très vastes et très bien pensées, le seul bémol, c’est qu’il faut fouiller. Cela peut décourager mais dépassé un certain stade de l’aventure, c’est essentiel pour progresser. Tout cela on le répète, c’est pour assister à des combats automatiques où vous n’avez absolument rien à faire, sauf appuyer sur + pour passer ou ZR pour accélérer l’animation.
19/20
Résumer Unicorn Overlord en quelques lignes est impossible. Mais si on doit retenir une seule chose, c’est le gameplay. S’appuyant sur une idée peu exploitée, Vanillaware la propulse bien au-delà de tout ce que l’industrie du jeu vidéo a pu produire en termes de Tactical RPG. Le titre est colossal avec une intrigue non linéaire et bien développée. Vous pouvez en juger vous-même grâce à sa démo qui permet d’y jouer pendant presque dix heures. Son seul défaut serait sans doute, l'immensité de ce qu'il vous propose. Le défi n’est peut-être pas à mettre entre toutes les mains.
Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !
19 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Unicorn Overlord est grandiose. C’est la perfection incarnée, du moins pour nous. Il est tout ce que l’on attend d’un tactical RPG. Il pousse les mécaniques sur des terrains qui n’ont jamais été explorés. Le titre est réussi à tous les niveaux. C’est sans doute sa plus grande faiblesse. Il risque d’être incompris car il sort peut-être un peu trop des codes qu’on a l’habitude de trouver sur le marché. On le considère déjà comme l’un des trois meilleurs RPG de l’année, les deux autres n’ont pas encore été identifiés.

Jouabilité
Le titre se joue principalement avec un curseur. Alors arriver à rendre cela agréable sur console, il fallait le faire. Les boutons sont utilisés intelligemment pour se combiner parfaitement avec le curseur. Surprenantes et construites avec tellement de cohérence, les mécaniques sont sans fausse note. Tout se combine parfaitement dans la gestion entre les classes, l'équipement et les compétences, c’est harmonieux. Tous les RPG devraient être comme cela mais c’est vaste.
Durée de vie
Même si l’histoire peut paraître très bateau au départ, rapidement cela monte en puissance. Les quêtes annexes se cumulent et la progression est tout, sauf linéaire. On se trouve facilement à errer sur la carte à la recherche de trésors et ressources en tout genre. On avoisine facilement les cents heures de jeu juste en explorant moyennement sans faire toutes les missions ce qui est en soi déjà colossal.
Graphismes
Nous n’en avons pas trop parlé mais c’est sans doute un des points forts du titre. Ils participent à mettre en valeur les mécaniques de jeu à travers une animation entre dessin animé et 3D du bel effet. Un style propre au studio Vanillaware et surtout inimitable.
Son
On retrouve au commande de la bande son, l’équipe musicale Basiscape comme pour beaucoup de titres du Studio. Pour la petite histoire, c’était eux aussi derrière la bande son de Ogres Tactics. Autant dire que l’équipe est rodée dans la composition des épopées de fantasy. Avec le choix entre les doublages anglais ou japonais, tous deux bien interprétés, la bande son se fait plus discrète et accompagne agréablement les longues heures sans jamais lasser nos oreilles.
Intérêt
Deux années après le génialissime Triangle Strategy, il fallait bien que la concurrence se réveille. C’est ainsi qu’ Unicorn Overlord arrive avec son propre univers au sens large qui n’a certainement rien à envier aux autres, même au plus grands du genre. Accessible pour 60 €, c’est un épopée titanesque et il n’y a pas d’hésitation à avoir quand on aime les RPG.

Votre avis sur Unicorn Overlord

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Unicorn Overlord (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation
MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics
Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en vous inscrivant sur notre forum. C'est totalement gratuit !

> Aller sur le forum pour s'inscrire

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil