• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Fire Emblem: Shadow Dragon and the Blade of Light Disponible sur Switch

Test de Fire Emblem: Shadow Dragon and the Blade of Light (Switch)

Test de Fire Emblem: Shadow Dragon and the Blade of Light : un plaisir de tout instant

La licence Fire Emblem, on a pu la découvrir sur Game Boy Advance avec la sortie de l'opus "Fire Emblem" (ou "Fire Emblem 7: Rekka no Ken" au japon), le premier jeu de la série doté d'une sortie internationale. Aujourd'hui, 30 ans après la sortie du premier opus de la licence sur NES et 17 ans après celle de Fire Emblem sur GBA, il est désormais possible aux fans enthousiastes et curieux en tout genre de découvrir les réels prémices de la série avec ce titre, qui a posé les bases du Tactical-RPG (T-RPG).

Test
La Switch depuis son existence a fortement basé son catalogue sur les portages issus des catalogues de jeux de ses précédentes consoles, la Wiiu notamment. Cette année, avec les anniversaires des séries Super Mario Bros. et Fire Emblem, les portages ont aussi afflué, mais cette fois, ils proviennent pour la plupart de consoles Nintendo bien plus anciennes. Et parmi ces portages, celui de Fire Emblem: Shadow Dragons and the Blade of Light, disponible uniquement sur le Nintendo eShop en France jusqu'au 31 mars prochain, est probablement l'un des plus inattendus, y compris pour les fans de la série. Ce portage historique, c'est avec une grande appréhension que je l'ai lancé pour la première fois. Lors, ce fut le coup de foudre. Je suis pour être honnête un grand fan de la série mais ne l'ai connu que depuis les épisodes 3DS, ce qui en fait une grande découverte à laquelle j'étais impatient de prendre part. Alors, que vaut ce titre tout juste passé trentenaire ? Je vous propose de le découvrir avec moi dans les lignes qui suivent !

Il était une fois…


Tout commence lorsque que Shiida, princesse du royaume de Talys, accourt jusqu’au royaume d’Altea pour supplier le prince Marth, de l’aider à reprendre le royaume des mains des pirates de Galder.

Une fois cela fait, le roi, libéré de l'emprise de l'ennemi, lui révèle qu’il s’agit là de l’entreprise du royaume tyrannique de Dolhr et petit à petit, le jeune prince (et donc le joueur) comprendra qu’il est question d’un mouvement bien plus importants et est contraint de fuir son royaume car le sorcier Gharnef - responsable de la mort de son père - a ramené à la vie de Dragon d’Ombre Medeus.
Marth, descendant d'Anri - le guerrier ayant vaincu le Medeus par le passé - confie son royaume à sa sœur Elice pour se réfugier en Talys. Une fois arrivé en Talys, il doit partir à la conquête l’épée de lumière, Falchion, puis de la « Fire Emblem » (ou l'Emblème de feu, à vous de voir) pendant que les forces ennemies annexent son royaume et capturent sa sœur par la même occasion. Ce n’est qu’armé de ces deux objets que Marth pourra affronter Medeus et ainsi sauver Altea - et sa sœur -.

25 Chapitres et des cartes toutes plus riches les unes que les autres

Au total, ce n’est pas moins de 25 chapitres qui vous attendent tout au long du jeu, soit une cinquantaine d’heures de jeu en perspective.

Châteaux, plaines, lacs, déserts, montagnes… les décors proposés sont aussi riches que variés, ce qui permet d’élaborer quantité de stratégie différentes pour au final n’en retenir qu’une seule qui vous permettra de submerger et terrasser l’ennemi.

Pas le droit à l’erreur

La stratégie, voilà sur quoi repose ce titre. Chaque déplacement d’unité peut avoir un rôle décisif sur le déroulement de la bataille. Déplacer son unité d’une case de trop peut lui être fatal et lorsqu’elle meurt, son sort est irréversible !
De plus, chaque unité dispose de caractéristiques qui lui sont propres. Ainsi, chacune a ses forces et ses faiblesses, même les armes/sorts qui lui sont attribuées jouent un rôle majeur et c’est sur cela que repose avant tout la stratégie à adopter.

Par exemple : un chevalier se déplace lentement, dispose d’une forte résistance aux attaques physiques et notamment aux coups infligés par des épées mais globalement moins à ceux infligés avec des lances. Et surtout, il est très vulnérable aux attaques magiques. Il s’agit donc d’une unité à placer en première ligne lors d’un assaut mais qui devra toutefois rester en retrait si des mages ou évêques sont présents dans les lignes ennemie.
Pour élaborer une bonne stratégie, il faut donc prendre en compte l’ensemble de ces différents paramètres. Heureusement, les nouvelles fonctionnalités ajoutées (nous en reparlerons) ainsi que les conseils des villageois que l’on rencontre au fil de l’aventure en se rendant aux maisons présentes sur la carte vous aident à se (re)familiariser avec cet aspect si vous découvrez la série ou n’y avez plus joué depuis un certain moment.
Enfin, il est important de jeter un coup d’œil sur la carte avant de définir sa composition – cela n’est pas disponible dès le début du jeu car votre armée n’est pas assez importante – puisqu’en fonction des ennemis présents, votre composition sera plus ou moins efficace contre eux et de mauvais choix se traduisent souvent par la perte d’une unité. Cet aspect doit donc être lui aussi à étudié avec une certaine rigueur et vos troupes choisies avec parcimonie.

De nouvelles fonctionnalités bienvenues

Avec ce portage, de nouvelle fonctionnalités plus récentes ont été introduites dans le jeu. Parmi elles, on dénombre notamment le fait de pouvoir créer et charger à tout moment une sauvegarde rapide (« Create/Load Bookmark »), de pouvoir accélérer la vitesse du jeu (« Fast-Forward Settings »), de revenir sur l’écran titre (« Reset Game »), de changer d’affichage entre affichage moderne (Classique) et affichage sur TV Cathodique (Pixel Perfect) et enfin, de pouvoir remonter le fil des tours passés (« Trun Rewind).

Tant d’options à retrouver dans un second menu rajouté spécialement pour l’occasion qui apparaît lorsque l’on appui sur le bouton X de la manette.

Fire Emblem: Shadow Dragon & the Blade of Light - Launch Trailer - Nintendo Switch01/09/2021

Toutes ces options modernes facilitent ainsi l’expérience pour les nouveaux venus et les joueurs de la première heure qui n’ont plus besoin de recommencer 15 fois la même bataille pour ne pas perdre une unité. Du tout bon !
15/20
Quelle joie de découvrir les prémices d'une des grandes licences - si ce n'est la plus grande - du T-RPG. Qu'il est bon de découvrir qu'il y a même 30 ans de cela, la licence Fire Emblem était exactement la même qu'aujourd'hui, quoi qu'un peu moins développée, mais son ADN est là. Si vous êtes fans ou simplement curieux, je ne saurais que trop vous conseiller de débourser les 5.99 € nécessaires pour son achat, ne serait-ce que pour sa trame narrative globalement très aboutie et sa durée de vie très impressionnante (surtout pour l'époque, on parle à la base d'un jeu NES ne l'oublions pas !), Fire Emblem: Shadow Dragon and the Blade of Light vaut le coup. Je ne saurais que trop vous le recommander, si tant est que vous pratiquez couramment l'anglais car sinon, l'expérience en serait radicalement changée.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Pingoleon3000
A priori ça vaut quand même plus le coup d'aller chercher le remake DS non ? Qui a l'avantage d'être en français...
Taranzagolor
Pingoleon3000 a écrit:A priori ça vaut quand même plus le coup d'aller chercher le remake DS non ? Qui a l'avantage d'être en français...


Oui, surtout pour sa traduction française. Après je ne l'ai pas fait personnellement mais j'ai cru comprendre que sa durée de vie était écourtée. Mais surtout je pense que son prix doit être élevé et a sûrement connu une inflation avec l'âge.
Pingoleon3000
Oui mais qui n'a pas de linker sur DS aussi :lol:

Soutenez PN : achetez ces jeux !

15 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Si vous êtes fans ou simplement curieux, je ne saurais que trop vous conseiller de débourser les 5.99 € nécessaires pour son achat, ne serait-ce que pour sa trame narrative globalement très aboutie et sa durée de vie très impressionnante (surtout pour l'époque, on parle à la base d'un jeu NES ne l'oublions pas !), Fire Emblem: Shadow Dragon and the Blade of Light vaut le coup. Je ne saurais que trop vous le conseiller, si tant est que vous pratiquez couramment l'anglais car sinon, l'expérience en serait radicalement changée.

Jouabilité
Le système de combat est assez similaire aux autres productions de la série, quoique moins aboutis ce qui est somme toute logique pour son âge. Malgré cela, l'accès à certaines des nouvelles fonctionnalités introduites comme le fait de pouvoir revenir aux précédents tours est assez particulier et l'on ne s'y habite pas de manière naturelle. Aussi, on notera quelques manques d'indications par moment sur les caractéristiques (notamment de déplacement) des unités.
Durée de vie
Le jeu fait certes son âge, sa durée de vie reste elle très honorables. Pour venir à bout des 25 chapitres qu'il propose, comptez une cinquantaine d'heures de jeux. Comme quoi, même sur NES, la série ne trahit pas sa réputation !
Graphismes
Evidemment, les graphismes ne conviendront pas aux standards actuels. Cependant, leur côté rétro charmera les nostalgiques de l'époque.
Son
Pour ce qui est de sa bande son, elle trahit l'âge du jeu. Durant des chapitres, seuls 3 ou 4 thèmes différents sont proposés. Heureusement, il est possible dans ce portage de les éteindre car au bout de quelques heures, elles commenceront déjà à devenir rébarbatives.
Intérêt
Marquer cet anniversaire des 30 ans de la série de cette façon (et le marquer tout simplement) est certainement une chose dont la plupart des fans rêvait. A cela s'ajoute le caractère inédit de ce portage traduit en anglais pour l'occasion et le fait qu'il n'est disponible que jusqu'au 31 mars prochain : cela fait de ce jeu un must-have pour tous les adeptes du T-RPG, à la condition d'avoir une bonne maîtrise de l'anglais !
Ergonomie
La prise en main est presque immédiate. Beaucoup plus simple que les derniers opus, elle se fait aussi bien sur manette pro que sur Joy-Con (y compris s'ils subissent de légers drifts !). De plus, c'est un jeu qui conviendra pleinement au mode portable, d'après notre expérience.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Fire Emblem: Shadow Dragon and the Blade of Light (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×