Dossier

Les femmes jouent-elles autant aux jeux vidéo que les hommes ?

Aux États-Unis, femmes et hommes jouent presque à égalité aux jeux vidéo, mais ne revendiquent pas de la même manière leur identité de joueur. Le constat est similaire en Europe, les femmes sont de plus en plus présentes comme joueuses et s’organisent.

Dossier
La moitié des joueurs sont des joueuses. Inutile de dire qu'éditeurs et fabricants, après avoir pris conscience de cette situation, ne lésinent pas sur les moyens pour séduire les joueuses, à l'instar de Nintendo avec ses consoles roses et sa tournée des centres commerciaux nippons, par exemple. Mais au-delà de ces clichés, les joueuses s'organisent et revendiquent leur identité, tandis qu'en marketing, on rivalise d'ingéniosité pour séduire ce public pas si nouveau dans le jeu vidéo.

L'étude de l'institut Pew Reasearch Center menée en juillet 2015 confirme la désormais mixité au niveau des joueurs

Une enquête aux États-Unis fait le point sur des idées reçues. C’est l’institut Pew Research Center qui tente d'y apporter une réponse et les résultats de son enquête semblent le confirmer : 50% des hommes jouent aux jeux vidéo contre 48% pour les femmes.
Les modalités de l’enquête sont les suivantes : un échantillon représentatif de 2001 américains de plus de 18 ans. Sont considérés comme «jeux vidéo» tout jeu sur ordinateur, télévision, console de jeu, ou mobile (tablette ou smartphone).
Quelques constats :
– malgré cette quasi-égalité des sexes, le Pew Research Center note que 60% des américains pensent que les jeux vidéo sont surtout appréciés par les hommes,
– les femmes hésitent davantage à se revendiquer joueuses que les autres. Seulement 6% des américaines interrogées se considèrent comme des «gameuses», contre 15% des hommes. Cet écart se creuse dans la tranche d'âge entre 18 et 29 ans: 33% des jeunes américains se considèrent comme des joueurs contre 9% des jeunes femmes.

Pourquoi de tels écarts ?

D’autres recherches ont montré que les femmes sont proportionnellement plus nombreuses à jouer à des jeux sur smartphone, Facebook ou sur des portails Internet. Ces jeux sont accolés d’une réputation de petits jeux simples et peu recherchés. Ainsi, les femmes hésitent à évoquer qu’elles jouent à des jeux de ce type. L’image actuelle du jeu vidéo est surtout liée aux gamers férus de console et PC, là où elles sont moins présentes au-delà d’un certain âge.
Il existe bien des femmes «gameuses», les joueuses sur consoles et PC sont nombreuses mais elles sont moins enclines à dévoiler leur passion. Même si une étude britannique parue en 2014 montre que la moitié des femmes jouant à des jeux vidéo le font sur console, elles restent minoritaires face aux hommes et admettent elles-mêmes que cela reste un loisir masculin à 57%. Cette réalité s’accroît avec l’âge.
Tout cela mérite d’être relié à une précédente étude faite en Belgique à l’université de Gand en 2010. Elle portait sur la question suivante : quelles sont les attentes des femmes en matière de jeux vidéo ? Le résultat était clair : la plupart du temps, les jeux ne sont pas assez bien adaptés à leur attente.
La gent féminine n’est pas vraiment encline à se fritter sur des jeux violents : des Tekken ou même un Super Smash Bros. ne font pas recette. Elles ont un esprit de compétition assez poussé cependant, donc un Splatoon ou des jeux de sport sont de plus en plus populaires. Le récent Fifa 16, avec l'introduction d'équipes féminines, montre que les mentalités commencent à évoluer.

Elles aiment aussi particulièrement se lancer des défis via des Party Games.

Le contact social dans un jeu vidéo est primordial pour la plupart des hommes mais n’est pas une grande motivation pour beaucoup de femmes. Ces dernières recherchent vraiment des espaces de liberté.

En effet, une femme sera attirée par un jeu dans lequel elle pourra choisir librement ses attributs et la direction dans laquelle celle-ci voudra progresser. Ainsi, elle appréciera de pouvoir aller là où bon lui semble dans tout l’environnement disponible. En somme, l’exploration et le fait d’avoir accès à de nombreuses quêtes secondaires sont des éléments qui ne pourront que plaire aux femmes. Il est donc nécessaire de créer un jeu offrant une grande immersion, de l’espace, un certain contrôle des événements, des défis et de la couleur.
Le personnage de Linkle est amené à avoir un grand succès auprès des joueuses, surtout si ce personnage revient dans le futur Legend of Zelda de 2016. Des environnements aux couleurs chatoyantes et acidulées auront plus de chances d’attirer leurs faveurs.

Le journal Marie-Claire avait listé début 2015 les 5 titres qui avaient les suffrages des joueuses : Skyrim, Just Dance, Mario Kart, les Sims, Candy Crush à égalité avec Farm Heroes.

Les vieux préjugés qui ont bien du mal à être bousculés

Des débats importants ont eu lieu ces dernières années sur l'impact sociétal des jeux vidéo et l'effet qu'ils peuvent avoir sur les joueurs, explique le Pew Research Center pour justifier son étude. L'industrie des jeux vidéo a récemment fait l'objet d'une attention médiatique soutenue.

La polémique du Gamergate, mouvement en ligne antiféministe et réactionnaire, a jeté une lumière crue sur les problèmes de représentation des femmes dans les jeux et les entreprises du secteur. Un thème semble toutefois souder le mouvement, c'est celui de la dénonciation des stéréotypes stigmatisant les «gameuses».

«Nous sommes divers et nous sommes fatigués des gens qui parlent pour nous. Oui, on existe», résume la dessinatrice Sara Mayhew, tout en relevant les vives critiques de la mobilisation par la twittosphère féministe.

Le Pew Research Center a tenté de vérifier cette mauvaise réputation. D'après l'institut, 40% des adultes américains ne sont pas vraiment sûrs que les jeux vidéo portent des représentations dégradantes des femmes. Près de 14% estiment en revanche que cela est vrai pour la plupart des jeux.
Le secteur vidéoludique a besoin de femmes pour évoluer et être plus original. La créativité ne peut venir que de la diversité des équipes. D'où un besoin nécessaire de femmes, jusqu'ici trop absentes du processus.

Il n'y a pas beaucoup de femmes dans les studios de jeux vidéo parce qu'il n'y a pas beaucoup de femmes ingénieures, développeuses ou spécialisées dans le game design. Ce dernier point est la clé du problème : si les entreprises veulent la parité au sein de leurs équipes, elles doivent soutenir les formations où les jeunes femmes sont encore trop minoritaires. À commencer par les écoles d'ingénieurs.

C’est la démocratisation des nouvelles technologies et notamment des consoles et smartphones qui fait bouger les choses. D’après une étude de 2013, menée par Kantar Média TGI, la progression de femmes adeptes des manettes, a augmenté de 44% en 3 ans. Plus récemment encore, une étude anglaise comptabilisait 52% de femmes chez les gamers. L’explosion des jeux gratuits sur smartphones contribue très largement à l’augmentation massive des femmes consommatrices de jeux vidéo.
Le SELL lui-même a mené une étude en France en 2015, publiée au moment de la Paris Games Week.

Le salon a d’ailleurs fait remarquer que pour pallier le manque de représentation féminine dans l’e-sport, l’ESWC (la coupe du monde des jeux vidéo) a sa solution : organiser des tournois exclusivement réservés aux femmes.

ESWC 2015 LoL Women20/12/2015

Cette politique de discrimination positive est largement assumée par l’ESWC qui s’en explique sur son site :
Il nous semble important de pouvoir offrir à cette communauté de joueuses un moyen de se faire connaître, de démontrer leur talent, de gagner en expérience de compétition à haut niveau. Les filles ne sont plus nouvelles dans l’e-sport et du coup, les niveaux de jeux sont assez différents. Mais je pense qu’elles vont vite atteindre le même niveau que les hommes et ça va être intéressant à voir.
Une petite vidéo retrace le parcours des équipes féminines au tournoi de League of Legends.
Paris Games Week 2015. Ci-dessous, un reportage de Marine Couturier et Heiwon Shin, partenariat Rue89 et l'Obs.

Les filles jouent aussi à Leagues of Legends20/12/2015

Enfin, les joueuses elles-mêmes semblent vouloir se prendre en main et mieux se retrouver. C’est l’objectif du site jeu.video, un forum entièrement géré par des femmes mais où les hommes sont les bienvenus. L’idée est née après plusieurs mauvaises expériences sur des jeux en ligne.
Nous sommes plusieurs à avoir subi des remarques machistes, à avoir été mises de côté parce qu’on était des filles et que, forcément, on ne sait pas jouer.
Nous avons donc créé ce forum où l’équipe encadrante est uniquement composée de gameuses pour que les filles soient plus à l’aise. Mais ce que nous souhaitons, c’est créer une communauté mixte et soudée, peu importe que les membres soient des hommes ou des femmes.
Certains propos misogynes sont un véritable fléau pour les filles souhaitant jouer. Il est bon de rappeler la Loi sur la liberté de la presse comporte un chapitre intitulé «des crimes et délits commis par la voie de la presse ou par tout autre moyen de publication», qui dispose justement des sanctions encourues pour des appels à la haine :
Seront punis [d’un an d’emprisonnement et/ou de 45 000 euros d’amende] ceux qui, par ces mêmes moyens, auront provoqué à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap ou auront provoqué, à l’égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles 225-2 et 432-7 du code pénal.
De nombreux forums de jeux vidéo sont touchés, et ce n'est pas simple à régler. Christophe Henner, directeur marketing de jeuxvideo.com en est bien conscient, car le site a fait l'objet de plusieurs dérapages sérieux qu'il est bien difficile de juguler :
Nous avons mis en place un travail de fond depuis plus de deux ans maintenant, pour lutter contre ces propos. Il faut savoir qu’il y a deux ans, les services de police nous adressaient une dizaine de requêtes par jour, suite au signalement de propos racistes et d’incitation à la haine. Nous sommes tombés à une requête par jour, en moyenne.
Les forums 15/18 et 18/25 sont ceux qui posent le plus de problèmes, effectivement. Nous avons mis en place une équipe de modérateurs permanents, ouverts à la discussion, qui intéragissent avec les membres pour faire de la pédagogie. Nous avons conscience du problème, nous menons des actions depuis quinze mois. On parle de faire évoluer la manière de penser de gamins qui ont entre 15 et 20 ans, qui baignent dans une culture de haine de la différence. Ce n’est pas en les coupant de l’accès à la discussion qu’on va y arriver. Techniquement, on ne peut pas les empêcher de revenir. On supprime le compte, mais l’utilisateur peut se recréer un compte avec une nouvelle adresse email. Des moyens de contournement existent quelles que soient les solutions techniques. Même si on bannit l’adresse IP, aujourd’hui, changer d’IP est facile aussi.
En résumé, la situation s'est considérablement améliorée mais reste loin d'être parfaite. Même au sein d'une partie en réseau, être une fille n'est pas toujours simple. Les inRocks ont fait d'ailleurs un intéressant document sur le sujet. Voici deux exemples de témoignages :

Maud, qui a beaucoup joué à World of Warcraft entre 14 et 18 ans :
Quand je pense au peu de personnes avec qui j’ai échangé, je me souviens que quand ils ont compris que j’étais une fille, ils se sont mis à changer de comportement.
Élise, bibliothécaire de 24 ans qui s’amuse actuellement sur Star Wars: The Old Republic, explique :
J’ai pu remarquer que les avatars masculins ne sont jamais soupçonnés d’être [pilotés] par des filles. Même si c’est un phénomène connu, il est totalement ignoré par les joueurs, parce que c’est difficilement imaginable pour eux. […] Pendant le peu de temps où j’ai joué à WoW, j’avais un personnage masculin, et vu les propos sexistes dans les fenêtres de discussion, je ne l’ai jamais regretté.
Si ces mentalités sont malheureusement encore très présentes sur les forums Internet et les jeux en ligne, ce n'est plus le cas dans les compétitions officielles. Kayane, une joueuse professionnelle déjà recordwomen de podiums en 2012 avec 42 trophées à seulement 23 ans, témoigne :
Les velléités sexistes dans le jeu vidéo s'expriment surtout sur Internet. Lorsque je me rends aux tournois, aux conventions, que cela soit la Paris Games Week ou les manifestations japonisantes, je ne ressens pas du tout d’animosité envers les femmes.
Elle précise :
Si la misogynie est bel et bien présente sur la toile, elle est avant tout le fait d’une minorité qui malheureusement fait énormément de bruit et ternit l’image du milieu tout entier.
Kayane, très grande championne, a ainsi témoigné de son parcours.

Kayane : joueuse professionnelle de jeu vidéo20/12/2015

Il reste encore bien des chantiers à traiter car l’enquête révèle d’autres préjugés :
– près de 40% des personnes interrogées par le Pew Research Center estiment qu'il existe un lien entre un jeu vidéo violent et des comportements agressifs,
– près de 47% des américains estiment que les jeux vidéo développent toujours, ou la plupart du temps, l'esprit d'équipe et la communication, le reste répondant plutôt par la négative,
– 26% des sondés pensent également que le jeu vidéo est une perte de temps.

Nous vous laissons commenter ces résultats. D’autres plus récents évoquaient une règle pour garder plus longtemps la jeunesse d’esprit, permettant un meilleur vieillissement :
Si vous êtes déjà vieux, jouez aux jeux vidéo, ça entretient la mémoire et la vélocité de vos doigts comme de votre esprit.

Que fait Nintendo à ce sujet ?

On peut dire que la firme nippone alterne le chaud et le froid. En 2009 Reggie Fils-Aimé annonçait fièrement que 80% des joueuses étaient chez Nintendo, grâce à la Wii.
Selon les derniers chiffres, la Xbox 360 n’attire que 11% des joueuses et la PlayStation 3 seulement 9% sur le marché américain, mais la tendance est la même partout dans le monde. Les joueuses privilégient en grande majorité la Wii. Rien n’arrive par accident. […] Nous avons réussi à étendre le marché, comme nous souhaitions le faire.
Marketing oblige, Nintendo est le premier constructeur à avoir pris en compte le public féminin et en lui proposant des produits dédiés. On se souviendra de Wii Fit et des publicités avec des actrices pour promouvoir les jeux DS comme le Programme d'Entraînement Cérébral avancé du Dr. Kawashima.

Nicole Kidman a 52 ans - Programme d'entrainement cérébral du Dr. Kawashima20/12/2015

Il suffit de regarder encore son catalogue 2015 pour voir qu’entre La Nouvelle Maison du Style 2, Animal Crossing: Happy Home Designer, Mario Kart 8, Yoshi’s Woolly World, Kirby, Puzzle & Dragons: Super Mario Bros. Edition, The Great Ace Attorney, et les party games que sont Mario Party 10 et Animal Crossing: amiibo Festival, Nintendo a proposé des produits aptes à plaire au public féminin.

Des Splatoon, Super Mario Maker, et même Mario Tennis: Ultra Smash apportent des possibilités suffisamment ouvertes pour plaire à toutes les catégories de joueurs. Ses campagnes de publicités, savamment orchestrés, mettent en avant le côté familial des challenges à relever.
Dernier exemple en date, en juillet dernier, avec l'organisation au Japon du Nintendo Girls Game Museum qui proposaient plusieurs rendez-vous durant lesquels les demoiselles, jeunes et moins jeunes, étaient invitées à tester plusieurs titres sortis récemment et ayant acquis une certaine audience auprès des femmes au Japon.

En essayant les jeux, elles pouvaient obtenir en récompense des goodies. On connaît la puissance en merchandising de Nintendo, qui rien qu’avec ses diverses peluches, écharpes, bracelets, sait faire craquer les jeunes femmes.
Autre ciblage effectué par Nintendo, notamment sa branche britannique, le Nintendo Girls Club, une chaîne YouTube lancée il y a désormais plusieurs mois, mise à jour avec de nouvelles vidéos – qui s'adresse principalement... aux joueuses. L'objectif de cet espace est de proposer du contenu promotionnel qui parle avant tout aux jeunes filles.

Au programme des unboxing de consoles et des présentations de jeux gentillets comme Animal Crossing, le tout dans un cadre très "rose bonbon" un peu 'cliché' (mais nous l’avons bien dit, les études montrent que les femmes sont sensibles à ces couleurs), et animés par des stars britanniques comme la youtubeuse Mandy Hynes ou Jorgie Porter, une actrice de série anglaise. D’ailleurs, un concours s’achevant le 31 décembre 2015 vous propose de postuler pour devenir une présentatrice de la chaîne.

Contest: Become a Nintendo Girls Club Presenter! - CLOSING DATE EXTENDED!20/12/2015

Cette déclinaison, en revanche, n’a pas été suivie par Nintendo France, qui est un peu plus en délicatesse sur ce sujet.

Nintendo France ? Pourquoi ?

Certaines maladresses ont été commises par le passé et tout n’a pas été totalement rétabli.

Le 9 mai 2014, un championnat de France de Mario Kart 7 avait été organisé sur Internet jusqu'au 22 juin 2014. Les participants de ce tournoi avaient été divisés en trois catégories : une junior, une masculine et une féminine. Le règlement officiel du championnat précisait que le joueur qui souhaitait participer devait indiquer "son sexe pour déterminer le groupe de joueurs parmi lesquels il pourrait être sélectionné". La direction française de Nintendo s’était défendue à l’époque en indiquant que ce système avait été mis en place depuis le premier tournoi, trois années auparavant et qu’elle n’avait pas vu pourquoi il aurait fallu changer cela pour cette nouvelle itération. Mauvais buzz pour Nintendo France, accusée de sectoriser les filles et les garçons et de ne pas prendre en compte l’évolution de la société.

Kasilla, fondatrice du site lesgameuses.eu, avait déploré à l’époque ce fait. Même si c’est pour encourager les filles à jouer, continuer à les maintenir dans une catégorie à part n’aide pas dans la réalité. Tant pis s’il y a des joueurs (joueuses) moins performantes, c’est une compétition qui doit rester ouverte à tout le monde avec les mêmes règles.

Il n’y a pas eu d’édition 2015 pour constater si des modifications avaient été faites. Nous avons eu en revanche le tournoi de Super Smash Bros, un jeu qui ne fait pas vraiment parti de ceux qui sont plébiscités par les femmes.
En 2012, pour faire la promotion du nouveau jeu Super Mario Bros. 2, le géant japonais a misé sur un marketing kitsch avec des accroches douteuses : "Couvrez-la d'or pour gagner son cœur" ou encore "L'or : une affaire de femmes". Si on présente princesse Peach comme quelqu’un de vénal, pas sûr que ce type de compliment (et de représentation stéréotypée de la femme) soit très apprécié. On pourra comparer avec les spots télévisés anglais et américain :

New Super Mario Bros 2 Penélope Mónica Cruz TV ad (Nintendo 3DS)20/12/2015

Pas de nouveau dérapage à déplorer à présent, on constate d’ailleurs de plus en plus de personnages féminins au sein des jeux, en particulier par le biais de la 3DS. L’exemple de Linkle dans Zelda, qui sera proposée ensuite sur Wii U également, est un exemple récent d’ouvrir chaque licence à des personnages féminins actifs. Même le récent personnage issu de Fire Emblem, Corynn, incorporé dans Super Smash Bros., peut être joué suivant son avatar homme ou femme.
Le fait d'évoluer avec une héroïne, plutôt qu’un héros, est une expérience totalement différente. « La sensibilité d’un homme et d’une femme n’ont rien à voir. On ressent et on voit les choses d’une autre façon » indique Kayanne.
Bon, tout n’est pas gagné car Star Fox Zero a éliminé le personnage de Krystal. Comme le disait kasilla du site lesgameuses.eu,
J'aimerais qu'on me propose autre chose qu'un jeu de cheval, de cuisine ou de danse quand je souhaite offrir un jeu vidéo à ma nièce.
Alors est-ce plus simple aujourd’hui de choisir ? Comparativement aux autres constructeurs, l’offre logicielle sur Nintendo reste conséquente pour les femmes. La firme y doit une part non négligeable de son salut.

Les sources sont intégrées directement dans le texte, l'idée de départ est venue d'un article de Metronews.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

bahascaux
J'ai pas vraiment lu, mais à chaque fois ce genre d'étude est bien biaisé comme il faut, perso je n'ai aucun problème avec le fait qu'il y ai plus de joueuses que de joueur, ni avec le fait de me faire battre par une fille ... mais souvent le but de ces pseudos analyses c'est juste d'apporter une légitimité au fait que les filles jouent, ce qui prouve déjà qu'il y a un problème meme de leur part, est ce normal de passer son temps à revendiquer quelque chose ? Ces stats par exemple mélange jeu sur mobile et jeu sur console, mais aussi appli ludique et JV (oui un questionnaire de culuture Q c'est pas un jeu vidéo) ils ne prennent jamais en compte le facteur pay to win (parce que pour moi quelqu'un qui paye 20€ par semaine sur un même jeu, juste pour pouvoir gagner, c'est pas un joueur), ni le nombre de jeu réellement joué (car télécharger 200 jeux sans y jouer, ou en tatant 10 secondes, c'est pas jouer, idem pour les comptes steam), les degrés d'implications ...
Ce genre d'étude n'aide en rien la cause féminine, car les vrai gameuses, sont toujours autant stigmatisé comme étant bizarre, asociale, voir moche, ou comme ayant peu de dignité et étant des filles de petite vertu prête à montrer le moindre leur atout physique afin d'être accepté. Donc c'est pas en mélangeant la passionnée avec la débile qui joue juste pour se montrer que les choses évolueront.
Norto
Excellent Article
Norto
Et j'aime ton exemple avec Linkle.

ça revient sur un fait qu'en tant qu'homme je n’apprécie pas forcément de jouer un personnage féminin, pas par machisme. Mais je n'aime pas ressentir les situations en tant qu'avatar femme avec ma mentalité d'homme. Bon en même temps je n'aime pas jouer les jeu qui ont un scénario trop poussé (avec des exceptions c'est vrai)

Ce qui me fait penser que beaucoup de femmes doivent 'supporter' de devoir jouer un personnage masculin.
Par exemple : Est-ce l’intérêt de jouer à Pendora's Tower pourrai être la même si j’étais une femme ou un homme? Moi qui ai trouvé ce jeux magnifique en tant qu'homme, l'aurais-je pris comme jeu machiste car on joue un mec qui pour 'pécho' une nana a juste à lui offrir 2-3 bricoles au cour de l'aventure ?
Ensuite j'ai quand même apprécié Other M (si, si ... même si voir Samus pleurer comme une fillette devant Ridley m'a gonflé) et Bayonnetta, mais quand il s'agit de jouer un personnage avatar plutôt impersonnel comme Link ou l'avatar de Xeno X, Je suis bien comptent de jouer un Homme car je me projette mieux dans le jeu. Jouer une femme par contre ....
Mais si j'étais une femme je serai contente de jouer une femme à xéno X, fire emblem, monster hunter, mais par exemple pour les jeux Zelda je me sentirai bien embêté je jouer un Homme (car oui, pour moi Link c'est juste un avatar avec un nom donné donnée dans le tout premier épisode, puis abandonné dans les suivant ... puis remis après car tous les joueurs râlaient pour garder le nom)
Cirreip
J'ai trouvé l'article très complet mais je suis obligé de rejoindre bahascaux sur plusieurs point:
-Ce genre de dossier à tendance à mélanger un peu toutes les approches du jeu vidéo alors que tout ne pas être considéré de la même manière.
-Je trouve moi aussi que ce genre d'articles à tendance à raviver une vision archaïque des rapports homme/femme vis à vis des jeux vidéo, alors que si on arrêtait d'en parler toutes ces vieilles idées reçues finiraient par disparaître d'elles même.

M'enfin en tout les cas bravo pour l'article qui a dût tout.de.même demander un sacré taf
AHL 67
sebiorg a écrit:On se souviendra de la Wii Fit

Non ! Pas "LA Wii Fit" !! Wii Fit est un jeu, on ne met pas d'article devant les noms de jeux ! Qui irait dire "hier j'ai joué à la Zelda et au Mario", franchement ? :relou:
On en met cependant bien pour parler de "la Wii" ou de "la Wii Balance Board", mais c'est parce qu'il s'agit d'appareils, c'est physique, pas logiciel.

Par contre quelqu'un est passé avant moi pour faire la correction, donc c'est bien, ça confirme ce que je dis. :P



Norto a écrit:mais quand il s'agit de jouer un personnage avatar plutôt impersonnel comme Link ou l'avatar de Xeno X, Je suis bien comptent de jouer un Homme car je me projette mieux dans le jeu. Jouer une femme par contre ....

Mon perso : https://36.media.tumblr.com/780b0b17233 ... 1_1280.jpg
Et je suis bien un mec.

Pour les jeux où je peux créer mon propre avatar, je préfère généralement faire des femmes, je ne sais pas trop pourquoi (non, pas pour les boobs). Peut-être parce que je trouve ça plus original que le traditionnel super-héros gros-plein-d'muscles, justement... Qu'une fille colle des raclées à des cohortes d'ennemis tous plus moches et hargneux les uns que les autres, ça "prouve" (entre guillemets parce que ça reste virtuel...) qu'il n'y a pas que les hommes qui peuvent cogner, ça casse le rapport de forces habituel qui fait que c'est le Prince Charmant qui doit se coltiner le sauvetage la Demoiselle en détresse qui s'est bêtement laissée kidnapper par le méchant. Il est d'ailleurs à noter que le sexisme n'a jamais été de mise de ce côté-ci : on peut autant avoir une vieille sorcière qu'un parrain de la mafia, ça ne pose de problème à personne...
Mais quand le perso est imposé par le scénario, je m'en tape. J'aime autant Peach que Mario, Samus ou Dante (de DMC). Enfin pas autant Peach et Mario que Samus et Dante, mais ça c'est un autre problème. :D
Talban
bahascaux a écrit:J'ai pas vraiment lu


Tu devrais, il est pas mal comme dossier. En général les dossiers sur PN sont assez bien faits. Et même si ça c'est calmé sur certains forums, c'est vrai que certaines blagues de mauvais goût fusaient encore peu contre les filles. Excellente ton image Fersen !
sebiorg
Merci pour vos commentaires concernant ce dossier. Nous aurions aimé avoir quelques retours féminins sur ce dossier donc n'hésitez pas à intervenir mesdames et mesdemoiselles.
AHL 67
sebiorg a écrit:n'hésitez pas à intervenir mesdames et mesdemoiselles.

Le terme "mademoiselle" est sexiste. :awesome:
Cirreip
Correction validé par les Femen:

"n'hésitez pas à intervenir, être humain au oestrogènes prédominants"

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×