yoann[007]
Eleglin a écrit:Une entreprise ne peut pas forcément transformer son activité du jour au lendemain. Il faut une opportunité pour cela, ainsi que des capacités d'investissement suffisantes.

Et ça commence par ne pas boycotter un produit qui est vendu à la Fnac juste à côté ;)
D'ailleurs ton discours est très théorique mais en pratique tu suggères quoi ? Que Micromania se reconvertisse dans la lingerie féminine, dans la quincaillerie ou la poissonnerie ? :D

Pendant l'intervalle, il leur est possible de vendre des cartes prépayées pour les supports dématérialisés, car il y a encore un grand nombre de clients qui ne souhaitent. Sony et Microsoft avaient d'ailleurs bien indiqué qu'ils étaient prêts à laisser les revendeurs faire un peu de marge en les proposant sensiblement moins chères que leur valeur faciale (c'est notamment ce qui permet, côté Microsoft, à certains revendeurs peu réglo sur le net de vendre des cartes prépayées ou Xbox Live pour un prix bien moins important que la normale). Pour Sony, ça s'est terminé, comme on sait, par la descente d'organes des grands revendeurs qui, du coup, se sont privés du deal. GG les mecs, vous êtes forts !

Micromania propose d'ailleurs une offre dématérialisée pour PC assez touffue sur son site web. C'est un exemple d'avenir pour les grandes enseignes.

Enfin, il est évident qu'à long terme, les magasins de jeux vidéo n'auront pas de raison d'être. GAME a commencé depuis longtemps la transformation, avec une optique culturelle plus généraliste (et là ça concerne plus particulièrement les "petites boutiques" non franchisées). Reste à savoir si les concernés sauteront dans le train en marche ou refuseront fermement de quitter le quai, façon Micromania :lol:

Il y a une dernière vérité, c'est qu'avec la dématérialisation, l'ensemble de la chaîne fait moins de profit. C'est vrai pour les geignards de revendeurs, mais c'est vrai aussi pour l'éditeur. Seuls les développeurs gagnent, en proportion, une part plus raisonnable du gain. Du coup, j'ai vraiment du mal avec les pleurnicheries à contresens de l'évolution, alors que moi, ça me paraît être dans une logique infiniment plus juste.
Eleglin
Les cartes prépayées rapporteront largement moins que les supports physiques. Je doute que les adeptes du dématérialisé achètent préférentiellement des cartes plutôt que de saisir un numéro de C.B. Et d'ailleurs pourquoi se déplaceraient-ils vers Micromania plutôt que d'attraper une carte prépayée près des caisses de leur grande surface ? ^^
Et de toute façon, on peut pas les revendre d'occasion. Donc là aussi une perte.

Pas bête l'idée de diversifier l'activité vers une optique cuturelle plus générale. Cependant, il faut avoir la possibilité technique (donc de plus grandes surfaces) et aussi une niche libérée. Sachant que la concurrence telle que la FNAC est relativement bien installée, ça me semble difficile en pratique.

Là, aussi pour l'offre dématérialisée, je ne pense pas que ces enseignes seraient fondamentalement opposées s'ils avaient la possibilité de participer à cette offre.
Or visiblement, les constructeurs sont peu désireux de laisser des boutiques tierces proposer des jeux dématérialisés pour les consoles. Donc au final le problème vient aussi bien des constructeurs que des revendeurs.

Personnellement, je soutiens la démarche de Micromania pour le coup. La concurrence est quelque chose de très positif pour le consommateur. A partir du moment où un seul acteur s'attribue tout un monopole, ça conduit toujours à des prix élevés.
yoann[007]
Eleglin a écrit:Les cartes prépayées rapporteront largement moins que les supports physiques.

OUI ! Oui et 100 fois oui. Il va falloir s'y faire, le dématérialisé rapporte moins aux intermédiaires (éditeurs et revendeurs en tête), c'est même son atout numéro 1.

Il y a des choses qui ne pourront jamais être dématérialisées par nature, c'est les consoles et les accessoires.

Je doute que les adeptes du dématérialisé achètent préférentiellement des cartes plutôt que de saisir un numéro de C.B.

Ca dépend de qui on parle, en réalité. Beaucoup de personnes ont encore du mal avec le principe de donner leur numéro de CB sur Internet (je sais que ça peut nous paraître étrange, à nous autres "technophiles", mais c'est fréquent dans le grand public). Pense également aux plus jeunes qui n'ont pas l'âge d'avoir de CB, tout simplement.

C'est parce que la demande était forte que Sony et Nintendo ont créé leurs cartes prépayées.

Et d'ailleurs pourquoi se déplaceraient-ils vers Micromania plutôt que d'attraper une carte prépayée près des caisses de leur grande surface ? ^^

Pour la même raison qui fait actuellement acheter des jeux au Micromania plutôt qu'à Carrefour : par habitude, par volonté d'acheter du jeu dans une enseigne dédiée au jeu, pour l'accueil et le conseil...

Cependant, je suis d'accord avec toi, si les enseignes spécialisées s'enferment dans leur autisme et refusent de faire ce que les autres font, elles s'enterrent toutes seules et font un pont d'or aux grandes surfaces. Poiurquoi aller dans un magasin qui ne vend même pas ce que je veux ?

Et de toute façon, on peut pas les revendre d'occasion. Donc là aussi une perte.

Vu les pratiques hallucinantes des magasins en ce qui concerne l'occasion, je t'assure que je ne vais pas les plaindre.

Pas bête l'idée de diversifier l'activité vers une optique cuturelle plus générale. Cependant, il faut avoir la possibilité technique (donc de plus grandes surfaces) et aussi une niche libérée. Sachant que la concurrence telle que la FNAC est relativement bien installée, ça me semble difficile en pratique.

Pas tant que ça pour une franchise aussi puissante que Micromania en tout cas. En termes d'espace, ce qui est réduit en termes de jeux peut être mis à profit pour autre chose (après tout, ils n'hésitent pas à supprimer les jeux PC dans la plupart de leurs magasins pour avoir un rayon DS tout rose plus grand !).

Le but n'est pas de concurrencer frontalement la Fnac, et l'orientation vidéoludique peut et doit être conservée. Simplement, ne conserver que ça (et surtout sous la forme actuelle) n'est pas viable. Une remise en question est nécessaire, mais ils refusent de la faire. Tu es au moins d'accord avec ça ?

Là, aussi pour l'offre dématérialisée, je ne pense pas que ces enseignes seraient fondamentalement opposées s'ils avaient la possibilité de participer à cette offre.
Or visiblement, les constructeurs sont peu désireux de laisser des boutiques tierces proposer des jeux dématérialisés pour les consoles. Donc au final le problème vient aussi bien des constructeurs que des revendeurs.

Pour les consoles, je l'ai dit, la solution passe par des partenariats avec les constructeurs, autour de cartes prépayées notamment. Il y a un vrai profit à faire dessus, contrairement à ce qui a souvent été mis en avant par les enseignes. Actuellement, Micromania vend les cartes prépayées plus chères que leur valeur faciale, ce qui est anormal ; l'objectif à terme c'est d'avoir une carte vendue à son prix facial (pas moins, pas plus) et qui génère tout de même de la marge pour le revendeur. C'est PARFAITEMENT possible (et c'est même très rentable quand c'est bien implémenté ; la Poste fait beaucoup de profit sur les cartes prépayées d'opérateurs mobiles qu'elle a mis en vente depuis quelques années !).

Les constructeurs sont très ouverts sur ce terrain parce que le prépayé leur permet quelque chose que l'achat direct ne permet pas ; l'inconvénient du dématérialisé c'est qu'avec la CB, souvent, l'acheteur ne paye que ce qu'il consomme, au moment précis où il le consomme (sauf dans le cas de micro-paiements façon Microsoft). Or, les constructeurs adorent avoir de la réserve et les cartes prépayées sont un formidable réservoir de cash pour eux. A tel point que, oui, ils sont tout à fait prêts à négocier sur ce terrain pour trouver un deal gagnant-gagnant (et comme je l'ai déjà dit, ils le font déjà avec les partenaires qui le souhaitent, c'est ce qu'on voit sur les sites internet qui vendent des codes à prix cassés).

C'est comme ça que les choses devraient être faites. Pas avec des cartes à 30 euros vendues 36€ au Micromania du coin parce que l'enseigne souhaite décourager l'essor du dématérialisé.

Il ne faut pas se tromper par ailleurs : le vrai ennemi, c'est Apple, qui ne souhaite AUCUN intermédiaire.

Personnellement, je soutiens la démarche de Micromania pour le coup. La concurrence est quelque chose de très positif pour le consommateur. A partir du moment où un seul acteur s'attribue tout un monopole, ça conduit toujours à des prix élevés.

Seul problème : Micromania déteste la concurrence. Déjà en état de quasi-monopole en France, l'enseigne pratique des prix plus que douteux sur l'ensemble de ses produits.

Tu n'as pas l'air de réaliser que ce sont leurs propres erreurs qui vont leur foutre le nez dedans. Il y a quelques années, j'achetais à Micromania. Maintenant, je commande sur Internet pour éviter d'avoir à acheter leurs jeux systématiquement réhaussés de 5 à 10 euros en moyenne. A qui la faute ? C'est la dématérialisation, là encore ? Moi je ne demande que ça, d'aller acheter en boutique, c'est bien plus sympa. Mais il ne faut pas déconner non plus.

Le fait qu'une enseigne pareille fasse du dumping sur tout ce qui est dématérialisé ne m'étonne pas, c'est raccord avec leurs pratiques commerciales. En revanche, dire que cela va en faveur d'une meilleure concurrence, comment dire ?

On sait très bien qu'ils seront perdants sur le long terme. Tant pis pour eux s'ils ne souhaitent rien changer.
Eleglin
Je soutiens la démarche de Micromania parce qu'elle ralentit le passage à un système non concurrentiel. Mais attention, j'achète rarement chez Micromania et uniquement de l'occasion ou de rares bonnes affaires. J'achète quasi-exclusivement mes jeux neufs chez Amazon.
Quand je parle de concurrence actuellement, je prends en compte tous les distributeurs de jeux vidéos.

La carte prépayée n'est qu'un artifice qui donne une fausse impression de concurrence. Le plupart des distributeurs les revendent plus ou moins au même prix, et ne font jamais de promotions réellement intéressantes dessus.

D'ailleurs regarde Nintendo. Le dématérialisé chez eux est actuellement très peu intéressant pour le consommateur : les prix ne baissent jamais et il n'y a pas de soldes. Le système de points n'est qu'un moyen de masquer un prix excessif... et de le figer. Et comme tu l'as montré précédemment, d'empaucher des sous avant même qu'un achat soit fait.
Clairement, le client est le dindon de la farce dans l'histoire. :-/
yoann[007]
Eleglin a écrit:Je soutiens la démarche de Micromania parce qu'elle ralentit le passage à un système non concurrentiel.

La concurrence dans le dématérialisé existe de façon très simple : entre constructeurs. C'est pour cela que les prix ne pourront pas être fixés n'importe comment et faire n'importe quoi. Attention à la désinformation ou à l'analyse faussée. Même si je comprend ce que tu dis, au départ.

La carte prépayée n'est qu'un artifice qui donne une fausse impression de concurrence. Le plupart des distributeurs les revendent plus ou moins au même prix, et ne font jamais de promotions réellement intéressantes dessus.

On est en France, les prix sont libres : libre à chacun de décider de faire des marges beaucoup plus réduites pour vendre plus. Ou de fixer les prix beaucoup plus haut en voulant faire plus de marge.

En attendant, comme je l'ai dit plus haut, on n'en est pas encore là. Les constructeurs sont bien prêts à réduire leurs marges sur les cartes comme je l'ai expliqué (ils le font déjà), c'est les revendeurs qui refusent cela.

D'ailleurs regarde Nintendo. Le dématérialisé chez eux est actuellement très peu intéressant pour le consommateur : les prix ne baissent jamais et il n'y a pas de soldes. Le système de points n'est qu'un moyen de masquer un prix excessif... et de le figer. Et comme tu l'as montré précédemment, d'empaucher des sous avant même qu'un achat soit fait.

Oui, mais regarde Sony et Microsoft qui font des promotions régulières, de plus en plus intéressantes. Regarde Valve qui a divisé par deux, trois ou quatre les factures des joueurs PC via Steam en quelques années, ça aussi, c'est un fait ! Après, on ne parle pas d'un phénomène qui va prendre une ou deux années pour atteindre sa vitesse de croisière ; la dématérialisation est déjà amorcée depuis pas mal d'années et va encore en prendre une bonne dizaine pour parfaitement s'installer. C'est à cette échelle de temps-là que les prix vont devenir intéressants à long terme, grâce à la concurrence entre constructeurs.

Que Nintendo soit à la traîne sur le dématérialisé, ce n'est pas une info, c'est une évidence :D

Clairement, le client est le dindon de la farce dans l'histoire. :-/
Expression toute faite qui ne reflète absolument pas la vérité.
Eleglin
La concurrence dans le dématérialisé existe de façon très simple : entre constructeurs. C'est pour cela que les prix ne pourront pas être fixés n'importe comment et faire n'importe quoi. Attention à la désinformation ou à l'analyse faussée. Même si je comprend ce que tu dis, au départ.

Trois concurrents, ça laisse largement la possibilité de s'entendre plus ou moins consciemment sur les prix. D'autant plus qu'ils vendent des jeux qui ne sont pas toujours multiplateformes.

Ce ne serait pas la première fois que la perte de diversité au niveau des distributeurs se fait dans le dos du client. Je pense notamment aux grandes surfaces dont la concurrence très peu agressive leur permet de se faire des marges très importantes.
Je vois également ce qui s'est passé récemment dans certains pays, où les pharmaciens ont perdu leur monopole et où l'essor de grandes chaines a conduit au bout de quelques années à une augmentation des prix sur le non remboursé.

A mon avis, pour limiter le risque, il faudrait laisser la possibilité de télécharger ses jeux sur des boutiques non affiliés aux constructeurs.
Un peu comme ce qu'on voit sur les PCs même si j'ai jamais tenté l'expérience. Après tout, pourquoi des steamlike ne pourraient pas être de la fête ? :-)
Oko
D'ailleurs regarde Nintendo. Le dématérialisé chez eux est actuellement très peu intéressant pour le consommateur : les prix ne baissent jamais et il n'y a pas de soldes. Le système de points n'est qu'un moyen de masquer un prix excessif... et de le figer. Et comme tu l'as montré précédemment, d'empaucher des sous avant même qu'un achat soit fait.

Pour le revendeur plutôt, car le consommateur s'y retrouve largement. Des jeux comme DeathSpank ou Super Meat Boy à 13€ c'est tout bénef', et les promotions sont assez régulières (pour pousser à consommation évidemment).

C'est parfois une "arnaque" bien dissimulée (acheter DeathSpank 2 sur les premiers jours de sa sortie pour avoir deux DLC gratuits n'est pas franchement une très bonne affaire vu leur qualité, mais bon, on a le jeu et son bonus sans débourser plus au final), d'autres fois un sacré gain financier (Super Meat Boy a 800 points au lieu de 1200 pendant un mois).

Par contre, le système de points est effectivement une merde sans nom. Si encore la conversion se faisait dans un sens moins défavorable pour le consommateur...
yoann[007]
Eleglin a écrit:A mon avis, pour limiter le risque, il faudrait laisser la possibilité de télécharger ses jeux sur des boutiques non affiliés aux constructeurs.
Un peu comme ce qu'on voit sur les PCs même si j'ai jamais tenté l'expérience. Après tout, pourquoi des steamlike ne pourraient pas être de la fête ? :-)

J'y suis parfaitement favorable d'un point de vue purement théorique, mais en pratique, ce n'est techniquement pas faisable car c'est toujours le constructeur qui signe numériquement le jeu fini (y compris sur les éditions physiques d'ailleurs).

Disons que tu le remarques juste plus sur le dématérialisé, mais de tout temps, le constructeur a eu droit de vie ou de mort sur sa machine : et possibilité de fixer/influencer les prix via les royalties demandés. C'est même Nintendo qui a commencé ça sur NES (qui ne se souvient pas des cartouches "non-officielles" non licenciées par Nintendo, qui avaient besoin d'un adaptateur et d'une cartouche officielle pour pouvoir booter ?).

D'une manière ou d'une autre, tu en reviens au même problème : le constructeur est un passage obligé. Tu pourrais en théorie ajouter un intermédiaire (le revendeur, utile pour le matérialisé mais totalement inutile en démat') mais tu ne peux pas retirer le constructeur dans le maillon. Sauf à imaginer une console libre de droits avec tout ce que ça implique en termes d'absence de contrôle, piratage, etc.

Akëdysséril a écrit:Par contre, le système de points est effectivement une merde sans nom. Si encore la conversion se faisait dans un sens moins défavorable pour le consommateur...

A mon avis, ce système de points ne devrait pas perdurer. Il a son avantage pour le consommateur, tout de même ; le prix unique garanti à travers le monde, sans problèmes de cours du dollar ou autres tarifs abusifs pour nous autres européens :p . Mais dans l'ensemble c'est vrai qu'il est bourré d'inconvénients et Microsoft a déjà commencé à le lâcher (sur Xbox Live les jeux 360 à la demande s'achètent en vraie monnaie, non pas en points), sans doute en prévision de la prochaine génération.

Nintendo y renoncera sans doute dans 5 ans avec son décalage habituel... ;)

Le modèle vers lequel on s'oriente c'est celui qu'on trouve déjà quasiment partout sur PC : facturé à l'achat, ni plus ni moins. C'est presque la même chose pour Sony sur PSN, sauf que ce dernier impose un achat minimum de 5 € (si tu achètes un article moins cher, tu dois obligatoirement acheter 5 € et le reste te sera crédité sur ton compte pour ton prochain achat). Pas très contraignant mais pas encore satisfaisant à 100%.
Quizzman
Le système de points a une stratégie commerciale très claire: Ne pas donner l'impression au consommateur qu'il manie de l'argent (c'est d'ailleurs très clair avec les cartes 800 points qui coutent le double de ce que coute 800 points avec une carte 4200).