Dossier

Nintendo se prépare pour Noel (2001)

Dossier
Si le milieu du jeu vidéo a retenu sa respiration histoire de faire entrer Nintendo et Microsoft sur le ring, le Noël qui arrive risque bien de nous réserver un match au sommet des plus alléchants. Les 3 continents majeurs du jeu vidéo ne seront cependant pas nourris à la même enseigne, et on pourra encore une fois se lamenter sur notre sort, pauvres européens que nous sommes...

Partie 1 : Quand Nintendo s’endort sur l’Europe

Vous l’aurez sûrement déjà constaté, ce Noël 2001 français restera tristement dans les annales comme étant celui où Nintendo aura été le plus calme, quasiment aucun jeu ne viendra célébrer la fin d’année 2001. C’est la première fois depuis la sortie de la Nintendo 64 que Nintendo ne sortira pas de hit absolu aux fêtes de Noël en France.

La Nintendo 64 est sortie en France en Septembre 1997, avec Mario 64, Mario Kart 64, Wave Race 64 et pas mal d’autres titres, quasiment tous intéressants. Décembre 1997 était donc une date où Nintendo se devait d’être présent, pour prouver, 2 mois après la sortie française de sa nouvelle console de salon, que son poulain était bien à la hauteur des espérances. Nintendo sort ainsi Goldeneye et Diddy Kong Racing (développés par Rare) pour vider les porte-feuilles de nombreux acheteurs. C’est un des Noël les plus marquants de ces dernières années, car l’engouement qui a entouré la sortie de Goldeneye a réellement été exceptionnel.

Nintendo s’était fait un devoir de réitérer l’exploit en 1998. La firme au plombier a donc sorti, en Novembre 1998, F-Zero X et 1080° Snowboarding, qui ne trouveront pas le public escompté, malgré les publicités intensives effectuées via la presse spécialisée et la télévision. C’est de la sortie de Zelda 64 : Ocarina of Time, en décembre, que viendra le salut pour Noël 1998. Le jeu aura été suivi par une couverture médiatique unique, dont le slogan marquait fortement les esprits : " Il vous a manqué ? Zelda est de retour. Oyé, Oyé braves chevaliers : harnachez votre destrier, briquez votre armure et aiguisez votre épée, Zelda arrive dans vos chaumières. Il a mis deux ans pour revenir, vous allez mettre deux ans pour vous en remettre ". Le budget publicité de Zelda fut de 40 millions de francs de novembre 1998 à avril 1999, ce qui constituait pour l’époque une somme jamais atteinte pour promouvoir un jeu.

Le problème, c’est que la presse française se rend peu à peu compte que la Nintendo 64 n’aura pas un destin aussi glorieux qu’on lui avait prédit. Nintendo passe alors au cours de l’année 1999, dans une période où les sorties de jeux sont bien rares. Big N re- capitalise sur ses acquis en sortant une publicité basée sur les résultats de l’E3 1999 et diffusée dès juin, où Zelda 64 fut 4 fois primé. Nintendo reçu 7 Interactive Achievement Awards sur les 8 trophées mis en jeu. S’en suivait le slogan : " Vieille Lourde Grosse Laide… Et alors ? ". L’appel à la clientèle reste sans réponse et la Nintendo 64 continue à se faire distancer par la Playstation.

Noël 1999 marque le réveil très bref de Nintendo, qui voit sa Nintendo 64 se remplir de jeux à fort potentiel pour Noël : Rayman 2, Mario Golf, Jet Force Gemini, Donkey Kong 64. Les directeurs marketing de l’époque déclaraient même dans le numéro 91 de Joypad : " Nous pensons qu’essayer de conquérir des joueurs plus jeunes non réfractaires à l’univers Nintendo est une stratégie plus intelligente que d’aller affronter nos collègues sur des terrains de communication où nous avons peu de légitimité ".

Ce brusque réveil est marqué par une campagne marketing très forte, qui avait déjà débuté en septembre avec l’invasion Pokémon (" Tenez –vous prêts à les attraper tous sur Game Boy le 8 Octobre ", ou encore "Pokémon…soupçonné d’envahir le territoire le 8 Octobre "). En effet, pour Pokémon, de août 1999 à mars 2000, l’investissement est de 50 millions de francs. Pour Donkey Kong 64, de novembre 1999 à janvier 2000, il sera de 26 millions de francs. Les directeurs marketing de Nintendo renchérissaient :" ce qui différencie Sega et Sony de Nintendo, sur la façon de promouvoir une marque ou un titre, c’est que Sega, avec ses jeux de baston et de course, s’adresse à une cible plus âgée, et que Sony fait de l’occupation de terrain et de la présence à l’esprit avant de sortir ses hits ".

On sait aujourd’hui combien l’extrémisme de cette stratégie aura valu à Nintendo de se faire cataloguer comme " éditeur pour gamins ". Aujourd’hui, Nintendo essaie de se défaire tant bien que mal de se défaire de cette étiquette, mais n’est pour l’instant pas parvenu à ses fins.

L’année 2000 a été relativement plate concernant la Nintendo 64, mis à part la sortie un peu décevante, bien que très médiatisée, de Perfect Dark en juillet 2000 ; la Game Boy surfant quant à elle toujours sur la vague Pokémon, ce qui permet à Nintendo d’être omniprésent tous les mois.

Nintendo mise alors encore une fois sur Noël 2000, ils sortent Mario Tennis et Zelda Majora’s Mask  pour essayer de revitaliser la Nintendo 64, mais la sauce ne prend pas aussi bien qu’escomptée. Il faut dire que Nintendo fait rêver le monde entier depuis octobre au Nintendo  Space World avec les annonces en grande pompes de la Gamecube et de la Game Goy Advance.

Le monde commence à oublier que la Nintendo 64 existe…L’année 2001 est un passage à vide assez douloureux, avec, malgré tout, les sorties très remarquées de Banjo-Tooïe (en mars) et de Conker’ Bad Fur Day (en mai), tous deux encensés par la presse et le public. Depuis mai, l’univers Nintendo repose sur la Game Boy Color et le phénomène Pokémon Or et Argent, récemment relayés par la Game Boy Advance, mais aussi par les annonces faites au sujet de la Gamecube. Mario Paper, Pokémon Stadium 2 et Mario Party 3 n’y pourront rien, la Nintendo 64 a vécu, et le jeu vidéo dans son ensemble est passé à la vitesse supérieure.

On pourra remarquer la publicité omniprésente dans la presse française ce mois-ci montrant Mario et Luigi affublés du titre :  " Mario vous dit au revoir sur Nintendo 64 avec Mario Party 3. Luigi vous dit à bientôt sur Nintendo Gamecube avec Luigi’s Mansion ". C’est étonnant combien cette pub, malgré son parfum enfantin, laisse un goût amer. On se rend compte du grand passage à vide que nous allons traverser en Europe jusqu’à la sortie de la Gamecube dont on ne connaît toujours pas la date précise, et que Nintendo considère toujours le vieux continent comme la 5ème roue du carosse, alors que nous sommes en passe de devenir la plaque tournante, c’est à dire, le marché où se vendent le plus les jeux vidéo…

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×