• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Chocobo GP Disponible sur Switch

Test de Chocobo GP (Switch)

Test de Chocobo GP : le Fortnite des Mario Kart like ?

Craquer pour Chocobo GP quand un certain Mario Kart 8 Deluxe est en passe de tout emporter sur son passage c’est faire preuve de résistance ? Ayez le porte-monnaie bien accroché dans ce cas !

Test
En cette année anniversaire des 35 ans de la série Final Fantasy, Square Enix décide de remettre le couvert de son jeu de course mettant en scène les Chocobo et autres comparses à plumes (ou sans). Après une première mouture il y a un peu plus de vingt ans sur PlayStation 1, il revient dans un nouveau jeu exclusif cette fois à la Nintendo Switch. Sortir Chocobo GP en cette période n’a rien d’anodin et semble en effet relever d’un coup de poker tant l’éclairage est en passe de se porter de nouveau sur Mario Kart 8 Deluxe prêt à accueillir un flot de nouveaux circuits à travers une série de DLC. Est ce que l’expérience karting à la sauce Final Fantasy se révèle convaincante pour échapper à l’ombre du mastodonte de Nintendo ? Pas sûr, à moins que vous aimiez passer à la caisse.

Une réussite graphique et un casting large et diversifié

La première chose qui saute aux yeux en lançant le jeu c’est indéniablement le soin apporté aux graphismes. L’explosion des couleurs est spectaculaire. Les menus comme les circuits accrochent tout de suite l’œil et ravissent les joueurs en mal de jeux de plus en plus nombreux sombres, mornes et ternes. Rien de cela avec Chocobo GP et ses musiques enjouées, certaines empruntées aux épisodes canoniques des Final Fantasy et d’autres spécialement conçues pour cet épisode, la fête est de mise !
Impossible de s’endormir avec ce contenu à l’esthétique accrocheuse, ce ne sont d’ailleurs pas les quelques petits temps de chargement fréquents mais courts qui viennent gâcher la fête. Le jeu est un plaisir à lancer et à faire tourner.

Que serait un jeu de course sans un roster de personnages étoffé, généreux et diversifié ? Sur ce plan Square Enix a mis les petits plats dans les grands. Ce sont plus de vingt personnages qui sont proposés aux joueurs. Tous issus de l’univers Final Fantasy au sens large, on retrouve à la fois les Chocobo traditionnels mais également des personnages propres à la série principale.
Chaque personnage dispose de ses capacités propres et d’un véhicule spécial. Les sensations sont variées, selon la vitesse, l’adhérence, l’accélération et le dérapage. Ajoutez à cela des personnalisations cosmétiques mais aussi une déclinaison du véhicule selon trois variantes qui permettent de trouver aisément chaussure à son pied, si tant est que vous ayez pris les options correspondantes, ce qui est loin d’être gagné, nous reviendrons sur ce point.

Des sensations de conduite en-deçà mais un arsenal offensif reluisant

Et sur le bitume est-ce une affaire qui marche ? La question est délicate à trancher. On voit en effet que Square Enix entend s’attirer les faveurs d’un public jeune avec une conduite rapide et peu exigeante, des véhicules à la physique approximative et surtout une panoplie d’options en jeu qui permettent de compenser une tenue de route médiocre.

Concrètement la formule rappelle d’assez près l’expérience Mario Kart avec des circuits en trois tours, des super démarrages au départ, un système de dérapage, une possibilité d’accompagner le petit saut d’un tremplin d’une pirouette dans les airs pour bénéficier d’un boost à l’atterrissage et surtout de gadgets en tous genres pour embêter ses adversaires.
C’est sur ce dernier point d’ailleurs que le jeu se démarque le plus de la licence de Nintendo. En effet ne comptez pas seulement sur des bonus disséminés sur la course à ramasser et à utiliser dans la foulée. Il faut compter sur un système plus élaboré, peut-être même trop tant il occupe d’importance dans le classement final des courses.

Des bonus sont dispersés sur les circuits sous forme d’œufs magilithes, bronze, argent ou or, qui permettent de récupérer plus ou moins d'effets d’un coup. Ces bonus magilithes renvoient chacun à un élément et permettent d’utiliser des capacités essentiellement offensives ou des assistances pour remonter le peloton. On retrouve ainsi une attaque enflammée qui carbonise son adversaire, une attaque de glace qui le pétrifie quelques instants, une tornade pour le dérouter ou encore une flaque d’eau qui fait office de flaque d’huile.
Les bonus sont cumulables trois fois, soit qu’il s’agisse de trois différents auquel cas on se concocte un petit stock ravageur, soit que deux, voire les trois, soient identiques et alors la puissance du bonus grandit. La petite boule de feu devient ainsi une météorite visant le personnage devant et lui tombant dessus après quelques secondes (attention pour le lanceur de ne pas être trop près pour ne pas subir un retour de flammes peu sympathique).

Autres items à ramasser sur les circuits : les cristaux. Ceux-ci sont très utiles car ils s’accumulent et remplissent petit à petit une jauge qui une fois pleine libère notre capacité spéciale. Cette aptitude est propre à chaque personnage et constitue un critère de choix au moment de choisir qui incarner. Il s’agit d’attaques souvent très utiles et très puissantes, qui permettent pour certains de prendre de la vitesse et coiffer ses adversaires sur le poteau ou bien d’user d'attaques redoutables. Vraiment un plaisir à utiliser !
Toutefois, le trop est l’ennemi du bien, aussi se retrouve-t-on vite submergé par toutes ces options au point que le jeu en devienne souvent cacophonique et que la course tienne plus d’une foire d’empoigne que d’un défi de vitesse. Pire, la surabondance de ces objets et aptitudes finit par annihiler le plaisir (relatif) de la conduite et rend les résultats bien souvent aléatoires car sujets à un acharnement de la part des autres personnages nous réduisant à une misérable huitième place alors que tout s’était bien déroulé avant ou bien au contraire, cela nous permet de remonter inopinément en tête sans avoir pratiquement à faire d’effort.

Évidemment les plus jeunes apprécieront sans doute ces aptitudes magiques qui offrent le goût de la victoire à coups de pouvoirs bien placés, pourtant on émet quelques doutes sur la réelle accessibilité du jeu pour le public moins âgé.
En effet au-delà des objets très présents en jeu, il faut également compter avec des circuits parsemés de pièges en tous genres, de passages quelques fois retors et surtout, d’une durée de course minuscule.

A-t-on déjà vu plus court que des circuits en trois tours où chaque tour ne dure même pas une vingtaine de secondes ? Loin d’être anodin, ce cas de figure se présente souvent en jeu, laissant une impression de manque et surtout d’immédiateté qui ne plairont pas à tous les joueurs.

Un contenu généreux qui ne brille en revanche pas pour son modèle économique indécent

Si le jeu plaide pour une abondance de contenus offensifs sur la piste, il n’est pas en reste dans son contenu global hors des courses, même si un gros bémol doit être fait.

Commençons par les menus. À côté des traditionnelles courses contre la montre, avec possibilité de se mesurer à des fantômes enregistrés mais également les fantômes des meilleurs joueurs du monde ayant enregistré les leurs, on retrouve un mode grand prix classique où l’on s’affronte en solo ou en duo en écran splitté sur quatre courses qui s’enchainent. Du très classique mais généreux car les coupes sont nombreuses, autant que d’épisodes de Final Fantasy.
On trouve par ailleurs un mode multijoueur permettant de jouer en local et en écran splitté à deux ou bien jusqu’à huit en ligne ou en multijoueur local avec chaque joueur possédant sa console mais pas obligatoirement une copie du jeu. En effet a possession de la version démo du jeu, baptisée Chocobo GP Lite, suffit.

Cette version démo offre un accès, outre ce multijoueur local, au prologue du mode histoire mais également à la nouveauté la plus originale du titre, les grands prix en ligne à 64 joueurs !
Un mot sur le mode histoire original pour un jeu de la sorte qui nous permet d’intégrer un à un les nombreux personnages du roster ainsi que les magies magilithes. Ce sont une petite dizaine de chapitres qui s’enchainent, proposant des phases de dialogues entre les personnalités hautes en couleurs des protagonistes autour d’une grande compétition et des courses avec des défis offrant des récompenses utiles en boutique.

Agréable à faire, disponible en deux modes de vitesse (débutant et maître), l'histoire risque néanmoins de proposer un certain niveau de difficulté pour les plus jeunes joueurs tant les courses peuvent s’avérer mal ficelées et c’est justement un problème quand le ton adopté dans l’écriture de l’histoire est résolument enfantin. Les personnages sont en effet de petits plaisantins assez gentillets taillés pour séduire les plus jeunes.
Le fameux mode GP Chocobo sur lequel le trailer de présentation du jeu capitalisait beaucoup constitue le morceau de chef de ce jeu. Uniquement accessible en ligne, ce mode permet en effet de voir s’affronter au cours de quatre phases 64 joueurs avec un système de matchs éliminatoires. Lors de courses à 8 joueurs, seuls les quatre meilleurs sont sélectionnés et peuvent continuer la compétition jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que 8 à s’affronter.
On aime l’idée originale, on apprécie le fait de trouver rapidement des adversaires de niveaux assez équilibrés depuis les moins bons aux plus redoutables, même si là encore, quoi de plus frustrant de se voir éliminer à cause d’un déferlement d’attaques fusant de toute part.

Participer à ces grands prix est réellement au cœur de l’expérience du jeu car c’est en accumulant les participations que l’on est en mesure de gonfler les quantités de collectibles que propose le jeu, à savoir des tickets, des pièces d’or et une jauge de progression. Cette dernière fonctionne sur le principe d’un système de leveling et de paliers qui devrait parler aux amateurs du jeu Fortnite.
Le jeu d’Epic Game est manifestement passé par là car Square Enix a repris purement et simplement l’expérience du Battle Royal, avec une progression de niveau en niveau où des récompenses se débloquent lors du franchissement de certains paliers.

Comme Fortnite, Chocobo GP se dote également d’un pass spécial permettant d’accéder à une seconde progression bien plus généreuse en récompenses, avec des gains importants de collectibles à chaque niveau mais aussi des bonus spéciaux.
Ce système s’accompagne d’une boutique très fournie qui permet de dépenser tous les objets collectés. Chaque monnaie permet d’accéder à des récompenses variées permettant de personnaliser son expérience.

Depuis les fonds d’écran pour la page d’accueil du jeu, en passant par de nouveaux personnages, d’autres versions des véhicules, des packs de couleurs, des musiques mais aussi des costumes pour déguiser ses personnages, ce sont mille et un bonus à débloquer et ce malgré des compteurs de monnaie pourtant bien maigres quand vous lancez le jeu et même après une dizaine d’heures de jeu.
C’est en effet un grand manque de considération de la part du studio qui propose ni plus ni moins qu’un produit qualifiable de jeu en kit avec ces récompenses accessibles seulement au prix d’un temps colossal passé à jouer et pire, pour les récompenses seulement accessibles via les cristaux de mithril, seulement engrangeables via des achats en réel dans le Nintendo Eshop.
Avec un prix de base de 49,99€, on s’insurge devant une pratique assez peu élégante. Elle encourage au moment de choisir son personnage de le personnaliser mais qui dans les faits n’offre que des moyens bancals d’y parvenir. Il faut soit passer un temps très important à accumuler des défis quotidiens et hebdomadaires en participant à des dizaines et des dizaines de tournois à 64, soit progresser rapidement dans les paliers via les achats grâce au mithril (seulement accessible via de l’argent réel).
13/20
Après cette note peu flatteuse du fait d’un système économique assez déplorable, surtout compte tenu du prix de base du jeu, retenons cependant que Chocobo GP propose une expérience colorée et fun. Elle emploie un système d’attaques lors des courses rarement aussi poussé, ne réduisant pas le titre à un énième Mario Kart like sans saveur. Pour autant, le titre constitue-t-il un indispensable convaincant sur le marché ? Il vous satisfera si vous appréciez retrouver des figures marquantes de la licence Final Fantasy, si vous raffolez de cette expérience, parfois injuste, des courses « à 64 joueurs » et si vous vous sentez prêts à passer de longues heures pour accomplir les défis quotidiens, hebdomadaires et à enchainer les GP Chocobo à 64.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Le tout dernier PNCAST

PNCAST : Nintendo Direct, Splatoon 3

Soutenez PN : achetez ces jeux !

13 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Une expérience de karting très ludique, bien plus basée sur des courses teintées de combats acharnés à coup d’objets et de capacités qui fusent de toute part que sur une conduite pointue et des circuits dantesques. On apprécie la générosité des modes de jeu proposés, la possibilité de profiter du titre à deux en écran splitté, le mode démo qui permet jusqu’à 8 joueurs de s’affronter en local avec chacun leur Switch et la bonne idée des compétitions à 64. En revanche on déplore totalement le système de pass à la Fortnite qui est acceptable dans un jeu gratuit mais qui relève du scandale quand un titre est vendu au prix fort de 49,99€.

Jouabilité
Avoir fait le choix d’axer les courses sur les capacités et les objets était audacieux. On apprécie l’originalité d’attaques variées et esthétiquement réussies. En revanche une lassitude s’installe quand on comprend que la réussite d’une course se résume beaucoup à la chance d’avoir eu les objets qui faisaient mouche et surtout d’être passé entre les attaques de ses adversaires. Les sensations en conduite sont correctes mais on retrouve des personnages qui réagissent de manière assez proche, avec des circuits peu optimisés où certains passages sont périlleux. Les courses en trois tours en moins de 50 secondes au total on n’est pas fan également.
Durée de vie
Finir le mode histoire et venir à bout de toutes les coupes, aussi courtes les courses puissent-elles être, demandera quand même plusieurs heures. Comptez la petite dizaine d’heures s’il vous faut vous y reprendre à quelques reprises, faute de chance. En revanche si votre objectif est de faire grimper à chaque saison vos paliers afin d’obtenir toutes les récompenses sans débourser un euro supplémentaire, bon courage. C’est le genre de durée de vie dont on se serait passé. En revanche le titre a du potentiel pour être sorti occasionnellement avec des amis, pour peu que ceux-ci se prennent au jeu des armes abondantes.
Graphismes
Une belle réussite sur le plan des graphismes tant le jeu s’avère fluide, joli et coloré. Les personnages sont bien animés, les circuits resplendissants pour certains et les attaques assez spectaculaires à déclencher.
Son
Entièrement doublé en anglais, l’équipe nombreuse derrière a visiblement pris beaucoup de plaisir à doubler des personnages très enjoués. Les thèmes sont bons et accompagnent avec entrain des courses des plus combattives. On a également bien aimé les thèmes chantés, notamment celui de l’écran titre qui parlera aux afficionados de Jpop enjouée.
Intérêt
Le jeu mériterait toute votre attention si vous cherchez une expérience de course légère, propre à plaire aux plus jeunes joueurs avec un univers enchanteur et des personnages à la pelle possédant chacun leur capacité spéciale. Toutefois l’équilibre bancal en course et surtout le système économique du jeu qui demande d’effectuer des achats réels, en plus des 49,99€ de base pour accélérer la progression des paliers et accéder à certaines récompenses spéciales (cosmétiques) laisse un goût amer.
Multijoueur
L’écran splitté fonctionne bien, on est un poil déçu de ne voir cette opportunité limitée seulement à deux joueurs. L’expérience en ligne à 64 est des plus originales ! Elle semble visiblement attirer les joueurs car les parties se lancent assez rapidement et s’enchainent, pour peu que vous gagniez, sans trop de temps mort. Attention toutefois, les 64 joueurs ne sont bien sûr pas sélectionnés comme dans un vrai championnat, en effet être sélectionné dans les 4 meilleurs d’une demi-finale ne signifie pas en finale que vous serez avec les trois autres joueurs sélectionnés avec vous. Peut-être techniquement compliqué à mettre en œuvre, cela entache toutefois un tantinet le côté championnat.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Chocobo GP (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×