News

L'ancien CEO de Sony parle du CD-ROM SNES PlayStation annulé

On s'en souvient, Sony a travaillé plusieurs années avant de se lancer sur le marché des consoles sur une SNES PlayStation, un add-on de la console classique de Nintendo, lui permettant de lire des disques. Mais le projet a capoté.

News
Dans une nouvelle interview réalisée par Dwango Co., Ltd., un groupe de télécommunications et de médias basé au Japon et dirigé par Nobuo Kawakami, nous retrouvons Shigeo Maruyama, autrefois PDG de Sony Music Entertainment et ancien président de Sony Computer Entertainment.
Lors de cet entretien, l'ancien président est revenu sur la situation qui a entouré la SNES Playstation et a évoqué la personnalité de Ken Kutaragi, le père des PlayStation, qui le premier a lancé le projet en voyant le potentiel du jeu vidéo en regardant sa fille jouer avec sa Famicom alors que les cadres de Sony ne voyaient pas le monde du jeu vidéo comme un marché rentable. Kuaragi conçut ainsi le Sony SPC700, un circuit intégré 8 bits d'une qualité sonore extraordinaire pour l'époque pour la Super Nintendo, combiné avec un DSP, qui permettait de produire des sons stéréo échantillonnés à 32 kHz.

Alors que Nintendo souhaitait ajouter à sa Super Famicom un support CD, elle se tourna vers Sony, inventeur de ce support avec Philips et Kutaragi persuada les cadres de Sony de participer au projet de lecteur CD avec Nintendo, avec l'appui du Président Norio Ohga. Malgré l'échec du projet, les bases de travail permirent à Kutaragi de créer la console PlayStation, avec le succès qu'on connaît aujourd'hui. Kutaragi fut le PDG de Sony Computer Entertainment de 1997 à 2007.

Pour la suite de l'interview, il est intéressant de savoir que la société Dwango fournit Niconico, un site populaire de partage de vidéos japonaises que nous présentons régulièrement dans nos colonnes.
Kawakami : Il est dit que la PlayStation était en réalité un appareil dédié Nintendo.
Maruyama : Eh bien, ce n'est pas tout à fait vrai. Ken Kutaragi était à l'origine responsable de la puce sonore sur la SNES avant de travailler sur la PlayStation. Sony fournissait juste des composants, avec Kutaragi en charge de la production.
Cependant, il était un défenseur acharné pour poursuivre le support de CD-ROM au-dessus des cartouches. Il est ensuite venu avec l'idée d'installer / relier un lecteur de CD-ROM au sommet de la SNES, et d'utiliser le matériel de base pour lancer des disques au lieu des ROMS de masque (MROM). [NDLR : les premières ROM étaient fabriquées à l'aide d'un procédé inscrivant directement les données binaires dans une plaque de silicium grâce à un masque. Ce procédé est maintenant obsolète. L'avantage de ce type de périphérique de stockage utilisé par les systèmes informatiques était que la mémoire non volatile ne pouvait pas être écrasée par accident et que cette technologie était bon marché pour produire en masse.]
Kawakami : Comment ? Tout ce qu'il a fait était de faire un lecteur de CD-ROM externe pour le SNES ?
Maruyama : Oui, c'est tout ce qu'il a fait. Mais son idée n'a pas réellement pris. En fait, il a essayé de m'impliquer aussi, mais j'étais juste comme « Oh, vraiment ? ».
Mais Nintendo voulait s'en tenir au MROM pour les jeux. Les CD-ROM peuvent prendre 10-15 secondes pour charger, après tout. Ils ne pensaient probablement pas que les utilisateurs voudraient attendre aussi longtemps. Mais Kutaragi ne lâchait pas ses arguments, et finalement Nintendo lui a dit : « D'accord. Nous ne pensons pas que ce sera un succès, mais vous pouvez faire votre CD-ROM chose. »
Ils lui ont dit : « Vous ne pouvez rien faire concernant les MROM, mais vous pouvez travailler sur ce que vous voulez impliquant des CD-ROM », puis il a développé un lecteur de CD-ROM qui pouvait être inséré dans la prise de la cartouche. Mais il fallait encore du logiciel. Il a dû trouver quelque chose d'intéressant à mettre sur les CD, et c'est alors qu'il est venu vers moi [pour aider].
Kawakami : Donc, pour récapituler, On a dit à Kutaragi « Vous êtes autorisé à faire un lecteur de CD-ROM pour le SNES », et puis il est venu vers vous pour vous dire « Pouvez-vous nous faire un logiciel pour elle ? » Hum, je ne vois pas ce que cette chose a à voir avec la PlayStation.
Maruyama : Eh bien, ça n'avait pas encore eu lieu (rires). Donc, le président de NoA de l'époque, M. Arakawa*, qui se trouvait à Seattle, l'a probablement considéré comme un gros problème. Il aurait censément averti le QG japonais encore et encore que s'ils laissaient Kutaragi faire ce qu'il voulait, il pourrait reprendre toute la compagnie.
* Minoru Arakawa : Né en 1946. Il a été le président de Nintendo of America (NoA) depuis sa fondation en 1980 jusqu'en 2002. Il est le gendre de l'ancien président de Nintendo, Hiroshi Yamauchi.

Kawakami : Je vois. Si cela ne vous dérange pas, pourriez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ? C'était à peu près au même moment que Nintendo s'est concentré sur le jeu comme son activité principale, et il y a une spéculation indiquant que Sony envisageait de prendre le monopole de tous les énormes marchés hormis le jeu. En d'autres termes, Nintendo aurait pu percevoir la poussée de Sony pour le format de CD-ROM comme une tentative de reprendre la musique et la distribution de films pour l'ensemble des plates-formes. En réalité, ce marché a fini par avoir plus de potentiel caché que l'industrie du jeu vidéo.
Maruyama : De quoi parlez-vous ? Il n'y avait pas de spéculation du tout, nous leur avons explicitement dit que nous allions nous concentrer sur tout, sauf les jeux vidéo, et ils ont dit « C'est bien ! » ! (rires)
Kawakami : Quuooiii !
Maruyama : En fait, la seule raison pour laquelle je me suis impliqué dans cela, c'était parce que je voulais produire un système de karaoké à domicile. Puisque la SNES est toujours connectéé à votre téléviseur, tout ce que vous avez à faire est de cliquer sur la chose et bam, vous avez un karaoké à la maison. À l'époque, nous n'avions toujours pas de karaoké à la demande*.
*Karaoké à la demande : une boîte de karaoké qui peut accéder à la musique karaoké à partir d'un serveur dédié en utilisant des lignes téléphoniques ou leur propre réseau dédié.
Mais je ne savais pas ce qui se passait à l'époque. Yamauchi* peut avoir décidé que « les CD-ROM ont du potentiel ». Je peux voir comment Nintendo aurait pu se sentir mal à l'aise en raison du comportement agressif de Kutaragi.
*Hiroshi Yamauchi : Né en 1927. Le troisième chef d'entreprise de sa famille, Yamauchi Fusajiro Shoten, qu'il a transformée en une entreprise mondiale de jeux vidéo.

Kawakami : Ouais, je suppose. (rires)
Maruyama : Mais juste avant l'annonce, Nintendo a mis un frein sur elle. Kutaragi, le directeur de Sony et le directeur des relations publiques, et le non-encore-président M. [Nobuyuki] Idei étaient venus à Kyoto. Mais alors qu'ils étaient en pré-réunion pour la conférence, ils ont été soudainement averti : « Non, la conférence est annulée ».
Kawakami : Mais ils étaient sous contrat tout le temps.
Maruyama : Bien sûr.
Kawakami : Hmmmmm.
Maruyama : Ouais... Mais il doit y avoir plus que ça, non ? Il est facile de dire que Sony était 100% la victime, et Nintendo 100% le malfaiteur.
Kawakami : Oui, c'est exact.
Maruyama : En fait, c'est l'histoire que la compagnie nous a donnée pendant que je travaillais là-bas. C'est un vrai mystère pourquoi Sony n'a jamais déposé de poursuite contre eux.
Kawakami : Absolument.
Maruyama : J'ai l'impression que quelque chose se passait dans les coulisses. Après tout, il devait y avoir une raison pour que Sony ne puisse pas aller en justice contre eux. Mais à l'époque, j'étais juste un producteur de logiciels, donc je ne comprenais pas tout ce qui se passait. En fait, mon équipe a jeté une tonne d'argent dans le projet. Je me souviens avoir pensé : « Si j'avais ce genre d'argent à dépenser sur les artistes en devenir... les fils de p**** ! »
Kawakami : Donc, vous diriez à vos collègues : « C'est la faute de Nintendo. »
Maruyama : Ouais, assez fort pour que tout le monde entende.
Maruyama / Kawakami : (rires)
Maruyama : Maintenant, c'est là que l'histoire commence vraiment. Kutaragi a mis tout cela en mouvement pour une raison quelconque.
Kawakami : Que voulez-vous dire ?
Maruyama : Le chef de Nintendo, M. Yamauchi, et le chef de Sony, M. Ohga, ont tous deux approuvé le projet à l'origine. Mais ça s'est effondré à la fin.
Kutaragi avait commencé à susciter des problèmes dans l'entreprise. Il s'est même approché de M. Ohga et a dit « Le très respectueux président de Sony Norio Ohga a donné son approbation [au projet] et celui-ci a été mis sur la touche sans aucune raison. Si vous reculez maintenant, comment ferez-vous pour maintenir votre honneur ? ». Et M. Ohga a répondu : « Vous avez raison. Cela nous a fait honte... »
Maruyama / Kawakami : (rires)
Kawakami : Vous dites donc que nous ne savons toujours pas exactement ce qui s'est passé, mais nous savons que Kutaragi a profité de la situation.
Maruyama : C'est exact.
Kawakami : Pourtant, il est normal que l'entreprise soit en colère.
Maruyama : Eh bien, vous avez raison. Mais permettez-moi de revenir au sujet précédent. Si vous pensez que tout ce que nous faisions était juste de faire un lecteur de CD-ROM externe, c'était juste une goutte dans la mer (rire amer).
Kawakami : En effet.
Même en tenant compte de leurs entreprises de logiciels, Sony n'a pas considéré cela comme une grosse affaire...?
Maruyama : C'était beaucoup d'argent pour Sony Music Entertainment, mais pour l'ensemble de Sony, c'était un changement de poche. Kutaragi a discuté de manière belliqueuse des redevances réalisées à partir des puces sonores, en disant : « J'ai fait cet argent, alors laissez-moi l'utiliser à ma propre discrétion. » Je suppose donc que le budget était seulement environ 2-3 milliards de yens. [NDLR : pour information, les ventes de Sony durant l'exercice 1991 ont totalisé 3 617 milliards de yens.]
Kawakami : Hum. Ce n'est certainement pas beaucoup, compte tenu de la portée d'une entreprise aussi grande que Sony.
Maruyama : Et le lecteur de CD-ROM était juste cette petite chose que vous coincez sur le dessus de la SNES. C'est comme si nous étions juste à louer un bureau au lieu de nous construire un gratte-ciel entier, puis à la dernière minute, ils nous ont simplement expulsé. Bien sûr que cela craint mais cela devait être la fin du projet.
Au lieu de cela, Kutaragi a réussi à tourner l'histoire autour, en disant : « Comment osent-ils ! Nous allons juste construire un gratte-ciel encore plus grand à côté d'eux (Nintendo). » Mais vraiment, les deux choses n'ont rien à voir l'un avec l'autre.
Kawakami : Cela ressemble à beaucoup de bêtises (rires). Kutaragi a mis en avant les événements bien plus qu'ils ne l'étaient en réalité, en essayant d'utiliser la situation pour favoriser ses propres ambitions.
Maruyama : C'est comme ça que je le vois. Il était vraiment un fou (rires). Pourtant, je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé avec Nintendo.
Kawakami : Mais Kutaragi sait ce qui s'est réellement passé.
Maruyama : C'est sûr. Je suis sûr que Kutaragi sait la vérité.
Source : NintendoEverything

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

JakeLonergan
Très bon article.

PS: Il manque un "t" à "Kutaragi" (l. 16)
sebiorg
Merci, c'est corrigé ;)

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×