• Mon attente
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.

    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Final Fantasy V A paraître sur GBA

Test de Final Fantasy V (GBA)

FF V : le Job-Playing Game

Test
Alors que Square Enix a annoncé sa totale coopération au succès de la DS, la petite GameBoy Advance reçoit ce mois-ci les honneurs du RPG avec le bien nommé Final Fantasy V Advance. Et si visuellement le jeu encaisse le choc avec le tout récent FF III sur la portable à deux écrans, c'est avec la tête haute que le cinquième épisode de la série sort du duel du gameplay.

Les Chroniques des Cristaux

Loin des aventures épiques du douzième opus, FFV se contente du minimum syndical de l'époque quant à son scénario. Bratz, un voyageur errant est témoin de la chute d'une météorite non loin de son campement. Il y rencontrera trois autres personnages : un pirate téméraire et astucieux, un vieil homme amnésique qui recèle bien des secrets et la jeune et belle princesse Lenna Tycoon, à la recherche de son père. Les quatre compagnons vont tout d'abord enquêter sur les quatre cristaux (eau, vent, feu, terre) avant de devoir affronter le terrible sorcier Exdeath.

Classique au possible, l'aventure est tout de même rythmée par de nombreux retournements de situation, des surprises, des morts, des résurrections et des combats épiques et magistraux - vous connaissez la chanson. Là où le bas blesse, c'est que durant les deux premières heures, aucune surprise ne fonctionne correctement. Plus le jeu avance, plus l'histoire devient prenante, passionnante et hypnotise carrément le joueur. Porté par des personnages étonnants - on pense tout particulièrement à Galuf, le vieil amnésique qui se trouve être hilarant du début à la fin -, le jeu est pourtant en deçà des autres épisodes SNES de Final Fantasy.


4 héros + 26 jobs = infinité de possibilités

Mais passons au coeur du jeu tout de suite. Comme vous le savez déjà sûrement, FFV se démarque par son système de classe très particulier qui est une version améliorée du système de FFIII. Chaque personnage peut donc choisir un métier parmi les 26 proposés et qui sont reçus de façon graduelle. On peut citer les éternels Paladin, Mage Blanc, Noir et Rouge mais aussi Géomancien et autre Voleur ou Ninja. Plus originaux, les Mages Bleus qui font ici leur première apparition (ils peuvent apprendre les attaques ennemis et les utiliser en combat) ou encore les Chevaliers-Mages qui possèdent divers sorts d'enchantements d'épées. Lors des combats, les personnages sont récompensés par des points d'expérience mais aussi par des points de combats. Chaque job a en effets on propre niveau qui grossit au fur et à mesure. A titre d'exemple, il faudra une vingtaine de combats pour atteindre le second niveau de Mage Noir... mais il en faudra une centaine de plus pour le cinquième.

Grosse nouveauté - et c'est là où FFV devient réellement intéressant - les personnages ont le droit à deux capacités : celle de leur métier actuel (par exemple Magie Blanche pour les Mages Blancs) et celle d'un autre métier, à condition de l'avoir obtenue en montant de niveau. Sur le papier ça semble confus et inutile... mais dans le jeu, rien de vous empêche d'avoir un Paladin avec Magie Blanche ou un Mage Noir avec une compétence de Voleur. Tout est possible même si on se rend compte rapidement des limitations du jeu : un magicien sera toujours plus fort si sa compétence de magie est principale par exemple.

Il n'empêche que cela procure un sentiment de profonde liberté. Rien ne vous empêche d'avoir, comme moi, un Mage Noir/Mage Blanc, un Paladin/Géomancien ou encore un Paladin/Mage Bleu. Chacun est libre de créer l'équipe de ses rêves. Et comme chaque job possède une arme ultime, les métiers ne sont pas aussi déséquilibrés que ceux de FFIII sur Nintendo DS.

Le borgne au pays des aveugles

Malgré ses qualités indéniables, graphiquement, FFV a pris un coup de vieux. Si cet épisode a réglé les problèmes de ralentissements dans certains combats de FFIV, on a parfois l'impression qu'une trop forte abondance de personnages à l'écran (dans les grandes villes surtout) fait un peu ramer la console - ce qui est terrifiant à voir sur GBA. On peut aussi regretter que l'équipe de TOSE, derrière ce remake, n'ai pas filé un petit coup de polish à des graphismes qui attestent les années. Là où FFVI est encore très beau, FFV se contente d'être correct, parfois même à la limite du désagréable.

Toutefois, le joueur qui achètera FFV sait à quoi il a affaire. Il sait aussi qu'une aventure old-school l'attend. Heureusement, l'humour et le système de jeu seront là pour attirer le joueur trop exigeant - ou trop difficile. Certains vont adorer, d'autres vont détester mais le jeu demande de faire souvent un peu de levelling, ne serait-ce que pour pouvoir tenir plus de deux tours face à certains boss surpuissants. Bonne nouvelle : même en faisant des combats en plus, les affrontements restent serrés, difficiles et demandent un maximum de stratégie. Surtout quand on sait que le jeu utilise le Actime Battle Time (déjà entr'aperçu dans FFIV) et que se balader dans les menus d'attaque sans se presser est souvent synonyme de mort aussi brusque que soudaine ; le temps avance continuellement, sans se soucier du joueur.

Pour terminer, on peut rajouter que ce remake/portage vaut tout de même son pesant de cacahouètes. En plus d'un donjon réservé aux hardcore gamers, le jeu propose un Sound Test avec toutes les (comme toujours) excellentes musiques de Monsieur Uematsu. Un bestiaire accompagne les bonus. Le 'pack' classique des portages GBA de Final Fantasy en somme (sauf le III...). Malgré la faible définition de la console et les menus parfois fouillis, on lit avec aisance. Si au repos tout va bien, se déplacer dans les menus lors des combats devient un peu plus chaotique ; surement le stress !
15/20
En attendant FFVI qui sort le 29 juin, rien de mieux qu'un petit FFV. OK, c'est un jeu 'vieux', OK, on fait mieux sur portable aujourd'hui en matière de 2D et OK, on a rarement vu un scénario aussi cliché - surtout dans les deux premières heures). Mais avec une durée de vie avoisinant les 40 heures, pas mal d'humour, des bonus sympathiques et surtout un système de jeu extrêmement riche, passer à côté de FFV serait une grosse erreur pour les férus de RPG.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


PNCAST ACTU // Résultats financiers 2019-2020

Soutenez PN : achetez ces jeux !

15 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Pas de commentaire

Jouabilité
Durée de vie
Graphismes
Son
Intérêt

Votre avis sur le jeu Votre attente !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Final Fantasy V (GBA) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Mon attente
  • Devenir fan !

L'attente des visiteurs

J'en dors plus la nuit
 
0%
Je l'attends beaucoup
 
0%
Je suis curieux
 
0%
Pas convaincu
 
0%
Pas pour moi
 
0%

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×