• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Labyrinth City: Pierre the Maze Detective Disponible sur Switch

Test de Labyrinth City: Pierre the Maze Detective (Switch)

Test de Labyrinth City: Pierre the Maze Detective, un jeu d'enfant ces labyrinthes !

Détectives en herbe, sortez petits cailloux, carte et boussole, Labyrinth City nous entraine sur les chemins escarpés de labyrinthes grandioses, dans une aventure colorée et bon enfant… mais également entièrement fléchée. Drôle de concept !

Test
Labyrinth City se lance dans la périlleuse mission de l’adaptation vidéoludique d’une série de livres jeunesse, invitant le joueur à plonger dans des labyrinthes colorés et foisonnants. Le résultat parvient-il à convaincre ? Si le titre affiche une réalisation très soignée, en revanche seuls les joueurs les plus jeunes risquent d’être sensibles à l’aventure ultra linéaire concoctée par les équipes du studio français Darjeeling qui proposent là une première familiarisation réussie avec le jeu vidéo, très convaincante pour les novices en la matière, mais que les adultes bouderont pour le manque de défis proposés.
Disons-le d’emblée, le titre de Darjeeling s’inscrit dans une suite de jeux à visée éducative clairement affichée (leurs jeux bénéficiant souvent de partenariats avec des instances éducatives ou culturelles), mettant à l’honneur les enjeux contemporains et les grandes œuvres littéraires.

À la suite du jeu Homo Machina (2019) qui nous permettait de découvrir le fonctionnement du corps humain, Labyrinth City se veut l’adaptation d’une série d’ouvrages japonais pour la littérature jeunesse signés Chihiro Maruyama et Hiro Kamigaki, racontant les aventures du jeune détective Pierre.

Peut-on néanmoins retranscrire en jeu vidéo les mécaniques et le plaisir, probablement partagé par beaucoup, des grands livres du genre labyrinthique, peuplés d’innombrables personnages et propices à aiguiser nos méninges et nous faire plisser les yeux ?

Un itinéraire cousu de fil (d’Ariane) blanc

La réponse à cette question qu’ont due se poser les développeurs ne trouve toutefois pas de réponse aisée. Tout dépend en fait de l’âge avec lequel vous abordez le titre. Coupons court très vite également, le format choisi par le jeu le fait se distinguer drastiquement des titres comme Où est Charlie ? En effet il ne s’agit pas ici de parcourir du regard un environnement figé où seuls nos yeux peuvent nous aider à mettre la main sur le sésame tant recherché.

Labyrinth City est un jeu d’exploration où l’on emmène notre héros Pierre de tableaux en tableaux, avec à chaque fois le même objectif, rattraper ce sacripant de Monsieur X, auteur du vol de la Pierre Labyrinthique, un ancien artéfact réputé magique qui était conservé au musée d’Opera City.
En commençant cette aventure, on est frappé par l’aspect enchanteur des décors. Le travail de Hiro Kamigaki de IC4DESIGN, en charge des illustrations des ouvrages, est très joliment transcrit à l’écran. Les couleurs sont éclatantes, les détails fourmillent, avec une douce impression crayonnée et de fait main. La ligne est tremblante et les rendus aquarelle sont du plus bel effet. Quel bonheur ainsi de découvrir des paysages spectaculaires où l’imagination débordante s’immisce dans le moindre recoin.
Si toutefois la magie opère, force est de constater qu’elle s’amenuise à la longue, la faute à la jouabilité rigide du titre. Alors que notre désir le plus grand est de parcourir ces tableaux comme les ponts suspendus du grand arbre ville ou bien les escaliers enchevêtrés de la bourgade dans les montagnes, l’exploration s’en trouve réduite à faire avancer Pierre le long d’un rail, sans aucune liberté. Le jeu ne consiste ainsi qu’en un long couloir sans fin (ou presque), l’itinéraire s’avérant être cousu de fil (d’Ariane) blanc, où l’on pourchasse sans grande difficulté le même objectif à l’extrémité, ce satané Monsieur X, qui nous attend et nous glisse irrémédiablement entre les doigts.

Chemin faisant, j’ai croisé… une statue qui parle !

Pour animer cette déambulation dans ses couloirs colorés, le jeu mise malgré tout sur l’interactivité. En effet les personnages et objets avec lesquels nous pouvons interagir sont légion et l’on ne peut s’empêcher de déclencher telle fontaine, parler avec telle statue (étonnamment parmi les créatures les plus bavardes du titre) ou ouvrir telle fenêtre.

Les développeurs s’en sont donné à cœur joie, dissimulant dans ces cachettes plusieurs des lettres de Monsieur X qui font partie des collectibles à accumuler dans chaque tableau, et proposant des dialogues ou références culturelles très variées (littéraires, musicales).
Dès lors comment rompre l’ennui qui se fait sentir ? En allant contre tout bon sens et en choisissant délibérément le mauvais chemin. En effet pour peu que l’on veuille jouer avec un minimum d’intérêt quand on a dépassé l’âge de 8 ans, chercher l’arrivée du tableau ne suffit pas.

La raison en est que des flèches violettes sont présentes ou apparaissent fréquemment le long du parcours pour nous guider vers les points d’étape, variables de 3 à 6 selon le tableau, puis jusqu’à Monsieur X. On en vient ainsi à adopter une curieuse manie dans un jeu de labyrinthe, celle de prendre systématiquement la direction opposée aux flèches afin de chercher dans les culs-de-sac non pas le bon chemin mais bel et bien les collectibles que sont les lettres, les étoiles jaunes, les coffres contenant des Souvenirs ou encore le trophée de chaque tableau matérialisé par un mini-jeu d’adresse, de mémoire ou d’observation concocté à chaque fois par un ours polaire en vadrouille dans ces contrées colorées.

Nous conclurons sur ce point mais le titre se hisse ainsi sans crainte parmi les must have pour les parents en quête du parfait premier jeu vidéo à faire tester à leur bambin.
Tout y est en effet réuni, à commencer par la mise en scène de l’histoire, autre bon point dont peut se targuer le jeu. On ne peut en effet s’empêcher de déceler les ressorts qui ont amené les développeurs à construire un titre aux petits oignons pour les plus jeunes, avec une narration bienveillante, jamais outrancière et portée par des animations façon cases de bande dessinée qui nous content une histoire des plus élémentaires (mon cher…), avec Pierre dans le rôle de Sherlock Holmes et son amie Carmen dans le rôle du Dr. Watson.

Néanmoins ces choix peu originaux, couplés au jeu d’acteur de la narratrice, communiquent un enthousiasme face auquel on peut difficilement rester de marbre, finissant par nous prendre au petit jeu de la course poursuite et au gimmick de chaque fin de tableau où le maudit Monsieur X, et ses faux airs de Fantômas, parvient à se faire la malle.
15/20
« L’important ce n’est pas la destination, c’est le voyage ». Cet adage bien connu peut s’appliquer sans crainte à Labyrinth City qui offre une aventure colorée, enjouée et dépaysante qui fleure bon le voyage et l’envie d’évasion. Là où le bât blesse c’est en revanche dans les attentes légitimes d’une expérience labyrinthique qu’éveille le titre. En effet son gameplay nous contraignant à rester invariablement sur le chemin établi et à ne ressentir qu’en de rares occasions (plutôt en fin de titre) la joie d’être égaré, restreint l’intérêt légitime aux joueurs les plus jeunes, pour qui il constitue très certainement un des plus convaincants premiers contacts avec un jeu vidéo.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


PNCAST 35 ans de Zelda

Soutenez PN : achetez ces jeux !

15 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Le titre coloré et techniquement réussi de Labyrinth City mérite sa place dans votre ludothèque si vous appréciez les univers composés à la manière des livres pour enfants et si vous êtes en quête de sessions de jeu ultra calmes et reposantes. En revanche ne vous attendez pas à devoir sortir le calepin et le crayon pour dessiner les passages retors de cartes complexes, ici de labyrinthe il s’agit surtout de déambulation tranquille sur un chemin tout tracé, émaillées de surcroit de très fréquentes flèches pour vous guider. Le titre est en revanche une perle à proposer aux plus jeunes joueurs qui peuvent s’exercer à diriger pour la première fois un personnage au sein d’un environnement complexe et coloré. Dans ces conditions, la note retenue ici s’adresse surtout à cette catégorie de joueurs, avertissement fait.

Jouabilité
L’enfance de l’art, Pierre ne se déplace qu’en suivant le chemin, il suffit de le faire avancer tel un wagonnet avec le stick et d’interagir avec un seul bouton avec ce qui se présente à lui. Si on peut louer l’efficacité de la chose, on déplore, même pour des enfants, la frustration de devoir rester sur le chemin et de faire avancer un personnage qui manque de réalisme. Pourquoi également ne pas avoir prévu la possibilité de parcourir la carte du regard afin de faire un repérage des lieux ou même de pouvoir se téléporter au point de départ si on s’aperçoit que l’on arrive vers Monsieur X mais qu’il nous manque des collectibles ?
Durée de vie
Comptez entre 5 et 10 heures pour arriver au bout du jeu selon votre abnégation à chercher chacun des collectibles dans les tableaux, la difficulté très relative du titre n’arrivant que dans les derniers niveaux qui voient l’introduction de petits mécanismes mettant des bâtons dans les roues sur notre chemin très tranquille.
Graphismes
Une force du jeu, les graphismes brillent par leurs couleurs, leur fraicheur et un degré de minutie impressionnant. Chaque tableau propose un thème unique (ville, campagne, intérieur, extérieur, ambiance lumineuse ou plus sombre mais toujours joyeuse) sans fausse note. Les animations des personnages sont sympathiques et feront sourire les plus jeunes joueurs.
Son
Assez bons, les sons du titre accompagnent efficacement nos pérégrinations, certaines musiques retenant l’attention, le titre ayant la bonne idée de ne pas laisser un seul et même titre par tableau mais de proposer des variantes à chaque point d’étape franchi. Toutefois certains thèmes s’avèrent assez mous voire trop discrets, plutôt dommage.
Intérêt
Chers parents, foncez ! Vous avez là ce qui constitue une première expérience avec un jeu vidéo idéale pour vos apprentis joueurs. Maitriser la lecture serait quand même judicieux mais les plus jeunes apprécieront la découverte de paysages colorés et charmeurs. Les quelques défis plus inspirés des derniers niveaux leur demanderont sûrement un peu d’assistance. Chers adultes, tenez-vous le pour dit, n’optez pas pour le titre si vous êtes un mordu de labyrinthe et un as de l’orientation, vous risquez d’être frustré voire de sentir dans les premiers niveaux un ennui prononcé, ainsi qu’un certain agacement à cheminer sur ces chemins trop balisés.
Ergonomie
Le jeu brille par sa simplicité et sa clarté, sans pour autant jamais tomber dans le brouillon du point de vue des menus et de l’ergonomie générale. On regrettera peut-être que les très nombreux dialogues disponibles en interagissant avec la multitude de personnages et objets rencontrés sur le chemin soient éphémères et qu’on ne puisse pas les relire. Il faut en effet être attentif et si l’on songe aux plus jeunes joueurs, auquel le jeu est tout indiqué, peut-être auraient-ils envie de pouvoir disposer avec plus de souplesse de leur aventure. Par ailleurs, à choisir entre jeu docké ou mobile, on opte pour le mobile, Pierre étant un tantinet petit (mais bien visible en rouge des pieds à la tête) et le cheminement étant plus agréable à suivre de plus près.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Labyrinth City: Pierre the Maze Detective (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×