• Mon attente
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.

    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

The Dark Crystal: Age of Resistance - Tactics A paraître sur Switch

Test de The Dark Crystal: Age of Resistance - Tactics (Switch)

Dark Crystal Tactics : Le temps de la résistance

Nouvelle incursion de Netflix sur le marché du jeu vidéo avec une nouvelle adaptation d’une de ses séries phares : le préquel de Dark Crystal. On avait manqué l’adaptation jeu vidéo de Stranger Things 3, on était alors bien décidé à ne pas faire de même avec une série coup de cœur. Retrouve-t-on l’ivresse dans ce jeu vidéo ? On sait combien les adaptations de films en jeux sont souvent compliquées et décevantes.

Test
Série surprise sur laquelle nous n’aurions pas misé un kopek au départ car le film d’origine est une légende (mais apparaîtra désormais bien fade et mièvre par rapport aux 10 épisodes de la préquelle diffusée sur Netflix), Dark Crystal Tactics tente de prolonger la magie sous la forme d’un jeu de stratégie basé sur le même univers. On nous indique que des membres de l’équipe ont pu se rendre sur le tournage afin de mieux s’imprégner de l’atmosphère, ce qui est donc motivant pour lancer le titre reçu sous la forme d’un code à télécharger.
Le titre s’adresse donc en priorité aux connaisseurs de l’univers Dark Crystal et à ceux ayant pu voir cette première saison. On y retrouve nos petites créatures, les Gelflings, divisées en 7 tribus, qui vont devoir s’unir contre les actuels gardiens du crystal de vérité, les vils Skèksès, qui ne pensent qu’à trouver le moyen d’obtenir la vie éternelle.

La série a remarquablement détaillé de multiples personnages, enrichissant considérablement l’univers visuel du film de 1982, imaginé par Jim Henson, le père des Muppets. Il est donc logique de retrouver les personnages principaux de la série, à savoir Rian, Deet, la princesse Brea, les Mystics, Mère Aughra et bien d’autres, au fur et à mesure de notre progression dans le jeu.

Dark Crystal : Le temps de la résistance | Bande-annonce VF | Netflix France15/02/2020

Si effectivement on note la volonté de respecter le matériau de base de la série, on ne peut qu’être déçu par l’enrobage : l’interface est très statique, on se dit qu’avec Netflix derrière soi, on aurait pu glisser quelques cinématiques travaillées. Non, il faudra se contenter de simili planche de BD sans le moindre doublage vocal. Un peu rude donc car ce n’est pas franchement motivant pour suivre les péripéties de l’aventure calquée sur la saison 1, avec quelques ajouts de personnages mineurs. Mais si le reste du jeu reste correct, pourquoi pas, même si on se coupe déjà d’une partie du public jeune avec cette austérité de mise en scène.
La carte du jeu. Très scénarisé, le jeu vous emmène d'un point à un autre pour respecter la trame de la série diffusée sur Netflix.
On ne sera pas perdu dans la prise en main, tout est simpliste. Nous sommes dans un tour par tour avec sa phase de placement (le décor de petite taille est découpé suivant une grille), on fait avancer chacun de ses personnages suivant trois malheureuses cases, en tenant compte de ses aptitudes au combat et du type d’adversaire le plus proche de lui, en tentant de contrôler des positions stratégiques pour l’affronter au mieux.
En clair, on place les archers en hauteur pour bénéficier d’un bonus d’attaque, les soigneurs à l’arrière à l’abri car si vous perdez votre soigneur, vous savez déjà que vous êtes prêts à devoir recommencer votre combat, vous n’avez aucune chance.

Après cette phase de déplacement, c’est la phase attaque. Toutes ces informations sont reprises dans un bandeau frise en haut de l’écran, l’indication de l’objectif principal se situe à droite.

Si au départ notre équipe est plus que réduite, on commence uniquement avec Mia d'un côté et Rian de l'autre pour respecter le scénario de la série, l’histoire évoluant nous permet fort heureusement de débloquer de nouveaux personnages. Cela permet de consolider notre équipe jusqu’à quatorze membres, chaque membre se partageant en trois classes : soldats, éclaireur et soigneur.

Notons qu'en plus, grâce aux sous-divisions en métiers, le jeu offre au final une combinaison d’une vingtaine de possibilités. certains seront plus efficaces au corps à corps (avec différentes attaques), d’autres au niveau des attaques à distance (jeter une pierre, lancer un bolas...), avec des soigneurs (à protéger absolument lors de vos rixes) et des magiciens qui se spécialiseront dans certaines aptitudes.
Premier écueil cependant, aucune classe ne se distingue au niveau de ses possibilités de déplacement, c’est trois cases pour tout le monde : c’est peu et cela rend les déplacements lents et frustrants. On a clairement l’impression d’un univers statique, avec des animations à minima (on sait bien que ce sont des marionnettes, mais la série avait su insuffler de la vie) y compris dans les combats.

Ensuite les niveaux se ressemblent assez et n’utilisent pas suffisamment les reliefs pour affaiblir un adversaire, le faire chuter. Bon point en revanche, on peut utiliser la flore pour mettre rapidement hors service son adversaire (pensez pour ceux qui ont vu la série à ce qui se passe avec le père de Rian).

Il peut arriver que le combat soit totalement bousculé par l’arrivée d’un boss en cours de combat : c’est le sauve qui peut général, vos Gelflings ne sont pas de taille, tout particulièrement au début. Attention cependant à bien lire l'objectif, il ne faut pas toujours battre tous ses adversaires avant de prendre possession de certaines parties mais il faudra éviter de perdre certains membres de votre équipe impérativement, même si vous êtes en supériorité numérique après plusieurs tours de jeu.

Nous avons apprécié les quelques affrontements où des clans rivaux de Gelflings s'opposaient pour tenter de vous capturer, il suffit d'utiliser cette rivalité pour s'écarter en les laissant s'entretuer tout en donnant quelques coups à distance pour affaiblir les mieux portant, afin d'être fin prêt pour régler le sort de ceux qui restent à la fin.

Enfin les possibilités d’évolution restent réduites : entre des équipements assez couteux (à croire que l’on va être obligé de tous se battre avec une cuillère comme Hup dans la série) qui heureusement peuvent parfois être récupéré sur certains champs de bataille (il y a bien quelques babioles que l’on peut acheter pour faire illusion), et une évolution peu probante de ses compétences, les heures s’enchaînent sans avoir l’impression d’avoir beaucoup progressé. Il y a donc un écart entre les propositions initiales et ce que l’on peut réellement faire.
Avant de faire obtenir un niveau paladin à vos anciens soldats de base, un niveau gardien de pierre et un niveau pisteurs et adeptes pour bénéficier de bonus plus intéressant à distance et dans l’utilisation de la magie, vous allez ramer un bon moment. Vous devrez auparavant définir votre activité principale, y allouer jusqu’à trois compétences, élever votre personnage jusqu’au niveau cinq pour pouvoir lui attribuer une activité secondaire (un soldat soigneur, un soigneur capable de se servir de lance pour se protéger un peu mieux des attaques…).
Avec ces premiers constats en tête, et un graphisme loin de rendre justice à la magie de la série, on enchaîne plusieurs missions, qui ne se révèlent pas franchement toutes passionnantes. Même si elles reprennent peu ou prou certaines grandes lignes du scénario de la série, cela manque d'intérêt : fuir, affronter le Chasseur, éliminer toutes les créatures, cela va un temps, participer à une escorte c’est un peu mieux (mais rare), reboucher les terriers de Nurlocs (ces vers que l’on avait aperçu dans les cavernes souterraines de la nation de Grottan)… Bof, on s’ennuie un peu durant certaines missions, en espérant avoir l’ivresse un peu plus tard, même si la deuxième bataille voit déjà apparaître un Skèksès, en la personne de Chambellan.
La série prenait le temps d’installer son univers et ne se lançait pas dans l’action trépidante tout de suite, et c’est ce que l’on retrouve dans le jeu. Avant de vous lancer dans un combat face à un ennemi puissant qui fera avancer d’un grand coup l’histoire, vous devrez auparavant réaliser 7 quêtes secondaires, nécessaires pour faire venir à vous les autres tribus qui, sans vouloir dévoiler quoi que ce soit sur l’intrigue de la série, vous croit responsables des accusations portés contre vous.

Bref vous êtes juste deux au départ, et il va falloir convaincre les autres de venir se battre à vos côtés. Il va donc falloir aller au-devant de certaines tribus, les différentes nations Gelflings étant fort divisées. Pour apprécier certaines missions à leur juste valeur, il faut avoir vu la série. Vous devrez collecter des manuscrits éparpillés dans une bibliothèque, délivrer des amis d’une prison, faire attention à la tempête de sable qui balaie la carte...

Nos Gelflings ne sont clairement pas puissants, c’était bien visible dans la série où l’arrivée de quelques Skèksès dans un village avait conduit au chaos alors que nos Gelflings étaient bien plus nombreux. Ce déséquilibre est respecté dans le jeu tactique, ce qui le rend effectivement très délicat à jouer. En clair, il faut être très nombreux pour tomber sur un ennemi, le mettre hors d’état de nuire puis s’attaquer au suivant etc….

On n’est pas dans un Fire Emblem avec la possibilité de tenir une position avancée avec un Gelfling (on lorgne plus sur Final Fantasy tactics), l’isolement d’un membre de votre équipe est quasiment synonyme de sa perte. Ceci limite clairement les possibilités stratégiques et on voit que les développeurs, en voulant trop bien respecter la série, manque leurs objectifs de faire un vrai jeu tactique intéressant.

Autant dire que face à un Skèksès, c’est très compliqué (logique, dans le film c’est la même chose, et encore on ne parle même pas du Chasseur, véritable épouvantail au combat, qui pendant un tour saute en l'air en étant donc intouchable et retombe sur le sol en créant des dégâts puis une attaque).
On se retrouve au final avec un titre qui applique à la lettre les mécanismes de stratégie au tour par tour tout en restant limité, un jeu ayant bien des références à la série mais assez pauvre graphiquement (les décors ne sont pas variés) et agaçant dans les déplacements.

Cela amoindrit le réel plaisir que nous avions à nous immerger parmi nos Gelflings préférés et même si le jeu promet une quinzaine d’heures de durée de vie pour quatre-vingts missions dans le monde de Thra, la motivation s’émousse en grande partie à mi-parcours. Plus coloré, avec un budget de développement plus large, on aurait pu apprécier beaucoup mieux ce titre.

Mais en l’état, il ne boxe clairement pas dans la catégorie des grands titres du genre, même à destination des plus jeunes, pour rester suffisamment en lumière. A croire que les Skèksès ont aspiré une bonne partie de l’énergie vitale de ce jeu.

The Dark Crystal : Age of Resistance Tactics est disponible depuis le 4 février 2020 sur l'eShop de votre Switch uniquement (pas de version physique) pour un tarif de 19,99 € et nécessite 6,3 Go pour s'installer. Nous remercions l'éditeur En Masse Entertainment pour nous avoir fait parvenir un code afin d'effectuer le test de ce jeu.

The Dark Crystal: Age of Resistance Tactics - Launch Trailer - Nintendo Switch15/02/2020

13/20
Dark Crystal Tactics : Le temps de la résistance ne s’écarte jamais du scénario de la série et reste donc prévisible pour les connaisseurs. Il pêche par un manque de finition graphique, ne s’appuyant pas à l’écran sur les visuels enchanteurs des épisodes. Le manque de cinématiques et même de quelques extraits de voix se font clairement sentir dans une difficulté à s’immerger dans un RPG au tour par tour relativement conventionnel et statique. Il y a une base intéressante qui respecte à la lettre les mécaniques de base du genre mais se montre insuffisamment travaillée pour retenir plus que de raison les fans de jeux tactiques. Techniquement, on reste derrière des cadors du genre et même si le jeu tourne correctement sur Switch, Dark Crystal Tactics n’utilise pas assez la richesse de son background pour décoller, c’est bien dommage.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


PNCAST ACTU // Résultats financiers 2019-2020

Soutenez PN : achetez ces jeux !

13 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Avec tout ce matériau d’origine, on ne peut qu’être déçu par le résultat final qui ne brille jamais vraiment. Entre lenteur de déplacement, un arbre de compétences pas assez exploité, des animations de bataille un peu trop figées, un univers graphique en retrait techniquement des productions modernes et piochant bien peu de la féerie de la série, on se dit qu’on est passé à côté de quelque chose. Difficile de dire si les conditions de développement, qui se faisait en parallèle du tournage, n’ont pas impacté négativement le résultat final, en ne permettant pas suffisamment de recul aux développeurs. En l’état, c’est un titre qui reste dans la bonne moyenne mais sans éclat, une production honnête pour une adaptation télé alors que le genre est coutumier des ratages complets, ce qui n’est pas le cas de ce jeu. Cela pourra contenter les fans de Dark Crystal qui retrouveront avec plaisir les nombreuses références à la série d’origine, mais cela restera un apéritif à prix réduit un peu juste pour les autres.

Jouabilité
Dark Crystal Tactics : Le temps de la résistance - Tactics applique à la règle le fonctionnement du genre auquel il appartient. Il pourrait donc servir de base aux plus jeunes pour se lancer dans ce type d'aventure, d'autant que sa difficulté n'est pas si élevée, en particulier si vous avez vu la série et donc connaissez les scènes qui sont retranscrites dans ce jeu. On apprécie les efforts de localisation, l'intégralité du jeu étant traduite en français. Vous êtes globalement bien pris en main, l'interface est claire et lisible et les commandes soignées. Les cartes en revanche ne sont pas grandes mais on le comprend mieux en se rendant compte des restrictions dans les déplacements qui nous sont imposées. Mais avec sa réalisation semblant manquer un peu de moyen, le jeu parait assez figé et il peinera à séduire au-delà de quelques heures.
Durée de vie
Quinze heures sont évoquées pour réaliser 80 missions, cela semble à peu près conforme à ce que nous en avons pu avoir. Mais le titre parait un peu fade visuellement et les limitations au niveau du déplacement gêne à mettre en place une stratégie plus élaborée. C'est un peu rageant d'avoir loupé quelques mission d'un rien, tout simplement parce qu'on n'a pas la possibilité de parcourir plus de trois cases, qu'on ne peut pas frapper quelqu'un qui se trouve sur une case en diagonale ou qu'il nous manque quasiment rien pour faire un sort qui règlerait le problème en trois fois rien. C'est le rythme lent et un peu mou dans l'ensemble qui risque de coincer pour les jeunes joueurs, en particulier s'ils n'ont pas vu l'ensemble des épisodes de la série.
Graphismes
Ils sont soignés mais un peu ternes, pas toujours évident de reconnaître l'ensemble des personnages au premier coup d’œil. La déception provient de l'absence de visuels extraits de la série, qui aurait permis de renforcer l'immersion, notamment pour rêvailler en leur compagnie. Le choix des couleurs prête également à la critique, le rendu parait terne alors que la série est tout simplement magnifique.
Son
Une belle musique accompagne notre périple mais elle est peu variée sur la durée. Pour le reste, à part quels cris et bruits de choc, cela reste léger. On regrette tout particulièrement l'absence de quelques cinématiques avec les voix des personnages.
Intérêt
La présentation de chaque mission est un peu courte pour qui n'est pas familier de l'univers de la série. Les personnes ayant vu les différents épisodes savoureront mieux chaque proposition et feront plus facilement les liens. Et en connaissant le scénario, ils pourront mettre en œuvre leurs connaissances pour achever certaines missions plus facilement que les novices, même si le titre donne quelques pistes aux joueurs ne connaissant pas du tout Dark Crystal. En l'état, c'est un RPG Tactic tout à fait correct sans innovation, qui reste malheureusement un peu trop dans la norme.
Ergonomie
Nous n'avons rien à lui reprocher, les commandes sont faciles à employer, les temps de chargement ne sont pas très longs, chaque mission est globalement assez courte du fait du nombre de participants et de la taille de la carte réduite.

Votre avis sur le jeu Votre attente !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu The Dark Crystal: Age of Resistance - Tactics (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Mon attente
  • Devenir fan !

L'attente des visiteurs

J'en dors plus la nuit
 
0%
Je l'attends beaucoup
 
0%
Je suis curieux
 
0%
Pas convaincu
 
0%
Pas pour moi
 
0%

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×