• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Devil May Cry 3 Special Edition Disponible sur Switch

Test de Devil May Cry 3 Special Edition (Switch)

Test de Devil May Cry 3 Special Edition : Dante se met à la Switch

Capcom continue de ressortir toutes ses gloires sur la console de Nintendo. Après un Devil May Cry premier du nom plutôt bien portée, et un second épisode qui n’a suscité que peu d’intérêt, voici venir le troisième épisode, l’un des préférés des fans. Servi sous sa Special Edition et avec quelques ajouts inédits à la Switch, Devil May Cry 3 a-t-il gardé toute sa superbe ?

Test
Devil May Cry 3 est sorti il y a déjà 15 ans sur Playstation 2, avant de ressortir un an plus tard en Special Edition. Cette version corrigée et enrichie permettait d’incarner Virgil, de s’essayer au mode maintenant classique du Bloody Palace, d’accélérer le jeu de 20%, d’accéder au mode dorée permettant de continuer après une mort et de se faciliter quelque peu l’aventure. Evidemment, toutes ces fonctionnalités se retrouvent dans cette version Switch, qui ajoute elle la possibilité de changer d’arme et de style à la volée, mais aussi de jouer à deux au mode Bloody Palace. Nous nous attarderons surtout sur la qualité et l'intérêt du portage dans ce test.

Jeune Dante voit grand

Devil May Cry 3 est un prequel au premier épisode, auquel il fait de nombreux clins d’œil, aussi bien dans sa mise en scène que ses dialogues, quand ce n'est pas carrément dans une portion de niveau.

Dante y est donc plus jeune et plus fougueux, et c’est aussi une facilité scénaristique pour y débuter avec un Dante sans tous ses pouvoirs. Notre héros s’oppose à son frère Virgil qui souhaite rouvrir la porte du monde des démons et récupérer les pouvoirs de leur père Sparda. Dante ne sera pas seul dans sa quête et rencontrera assez rapidement Lady, une jeune chasseuse de démons.
L’ambiance de ce DMC 3 est donc différentes des deux premiers opus avec ses personnages jeunes. L'ambiance est un peu plus rock’n roll et l’irrévérence permanente de Dante fera sourire. On a personnellement trouvé son charisme moins grand, mais cela est compensé par des cinématiques transpirant la bad-assitude par tous les pores. Bref, ne vous y trompez pas si vous ne connaissez pas cet opus, on est dans l’ambiance Devil May Cry malgré ce rajeunissement et on y prend un réel plaisir... Une fois le premier run bouclé !
Car DMC 3 se veut bien moins accessible que le premier épisode. Si son gameplay est plus profond et complexe – on y reviendra – c'est surtout sa difficulté qui risque de faire grincer des dents. Dès son premier boss, le jeu exige de son joueur une grande maîtrise de son gameplay.

Le choc est dur, et si cela avait su plaire à son époque, pas sûr que cela soit encore le cas en 2020. Le jeu ne se laisse pas facilement approcher, et si ce n’est pas forcément un défaut, il faut bien intégrer la chose avant de se lancer dans l’aventure. Les moins téméraires auront la possibilité d’activer le mode facile et de profiter du mode “dorée” pour se faciliter la tâche, mais même avec ça, il faudra s’accrocher au départ.
Ce sera bien la seule façon de profiter de son gameplay complexe permettant de jongler entre 4 styles de combats et un large choix d’armes. C’est là que la version Switch va pousser la chose encore plus loin, permettant pour la première fois de changer de style à la volée via la croix directionnelle.

On pourra donc alterner à volonté entre le style Sword Master tourné, comme son nom l’indique, vers le maniement de l’épée, le Trickster, permettant d’esquiver les attaques ennemies, Royal Guard offrant la possibilité de parer les attaques et enfin le style Gunslinger permettant de débloquer plus de techniques d’armes à feu.

Chaque style permet de lancer un mouvement spécial, assigné sur Switch au bouton A. Si on vous conseillera le Trickster pour votre premier run, il y aura évidemment des avantages à exploiter dans chaque style.
La fameuse transformation de Dante en démon est évidemment toujours de la partie, et il suffira d’appuyer sur la touche R pour déclencher le fameux Devil Trigger. Petit regret là aussi, ce pouvoir survient un peu plus tard dans l’aventure comparé au premier épisode.

C'est un choix qui se justifie plutôt bien avec le scénario, mais cela occasionne un retard dans la sensation de toute puissance que l'on attend d'un DMC. Le début de l'aventure paraît donc un peu mou et longuet, même si s’accélérera bien vite.
Le gros défaut du titre reste certainement sa caméra qui aura tendance à ne pas montrer ce qu'on aimerait voir. Mal placée dans les passages d'exploration et occasionnant régulièrement des soucis d'appréciation de distance, elle se montre aussi handicapante lors des combats.

On est souvent frappé par un ennemi qui surgit de derrière son champ d'affichage (et donc de vision), ne laissant que trop peu de temps pour réagir. On apprendra à jouer à l'oreille, mais c'est un défaut qu'on aurait tout de même aimé voir corriger.
Vous l’aurez compris au travers de ces lignes, votre serviteur a une préférence pour le premier épisode, au déroulé et à la construction plus organique, bien que résolument plus viellot.

Devil May Cry 3 est plus haché, un effet peut-être dû à la perte de l’influence de la saga Resident Evil. Cependant, cela n’a pas que de mauvais effets, et cet épisode se rapproche bien plus d’un Bayonetta. Là où le premier opus reste finalement assez limité dans ses combats, Devil May Cry 3 pavait la route au beat them up survolté et virevoltant.

Une version Switch entre tradition et modernité

Techniquement parlant, ce portage sur Switch passe juste la barre de la moyenne. Si la plupart des menu sont restés en 4:3, les développeurs ont appliqué un petit lifting à l’image pour éviter que tout cela soit flou et désagréable à l’œil. Mieux encore, les écrans dédiés à cette version Switch gardent le style de l'ensemble et semble ainsi avoir été réalisés à l’époque de la PS2. Un petit effort sympathique, même si on aurait évidemment préféré que le tout soit refait de A à Z pour être affiché en 16:9.
Le même constat peut être fait sur les cinématiques, tantôt en 16:9 quand elles sont réalisées à partir du moteur du jeu, et en 4:3 ou en cinémascope lorsqu’elles sont tirées de vidéos précalculées réalisées à l'époque. On comprend parfaitement les limitations qui forcent à ce choix, mais cela fait tout de même un peu tâche.

Vendue au prix fort sur Switch, cette version aurait mérité une refonte complète, ou au moins de ces écrans de menus et de didacticiels. Ce manque de finition contribue à donner un aspect daté au titre, et c'est vraiment regrettable.
Fort heureusement, le jeu se montre fluide en toute circonstance, et c’est encore là le principal pour un jeu aussi nerveux que Devil May Cry 3. Graphiquement parlant en revanche, le jeu est identique aux versions proposées depuis les compilations PS3, donc un poil plus beau que la version d’origine. C'est peu mais suffisant, surtout en mode portable.

On vous déconseillera par contre cette façon de jouer, la prise en main des Joy-Con se montrant particulièrement désagréable. Rien ne remplacera donc un bon pad filaire pour jouer dans de bonnes conditions, mais une fois sur la TV, on voit davantage le manque de finition de ce portage.
Ces déceptions sont néanmoins compensées par les ajouts spécifiques à cette version concoctée pour la console de Nintendo. Le fait de pouvoir changer d’armes à la volée (et non pas juste switcher entre deux) mais surtout de pouvoir changer de style au beau milieu d’un combo donne une nouvelle dimension au titre. Cela ne bouleverse pas totalement l'expérience, mais c’est un plus indéniable.

Il en va de même pour le mode deux joueurs du Bloody Palace, dispensable mais toujours sympa. Seul problème, il vous faudra trouver un compère maîtrisant bien le titre pour pouvoir réellement en profiter et cela ne court pas les rues quinze années après la sortie du titre.
14/20
Devil May Cry 3 Special Edition sur Switch est donc un portage en demi-teinte. Si le jeu est un classique indéniable de l’ère 128 bits, sa ressortie en 2020 a quelque chose de moins évident que son premier volet. Peut-être parce que le jeu est à la croisée des époques, et qu’on peut donc lui trouver un équivalent plus rétro dans le premier opus ou plus agréable à jouer comme les deux Bayonetta sortis eux-aussi sur Switch. Nous vous y trompez donc pas, Devil May Cry 3 est donc un très bon jeu mais en 2020, on réservera plutôt le jeu aux mordus de Beat Them Up qui n’ont plus rien à se mettre sous la dent.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

KiraYoshikage
J'attends un portage du 4, pour moi le meilleur DMC
Gorn
KiraYoshikage a écrit:J'attends un portage du 4, pour moi le meilleur DMC


La même ! dès le portage du premier, j'attend celui du 4.

Soutenez PN : achetez ces jeux !

14 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Devil May Cry 3 Special Edition sur Switch reste, en dépit de ses ajouts sympathiques, un jeu dispensable. Le titre accuse son âge sans réellement proposer ce petit quelque chose de spécial qui rallumera la petite flamme des joueurs nostalgiques, à moins bien sûr d’être un afficionados du jeu d’origine. Ces derniers auront droit à ce qui semble être la meilleure version du jeu sortie à ce jour, bien qu’aucun des petits ajouts ne viendra vraiment justifier de payer le prix fort. Un petit plaisir qu’on s’offrira de préférence en promotion, à condition de bien se (re)préparer à sa difficulté d’une autre époque.

Jouabilité
Hormis ses soucis de caméra, le jeu se montre agréable à prendre en main, et les ajouts spécifiques à cette version Switch permettent de profiter d'une expérience encore plus agréable.
Durée de vie
L'aventure de Devil May Cry 3 n'est pas particulièrement longue, mais le jeu se doit d'être parcouru plusieurs fois pour révéler son plein potientiel.
Graphismes
Le jeu pique un peu les yeux en 2020, même si les choix artistiques de l'époque reste pertinent aujourd'hui. On aurait aimé un meilleur travail de la part des équipes de développement pour en profiter pleinement sur nos Switch, mais cela ne devrait pas être un frein, et c'est encore là l'essentiel.
Son
La bande-son du titre n'a elle rien perdu de sa superbe, entre musique d'ambiance gothique et riffs de guitare endiablés lors des combats.
Intérêt
C'est sûrement là que le bât blesse. Il n'y a finalement que peu de choses qui justifient de relancer Devil May Cry 3. SI vous cherchez un beat them up exigeant au gameplay profond, il vaudra toujours mieux se tourner vers les Bayonnetta pour ne citer qu'eux. Et si c'est un shot de nostalgie que vous recherchez, le premier opus se laissera plus facilement approché.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Devil May Cry 3 Special Edition (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×