• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Chapeau Disponible sur Switch

Test de Chapeau (Switch)

Chapeau, le party-game : pour gagner, il faut porter le chapeau pour une fois !

Le principe peut sembler une blague mais ce jeu se veut surtout sans prise de tête (un comble) pour pouvoir jouer à plusieurs. Un ovni au niveau du scénario mais est-il vraiment fun manette en main pour lui tirer notre chapeau ?

Test
On peut se dire que l’équipe de SaltCastleStudio a dû phosphorer dur pour trouver un concept qui n’était pas déjà paru en jeu vidéo. Pourtant du côté chapeau, on est déjà bien servi entre Super Mario Odyssey et A Hat in Time. Ici, ce n’est pas un jeu d’aventure mais plutôt un party-game qui vous permettra de jouer jusqu’à quatre. On avoue que lorsque Xavier nous a proposé de tester ce jeu, on s’est demandé s’il n’avait pas un peu trop travaillé du chapeau. Mais après tout, on est prêt à tout tenter, même les titres les plus barrés sur le papier.
L’idée du jeu n’est pas difficile à comprendre, du moins dans son gameplay le plus régulier : on joue le rôle d’un couvre-chef et on doit atterrir sur la tête des passants vaquant à leurs occupations dans le niveau où se déroule chaque action de jeu, afin de marquer le plus de points.

Disponible depuis le 31 mars sur Steam et sur Nintendo Switch pour la modique somme de 14,99 € sur l'eShop Français (un party game coûte toujours plus cher qu’un jeu classique), nous allons pouvoir jouer de 1 jusqu’à 4 joueurs, les uns contre ou avec les autres, ou contre l’IA.

En cette période de confinement, pas de problème, on a du monde sous la main, cela permettra de voir si nos juniors ont été réceptifs au challenge.

Un monde coloré mais pas si varié

Chapeau coche les critères d’un party-game déjanté : un monde très coloré, propice pour des parties entre amis ou au sein de la famille le temps d’une soirée. Trois mini-jeux à se mettre sous la dent et un mode défi avec une vingtaine de défis mixant les trois mini-jeux. Le tout sur 7 cartes dont trois sont verrouillées au départ.

Il va donc falloir jouer un peu de votre côté avant le grand soir en réussissant les défis du mode défi pour déverrouiller l’intégralité du jeu et le rendre un peu plus intéressant à plusieurs. Base lunaire, carte rétro, Mozartsteg, Vieux Vienne (que l'on a dès le départ), Bregenz, la Forteresse.

Malgré tout, 7 cartes, cela fait bien peu et on sait déjà que le jeu ne restera pas très longtemps sur notre console sauf si le gameplay se montre fun. Alors ?

Premiers contacts : mi figue-mi raisin.

Les développeurs nous accompagnent dans la prise en main du logiciel. Un tutoriel nous présente les commandes et il est important de le suivre pour comprendre certaines subtilités et éviter de trop pester ensuite. Pour chaque mini-jeu, un mode "à vide" nous rappelle les objectifs et dans un décor blanc, on s'entraîne aussi longtemps que l'on souhaite, pour être prêt à relever le défi ensuite.

3 mini-jeux au compteur, pas assez mon cher.

Couleur en folie

On a cliqué au hasard et le premier jeu qui nous a été proposé est une sorte de course pour conquérir le plus vaste espace : « couleur en folie » (ou colorcraze dans les indications de réussites où le titre du mini-jeu n'a pas été traduit). Il suffit de rebondir sur la tête des humains et en les couvrant, ils prennent votre couleur. Un cercle représente par des camemberts le pourcentage d’humains tombés dans votre escarcelle, à vous d’en contrôler le plus possible.

Évidemment les autres joueurs (ou IA) ne vous font pas de cadeau et s’ils passent sur une tête qui vous appartenait, la tête passe sous leur contrôle. Un principe maintes fois vu dans les party-games, qui fonctionne toujours autant car vous allez vous battre pour conserver votre leadership et stresser les dernières secondes quand une fausse manip vous fait perdre du temps face à une remontada d’un concurrent adverse.

Qu’il soit joué en solo contre l’IA (pas mauvaise dans ce jeu) ou contre un autre joueur, c’est un mini-jeu qui marche toujours un petit moment.

Où est Wilhelm ?

On lance le second jeu, « Où est Wilhelm ? » et nous nous retrouvons à parcourir le plus vite possible dans la map pour retrouver le bon humain dont on voit la tête affichée comme objectif. On saute, on rebondit, on peste sur la prise en main pas si évidente que cela pour tomber pile poil sur le caillou de celui ou celle qu’il faut couvrir. Une fois que la cible a été trouvée et revêtue d’un chapeau, une nouvelle chasse commence avec une nouvelle tête à couvrir à découvrir dans la carte.

C’est donc à la fois un jeu de rapidité, de dextérité et d’observation, pas désagréable du tout même si le jeu en solo risque de n’accrocher que deux ou trois fois max. Il est clair que l’on se motivera davantage à y jouer avec d’autres véritables joueurs.
Le personnage que l'on recherche est bien visible avec toutes ces indications au-dessus de sa tête. Des flèches aident à nous orienter dans la bonne direction pour trouver ce fameux Wilhelm (qui pourra être une fille ou un garçon). Le défi nous enverra d'un extrémité à l'autre de la carte, il n'est pas toujours évident de trouver le moyen de grimper vers les plus hautes strates du premier coup.

Sol de lave

Dernier jeu, « Sol de lave », une course qui va vous donner des sueurs. En effet, votre but est de collecter le maximum de pièces dans un décor qui malheureusement est envahi par de la lave (et elle monte de plus en plus !). En vous posant sur la tête de chaque passant, vous récupérez les précieuses pièces mais certaines sont également accessibles, dissimulées dans le décor, souvent en hauteur.

Bref, vous l’avez deviné très vite, si vous touchez la lave, vous perdez des pièces, le gagnant est celui qui en conserve le plus à la fin du temps réglementaire. Sur ce jeu, la maîtrise de vos mouvements est donc particulièrement importante.
Ah oui, quand même, ils n'ont pas fait les choses à moitié avec la lave. Heureusement, elle grimpe suivant deux paliers de hauteur. Si vous sentez le grondement des vibrations HD, c'est que le volcan entre en éruption et qu'il faut se mettre aux abris !

Dans le feu de l’action, on a trouvé en revanche ce dernier jeu assez faible au niveau fun en solo. Le problème est l'anticipation au niveau de l'arrivée de la lave, qui va envahir votre ville telle Herculanum.

On peut dire que les développeurs ont vu parfois too much dans le sens où la lave atteint parfois des hauteurs assez importantes, ne vous laissant que quelques toitures comme refuge pendant plusieurs dizaines de secondes avant qu'elle ne redescende. On s'est fait avoir plusieurs fois, en pestant pour tenter certaines échappées et en se demandant pourquoi continuer à mettre en évidence des pièces jaunes clairement inaccessibles à ce moment.
Bon la pêche n'a pas été fameuse sur cette partie !

Chapi Chapo Patapo

Au niveau chapeau, c’est un peu le même problème qu’avec les cartes, il va falloir les déverrouiller pour obtenir une sélection qui plaira potentiellement à tout le monde : du haut-de forme, du chapeau impérial, du bonnet de bouffon, du tyrolien, du béret, des couronnes, on a différents skins pour chaque modèle, il y a donc du choix (enfin moins que Super Mario Odyssey).

Pour les débloquer, à nouveau il faut réussir des défis et des records. Au début, la sélection n’est clairement pas géniale et les trois premières parties nous ont fait l’impression d’une douche froide, d’autant qu’un petit détail nous a fait tiquer l’oreille : oh la jolie musique (essai 1), ah toujours la même musique (essai 2), bon il y a une autre musique dans le jeu (essai 3) ?
On l’aura compris, le contenu musical est très pauvre et il faudra se contenter d’une musique à la base pas mauvaise mais identique pendant toutes les parties. Cette musique nommée "Chanson de mon peuple" est typiquement music-hall période années 1920, qui sied bien à l'ambiance du jeu, pour vouloir donner ce petit côté festif.

On a tout de même envie de dire que pour 14,99 €, on aurait aimé un peu plus. Bref le spectre du Party-Game qui ne tient pas la route et qu’on tente de nous vendre assez cher commence à poindre devant nous, et pour votre serviteur, qui commence à cumuler des prises en main de party-games assez décevants dans la durée, le manque de motivation commence à plomber sérieusement l’envie de s’y investir. Les deux juniors s’y collant chacun de leur côté pour avoir un autre avis, qui se révèle au final aussi négatif, le jeu part en sommeil.

Soirée Chapeau : Chapo Chapi Patapi

Deux jours passent, et alors qu'on se demandait quoi faire, et on sort le jeu « du chapeau », en se disant qu’une petite partie à quatre sur grand écran pouvait peut-être nous le rendre plus intéressant. Joy-con ou manette pro en main, c’est parti. On est le bon nombre pour s’affronter en équipe.

Au niveau des contrôles, dans le feu de l’action, on ne compte plus les rebonds loupés ou partant dans tous les sens dans les deux premiers mini-jeux. Le jeu avec la lave étant beaucoup plus punitif, il va plus agacer que détendre et se retrouver assez vite sur la touche, si on ne voulait pas perdre des joueurs très vite.
Lorsqu’on joue à plusieurs, on peut donc opter pour la carte de jeu de son choix (d’où l’importance d’avoir tout débloqué avant) et on peut régler la durée de la partie (au maximum 5 minutes, c’est largement suffisant pour maintenir la concentration). Le mode défi mixe selon sa bonne volonté la durée des parties entre trois et cinq minutes. On l’a pratiqué, aimé ou subi suivant les cas, mais il est clair que pour une soirée, c’est le mode défi qui est à privilégier. Pour s’entraîner il faut mieux choisir le mini-jeu de son choix car dans chaque réunion, il y a toujours le mauvais perdant qui viendra râler en disant qu’on a eu de l’entraînement et pas lui.

Des besoins matériels plus que réduits

Bon point cependant, on peut jouer avec un seul Joy-Con, ce qui permet d'avoir assez facilement le matériel nécessaire pour y jouer jusqu'à quatre, la manette pro étant gérée. Les vibrations HD sont bien présentes, on réglera leur intensité, mais on ressent les chocs dans les mains quand on percute un adversaire ou lorsqu'on touche la lave.

Au niveau de l’affichage, l’écran est partagé entre les différents joueurs (4 joueurs humains ou vous et les 3 IA). Cela reste jouable ainsi sur l’écran de la console contre les IA, c’est déjà plus délicat console posée sur la table pour y jouer à plusieurs, il est clair que l’on privilégiera le jeu à plusieurs sur la télé.

Pas de véritable baisse de framerate à signaler lors de nos évolutions dans cet univers 3D mais une petite déception en ce qui concerne la finesse du graphisme. Ne connaissant pas le jeu à la base, on avait aperçu quelques images pour tenter de nous allécher et le rendu nous a paru moins joli que les visuels reçus, sûrement des captures écrans prises de la version PC. Chapeau est développé sous le moteur Unity.
En débloquant quelques options en sautant dans des cadeaux qui apparaissent régulièrement en certains points de chaque carte (sympa les jetpacks ou plus tard la comète) pour prendre un avantage sur les autres ou les gêner (le chien), cela apporte un petit plus. Pour s'en servir, on active la touche Y.

A nouveau, on conseille de passer par le tutoriel pour mieux en comprendre le potentiel. Les développeurs ont tenté d’apporter un peu de variété également en différenciant le style de jeu de chaque couvre-chef. Au bout d’une heure, pause et bilan.

Un OVNI qui tourne vite en rond

Chapeau est un ovni, barré sur son concept de départ, mais qui tourne en rond très vite. Son contenu un peu chiche, une seule musique, sept cartes mais surtout trois mini-jeux uniquement, tout cela fait que si on n’en bave pas des ronds de chapeau avec lui, on n’en reste pas moins assez peu motivé pour ressortir le couvert avec les mêmes joueurs.

Il est clair qu’au niveau de la cellule familiale, cela sera très dur de remotiver tout le monde pour une nouvelle soirée. Un écueil majeur car le jeu ne possède pas d'option de jeu en ligne pour pouvoir affronter d'autres joueurs. A moins d'avoir peu de titres dans sa logithèque, il est peu probable que les demandes de vos convives se tournent vers Chapeau.
Pourtant les développeurs ont bien tenté de nous proposer un certain challenge avec une vingtaine de défis, 31 réussites à réaliser, qui devraient plaire aux amateurs de challenge (on peut vous dire que celui de sauter sur au moins 200 têtes en une seule partie, ou de cumuler un total de 10 000 têtes n'est pas près d'être réussi).

Cependant, encore aurait-il fallu que le jeu soit suffisamment fun pour nous motiver à enchainer les parties pour atteindre ces objectifs au long court. Hélas, l'ambiance "festive" reste très artificielle et manque de peps et de fun, en particulier en solo.

Même à plusieurs, difficile de maintenir l'intérêt très longtemps à cause d'un challenge répétitif avec un versus décevant dans le temps. Même si on coopère entre nous pour tenter certaines réussites, au bout de quatre à cinq parties, on passera à autre chose.

Chapeau Nintendo Switch Announcement Trailer21/04/2020

Nous remercions l'éditeur SaltCastleStudio (et développeur du jeu, c'est la même société) pour nous avoir fait parvenir un code de ce jeu nous permettant de le découvrir. Pas de souci au niveau de l'interface, le jeu est en français. Prévoyez un espace de 1,28 Go pour le télécharger sur votre console.
12/20
En l’état à 14,99 €, le rendu fun/prix n’est clairement pas en sa faveur pour justifier un achat immédiat. En promotion ou dans le cadre d’un après-midi anniversaire (après la fin du confinement), pourquoi pas, même si au-delà de 11 ans, cela va être plus délicat de le faire prendre en main à des juniors. Il n’est en revanche pas si simple dans sa prise en main, en-dessous de 8 ans, il risque d’y avoir des déçus. Pour les adultes, lors d’une découverte, pourquoi pas même si Chapeau a peu de chance de retenir les esprits très longtemps.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

12 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Avec son concept qui tient sur un post-it, Chapeau ne peut rivaliser sur la durée avec les ténors du genre, Super Mario Party en tête. Mais le temps d’une soirée ou par petites touches pour débloquer les dernières cartes et l’ensemble des chapeaux, pourquoi pas. La proposition ludique reste malheureusement un poil trop répétitive pour pouvoir se démarquer et en faire un achat obligatoire.

Jouabilité
On saute, on rebondit, si le gameplay est facile d'accès, il n'est pas toujours évident de doser ses mouvements pour atterrir pile poil sur la tête de l'humain visé. Le jeu se déguste avec modération et on vous encourage à passer un petit moment sur le tutoriel pour mieux appréhender certaines manipulations, sinon vous risquez de vraiment passer à côté du jeu dès la première partie.
Durée de vie
On lui met la moyenne avec un bémol cependant car tout dépendra de votre motivation. Les développeurs ont apporté de nombreux défis et succès à compléter qui lui donnent une rejouabilité importante pour compléter à 100% le titre. Cependant la répétitivité du concept autour de 3 mini-jeux et le peu de cartes à débloquer lui confère une durée de vie assez brève pour une grande partie des joueurs, qui ne verront en lui qu'un titre occasionnel. Contrairement à d'autres party-game plus conséquents en épreuves mais pas fun pour un sou, Chapeau a tout de même le mérite de proposer quelque chose de pas désagréable, à défaut d'être vraiment savoureux. L'envie de débloquer les divers couvre-chefs s'étiole assez vite, on se motive surtout pour débloquer en priorité toutes les cartes.
Graphismes
Petite déception à ce niveau, c'est coloré mais la définition n'est pas folle. Sur un concept aussi court, on aurait aimé un graphisme qui décoiffe un peu plus.
Son
La musique est bien mais elle est unique. Pour le reste, les bruitages sont quelconques. Un petit patch avec une musique différente par mini-jeux serait tout de même la base.
Intérêt
On y a joué, on lui a donné sa chance par deux fois et il est passé dans les mains de plusieurs personnes. Mais il faut reconnaître qu'il manque vraiment de peps et de fun pour nous donner l'envie d'enchaîner les parties. On est très loin du fun d'un Mario Party, d'un Nintendo Land.
Ergonomie
Est-ce le stress à cause du timing réduit ? Plusieurs fois on a pesté face à des rebonds un peu trop longs qui nous faisaient dépasser notre cible. On aurait souhaité plus de réactivité et on se demande bien comment faire pour enchainer les 200 têtes en une partie !

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Chapeau (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×