yoann[007]
Jumpman a écrit:
yoann[007] a écrit:Pardon mais comment peux-tu interfacer le MOINDRE bout de code avec ta console (a.k.a. MODIFIER ta console, en des termes software) sans utiliser le code original de la console ?

A moins d'installer un noyau Linux totalement neuf sur ta console, ce qui ne te servirait à rien du tout (et même là, le code que tu utilises pour accéder à la mémoire de la console dans un premier temps serait forcément issu de reverse engineering)....

J'attend que tu m'expliques à quoi tu fais référence. Il n'existe AUCUNE (je dis bien aucune) méthode de hacking qui répond à ta définition. L'IOS n'était qu'un exemple. En pratique, tous les softs de hack utilisent du code appartenant à Nintendo, et comment pourraient-ils faire autrement ?

Sans IOS, pas de jeu (ni commercial, ni homebrew).
Sans les drivers, pas de jeu (ni commercial, ni homebrew).
Sans accès à la mémoire de la console, ROM ou RAM... pas de jeu (ni commercial, ni homebrew).
Sans librairie audio, graphique, etc., pas de jeu (ni commercial, ni homebrew).

Je pourrais développer longtemps, mais je pense que tu m'as compris :)

Utiliser une faille pour injecter ton propre code et le faire exécuter par la console.
C'est tout à fait possible non ?

Déjà, tu zappes toute l'étape initiale, qui est constituée de reverse engineering pour comprendre le fonctionnement même de la console (ce qu'il y a dedans, comment c'est organisé, ce qui sert à ceci ou cela...). C'est déjà une première grosse infraction tout de même :p

Après, non, à ma connaissance, ce n'est pas possible d'exécuter "ton propre code" à partir de rien du tout sans exploiter de code provenant de Nintendo. Je ne vois pas par quel miracle, en fait ; si tu ne connais pas le fonctionnement de la console, que tu ne disposes d'aucune librairie, laisse-moi te dire que tu ne peux rien faire. Par ailleurs, actuellement, toutes les failles existantes et connues utilisent du code provenant de Nintendo et modifié (même Bannerbomb, aussi simple soit-elle). En fait, cette première étape, ce premier exploit indispensable utilise OBLIGATOIREMENT du code provenant de la console. Le seul autre moyen que je vois serait de remplacer des pièces de hardware (ROM notamment) pour que la console soit capable de booter directement sur ton propre code sans passer par ce que Nintendo a fait. Et même là, il est virtuellement impossible que quelqu'un soit capable de faire ça sans rien, sans reprendre le code de Nintendo.

A moins que ce que tu essayes de me dire c'est qu'en théorie, si tu es un génie de l'informatique et que tu penses pouvoir recréer à partir de zéro un OS qui fait exactement la même chose que celui de la console hôte, avec toutes ses fonctionnalités (drivers, IOS etc. inclus), tout en trouvant une faille qui n'utiliserait aucun code proprio (là, j'avoue que je vois pas), ce serait possible. Mais c'est juste une vue de l'esprit et, en pratique, ça n'existe pas et ça n'existera jamais. C'est ce que tu essayais de dire ?

Au pire ce que tu arriverais à créer, c'est un système qui n'a rien d'une Wii dans la carcasse d'une Wii, de toute façon. Ce qui est de bien peu d'intérêt, tu en conviendras.
Jumpman
yoann[007] a écrit:Déjà, tu zappes toute l'étape initiale, qui est constituée de reverse engineering pour comprendre le fonctionnement même de la console (ce qu'il y a dedans, comment c'est organisé, ce qui sert à ceci ou cela...). C'est déjà une première grosse infraction tout de même :p

Je ne crois pas.

OpenOffice s'est longtemps basé sur du reverse engineering de code propriétaire pour pouvoir lire les fichiers Word.
Il n'est pas illégal pour autant.

Après, non, à ma connaissance, ce n'est pas possible d'exécuter "ton propre code" à partir de rien du tout sans exploiter de code provenant de Nintendo. Je ne vois pas par quel miracle, en fait ; si tu ne connais pas le fonctionnement de la console, que tu ne disposes d'aucune librairie, laisse-moi te dire que tu ne peux rien faire. Par ailleurs, actuellement, toutes les failles existantes et connues utilisent du code provenant de Nintendo et modifié (même Bannerbomb, aussi simple soit-elle). En fait, cette première étape, ce premier exploit indispensable utilise OBLIGATOIREMENT du code provenant de la console. Le seul autre moyen que je vois serait de remplacer des pièces de hardware (ROM notamment) pour que la console soit capable de booter directement sur ton propre code sans passer par ce que Nintendo a fait. Et même là, il est virtuellement impossible que quelqu'un soit capable de faire ça sans rien, sans reprendre le code de Nintendo.

A moins que ce que tu essayes de me dire c'est qu'en théorie, si tu es un génie de l'informatique et que tu penses pouvoir recréer à partir de zéro un OS qui fait exactement la même chose que celui de la console hôte, avec toutes ses fonctionnalités (drivers, IOS etc. inclus). Mais c'est juste une vue de l'esprit et, en pratique, ça n'existe pas et ça n'existera jamais. C'est ce que tu essayais de dire ?

Au pire ce que tu arriverais à créer, c'est un système qui n'a rien d'une Wii dans la carcasse d'une Wii, de toute façon. Ce qui est de bien peu d'intérêt, tu en conviendras.


Si tu trouves une faille, tu peux injecter tes propres morceaux de code et les faire exécuter par la console. Évidemment, pour les hackers c'est plus facile d'utiliser des IOS donc c'est ce qui est utilisé couramment. Mais tu peux toujours profiter de la faille pour envoyer au processeur des instructions Assembleur qui n'ont rien à voir avec le reste.
Après il reste le problème des périphériques. Si tu analyses le protocole de communication avec les périphérique et que tu développes ton propre code pour communiquer avec eux, je ne vois pas ce qu'il y a d'illégal.
C'est ce qui se fait depuis longtemps sous Linux, quand les fabricants de périphériques livrent leurs drivers uniquement pour Windows.
yoann[007]
Jumpman a écrit:
yoann[007] a écrit:Déjà, tu zappes toute l'étape initiale, qui est constituée de reverse engineering pour comprendre le fonctionnement même de la console (ce qu'il y a dedans, comment c'est organisé, ce qui sert à ceci ou cela...). C'est déjà une première grosse infraction tout de même :p

Je ne crois pas.

OpenOffice s'est longtemps basé sur du reverse engineering de code propriétaire pour pouvoir lire les fichiers Word.
Il n'est pas illégal pour autant.

Ils ont changé, parce qu'ils savaient très bien que c'était illégal. D'ailleurs tu n'es pas sans savoir, si tu connais bien OOo, que ce module d'export était plus que décrié au sein de la communauté libre à cause de sa licence douteuse au possible...

Ce qu'il convient de retenir dans l'histoire c'est que Sun a sorti les gros sous pour l'accord avec MS... pour moi ça ne va pas beaucoup plus loin...

(P.S.: le reverse engineering, quelle qu'en soit la forme, est une pratique illégale ! OOo a longtemps admis que c'était "la seule solution possible" pour un support Word, pour se justifier malgré la polémique.)


Après, non, à ma connaissance, ce n'est pas possible d'exécuter "ton propre code" à partir de rien du tout sans exploiter de code provenant de Nintendo. Je ne vois pas par quel miracle, en fait ; si tu ne connais pas le fonctionnement de la console, que tu ne disposes d'aucune librairie, laisse-moi te dire que tu ne peux rien faire. Par ailleurs, actuellement, toutes les failles existantes et connues utilisent du code provenant de Nintendo et modifié (même Bannerbomb, aussi simple soit-elle). En fait, cette première étape, ce premier exploit indispensable utilise OBLIGATOIREMENT du code provenant de la console. Le seul autre moyen que je vois serait de remplacer des pièces de hardware (ROM notamment) pour que la console soit capable de booter directement sur ton propre code sans passer par ce que Nintendo a fait. Et même là, il est virtuellement impossible que quelqu'un soit capable de faire ça sans rien, sans reprendre le code de Nintendo.

A moins que ce que tu essayes de me dire c'est qu'en théorie, si tu es un génie de l'informatique et que tu penses pouvoir recréer à partir de zéro un OS qui fait exactement la même chose que celui de la console hôte, avec toutes ses fonctionnalités (drivers, IOS etc. inclus). Mais c'est juste une vue de l'esprit et, en pratique, ça n'existe pas et ça n'existera jamais. C'est ce que tu essayais de dire ?

Au pire ce que tu arriverais à créer, c'est un système qui n'a rien d'une Wii dans la carcasse d'une Wii, de toute façon. Ce qui est de bien peu d'intérêt, tu en conviendras.


Si tu trouves une faille, tu peux injecter tes propres morceaux de code et les faire exécuter par la console. Évidemment, pour les hackers c'est plus facile d'utiliser des IOS donc c'est ce qui est utilisé couramment. Mais tu peux toujours profiter de la faille pour envoyer au processeur des instructions Assembleur qui n'ont rien à voir avec le reste.
Après il reste le problème des périphériques. Si tu analyses le protocole de communication avec les périphérique et que tu développes ton propre code pour communiquer avec eux, je ne vois pas ce qu'il y a d'illégal.
C'est ce qui se fait depuis longtemps sous Linux, quand les fabricants de périphériques livrent leurs drivers uniquement pour Windows.

Oui, donc c'est une vue d'esprit, mais tu es d'accord qu'en pratique, ce n'est jamais comme ça que cela fonctionne ? Tu prend un homebrew sur Wii (pratique que tu défend, a priori, depuis le début), il utilise un bon paquet d'élements software de Nintendo sans permission (c'est difficile de lister, mais au minimum ce qui est rapport aux drivers et quelques librairies basiques). Ce n'est pas "du code lancé en assembleur sans rien derrière", on est bien d'accord ? Ca n'existe pas.

Et même si c'était le cas par un quelconque miracle, la méthode utilisée pour la faille initiale serait problématique, mais je l'ai déjà dit :) à la source, il y a FORCEMENT l'intrusion dans un système fermé, et il n'y a aucun moyen de le faire "proprement" sans étude et réutilisation du code source. On ne découvre pas les failles par pur hasard.

Le homebrew, c'est avant tout la possibilité de faire exécuter du code sur une console sans payer les royalties demandés par le constructeur (certains homebrews trouveraient pourtant leur place sur WiiWare, à coup sûr !). Alors, s'opposer au piratage pur et dur par principe, c'est bien joli, mais si tu veux pousser le raisonnement jusqu'au bout sans rien omettre, le homebrew est également une forme de parasitage économique en ce qui concerne Nintendo, et indirectement les développeurs concurrents qui, eux, payent. C'est capillotracté, je l'accorde... mais tout autant de dire que les gens hackent leur console uniquement pour utiliser des homebrews, après tout !

Je pense que certains développeurs de homebrew n'y ont même pas pensé et font juste ça pour le fun et/ou le plaisir, mais crois-moi, d'autres ont complètement ça en tête. Le homebrew, c'est gratuit mais ce n'est pas Bisounours land pour autant.

Tu peux parler de morale, du fait que tu ne "voles" pas les développeurs en faisant seulement du homebrew et en achetant tes jeux... ça me semble un discours raisonné et raisonnable. Mais ne dis pas que le homebrew est légal là où le piratage de jeux ne l'est pas, ça c'est juste un argument fallacieux à la con...
Jumpman
Ils ont changé, parce qu'ils savaient très bien que c'était illégal. D'ailleurs tu n'es pas sans savoir, si tu connais bien OOo, que ce module d'export était plus que décrié au sein de la communauté libre à cause de sa licence douteuse au possible...

Ce qu'il convient de retenir dans l'histoire c'est que Sun a sorti les gros sous pour l'accord avec MS... pour moi ça ne va pas beaucoup plus loin...


Ils ont changé parce que maintenant le docx est un format dont les spécifications sont ouvertes ! Ils n'ont donc plus besoin de faire de reverse engineering, c'est tout !
syndrome
Après que la justice française ait considéré légale la vente de linkers ou cartouches R4, Nintendo voit rouge. La firme de Mario a fait appel de la décision.
Publicité

Entre Nintendo et la justice française, un véritable feuilleton commence à prendre forme. Suite à une décision du TGI de Paris, la vente de linkers, ou cartouches dites R4, a été déclarée légale. Si le piratage de la Nintendo DS reste prohibé, les méthodes pour y parvenir sont, elles, bien légales.

Le tribunal de grande instance de Paris a débouté, la semaine dernière, Nintendo de sa demande d’interdiction de la vente de cartouches linkers pour sa console portable DS. La firme de Kyoto a donc fait appel de la décision de justice. Le procureur de la République s’est aussi joint à la demande formulée par le japonais.

Dans un communiqué, Nintendo forme son appel en se fondant sur une décision du tribunal de Hong Kong pour vente de produits contournant les mesures techniques de protection de ses produits.

Alors que le juge de première instance avait fondé son jugement estimé que le contournement des techniques de protection mises en place par Nintendo était justifiable au regard de l’interopérabilité des cartouches. Traduction : le fait qu'un outil permette de commettre des actes répréhensibles ne signifie aucunement qu'il est, en lui-même, illégal.

Nintendo a donc rappelé que « la contrefaçon des droits de propriété industrielle et intellectuelle, notamment de ses marques, logiciels, mesures de protections techniques et des contenus des jeux vidéos porte gravement atteinte à l'ensemble de la chaîne de valeur de l'industrie du jeu vidéo, aux entreprises indépendantes de création, aux studios de développement, aux éditeurs, aux fabricants, et aux distributeurs, ainsi qu'aux utilisateurs qui attendent des produits portant la marque Nintendo le plus haut niveau de qualité et de fiabilité ».

Pour rappel, les cartouches dites R4 ou linkers constituent un moyen simple de « pirater » la console portable de Nintendo, la DS. Précisément elle permet de jouer à partir de simples copies de jeux originaux, soit échangés entre joueurs, soit téléchargées sur le Net. Si, au titre de l'exception pour la copie privée, l'échange de fichiers protégés par le droit d'auteur est toléré, le téléchargement massif depuis le réseau mondial est considéré comme du piratage par la firme nippone.

Dès lors, il appartient maintenant à la cour d'appel de se prononcer sur l’avenir des cartouches pour Nintendo DS. Restera alors à régler la question des vendeurs hors de France, notamment de Hong Kong, qui vendent les linkers par Internet…

Conclusion de l'histoire, comme je l'ai dis plus haut, l'exécution de code non signé par Nintendo n'est pas illégal! C'est l'utilisation que l'on en fait qui peut l'être.
yoann[007]
Jumpman a écrit:
Ils ont changé, parce qu'ils savaient très bien que c'était illégal. D'ailleurs tu n'es pas sans savoir, si tu connais bien OOo, que ce module d'export était plus que décrié au sein de la communauté libre à cause de sa licence douteuse au possible...

Ce qu'il convient de retenir dans l'histoire c'est que Sun a sorti les gros sous pour l'accord avec MS... pour moi ça ne va pas beaucoup plus loin...


Ils ont changé parce que maintenant le docx est un format dont les spécifications sont ouvertes ! Ils n'ont donc plus besoin de faire de reverse engineering, c'est tout !

Euh, non, pas du tout. Ils ont également gardé le support du .doc legacy si tu suis bien, donc ça n'explique rien !

Simplement, le gros chèque de Sun est passé par là, si bien que reverse engineering ou pas (ça reste toujours aussi peu clair aux yeux de la communauté tout ça d'ailleurs, vive l'opacité, je-dis-ça-je-dis-rien), ça se fait avec l'assentiment de Microsoft.

[On est totalement hors sujet donc si tu le veux bien on va arrêter là concernant OOo :D ]


edit @syndrome : cette jurisprudence française est problématique parce qu'elle contredit les lois, en particulier la DADVSI elle-même (l'interdiction formelle de contourner des mesures techniques de protection sur un système informatisé), j'en avais déjà parlé à l'époque. Ca crée un beau bordel juridique, pour sûr. Dans tous les cas, il est évident qu'il y aura de nouveaux procès qui redonneront raison à Nintendo un jour. Quand, je ne sais pas.
Quizzman
J'ai pas (encore) tout lu, particulièrement les derniers posts, mais je tiens quand même à clarifier une chose:

Télécharger un IOS compilé n'est en rien illégal. Ils sont disponibles gratuitement et légalement sur internet (on peut les chopper par exemple grâce à NUSDownloader).

C'est faire du reverse engineering, ou décrypter, ou toutes ces joyeusetés ou on va, en l'occurence, utiliser la clé universelle de codage de la Wii (key.bin), qui sont illégales.

Mais récupérer le fichier sur internet n'a rien d'illégal. Il est disponible et n'est protégé par aucun code. Après, si on veut rester légal, un IOS crypté sur son PC ne sert strictement à rien à part prendre de la place.
yoann[007]
Quizzman a écrit:J'ai pas (encore) tout lu, particulièrement les derniers posts, mais je tiens quand même à clarifier une chose:

Télécharger un IOS compilé n'est en rien illégal. Ils sont disponibles gratuitement et légalement sur internet (on peut les chopper par exemple grâce à NUSDownloader).

C'est faire du reverse engineering, ou décrypter, ou toutes ces joyeusetés ou on va, en l'occurence, utiliser la clé universelle de codage de la Wii (key.bin), qui sont illégales.

Mais récupérer le fichier sur internet n'a rien d'illégal. Il est disponible et n'est protégé par aucun code. Après, si on veut rester légal, un IOS crypté sur son PC ne sert strictement à rien à part prendre de la place.

Quizzman,
Les IOS sont codés par Nintendo qui détient toute propriété intellectuelle dessus. C'est un code protégé, exactement comme celui d'un jeu.

Le fait que les hackeurs y apportent des modifications n'y change rien (et qu'ils soient compilés ne change ABSOLUMENT rien non plus ; sinon le piratage de jeux serait majoritairement légal partant du principe qu'ils sont tous distribués sous forme binaire et non sous forme de code source aussi).
Benn
a savoir que les droits d'auteurs disparaissent automatiquement 70 ans apres la mort du dernier des auteurs.

donc un jour en effet, on pourra faire ce qu'on voudra avec tous ces codes ^^
yoann[007]
Benn a écrit:a savoir que les droits d'auteurs disparaissent automatiquement 70 ans apres la mort du dernier des auteurs.

donc un jour en effet, on pourra faire ce qu'on voudra avec tous ces codes ^^

Et dans de très rares cas, les constructeurs les passent dans le domaine public. C'est ce que MB a fait avec la Vectrex ainsi que l'intégralité des jeux de la console ! (Bon ok c'est super rare, c'est un peu le seul exemple.)

On en profitera pour rappeler que l'abandonware ça n'existe pas. :D