• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

DarkSiders III Disponible sur Switch

Test de DarkSiders III (Switch)

Rétro-test de Darksiders 3 : une sœur qui n’a pas froid aux yeux

Après deux volets qui avaient mis en avant deux cavaliers, Guerre (pour le premier opus) et Mort (pour le second), c’est au tour de la sœur Fury de prendre en main son destin. Et on peut dire que la belle a du caractère également.

Test
Darksiders III est édité par THQ Nordic et développé par Gunfire Games. Sorti 6 ans après le second opus très apprécié par les fans, l’annonce d’un personnage féminin maniant le fouet avait un peu déstabilisé le public, d’autant que ce n’est plus Vigil Games aux manettes suite à la faillite de THQ en 2013. Disons que lorsqu’on creuse un peu, Gunfire Games, a été fondé en 2014 par l'ancien cofondateur de Vigil Games, David L. Adams, qui comporte en son sein d'anciens membres du studio. Même s’il y a du sang neuf (et on le voit en plusieurs points), on reste avec un ADN d’origine globalement préservé. On s’attendait à poursuivre l’aventure du premier opus et finalement c’est une aventure parallèle et simultanée qui nous attend, puisque Fury se voit confier une mission au moment où Guerre est en train de se faire condamner pour ses actes présentés dans le prologue du premier opus.

Une main de fer pour rétablir l’équilibre ébranlé par Guerre

Alors que Guerre est hors-jeu et entravé, que Mort et Discorde ont disparu, le Conseil Ardent se tourne alors avec le quatrième cavalier, l’impétueuse sœur Fury, qui n’attendait que cela. Sa mission sera de retrouver et capturer les sept péchés capitaux présents sur Terre et qui projettent de lancer une apocalypse d’envergure. En les stoppant, elle pourra alors rétablir l’équilibre déchu et voir sa puissance reconnue, c’est du moins ce que lui annonce le Conseil Ardent. A la manière du premier opus, Fury doit se coltiner une guetteuse, une entité fantomatique, dont le rôle prendra de l'importance.
Globalement, on reste séduit par la narration et les points de passage obligés de cette quête initiatique de notre guerrière, ainsi que par les cinématiques. Fury pourrait être très bien copine avec Bayonetta, elles sont toutes les deux rentre-dedans et à l’humour corrosif. Et vivre avec trois frères a dû la marquer car il a fallu qu’elle s’affirme au maximum pour se faire respecter. Mais le personnage gagne en charisme en découvrant peu à peu ses failles, en commençant à changer son regard sur ce qui l’entoure. Un traitement plus intimiste intéressant tout en conservant une bonne grosse dose de violence et d’action.

Changement de gameplay, plus nerveux et lorgnant vers le metroidvania

On se lance donc de missions en missions en avançant dans les divers décors d’un monde unique à la metroidvania, où de multiples de routes seront disponibles à condition d’effectuer auparavant certaines actions pour les ouvrir. C’est une différence majeure de ce 3e opus par rapport au second qui proposait un monde plus ouvert, nous aurons beaucoup plus de labyrinthe, de boyaux à parcourir, tout en admirant régulièrement quelques belles visions d’un décor apocalyptique, un monde où les humains ont été grandement balayés.

Premier problème technique, il manque clairement une carte pour se repérer correctement dans ce dédale, la petite boussole est loin d’être suffisante, ne vous étonnez pas parfois de tâtonner quelque peu avant de repérer l’embranchement que vous auriez manqué.

Vous allez donc rapidement tomber sur la première entité symbolisant ces fameux péchés, la première étant une pure formalité pour servir à se familiariser avec les commandes du jeu et le nouveau potentiel d’armement de notre cavalière. Car si elle n’a pas les muscles de ses frères, la belle a un mental d’acier, une envie de montrer ce qu’elle vaut, une grande agilité et surtout elle sait diablement manipuler son fouet-grappin pour lacérer ses adversaires et bondir dans tous les sens.
C’est d’ailleurs une première différence que l’on ressent immédiatement dans le gameplay des combats, il faut bondir très souvent et rarement rester mobile. Pas toujours simple quand il faut gérer les coups, les parades et ne pas se louper au niveau de la plateforme avant de devoir recommencer en cas de chute. Si le premier péché, l’Envie ne vous posera pas de grands problèmes à surmonter, vaincre les autres sera autre chose. La difficulté du titre est nettement plus relevée et même si nous pouvons opter dans les menus pour les 4 classiques réglages de difficulté, vous allez vite vous apercevoir que le mode normal n’est pas évident.

A nouveau, les explications de commandes apparaissent progressivement à l’écran pour vous laisser le temps de les mémoriser mais surtout vous dire à quel moment il va falloir apprendre à vous en servir. Y pour après un saut effectuer une attaque aérienne, B pour sauter et à nouveau B quand vous êtes en l’air pour prolonger votre saut. L+R pour lancer une attaque de courroux, en ayant votre jauge de courroux pleine. ZL : on locke un ennemi

Mais le plus important, c’est de réaliser une esquive parfaite en appuyant sur la touche R, à la manière de Bayonetta. En esquivant au dernier moment avant de vous faire frapper, vous allez noter un léger ralentissement du temps, vous permettant de frapper avec plus de force (on double facilement les points d’impact). La maîtrise de l’esquive vous sera particulièrement utile face à quelques gaillards costauds mais surtout lorsque vous aurez beaucoup d’ennemis autour de vous pour faire place nette rapidement.

Votre attaque ultime est cependant la forme Chaos de Fury, où son tempérament de feu devient clairement visible à l’écran. Semblant devenir une torche vivante ailée, ce mode vous place dans une invulnérabilité temporaire d’une quinzaine de seconde et gare à ceux qui se trouve face à vous. Pour ce mode, il faut enclencher L+ZR quand la jauge le permet.

Des combats qui prennent de plus en plus de saveur dans le temps.

Fury outre son fouet va acquérir quatre autres pouvoirs (ou forces) supplémentaires au cours de sa quête qui a chaque fois lui apporteront de nouvelles armes secondaires ou de nouvelles aptitudes au combat. Entre marcher sous l’eau, glacer des objets, léviter, s’agripper à certaines parois ou obtenir le saut propulsé dans les airs, ces nouveaux pouvoirs et capacités de déplacement modifient sérieusement la manière d’appréhender l’action. Et obtenir un bon gros marteau ou des doubles chaines, cela fait de l’effet à l’écran, dotant que de notre cavalière émane un bel halo bleu violacé, ne particulier au niveau de la chevelure. Lorsque les quatre pouvoirs sont en votre possession et que vous pouvez pleinement jongler de l’un à l’autre, on obtient une technicité jubilatoire et le meilleur moment du titre.
Alors que les combats des deux premiers opus étaient un peu lourds à cause des muscles et des armes bien pesantes des frérots, Darksiders 3 se montre beaucoup plus rapide et technique, ce qui crée une petite difficulté d’adaptation au départ avant de devenir beaucoup plus jouissif par la suite. Si vous foncez tête baissée, c’est la mort assurée même avec des adversaires mineurs. Prenez donc le temps d’observer les mouvements de votre ennemi pour comprendre l’organisation des patterns, anticiper ces futures actions et le frapper au bon moment. Ruse et observation sont donc exigés dans ce troisième épisode et franchement….c’est du tout bon. Si vous avez du mal à vous faire à ce nouveau gameplay, entrez dans les options pour revenir au système classique des deux premiers opus. Ce serait un peu dommage mais on apprécie la démarche de nous laisser le choix.

On progresse, on progresse avec nos soutiens

Les anciennes connaissances sont de retour, en particulier deux personnes très utiles pour améliorer votre progression ou renforcer votre armement. Le premier d’entre eux est notre Fondateur Ulthane, le forgeron surnommé Marteau Noir, une vieille connaissance pour qui à jouer aux deux premiers opus. Il est le gardien protecteur des derniers humains qui ont trouvé refuge auprès de lui et avec son équipe, il vous sauvera la mise. Vous allez pouvoir auprès de lui upgrader vos armes ainsi que les sceaux que vous pouvez appliquer sur chacun d’eux. N’hésitez pas à accepter de lui envoyer d’autres humains à préserver, vous pourrez recevoir un petit talisman.
Nous avons également ce coquin de Vulgrim, pour nous permettre de grimper en niveau et développer peu à peu nos compétences de base, notre force, notre magie et notre santé. Il est toujours avide d’âmes que vous allez récupérer à l’issue de chacun de vos combats gagnants et vous apportera quelques cristaux de soins toujours intéressants.
Vous avez quelques nœuds scénaristiques où vous allez devoir parfois choisir le camp dans lequel vous allez combattre. La question se posera notamment lorsque votre route va croiser le Seigneur des Abysses, un ancien membre du Conseil Ardent. C’est avec lui que vous allez comprendre que votre lutte contre les Pêchés va modifier votre vision du monde et que vous allez avoir la confirmation de ce que l’on avait deviné dans les grandes lignes sur ce qui s’était réellement passé à l’origine du premier opus et qui sont vraiment les responsables du chaos actuel. Fury va devoir poursuivre son combat et d’affronter ceux à l’origine de tout, la route est longue et manette en main, certains passages seront clairement retors avant d’atteindre la fin de votre quête. Une bonne quinzaine d’heures si vous voulez découvrir l’ensemble des embranchements et réaliser les quêtes annexes apportées par les deux DLC, intégrés dans cette édition Switch.
Les DLC sont un peu décevants car leur apport reste globalement du cosmétique. Si les défis sont importants, on apprécié surtout de pouvoir décrocher de nombreuses armures toutes plus intéressantes que les autres. En revanche cela ne développe pas vraiment plus l’histoire, on aurait aimé prolonger l’aventure ou beaucoup plus approfondir le jeu. Mais visuellement, certaines armures valent le coup d’œil, vous pourrez donc massacrer avec style et mannequinat à la clé.

Quelle est la qualité du portage de cette version Switch ?

On craignait beaucoup et pourtant c’est une agréable surprise. Reconnaissons qu’il a fallu quelques patchs pour corriger divers bugs du titre et qu’il reste encore quelques saccades lors de certains passages d’un lieu à un autre dans des espaces semi-ouverts. Mais globalement c’est plus que bien, avec une bonne fluidité d’ensemble. Rarement en-dessous de 25 fps, on ne doit pas avoir une vitesse capée à 30 car on sent certains passages beaucoup plus fluides que d’autres.
Au niveau de sa réalisation technique, avec son level-design à la manière d’un metroidvania, on trouve que l’on passe un peu trop de temps à faire des allers-retours dans de nombreux environnements assez sombres. Certes, s’ils participent à la tension de l’action, ils évitent cependant de réellement s’extasier, avec néanmoins quelques bons moments comme la ville traversée par un arbre immense que vous alez découvrir assez vite dans les débuts. Une profondeur de champ plus limité donc qui est salutaire pour ce portage Switch de qualité. Car ne pouvant pas rivaliser totalement avec les autres plateformes au niveau fluidité et rapidité d’action, la Switch arrive tout de même à bien s’en sortir car elle travaille un peu moins sur l’affichage des décors.
Comme souvent sur Switch, ce sont les effets de lumière qui trinquent et passent à la trappe. Ce portage de Darksiders 3 n’échappe malheureusement pas à cette règle d’optimisation, l’armure de notre guerrière a perdu ses reflets et paraît plus terne. On garde cependant les ombres au sol mais on ne peut nier que certaines textures ont été assez simplifiées. Au niveau des décors, plusieurs éléments ont sauté par rapport à l’édition PC, cela se voit même au niveau des cinématiques du début avec de l’herbe en moins. Mais pour le reste, c’est tout à fait correct et ce n’est que si vous avez la possibilité de lancer un comparatif PC / Switch que vous noterez rapidement ce qui a disparu, entre profondeur de champs, éclairage et éléments du décor. On notera cependant des effets pas toujours très réussi sur la chevelure de Fury, faisait un peu masse mal dégrossie parfois alors qu’on se souvient d’un aspect plus soyeux normalement. Mais si on se concentre uniquement sur son jeu Switch, on ne se rend pas vraiment compte de ces manques et on se lance dans l’aventure.

Quel intérêt aujourd’hui ?

Alors que le titre avait été quelque peu boudé lors de sa sortie en 2018 car sa modélisation graphique un peu old shool ne le plaçait pas déjà au niveau des grosses sorties de l’époque, rejouer à Darksider III sur Switch est un bon moyen de corriger le tir en rendant justice à la variété des environnements du jeu et surtout à cette envie de tout explorer (avec récompenses à la clé) et la nervosité du gameplay. Au final, votre serviteur qui avait bien aimé le premier opus à la fois sur Wii U et sur Switch, et un peu moins le second (uniquement sur Wii U), trouve ce troisième opus plus satisfaisant au niveau de l’action. DarkSiders Genesis abandonnait cette représentation 3D Action pour se tourner vers un gameplay à la Diablo II, pas désagréable du tout sans toutefois égaler le hit de Blizzard.
Tout n’est pas parfait cependant car il manque un petit côté épique à la quête Fury. On se met à rêver d’un quatrième opus autour de Discorde, reprenant le gameplay plus nerveux de Fury et le côté épopée de Guerre et Mort. Un bon petit mix pour parachever l’œuvre d’une franchise qui a cherché à explorer différents aspects sans arriver à en faire une synthèse parfaite.

Darksiders III - Nintendo Switch Release Trailer14/03/2022

16/20
On avait entendu pas mal de choses médiocres autour de ce Darksiders 3 et finalement nous avons reçu un très bon titre. Il lui manque une dose d'épopée pour rivaliser avec les grands moments des deux premiers opus mais il se rattrape par son gameplay nerveux qui progresse pour devenir vraiment de grande qualité. Plus difficile dès le départ face au moindre ennemi, ce n'est clairement pas par cette épisode qu'il faut commencer la franchise Darksiders. On regrette juste que sa construction proche d'un metroidvania nous impose quelques allers-retours et errances pour débloquer certains passages, faute de carte et que la plupart des décors manque de pêche visuelle. Mais on garde quelques beaux moments. Un bon titre au portage très soigné sur Switch.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

16 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Un bon opus, plus intimiste et plus technique au niveau des combats. Il n'a pas la même flamboyance au niveau de son épopée et les boss sont un peu moins mémorable, mais Darksiders III est un très bon titre qui a bénéficié d'un titre très soigné sur Switch. On apprécie de pouvoir y jouer sur notre console sans avoir besoin d'une connexion internet permanente ou de l'avoir sous format Cloud. Il y a du challenge dans ce titre, surtout si vous voulez y jouer en mode cauchemar et on apprécie les efforts de localisation, y compris au niveau de la voix.

Jouabilité
Pas simple de sauter dans tous les sens et se défaire de certains adversaires. Il va falloir beaucoup observer les patterns et apprendre à esquiver.
Durée de vie
Une quinzaine d'heures en tenant compte des deux DLC intégrés au jeu. C'est très honnête et on se laisse facilement gagner par l'histoire avec l'envie d'en découvrir plus. La rejouabilité n'est pas mauvaise, car vous pourrez essayer de refaire quelques variantes en changeant certains de vos choix au cours du jeu.
Graphismes
Moins beau que sur les autres plateformes mais il tourne très bien sur Switch, y compris en version nomade. On perd des éléments de décors, des détails dans la modélisation de la chevelure, des effets de lumière, mais cela passe bien malgré tout. On saluera la qualité du portage.
Son
Une bonne ambiance qui accompagne l'action mais moins mémorable que les deux précédents opus.
Intérêt
Notre troisième cavalier met du cœur à l'ouvrage et on obtient certaines réponses par rapport à la quête de Guerre. On attend désormais le grand dénouement, avec Discorde ou toute la fratrie pour obtenir un titre mixant le meilleur de chaque opus.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu DarkSiders III (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×