• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Sisters Royale: Five Sisters Under Fire Disponible sur Switch

Test de Sisters Royale: Five Sisters Under Fire (Switch)

Sisters Royale: Five Sisters Under Fire, douze ans après Castle of Shikigami III sur Wii

Un nouveau Shmup enfin localisé pour l'Occident provenant d'une partie de l'équipe à qui nous devons les gloires du manic Shooter Castle of Shikigami, cela se fête ! Mais la Switch a désormais une collection assez riche dans le genre, ces cinq sœurs auront-elles suffisamment de sex-appeal pour nous séduire ? Verdict après deux petits jours de prise en main.

Test
Quand 5 sœurs tournent autour d’un seul homme, ça craint ! Rien de péjoratif dans ce commentaire mais l’indication du sous-titre japonais en effet beaucoup plus raccord avec le sens de ce jeu inspiré de la série Castle of Shikigami. Beaucoup d’espoirs donc pour ce titre d’Alfa System édité par Chorus Worldwide Games après douze années d’attente. On a pris cela en main et on est très loin d’être totalement convaincu.

Une histoire au raz des pâquerettes

On pourrait se demander si le scénario a été écrit sous acide, mais on peut dire que les scénaristes ont eu la main lourde en poncifs d’adolescents pré-pubères : qu’est-ce qu’un rencard, comment le réussir, comment être une fille populaire……de quoi amuser un temps avant d’en devenir pleinement ridicule.

On le sait, le monde du Shmup est rarement synonyme de scénario cérébral, mais là franchement on tombe tellement bas que cela en devient insupportable. Donc n’hésitez pas à passer les scènes de longs dialogues ineptes (en particulier en choisissant la benjamine), vous ne manquerez rien, d’autant que les développeurs ne recourent qu’à la même illustration pour chaque personnage, quelle que soit l’action et les sentiments évoqués dans les dialogues, soit le strict minimum d’un effort de développement particulièrement paresseux à ce niveau.

Concrètement quelle camelote essaie-t-on de nous placer ?

Cinq sœurs nommées Sonay, Selma, Ece, Nur et Lale, qui n’ont aucun point commun physique et au niveau du caractère, sont dotées de pouvoirs importants. Si au moins elles mettaient ce pouvoir au service de leur entourage pour affronter différents sorciers et notamment le démon Saytan, le peuple de Pultima serait heureux.

Mais elles ne font que se crêper le chignon au grand désespoir de la population (c’est tout de même écrit noir sur blanc dans le texte explicatif défilant à l’écran, qui plombe tout de suite notre motivation pour le jeu).

Finalement, elles se réunissent un jour pour se battre pour l’affection d’un jeune ange célibataire tout beau, nommé Yashin, un bellâtre à la recherche du sens de sa vie. On verra que sous son aspect inconsistant, il possède un autre versant un poil plus croustillant.
Le pitch du jeu est donc simple, vous avez le choix de partir au combat en prenant l’une sœurs, chacune ayant une caractéristique de combat particulière, vous allez devoir affronter et vaincre chacune de vos sœurs, ainsi que votre propre conscience, puis affronter le bellâtre et son secret. Si vous gagnez, le bellâtre vous épouse ! Youpi !

Après avoir joué ces derniers jours à la compilation de Psikyo et à Sega Ages Final Fantasy (et en parallèle à Final Fantasy XII et Witcher 3), ce scénario particulièrement bas de gamme au niveau de son enjeu m’a totalement laissé de marbre. Enfin pas totalement, nous nous sommes même demandés si on ne se moquait pas des consommateurs.

On laissera donc de côté le scénario et la motivation du jeu digne d’un Razzie Awards pour se tourner vers le gameplay et voir si effectivement ce shmup a quelque chose dans le ventre de consistant et de fun.

Un manic shooter où l’on court à pied.

Étrangement, votre personnage passe son temps à courir au sol alors qu’on aurait pu penser à des phases plus aériennes. C’est particulier mais cela passe. Trois niveaux de difficultés, le titre est très accessible et peut être une bonne entrée en la matière pour des joueurs néophytes voulant tâter du shoot’em up avec des tirs remplissant tout l’espace jouable.

Il y a effectivement une très grande profusion de tirs à l’écran, mais toujours avec un couloir de dégagement, ce qui veut dire qu’on arrive sans trop de peine à toucher son adversaire sans se prendre la moindre blessure : c’est vrai en mode facile et normal, par contre le mode difficile est effectivement plus difficile (et c'est heureux pour les amateurs).
C'est l'heure de l'apéricube !

Quel que soit le personnage, vous allez donc affronter vos autres sœurs en deux temps : vous parcourez un niveau reprenant les caractéristiques de chacune (niveau glace, niveau feu, avec quelques contraintes techniques telle la surface glissante du monde de glace qui peut parfois vous contrariez lorsque vous visez votre adversaire, des ventilateurs qui vous ralentissent ou vous poussent sur le côté, du combat dans des zones pas toujours très éclairées contre Lale par exemple).

Après une première phase à affronter du menu fretin entrecoupé d'un boss intermédiaire géométrique cubique, voici votre sœur en face de vous, à vaincre en deux rounds. Chaque victoire vous apporte un semblant de discussion mais surtout vous expédie vers la sœur suivante.
Hum, des ennemis sortant de l'obscurité ! Joli challenge en mode hard !

Du bon et du très décevant

Le décevant, c’est la trop grande facilité du titre. Mon fils de 11 ans a terminé l’ensemble des combats avec un seul personnage en 20 minutes avant de voir le mot fin à l’écran lors de sa première partie. Certes, c’était en mode facile, mais tout de même, en particulier au regard de son affiliation avec la franchise Castle of Shikigami, qui a été une référence de challenge au niveau des manic shooters !

Les gamers passeront donc ce mode facile pour se concentrer sur une expérience normale ou difficile, avec quelques paramétrages dans rubrique option, Maniac, pour renforcer encore plus la difficulté. Mais quelque soit la difficulté choisi, chaque niveau est court.
Techniquement, Sisters Royale est tout à fait convenable sans être beau. On peut y jouer normalement avec un écran assez réduit depuis l’écran de votre Switch, plus agréable sur la télé, ou en mode verticale, une configuration décidément géniale exclusive à la Switch.

Les commandes répondent parfaitement sous les doigts, on se déplace facilement dans le décor entre les tirs sans le moindre risque d’input lag, c’est donc une réalisation sans faille, nous n'avons noté aucun ralentissement à l'écran. Mais c’est vrai qu’au niveau graphisme, hormis les belles illustrations figées des personnages, ce n’est pas renversant et hyper travaillé.



Pour un titre de 2020, on ne peut qu’être déçu, en comparaison avec un titre comme Dragon Blaze de Psikyo, qui n’a pas à rougir au niveau qualité graphique alors qu’il date de 2000. Castle of Shikigami III sur Wii lui est bien supérieur, on se dit qu’avoir attendu douze années pour obtenir aussi peu, cela ne valait pas la peine, Sisters Royales étant disponible depuis de nombreux mois sur l’eShop japonais mais jusqu’à présent uniquement en japonais.

Un gameplay qui varie en fonction de la sœur sélectionnée

Au niveau de l'action, nous avons trois possibilités pour tirer, en maintenant votre pression sur chaque bouton : le tir principal avec la touche A qui selon votre personnage sera plus ou moins rapide, allant droit devant ou s'orientant vers votre cible.

La touche B pour invoquer un rayon destructeur ou vous octroyez deux unités tournoyantes autour de vous ou pour absorber les tirs ennemis.

Enfin la touche Y largue la bombe qui fait le grand nettoyage à l'écran, ennemis et tirs adverses compris, une attaque Shikigami de forme différente selon la sœur employée. Une commande qui vous sauvera la vie durant certains passages difficiles. Un petit tutorial textuel vous explique les subtilités du gameplay, on aurait aimé avoir une visualisation en direct de l'effet obtenu.
Chaque sœur tire de manière différente, apportant donc une variation bienvenue au niveau du gameplay pour en maîtriser au mieux certaines subtilités, et le jeu vous pousse au scoring en prenant des risques. En effet, plus vous vous approchez de votre cible, plus vous marquez de points tout en vous exposant davantage au mitraillage ennemi.

On appelle cela le STB (ou Système Tension Bonus) qui vous octroie coefficient multiplicateur et récompenses de pièces en nombre en fonction de la distance vous séparant de vos ennemis, ainsi que de leurs attaques (une prise de risque intéressante lorsque vous engagez un ennemi secondaire alors qu’un florilège de tirs fonce sur vous à quelques centimètres à l’écran).
A noter en bonus, si vous multipliez votre score de manière efficace sur un temps réduit, vous pourrez parfois découvrir des fées cachées dans le décor. On a bien aperçu quelques choses de différents un moment en pleine action, mais difficile d’en profiter.

L’action reste cependant toujours lisible, ce qui est un vrai plus dans un titre de ce genre. Comme on peut le constater, une fois mis de côté la présentation burlesque de nos filles, on se retrouve avec un shmup bien plus qualificatif que la purge que l'on craignait initialement.

On ne s’est tout de même pas bien foulé

Cinq gameplay avec de réelles différences, une difficulté assez séduisante en mode difficile, un mode vertical, ce n’est donc pas si mal pour ce Sisters Royale: Five Sisters Under Fire. Mais encore aurait-il fallu que les développeurs fassent quelques efforts pour l’enrobage.

On ne reviendra pas sur le scénario débile où l’on comprend que le seul feu qui anime les sœurs est celui de leurs premiers émois (tout en restant suffisamment suggestif pour rester sur un PEGI 7 avec une sexualisation des personnages pas trop prononcée), mais on aurait pu espérer décor plus spectaculaire, un caractère design plus travaillé des ennemis, quelques fulgurances lors du combat contre le vil méchant du jeu. C’est un peu trop répétitif en la matière et cela manque de pep’s, malgré les couleurs.
Même la musique ne retient pas vraiment notre attention malgré ses airs festifs et légèrement jazzy ou pop selon le cas (la BO est disponible en téléchargement sur Amazon si cela vous chante).

Le jeu reste désespérément solitaire (mais c’est l’histoire qui veut cela) donc un titre que l’on ne pourra même pas partager en coop avec un ami. Et rappelons qu’hormis la réussite finale où vous pourrez admirer votre personnage en tenue de mariée, tout le reste du jeu se résume à afficher la même illustration du personnage. C’est franchement peu. Ok le jeu tient une place poids plume de 503 Mo sur l’eShop, mais on pourra logiquement se demander l’intérêt d’une édition physique.
En effet les allemands de Strictly Limited Games ont annoncé la disponibilité d’une édition physique via leur site à compter du 23 février 2020 (ouverture des précommandes pour ce jeu), sous forme deux deux éditions : une standard et une collector dont le tarif n'est pas encore connu, auquel il faut en général ajouter les frais d’envois de 6,49 €. Est-ce que pour la bouffonnerie du scénario, cela vaut le coup de dépenser autant pour un titre qui n’apporte rien de nouveau au genre et reste relativement médiocre par certains aspects ? On vous laisse faire votre propre choix. Même en étant fan de shmups, pour nous c’est non.
Sisters Royale: Five Sisters Under Fire est disponible autrement sur l’eShop de votre Switch depuis le 30 janvier 2020 au prix de 12,99 €. Actuellement un DLC est également disponible pour 2,50 €, apportant le personnage supplémentaire d'ODE, une mystérieuse sorcière qui apporte son petit scénario privé, ses propres attaques, et la possibilité de monter sur son balai. On remercie l’éditeur de nous avoir fait parvenir un code du jeu pour effectuer ce test et on apprécie la localisation du jeu qui permet de le découvrir en anglais, en espagnol et en français au niveau des textes malgré des dialogues très bas de gamme.

Sisters Royale: Five Sisters Under Fire (シスターズロワイヤル)| Alfa System, Chorus Worldwide Games02/02/2020

13/20
Sisters Royale : Five Sisters Under Fire ne se démarque pas vraiment des titres du genre pour en faire un incontournable à cause d’un design graphique et sonore trop succinct et un scénario totalement lourdingue. Mais il reste très jouable malgré l’accumulation des tirs et se montre intéressant dans sa gestion de prise de risque pour récompenser le joueur. Cependant, il manque clairement d’envergure pour les amateurs qui espéraient un titre du niveau de Castle of Shikigami III que l’on a connu sur Wii et était un des rares Shmups de ce genre sur la console. Sur Switch, ce n’est pas le cas, on a bien mieux dans la logithèque. Si le cœur vous en dit, lors d’une promo, pourquoi pas.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

13 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Bien loin de son ancêtre sur Wii, Sisters Royale laisse le goût d'un certain gâchis ou du moins d'une paresse dans le background qui risque de faire fuir de nombreux joueurs lors de sa prise de contact. Il faut vraiment prendre sur soi, si on n'est pas averti un minimum, pour détecter une certaine richesse de gameplay, avec la variation apportée par les 5 sœurs. Cependant, cela reste un peu léger pour boxer désormais dans les ténors de la catégorie et au tarif demandé, on passe notre chemin. En promotion, en passant tous les dialogues et cinématiques, cela passe pour un honnête moment.

Jouabilité
Le titre est très jouable et accessible. Le niveau difficile est le seul réellement pertinent pour les amateurs avec des réglages pour corser encore plus l'action. Très bon point, la possibilité d'y jouer verticalement sur sa Switch. Le titre profite du côté nomade de la console, un vrai plus par rapport aux autres portages et la qualité technique de l'animation est sans faille.
Durée de vie
C'est à ce niveau que cela coince pour nous car chaque partie avec une des filles est tout de même court (moins de 20 minutes). Tout se joue donc au niveau du score : réussir le meilleur score, enchainer la multiplication des points, débloquer tous les bonus cachés et réussir à avoir la meilleure lettre en ranking. C'est ce niveau compétitif qui plaira au fan pur et dure. Mais autrement, le jeu risque de vous passer complètement par-dessus la tête et se montrer bien trop frustre pour vous donner envie de recommencer une fois que vous aurez testé une fois chacun des héroïnes. Oubliez en revanche complètement l'histoire, qui dessert ce jeu. Cliquez off dans le menu option en face de Story Play.
Graphismes
Une belle illustration par fille comme on peut en voir des tonnes sur des jeux mobiles, c'est trop léger. Graphiquement, c'est correct mais on préférait la variété Castle of Shikigami III sur Wii. Donc on ne peut que regretter un univers bien paresseux.
Son
Des mélodies variées pour nous accompagner mais nous n'avons été réceptifs à aucune en particulier. Peut-être le prix de la déception par rapport à un titre où l'on espérait bien mieux.
Intérêt
Les filles sont jolies mais c'est d'un niais ! Heureusement que l'on peut court-circuiter tout cela même s'il faudra tout de même accepter le final. Le titre n'en reste pas moins un manic shooter tout à fait acceptable.
Ergonomie
Impeccable, et on adore pouvoir y jouer en mode vertical pour se donner l’illusion d'un plein écran.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Sisters Royale: Five Sisters Under Fire (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×