• Ma note
    Moyenne de 4,6 - 30 notes
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 29 ajouts
  • Devenir fan ! 2 fans

Paper Mario : La Porte Millénaire Disponible sur NGC

Test de Paper Mario : La Porte Millénaire (NGC)

Paper Mario, une digne suite ?

Test
A chaque nouvelle console Nintendo, un jeu Mario accompagne sa sortie. Sauf que cette fois-ci, avec la GameCube, Nintendo nous a servi l’original Luigi’s Mansion sur un plateau. Ensuite, les jeux Mario ont rapidement suivis avec Mario Party 4 et 5, Mario Golf, Super Smash Bros Melee et l’immanquable Mario Sunshine. Après le golf, le jeu de course, le jeu de combat, celui de plateforme, nous étions en droit de réclamer un autre genre, ce genre de titre qui fourmille d’idées, là où Nintendo pouvait exprimer toutes ses pensées refoulées : Le RPG. Qu’on se le dise : Paper Mario : The Thousand-Year Door est arrivé !
LGD nous a permis de tester la version US de ce grand classique GC !

Pas ENCORE !?!

Par un beau matin de printemps où la fraîche rosée perlait encore abondamment sur les brins d’herbe qui s’éveillaient peu à peu sous la pâle clarté de l’astre solaire, Bob le facteur (donnons-lui ce prénom original qui a la particularité de se lire dans les deux sens) amène du courrier chez Mario et son frère Luigi. Le jeune frère de notre héros, ragaillardi par un bon petit déjeuner composé essentiellement de… hum… Bref, Luigi part chercher le courrier, et décide de lire la lettre à Mario (car peut-être que notre cher ami est analphabète, qui sait !).

Elle provient de la Princesse Peach (quelle surprise) ! Notre chère princesse nous tint à peu près ce langage : 'Cher Mario, Alors que j’étais en voyage dans le Royaume Champignon, j’ai fait une halte dans une charmante ville appelée Rogueport. C’est dans cette ville que j’ai fait l’acquisition d’une mystérieuse boite qui contenait une étrange carte, une carte au trésor ! Mais je ne suis pas capable de trouver le trésor toute seule, c’est pourquoi j’aimerais que tu m’accompagnes ! J’ai joint la carte à cette lettre, fais-y attention et ramène là quand tu viendras. Je t’attends à Rogueport (Ca signifie que tu DOIS venir) !
Tendrement, Peach.
P.S : Pense à arroser les géraniums avant de partir »


Mario, intrigué par cette carte et cette fabuleuse chasse au trésor, décide de partir sur le champ (mais après avoir arrosé les plantes quand même) pour Rogueport. Mais à son arrivée, point de Peach, juste un Papi Toad un peu ennuyé de devoir vous annoncer que la princesse a disparu, sans doute partie à la recherche du trésor (sans la carte, toujours aussi futée). Vous faites alors la rencontre de l’explosive Goombella, une Goomba très cultivée mais aussi avec un fort caractère. Etant archéologue de profession, elle s’étonne de vous voir en possession de la légendaire carte au trésor de la Porte Millénaire. Elle vous embarque donc chez son professeur (Frankly de son nom) afin d’en savoir un peu plus et de partir sur les traces des morceaux d’étoiles, seuls capables d’ouvrir la Porte Millénaire et que la carte éponyme est capable d’indiquer…

Bienvenue, mesdames et messieurs dans Paper Mario : The Thousand-Year Door, une aventure riche et mouvementée entre une goomba déchaînée, un koopa mal dans sa peau, une euh… ancienne diva, une princesse disparu, un professeur complètement déglingué, un mystérieux gang appelé X-nauts et surtout un Bowser qui ne supporte vraiment pas qu’on lui pique sa place. Bienvenue dans un monde tout à fait censé… à peu de choses près…


Pfffff… Complètement à plat !

Pourquoi se lancer dans l’élaboration si complexe d’un RPG en sachant délibérément que c’est un genre exigeant qui commence à remplir de plus en plus un marché en crise ? Sans aucun doute parce qu’on est certain que celui-ci aura un succès retentissant grâce à son petit truc en plus. Mais quel petit truc en plus ?

Pour ceux d’entre vous complètement à côté de la plaque, qui pensent lire ici le test de Soul Calibur 2 ou qui n’auraient rien compris à la subtilité d’un titre en anglais, sachez que dans Paper Mario, on trouve le mot anglophone « Paper » qui se traduit couramment par « Papier » dans la langue française. Donc si vous avez tout suivi, ce jeu vous propose un « Mario Papier ». L’innovation par rapport aux autres RPG est dans le fait que le jeu se déroule dans un univers uniquement composé de papier. Mais comment cela se passe-t-il donc sur notre petit (et parfois pas si petit) écran ?

Quand on choisit de proposer un jeu dont la principale originalité est basée sur un aspect graphique, on se doit de justifier cette originalité par des moyens adéquats. Dans le cas présent, le développeur du titre, Intelligent Systems, a su utiliser son concept à fond, dans le détail, afin de vous faire vivre une expérience unique, une aventure grandiose. Voyons un peu comment ces astucieux programmeurs s’y sont pris à l’aide d’un exemple fort simple.

Mr Moustache (notre héros souhaite garder l’anonymat devant le public) et son amie Goombella (qui elle, au contraire, adore que le public connaisse son nom) se baladent tranquillement dans la forêt. Soudain, c’est la catastrophe ! Un affreux torrent truffé de remous et de requins leur bloque la voie, empêchant la suite de la guillerette balade ! Au diable le danger : Mr M. aperçoit un objet vert étrange derrière un buisson à l’aide de sa vue aiguisée, s’en approche et saute à l’intérieur en dépit de toutes les mesures de sécurité et de prudence les plus élémentaires ! Mais notre astucieux compagnon avait vu la subtilité, le tuyau dans lequel il vient de sauter, le propulse à l’arrière plan sur lequel un bouton est dissimulé. A l’aide d’un bond prodigieux, il l’active et devant nos yeux émerveillés, le décor semble défiler comme les pages d’un livre que l’on ouvre pour laisser apparaître un fort joli pont.

Mais cela doit-il se résumer à quelques astuces de ce style ? Appuyer sur des boutons c’est bien joli mais c’est pas très innovant question gameplay… Aviez-vous pensé à vous tourner sur la tranche pour devenir aussi fin qu’une feuille de papier peut l’être afin de vous sortir de votre prison ? Aviez-vous pensé à vous mettre en boule pour rouler sous les barreaux ? Aviez-vous pensé à faire une charge au sol pour détruire le plancher ? Et aviez-vous pensé à utiliser la compétence de Flurrie, notre hum… bienveillante Castafior, qui se permet de souffler sur les barreaux et les voir s’envoler ? Bien entendu que non, voyons ! C’est aussi sans doute car vous n’imaginez même pas tout ce que Paper Mario peut vous proposer…

C’est ainsi que Paper Mario : The Thousand-Year Door vous propose de vous éloigner légèrement de cette phase atrocement répétitive dans un RPG qui est celle du « Dialogue, exploration, combat, boss, dialogue, … ». Avec un monde interactif dans lequel il vous faudra ouvrir l’œil, même en dehors des combats pour trouver les objets cachés et surtout la solution des énigmes, Paper Mario choisit de renouveler un genre qui approchait dangereusement d’une certaine routine.

Styliiiiiiiish !

Mais l’intérêt d’un RPG réside sans doute ses combats. Et là, une nouvelle fois, chers lecteurs, je vous invite dans le monde si expressif de l’exemple type, celui qui vous montre ce que vous vivrez jour après jour dans les combats de Paper Mario. Mr M. et Koops, le timide Koopa, se promènent gentiment dans une petite vallée. Tout à coup, c’est le drame : un vicieux goomba se précipite sur nos joyeux promeneurs, le regard perfide et la bave aux lèvres. N’écoutant que leur courage, nos deux compères partent au combat.

Le rideau s’ouvre. Les combats de Paper Mario se déroulent sur une scène de théatre, une véritable scène. Mais préalablement, se souvenant de ses expériences passées avec son frère, Mr Moustache a sauté sur la tête du Goomba avant le début du combat. Cela lui permet donc de commencer en lui assenant directement un coup, mais il aurait pu faire de même avec son marteau ! Mais… Sapristi ! Ils sont trois ! L’un est tout à fait normal mais les deux autres portent soit un casque à pointe soit une paire d’ailes ! Peu importe ! Nos courageux amis vaincront !

C’est au tour de Mr M. Un rapide tour dans le menu et le voilà qui se lance dans un triple saut périlleux arrière avec back flip et 180° retourné sur la tête de notre premier goomba. Heureusement, toutes les attaques sont interactives et il faut toujours utiliser judicieusement sa manette pour améliorer son coup. Celui-ci meurt, complètement écrasé par la prodigieuse force écrasante du plombier. Le public, présent dans la salle et qui afflue en fonction des performances de nos héros, applaudit vivement suite à la prodigieuse attaque de Mr Moustache. Les applaudissements se transforment en Points d’Etoile qui viennent remplir la jauge de notre héros. Celle-ci est désormais pleine, et il pourra déclencher l’une de ses super-attaques au prochain tour. Maintenant, la main arrive à notre ami koopa, qui se décide à foncer dans sa carapace sur ses ennemis, dont celui au casque meurt dans un râle atroce de goomba.

Mais le dernier goomba ne l’entend pas de cette oreille et se précipite, poussé par la force de ses petites ailes, sur notre ami moustachu. Animé d’une exquise ténacité, celui-ci l’évite en se baissant au bon moment et arrive même à lui envoyer un coup de poing en pleine face, à la surprise générale. Fin du premier tour et le jackpot se lance car les deux attaques des héros sont du même type : 3 Fleurs et nos aventuriers gagnent des points éponymes augmentant la jauge en question afin de réaliser des attaques plus puissantes ou spéciales mais le Soleil, l’Etoile ou encore le cœur peuvent vous rapporter des points de vie et autres ! Tâchons simplement d’éviter les 3 champignons empoisonnés, synonymes de perte du public et de la moitié des jauges…

Dernier tour ! Les adversaires se regardent droit dans les yeux… Mais ?!? Malheur ! Attention Mr Moustache ! Un des membres du public essaie de te lancer quelque chose à la tête ! Vite, presse le bouton te permettant de corriger la malotru ! Heureusement, notre héros dégourdi se jette de la scène pour corriger ce malappris. Mais il faut ouvrir l’œil car de temps en temps, nos fans nous jettent des cadeaux et des surprises et les frapper par erreur nous revient à perdre un peu de ce public si précieux qui nous soutient et qui nous aide dans nos longues batailles ! Oh non ! Le coup de Mr M. pour éjecter notre voyou fait trembler la scène et un des projecteurs se détache pour tomber sur Koops, le koopa. On ne pouvait rien y faire après tout, c’est totalement aléatoire…

Pour en finir rapidement, Mr Moustache se lance dans une super attaque. Les symboles défilent, un peu de timing et un énorme tremblement de terre secoue toute la salle, soulevant le goomba volant sous la force de la terre qui se tord et le projette contre le mur, en bouillie. Avant d’achever son attaque, le plombier appuie au bon moment sur A et effectue une petite pirouette agrémentée de la mention « Styliiish ! » devant un public en folie qui se déchaîne et vous couvre de points Etoile. Le combat est terminé, et l’expérience rapportée apparaît sous forme de jetons. Celle-ci, tous les 100 jetons, vous fera gagner un niveau qu’il vous faudra utiliser avec parcimonie. Sous les feux des projecteurs, devant le public ébahi, Mr Moustache devra de temps en temps choisir entre augmenter ses point de vie ou de fleurs ou augmenter le nombre de badges qu’il peut porter. Ces petits badges lui offrent quelques attaques mais surtout beaucoup d’aide en combat…

Et techniquement, c’est comment ?

Pour celui qui n’a pas compris que la 3D, ici on connaît pas beaucoup, peu redémarrer sa lecture du début. Le jeu est beau, les graphismes sont fins et les effets sont très bien représentés. Tous les éléments sont parfaitement intégrés au décor et apparaissent comme par magie le plus souvent.

La maniabilité est des plus agréables, instinctive et surtout judicieusement conçue. Les combats s’enchaînent très bien et surtout on ne perd pas trop son temps dans les menus à réfléchir si telle ou telle attaque est plus justifiée.

Quand aux musiques et à l’ambiance sonore, elles sont correctes. Les bruitages sont excellents mais malheureusement les musiques manquent parfois un peu de pêche et de doigté. Le résultat n’en reste pas décevant et c’est tout de même très convenable pour un titre de ce genre. Les voix sont quasi inexistantes hormis quelques onomatopées pour une poignée de personnages célèbres de la série.

Certes le jeu a ses petits défauts : on regrette par exemple la frustration de voir un secret évident inaccessible car il nous manque une certaine compétence. On peut aussi lui reprocher sa lenteur pour augmenter de niveau qui parfois lasse un peu. Mais le scénario est excellent et surtout hilarant et les combats sont des plus prenants. En définitive, vous l’aurez indubitablement compris, on ne s’attarde pas trop sur le côté technique du jeu, un titre dont la réputation n’est déjà plus à faire.
18/20
Paper Mario : The Thousand-Year Door est loin de se moquer de nous. Graphiquement original, scénaristiquement original et très divertissant mais surtout rythmé avec doigté, on se sent entre de bonnes mains et le seul regret que l’on peut avoir, l’horrible peur qui nous noue le ventre est de voir «The END» apparaître sur l’écran. Sony peut sans aucun doute se moquer tant qu’il le souhaite des jeux enfantins et un peu gamins. Mais comme le dit si bien le papa du jeux vidéo, le maître incontesté et incontestable dans le domaine, j’ai nommé Shigeru Miyamoto : «Les adultes sont simplement de grands enfants».

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


PNCAST ACTU // Résultats financiers 2019-2020

Soutenez PN : achetez ces jeux !

18 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Pas de commentaire

Jouabilité
Durée de vie
Graphismes
Son
Intérêt

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Paper Mario : La Porte Millénaire (NGC) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
4.6/5

L'avis des visiteurs

Génial !!! HI-LA-RANT !!!!
Après 3 locations de 3 jours, je peux dire que ce jeu est l`un des meilleurs de l`année. À essayer, pour tous les possesseurs de GameCube !
Je n'ai pas ce jeu, mais si c'est comme Paper mario sur N64, il doit être génial!

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×