• Ma note
    Moyenne de 4,2 - 18 notes
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 18 ajouts
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

The Legend of Zelda : Phantom Hourglass Disponible sur NDS

Test de The Legend of Zelda : Phantom Hourglass (NDS)

Zelda PH : Episode marquant de la grande et belle saga

Test
Quoi de plus logique qu'une suite à l'audacieux The Wind Waker pour propulser Zelda sur Nintendo DS, plateforme encourageant la créativité et l'innovation ? Cela dit, tandis que l'opus GameCube bouleversait uniquement sur le plan visuel, Phantom Hourglass se permet en plus de toucher aux codes mêmes de la série, que certains trouvaient trop figés, les taillant sur mesure pour la console au double écran. Voyons donc comment ces changements affectent cette deuxième épopée de Link en mer...
Autant le dire d'emblée : ce Phantom Hourglass n'incarne pas la formule Zelda portée sur Nintendo DS, mais bien la formule Zelda abondamment revue et corrigée POUR la DS. Une précision qui s'impose au vu du nombre de jeux sortant sur le système en exploitant timidement ses fonctionnalités, comme si les développeurs se sentaient obligés d'ajouter quelques utilisations gadget du stylet pour faire bonne figure. Assurément, Zelda DS n'est pas de ceux-là et bien au contraire impose une jouabilité reposant de A à Z sur le tactile, choix à la fois critiquable, dans le sens qu'on aurait apprécié pouvoir décider de jouer avec les boutons, et difficilement contestable car bien maîtrisé.

Go-Go-Gadgeto stylet

Ici, il suffit de toucher un point de l'écran pour que Link s'y rende, en marchant si à proximité et en courant si éloigné. Les variantes de coups d'épée peuvent être administrées aux ennemis grâce à des mouvements rageurs du stylet, en traçant en diagonale ou bien en touchant l'ennemi à répétition. Même la célébrissime spin-attack, ou attaque tornade, s'effectue en traçant un cercle autour du héros.

La patte Zelda, c'est notamment un grand nombre d'objets à accumuler au fil de l'aventure, autorisant le joueur à explorer de plus en plus de zones quand ses possibilités augmentent. Avec Phantom Hourglass, les développeurs ont du réduire drastiquement le nombre d'items récupérables pour tirer le meilleur de chacun de ceux restants, une fois contrôlés à l'aide du précieux stylet. Une décision compréhensible et pas vraiment gênante pour le joueur dans la mesure où chaque objet est assez bien exploité dans le jeu, parfois dans des situations nouvelles pour la série d'ailleurs. Avec le stylet, jamais lancer une bombe avec précision ou décocher une flèche à un adversaire n'a été aussi facile, vu qu'il suffit de toucher l'ennemi en question. Idem pour le boomerang, avec lequel on trace en toute simplicité la trajectoire à suivre. C'est très ergonomique, très simple à prendre en main et... plus facile, peut-être un peu trop.

On appréciera en revanche que les énigmes soient plus inventives qu'à l'ordinaire. L'apport du tactile semble vraiment donner des ailes aux développeurs qui imaginent alors des situations qu'on ne pourrait envisager sur un autre système : gratter l'écran affichant une vieux parchemin pour en révéler un détail, prendre note d'un itinéraire sur une carte (affichée en permanence sur l'écran du haut), tracer un chiffre ou un symbole pour commander l'ouverture d'une porte sont autant d'originalités autorisées grâce au stylet. Le micro est d'ailleurs aussi mis à profit, tantôt pour éteindre des torches ou dépoussiérer une carte en soufflant, tantôt pour attirer l'attention d'un NPC en criant. Bref, il est sympathique de voir Zelda quelque peu renouvelé grâce à cette apparition sur la portable, qui permet d'ailleurs un autre changement, cette fois plus par rapport à The Wind Waker qu'à la série toute entière : les voyages en bateau.

Adieu exploration, bonjour ergonomie

Etre lâché au beau milieu d'un immense océan inconnu à explorer quasiment sans limites était un des plus gros atouts de The Wind Waker. Cette fantastique liberté du joueur avait cependant un prix : les voyages en eux-mêmes étaient parfois assez pénibles, avec le vent à orienter très régulièrement. On serait tenté de dire que Phantom Hourglass propose le compromis inverse...

En effet, les trajets en bateau sont désormais déterminés à l'avance, à nouveau en traçant sur la carte l'itinéraire à suivre. Une fois en mouvement, le joueur peut bombarder à sa guise les éventuels ennemis qui se trouveraient sur son chemin, s'arrêter pour récupérer un trésor (qui s'obtiennent désormais grâce à un mini-jeu d'adresse qui consiste à remonter le coffre du fond de l'océan en évitant les pièges) ou encore faire sauter le bateau pour éviter les obstacles. Les détracteurs de Wind Waker seront peut-être ravis de ce changement dans le gameplay, mais votre serviteur, lui, pleure à chaudes larmes la quasi-disparition du côté exploration. Eh oui, avec la carte détaillée affichée en permanence sur l'écran supérieur, et en dépit de quelques îles cachées, peu de surprises viendront pimenter votre voyage. L'univers, aussi joli soit-il dans son style graphique hérité de la GameCube, parait alors cruellement restreint et manque un peu de vie, de l'émerveillement permanent que certains ont sans doute connu aux commandes de Lion Rouge. La disparition du cycle jour/nuit n'y est peut-être pas étrangère non plus.

Reste que les îles, moins nombreuses mais chacune ayant maintenant plus d'importance, sont tout de même tout à fait charmantes - bien que parfois un peu vides - et c'est un plaisir de redécouvrir un certain peuple qu'on pensait quasi disparu dans Wind Waker, ainsi qu'un nouveau. Qu'on soit en mer ou sur terre, il sera également possible de rencontrer certains visages connus, tels que Terry le marchand ou encore Salvatore et ses jeux, et l'habituelle série d'auto-références amusantes si chères à Nintendo, mais on est quand même loin du nombre incroyable de NPC développés dans Zelda GameCube. Au moins, on peut compter sur la bande-son très réussie pour retrouver toute la magie des traversées en mer.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


PNCAST ACTU // Résultats financiers 2019-2020

Soutenez PN : achetez ces jeux !

17 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Pas de commentaire

Jouabilité
Durée de vie
Graphismes
Son
Intérêt

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu The Legend of Zelda : Phantom Hourglass (NDS) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
4.2/5

L'avis des visiteurs

Je pense que ça va être un très bon jeu, une suite a WW
La jouabilité au stylet, après quelques minutes déconcertantes, se révèle intuitive de façon désarmante. L'univers de Wind Waker est prolongé de façon enthousiasmante. Les fonctionnalités de la DS sont utilisées de façon très jubilatoire. Du tout bon !
Enorme, que dire de plus. Un jeu exploitant a merveille la DS, la licence Zelda, que demander de plus.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×