• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Monark Disponible sur Switch

Test de Monark (Switch)

Test de Monark, confrontez-vous aux péchés capitaux !

La version Switch de Monark testées aujourd’hui permet de nous plonger dans une dimension apocalyptique mêlant folie, démons et les 7 péchés capitaux.

Test
MONARK est un JRPG qui s’inspire énormément de l’univers Persona et Shin Megami Tensei. Mais le studio Furuyu Corporation a créé sa propre recette pour sortir un jeu tout chaud avec une saveur très particulière. Mais attention, ce titre est exclusivement en anglais et nous déconseillons fortement cette aventure à tous les joueurs qui ne sont pas à l’aise avec la langue de Shakespeare.

Une exploration mêlant péchés capitaux et folies humaines

MONARK fait honneur au sens esthétique des Persona. Les directions artistiques (graphique et musicale) sont de très grande qualité. Il est important de noter que la version Switch testées aujourd’hui montre une résolution relativement limitée avec des textures très floues sur une télévision. Tous les dialogues sont doublés par des acteurs anglais convaincants dans leurs rôles. Le jeu possède de belles cinématiques qui sont limitées par la puissance de la console.
Mais l’équipe de Furyu Corporation a aussi choisi de piocher dans les mécaniques de Persona, SMT et des JRPG en général. Et ils ont bien réussi leur pari. Le rythme du jeu et le gameplay sont tous les deux qualitatifs. La construction est très classique. Il y a une alternance entre des phases d’explorations et des combats. Aucun de ces deux aspects ne prend le pas sur l’autre. Cet équilibre permet de dynamiser de longues phases de dialogues avec des batailles très coriaces.
MONARK ne prend pas de gants et il n’est pas rare de perdre des combats à la moindre erreur de jugement. Il y a heureusement un mode facile qui peut être activé ou arrêté à tout moment. Enfin, le tout est lié par une histoire intéressante qui tente parfois hasardeusement d’allier des références théologiques avec des traits psychologiques.
Le récit prend place dans le lycée Shin Mikado Academy. Cet établissement paisible est victime d’un événement apocalyptique. Tous les étudiants et professeurs sont isolés du monde par un dôme géant. Ils sont alors incapable d’échapper à une brume surnaturelle rendant fou toutes personnes s’y trouvant. C’est dans ce charmant contexte que notre héros, amnésique, se réveille à la suite d'une bataille perdue d’avance.
La directrice de l’école explique alors que la situation est causée par l’apparition soudaine de l’Overworld. Cette dimension est habitée par de nombreux démons et les 7 monarks régissant chacun un péché capital. Le joueur doit arpenter l’école ainsi que cet autre monde pour identifier les origines de la catastrophe et y mettre un terme définitivement.

La brume cache un lourd secret

L’exploration prend place exclusivement sur le grand campus de la Shin Mikado Academy. Les zones se débloquent petit à petit au fil de l’aventure. Chaque bâtiment accessible est lié à l’histoire d’un des 7 péchés capitaux. Ces bâtiments sont généralement séparés en quatre étages. Le premier étage sert très souvent d'abri pour les survivants. Et les trois autres sont alors remplis de brume.
L’exploration et les enquêtes prennent toutes deux place dans cette brume psychédélique. La jauge de folie (MAD) augmente proportionnellement au temps passé dans ce brouillard. Cette jauge limite la liberté de déplacement car le personnage s'évanouit si cette jauge atteint les 100%. Il y a en plus l'existence des Death Call (l’appel de la mort). Comme son nom l’indique, le joueur peut recevoir à tout moment cet appel spécial. Il a pour effet de rendre les humains dans la brume agressive. Leurs attaques provoquent un évanouissement immédiat. Mais ce n’est en aucun cas un Game Over. Le héros se réveille alors dans l’infirmerie de l’école avec sa progression inchangée. La jauge MAD et les Death Calls permettent simplement d’apporter un sentiment de pression appréciable.
Chaque étage embrumé se présente comme un puzzle à résoudre semblables à des “escape games”. L’objectif est très simple : atteindre la pile de téléphone permettant d’accéder à l’Overworld. Mais le chemin est semé d'embûches et de petites énigmes à résoudre (ouvrir des coffres, trouver des objets, des mots de passe, etc.). Ces énigmes sont relativement simples tant que le joueur prend le temps de ramasser tous les objets et de bien lire les descriptions en anglais.

Des affrontements exigeants

Les combats restent au centre de l’aventure. Les représentants des monarks doivent être confrontés pour pouvoir libérer les survivants de l’emprise de l’Overworld. Les combats prennent place dans cette dimension. Elle est accessible au travers d’appels mystérieux passés par le téléphone portable du héros. Malheureusement les environnements de combat se ressemblent beaucoup et sont finalement assez vides.
A l’inverse, les mécaniques de combat s’avèrent très complètes. Elles mixent habilement les attaques rapprochées ou distances, ainsi que les buffs ou debuffs. Toutes les attaques ont leur utilité laissant ainsi une grande liberté d’approche stratégique. Chaque personnage possède un type d’arme particulier qui sont focalisées sur des attaques au corps à corps ou à distance. Mais tous les personnages possèdent au moins une attaque à distance. Il faut alors prendre en compte l’affinité des personnages à différents types d’attaque pour obtenir les meilleurs résultats possibles.
Chaque action doit absolument être quasiment parfaite. Les affrontements sont difficiles et les premières heures de jeu peuvent être décourageantes. Les ennemis sont puissants et l’IA est très efficace. La moindre erreur entraîne régulièrement une défaite imminente. Il est alors conseillé d’utiliser le mode « casual » pour s’habituer aux mécanismes des combats avant de rebasculer sur le niveau initial.
Les affrontements se déroulent au tour par tour. Le joueur commence systématiquement en premier. Tous les personnages alliés bougent les uns à la suite puis c'est au tour des adversaires. Les déplacements sont libres dans un rayon prédéterminé et fixe pour tous les personnages alliés et ennemis. Les placements sont primordiaux pour permettre des attaques avec assistance ou dans le dos pour plus de dégâts. Les adversaires peuvent faire de même.

Une progression classique et des légions à collectionner


Le joueur obtient de l’expérience qui permet d’augmenter de niveau, débloquer des compétences et aussi d’acheter des objets. Seules les compétences peuvent être choisies et les statistiques sont augmentées automatiquement. De plus, le protagoniste peut invoquer des « légions » qui sont des marionnettes représentant un péché capital. Si c'est la gourmandise, l’invocation a alors la capacité de voler des objets à l’adversaire alors que la fierté pourra fournir un support magique primordial.
Le premier légion débloqué est généré en fonction de l’affinité du joueur à un péché. Cette affinité initiale est décidée par un pseudo-test psychologique au début de l’aventure. Puis, ils vont être collectionnés à la suite de différents événements ou affrontements. Ils ont tous des compétences et armes différentes. Ils vont pouvoir être invoqués lors des différents combats pour construire une équipe à l’image de chaque joueur.
Enfin, il n’y a aucun équipement à disposition. Les combattants humains ne disposent que d’une arme prédéfinie. Les objets permettent de soigner des blessures ou de donner un bonus temporaire. Cependant, les « légions » sont personnalisables avec trois pièces d’armures (tête, torse, jambe). Ces pièces ajoutent des points de statiques généralement de l’attaque, de la vie ou de la défense et ajoutent parfois des nouvelles compétences. Ces pièces sont obtenues à l'issue des combats.
15/20
Monark est un bon jeu qui fait honneur à ses sources d’inspiration. Malheureusement, il n’arrive pas à atteindre la qualité des plus grands JRPG mais parvient à s’en rapprocher. Ce titre possède de très nombreuses qualités. tant sur le gameplay que sur la direction artistique. Les combats sont difficiles mais ne donnent jamais l'impression d’être infranchissable. De plus, le système de collection et de personnalisation de légions est plaisant. Il assure une bonne rejouabilité ainsi que des formations variées en combat. Cependant l’histoire reste très classique et parfois maladroite. Les dialogues et les personnages principaux ont trop souvent peu d’intérêt. Cela crée un sentiment d’apathie pendant des séquences narratives qui auraient pu être plus intéressantes.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

15 /20

L'avis de Puissance Nintendo

MONARK est un bon jeu qui ne parvient pas à se hisser à côté des plus grands JRPG mais mérite d'être connu. Les qualités esthétiques et les combats passionnants sont deux grands points forts de ce titre. Malheureusement, même si l’histoire est intéressante mais parfois un peu trop tirée par les cheveux pour arriver à coller aux stéréotypes des péchés capitaux. Et le manque de traduction ainsi que les dialogues un peu vides de personnages antipathiques nous ont laissé un goût amer.

Jouabilité
Le gameplay est varié et palpitant. Les combats sont très bien dosés. Le système de tour par tour avec des déplacements libres permet de rajeunir ce type de mécaniques. La difficulté initiale plaira sans l’ombre d’un doute aux joueurs aimant les défis. Mais l’ajout du mode “casual” ne dégrade pas du tout l’expérience du jeu ici et permet d’avoir une meilleure accessibilité.
Durée de vie
Semblable à de nombreux JRPG, MONARK propose une expérience de plusieurs dizaines d’heures.. Les explorations du campus et la récolte d’informations par les dialogues et les documents trouvés apportent un vrai plus à la narration. Les phases de farm peuvent être évitées pour la plupart si vous le souhaitez. Enfin, la personnalisation des différentes légions et la composition d’équipes variées apportent une certaine rejouabilité à ce titre.
Graphismes
La direction artistique est agréable et complète parfaitement la narration. Le jeu ne présente aucun défaut majeur sur la réalisation et la finesse des décors. La version Switch testée aujourd’hui est correcte techniquement. Les joueurs les plus exigeants graphiquement trouveront néanmoins une plus grande satisfaction sur des consoles plus puissantes. Cependant, les zones de combats dans l’Overworld manquent sérieusement de diversité et sont extrêmement vides. Enfin, quelques bugs graphiques sont fréquemment rencontrés lors des cinématiques.
Son
Les musiques proposées dans ce titre sont variées et surtout très bien choisies en fonction des situations. Les musiques pesantes lors des phases de tensions rendent l’exploration plus immersive. Tous les dialogues sont doublés et les acteurs sont parvenus à rendre les dialogues bien plus immersifs malgré des textes relativement peu intéressants.
Intérêt
A 59,99€, MONARK est dans une position très difficile. A ce prix, il doit rivaliser non seulement avec les jeux les plus populaires de la Switch. Mais il est aussi à comparer avec les plus grands JRPG de la plateforme. Ce titre présente de très nombreuses qualités indéniables. Malheureusement, les défauts narratifs et le manque de traductions sont difficiles à oublier.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Monark (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×