Rechercher sur Puissance Nintendo
  • Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0
Cavern of Dreams Disponible sur Switch depuis le 29/02/2024
Test de Cavern of Dreams (Switch)

Test de Cavern of Dreams : trouvez les œufs et fermez les yeux

Condensé moderne d’un Banjo Kazooie plus court, moins inspiré et visuellement mitigé.

Test
Développé par le développeur indépendant Bynine Studio, Cavern of Dreams, sorti le 29 février 2024 pour 12,79 €, entend rendre hommage à une des sommités des jeux de plateforme en 3D de l’ère Nintendo 64, à savoir le grand Banjo Kazooie. Sans être le premier à le faire, ce petit jeu assez court, non localisé en français, reprend quelques bonnes idées avec des niveaux restreints mais malgré tout variés. Pourtant est-ce que la réalisation tient la route ? Pas certain, surtout avec des graphismes aussi clivants, baveux et peu soignés à notre avis.

Un dragon au pays de Banjo

La copie est presque conforme, substituez à l’ours au banjo du studio Rare un petit dragon dénommé Fynn et vous retrouvez immédiatement une sensation de déjà vu dans un jeu qui s’engouffre volontiers dans l’hommage. La situation de départ est en effet très proche, avec notre personnage pénétrant dans une caverne, partant à la recherche de ses proches disparus et kidnappés, sous la conduite d’un Sage qui nous sert de guide. L’aventure se déroule pour part dans un grand hub fait de passages et de recoins cachés abritant beaucoup de collectibles à réunir, ainsi que des niveaux à part tournant chacun autour d’une thématique dédiée.
On reconnaît immédiatement cette atmosphère moite, humide et un peu usée des réseaux terreux qui constituaient la patte du jeu sur Nintendo 64. Sans aller jamais jusqu’à faire peur, sauf peut-être aux plus jeunes joueurs, le titre se plaît à jouer avec les codes de l’horreur, des monstres, des créatures inquiétantes et du repoussant pour embarquer le joueur dans son univers certes cohérent mais cependant peu reluisant.

Le paquet a été mis sur le premier niveau de Lostleaf Lake qui voit débarquer Fynn dans un univers automnal saturé en feuilles mortes et en douce lumière de fin d’après-midi. La référence au niveau culte du Bois Clic Clac de Banjo qui déclinait les quatre saisons et en particulier l’automne, est clairement l’inspiration qui se cache derrière le travail dans Cavern of Dreams. Toutefois la comparaison s’arrête dès qu’il s’agit d’explorer le niveau car celui-ci se résume ici à quelques petits îlots et plateformes dont on fait malheureusement le tour bien trop vite.
Les œufs contenant les proches de Fynn sont à chercher au nombre de 8 dans chaque niveau et malheureusement on met la main trop rapidement dessus pour constituer des défis suffisamment intéressants pour être mémorables. Les énigmes qui accompagnent cette recherche ne dépassent souvent guère l’étape d’une fouille rapide et systématique, en suivant un parcours évident, avec des obstacles identiques.

Il peut s’agir d’utiliser les capacités de notre personnage ou bien de déplacer une statue pour débloquer un passage, transporter un objet pour le donner à un PNJ ou reproduire une forme. On est un peu déçu devant la faible imagination mobilisée dans l’écriture de ces mystères, loin d’être aussi riches que ceux vieux de plus de 25 ans du jeu qui sert d’inspiration au titre.

Un personnage mobile mais imprécis

Une des spécificités du jeu repose sur l’accès progressif aux capacités qu’acquiert notre personnage. C’est en effet en retrouvant un nombre minimum d’œufs dans chaque niveau que l’on reçoit, de la part de notre figure paternelle de grand Sage qui attend sagement au cœur de la caverne hub, de nouvelles aptitudes. L’exploration des niveaux doit ainsi se faire par étapes, chaque niveau pouvant être rejoint une fois telle nouvelle compétence connue.

À l’intérieur des niveaux, Fynn peut alors mobiliser cette nouvelle capacité pour explorer de fond en comble et retrouver les œufs. Le jeu prévoit aussi une certaine flexibilité dans la recherche des œufs et de revenir à plusieurs reprises dans les niveaux. En effet des raccourcis se débloquent progressivement vers les stages déjà visités et grâce aux nouvelles compétences acquises, les œufs et autres bonus auparavant inaccessibles le deviennent.
Le maniement de Fynn se fait sans encombre. Il court, potentiellement très vite grâce à un système d’accélération impressionnant intégré, et saute ou plane. Quelques attaques sont possibles en tournoyant ou bien avec la charge au sol. Ces aptitudes offensives ne doivent toutefois pas servir lors de combats, comme c’était fréquemment le cas chez Banjo. En effet ici le développeur s’est exprimé à l’occasion de prises de parole pour défendre un jeu volontairement dénué de la plupart des ennemis qui sont d’ordinaire de mise dans les jeux du genre. Il a conçu l’exploration comme un processus pacifique et paisible, afin de ménager pour le joueur des temps préservés de réflexion, sans la crainte de voir un ennemi fondre sur lui.

D’ailleurs les vides, les pics ou les quelques éléments dangereux ne sont en rien une punition puisque Fynn est au mieux éjecté plus loin, au pire finit au fond d’un précipice mais réapparaît quasi immédiatement non loin, sans que cela n’entache un quota de cœurs. Le jeu n’embarque pas de système de vie ou d’énergie. Cela risque de rendre l’expérience forcément moins palpitante pour certains joueurs mais peut constituer une bonne pioche originale à saluer pour qui souhaite s’initier à ce genre sans en assumer la dimension parfois frustrante des pièges et des adversaires implacables ou agaçants.

Une réalisation fantasque et trop clivante

Malheureusement là où le titre aurait pu tirer son épingle du jeu avec une réalisation paisible et plaisante qui se serait mariée à merveille avec le projet pacifique développé, il n’en est rien. Le jeu a un effet repoussoir assez marqué, les textures sont baveuses, les plages de couleurs criardes, il n’y a aucune harmonie ou presque visuellement.

Murs invisibles, formes découpées à la serpe et créatures plus laides les unes que les autres suffisent à ternir l’ambiance générale du jeu. Ce ne sont pas les sons et musiques qui risquent aussi de rattraper le tout. Avec des morceaux souvent grinçants et irritants, la bande-son du jeu ne fait pas honneur aux talents des compositeurs derrière la bande-son très recherchée de l’ère Nintendo 64. Ici certaines musiques frisent sans gêne l’inspiration un peu trop prononcée sur le modèle d’origine, sans parvenir à trouver une identité propre ou même la qualité.
Enfin la durée de vie vient conclure un jeu trop court pour être mémorable, même si on sent que le développeur a tenté d’instiguer le plus d’idées originales et de défis dans les derniers instants du titre. Pour les joueurs vraiment mordus du genre plateforme 3D, la recherche conclusive des éléments ratés promet quelques nœuds au cerveau appréciables. Quel dommage que la conclusion du jeu soit un peu bâclée et l’histoire finalement aussi peu écrite avec soin.
11/20
Ce qui voulait être un bel et vibrant hommage à la plateforme 3D, genre roi il y a quelques décennies sur Nintendo 64, s’avère n’être qu’un ersatz correct à jouer, trop court et raté graphiquement parlant. Le jeu ne séduit pas par son ambiance, qui parvient à rattraper partiellement le tir sur la fin, même si celle-ci arrive toutefois trop vite.
Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !
11 /20

L'avis de Puissance Nintendo

En grand fan du genre plateforme 3D l’enthousiasme était grand, surtout avec un premier niveau coloré comme celui qu’embarque le jeu. Toutefois l’expérience s’effondre rapidement, avec une aventure courte, très peu inspirée visuellement et qui nous a beaucoup déçus. Sans être un faux pas complet, le jeu manque d’ambition et nous a rebuté visuellement. Le fond c’est primordial mais la forme ça compte !

Jouabilité
La proposition de la plateforme est convaincante, avec un personnage maniable, et quelques problèmes de caméra récurrents avec ce genre mais identiques à ceux que l’on trouvait 25 ans auparavant. Toutefois les trouvailles en matière d’énigmes ne sont pas assez poussées et les idées les plus originales interviennent trop tard pour faire que le jeu se démarque de ses pairs.
Durée de vie
Faible et vraiment limité, le contenu du jeu repose sur une poignée de niveaux dont certains que l’on explore avec bien peu de plaisir. Comptez environ 5 heures et quelques pour arriver en ligne droite à la fin du jeu et un peu moins de 10 heures pour collecter entièrement les collectibles à trouver. C’est trop faible pour un tel jeu.
Graphismes
Rare exemple de ce que la Switch peut faire de plus laid dans certains niveaux, le titre ne souffre pas de problèmes d’affichage mais c’est à se demander si ce ne serait pas parfois pas mieux. Les choix graphiques dénotent d’un goût discutable, avec des couleurs mal assemblées et des textures rappelant les pires heures des graphismes d’antan.
Son
Rarement très inspirés, les morceaux sont attendus et peu marquants. On a parfois l’impression d’écouter des mélanges moins réussis des thèmes brillants qui accompagnaient les aventures de Banjo et Kazooie sur Nintendo 64.
Intérêt
À recommander seulement aux plus afficionados du genre plateforme 3D à l’ambiance rétro, le jeu ne justifie toutefois qu’un achat facultatif tant l’expérience s’avère fade et oubliable, même si réalisée côté jouabilité avec un certain talent. L’univers très clivant sur le plan graphique s’avère constant et risque autant de réunir ses fans que ses détracteurs farouches.

Votre avis sur Cavern of Dreams

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Cavern of Dreams (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Articles en relation

Mots-clés en relation
MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics
Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en vous inscrivant sur notre forum. C'est totalement gratuit !

> Aller sur le forum pour s'inscrire

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil