News Finance et chiffres de vente

L'action Nintendo dans la tourmente à cause de Nintendo Switch Online et du projet Quality of Life

Rien ne va plus chez les investisseurs : l'action Nintendo est en net repli depuis quelques jours en Bourse. La cause de ce tourment : La possible annulation du projet Quality of Life et les soubresauts du Nintendo Switch Online.

News
La semaine dernière, les bonnes nouvelles sur le front des Pokémon avaient permis à l'action Nintendo de connaître une jolie envolée de près de 5% en une seule séance. Les journées comme ça, il faut les apprécier, car les investisseurs vivent depuis dans l'angoisse. En effet, depuis ce pic à 45000 yens, l'action Nintendo ne cesse de perdre du terrain : depuis la semaine passée, l'action Nintendo a depuis perdu plus de 5000 yens, soit 38,5 €, ce qui est considérable. Essayons d'y voir plus clair, sans panique !
La sortie puis le succès phénoménal de la Switch ont permis à l'action Nintendo de connaître un regain de popularité sur les marchés financiers : si on est loin des 80 000 yens atteints en 2008 en pleine Wii-mania, l'action avait depuis début septembre connu une belle progression, flirtant avec les 49 000 yens à la fin du mois de février. Voici le cours de bourse de l'action Nintendo (via Bloomberg) :
Historique action Nintendo sur 5 ans
Evolution de l'action Nintendo depuis 5 ans (graphique : Bloomberg)
Mais depuis quelques jours, rien ne va plus : l'action perd plusieurs centaines de yens tous les jours (-3% mardi, -6,3% lundi, et -4% vendredi), et on finirait par croire que c'est une longue descente aux enfers qui commence. Bloomberg s'est donc intéressé à la question et a essayé de comprendre, de même que d'autres journaux économiques tels que le Nikkei au Japon, ce qui avait pu nous en faire arriver là.
Action Nintendo sur une semaine (source : Bloomberg)
L'action Nintendo sur une semaine (graphique : Bloomberg)
Quand une action dégringole comme ça, on cherche des causes : ce sont parfois des algorithmes fous, mais parfois aussi des décisions basées sur des faits ou des informations précises qui justifient la baisse de la valeur. Reste que l'action Nintendo est une valeur star du marché japonais : elle comptait à elle seule pour 7% des transactions de la bourse de Tokyo, sur la journée de lundi seulement ! C'est dire si un petit vent de panique a soufflé sur les marchés après un week-end angoissant !

Pour les fans de jeux vidéo qui n'y connaissent rien en mouvements boursiers, une action est un petit morceau d'une entreprise que les gens s'achètent et se revendent. Il y a pour chaque entreprise un nombre fixe d'actions, et le prix est déterminé par la logique de l'offre et de la demande : quand tout le monde vend ses actions mais que personne ne veut plus les acheter, le prix baisse, car pour convaincre quelqu'un de reprendre ses actions, on propose un prix inférieur au prix du marché. Le but du jeu est de proposer le prix le moins bas possible, mais aussi assez bas pour que quelqu'un vous reprenne vos actions. Cardiaques s'abstenir, surtout sur de gros investissements. A l'inverse, si on possède une action d'une entreprise qui va bien, on peut la vendre un peu plus cher que le prix du marché, et si tout le monde fait de même on voit la valeur moyenne de l'action évoluer à la hausse, pour le plus grand bonheur des bientôt ex-détenteurs d'actions qui vont sereinement revendre leurs actions.

Quand on parle de Nintendo, on parle d'un gros investissement : celui qui a acheté ses actions en octobre 2014 quand elles étaient à 10 700 yens, peut aujourd'hui revendre ses actions, même en tirant le prix vers le bas, puisque le bénéfice à la revente quand l'action flirte avec les 42 000 yens reste substantiel. On peut donc se payer le luxe d'une petite baisse par rapport au cours d'alors, ce qui minute après minute provoque en fin de journée une forte baisse comme celle que l'on constate depuis quelques jours.

Mais à quoi doit-on cette baisse ?

Nintendo sort d'un cycle vertueux où toutes les nouvelles étaient bonnes : l'action a donc continuellement progressé, et ce depuis la sortie de la Switch, alors même que l'économie japonaise s'embellissait elle aussi. Quand l'indice japonais et l'action Nintendo vont, tout va !

Les indicateurs technique s'en mêlent et s'emmêlent !

On se pose donc beaucoup de questions sur les raisons de cette forte baisse depuis quelques jours : quand on regarde du côté des indicateurs techniques, Bloomberg nous explique que pour la première fois en deux ans, l'action Nintendo est passée sous sa valeur moyenne sur 200 jours.

La crainte d'un manque de grosses annonces à l'E3

Cette fébrilité, explique Bloomberg, se ressent depuis le mois d'avril : les investisseurs se posent des questions sur la capacité de Nintendo à poursuivre sur sa lancée après une année 1 de la Switch tout simplement fantastique.

Les investisseurs ont peur que Nintendo n'ait plus de surprise à nous annoncer pendant l'E3 : on a cramé l'annonce de Fortnite sur Switch à cause de leaks et de preuves de vie diverses, les infos liées à Pokémon sont déjà tombées, et la sortie de Smash Bros sur Switch est connue depuis si longtemps qu'on ne devrait pas vraiment avoir de grande surprise à se mettre sous la dent à l'E3.

Des craintes sur le jeu en ligne

Mais ce n'est pas tout : au mois de septembre, Nintendo va lancer son service payant de jeu en ligne. Une première pour l'éditeur, alors que les concurrents ont rendu leur jeu en ligne payant depuis plus d'une dizaine d'années. Le Nintendo Switch Online, qui sera proposé moyennant un abonnement annuel de 20 dollars (retrouvez les autres possibilités dans notre article présentant le coût de Nintendo Switch Online), ne fait pas rêver les investisseurs. L'un d'eux a même confié au site américain :
Ils ont des années et des années de retard dans le domaine du réseau. Cela ne veut pas dire qu'ils ne peuvent pas rattraper [ce retard], mais Sony a dépensé des milliards pour renforcer l'expansion de Playstation Network.
L'alerte est réelle : il y a quelques semaines, une panne des services de jeu en ligne sur Splatoon 2 avait suscité beaucoup de critiques de la part des joueurs. Et ce week-end, la connectivité de Mario Tennis Aces a elle aussi été critiquée en raison de nombreux bugs liés à la connexion aux serveurs. On pardonne mal à Nintendo de mal calibrer son infrastructure, surtout quand on sait qu'il y avait au 31 mars 2018 17,79 millions de Switch sur le marché.

Mario Tennis Aces - Bande-annonce du tournoi en ligne de pré-lancement (Nintendo Switch)06/06/2018

Pour l'instant, les investisseurs soutiennent encore Nintendo mais adoptent une attitude attentiste : Bloomberg indique que le prix visé pour l'action est de 58 944 yens, c'est 45% le cours actuel de l'action. On n'avait plus vu ça depuis novembre 2008, indique le site économique, signe qu'on traverse une sacrée vague de turbulences.

Des inquiétudes sur le projet Quality of Life

Et les turbulences ne sont pas finies puisqu'au Japon, on cherche aussi des causes. Et le quotidien économique Nikkei a lui aussi sa petite idée sur les raisons de ce désamour des investisseurs pour l'action de Nintendo depuis quelques jours. En effet, il semblerait que le projet Quality of Life, dont on entend parler depuis 2014 sans jamais rien voir de concret, pourrait avoir été purement et simplement annulé. Il se murmure que Panasonic, partenaire hardware du projet, pourrait s'être retiré du projet en mars 2018.
Serkan Toto a repris les éléments de l'article du Nikkei dans un tweet :
Source : Bloomberg, Cours de l'action Nintendo
Pour l'heure, Nintendo se refuse à tout commentaire, qu'il s'agisse de Fortnite, des déboires du jeu en ligne, du statut de Quality of Life. C'est bien connu, quand la bourse va mal, il suffit de faire comme si de rien n'était et d'attendre que cela se passe... et de créer la surprise avec une annonce incroyable ou un produit fantastique ! Si vous aviez quelques centaines de milliers de yens à investir, investiriez-vous aujourd'hui dans des actions Nintendo ?

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

p2501
On leur dir de patienter jusqu'à l'E3 et à quelques jours de l'E3 ils craquent... Qu'est ce que ça peut faire qu'on ait pas de surprise à l'E3 car on connait tout à cause des leaks? Du moment qu'on a les jeux c'est ça qui compte non? Au fond, on s'en fout que ce soit une surprise. Les jeux en préparation sont déjà nombreux : Fire emblem, Metroid prime 4, shin megami tensei x fire emblem, le prochain zelda, mario tennis aces, octopath traveler, Dark souls, DQ XII etc... On a pas forcément besoin d'autres surprises.

Quand au commentaire de l'actionnaire, encore un qui n'a pas compris avec la quantite astronomique de science qu'il semble posséder, qu'il n'est pas question de restard, mais de stratégies différentes concernant le online. Leur online jusqu'à présent ne contenait pas d'éléments bonus comme le psn ou le xbox live mais avait l'avantage d'être gratuit, c'est différent... En septembre, il aura du contenu, peut etre pas aussi sophistiqué mais il aura l'avantage d'êtee très peu cher, c'est encore une fois différent...

Enfin, les problèmes de connexion ne sont pas le propre de Nintendo, il y a des pannes ici et là sur tous les jeux. Je suis désolé, le jeu online est par nature instable et je ne pense vraiment pas qu'il y est plus ce problème chez Nintendo. Pour Mario tennis aces par exemple, sur ce format c'est très normal d'avoir quelques soucis je trouve. On est sur une demo donc téléchargée en masse car gratuit. Durant la période d'essai, il y avait forcément énormément de monde, ce qui a pour conséquence la surcharge des serveurs en heure de pointe. Sur ce jeu je n'ai jamais mis plus de 5-10 sec à trouver un joueur. De mémoire, il y avait aussi des problèmes d'instabilité sur MH world et Db fighter Z par exemple, personne n'en fait l'élément d'un scandale : https://www.jeuxvideo-live.com/news/mon ... seau-88039

Bref, du grand n'importequoi l'avis des actionnaires. En tout cas je crois que tous ces leaks dernièrement ont causé du tort à Nintendo. A croire que leur but est de "griller leur cartouches" et par conséquent faire fuir les actionnaires. A la rigueur, je dirais que si ils fuyent pour si peu, c'est peut être l'occasion rêvée d'acheter des actions
p2501
Et puis le Quality of life, quelle blague... S'inquiéter de l'abandon de l'un des vestiges de l'ère Iwata, une ère pourtant si violemment critiquée, faut vraiment être incohérent avec soi même pour considérer ça comme "inquiétant.
wiidefender
Rien à rajouter, tout est dit dans les commentaires au dessus !
AndAb
Pour conprndre la baisse, il faut comprendre comment fonctionne les investisseurs.
Les investisseurs n'ont en rien à faire des jeux qui sortent, il n'y a qu'a regarder par le passé. Avec la GameCube considéré comme la meilleur console de sa gen et pourtant l'action étaient basse. Avec la Wii la pire console de sa gen l'action était haute.
Les investisseurs ne connaissent pas grand chose au jeux vidéo, comme on peut le voir avec les rapports des AG, et les questions réponses avec les investisseurs.

Dire que c'est à cause des jeux, c'est n'importe quoi car l'année dernière c'était déjà le cas et il n'y a pas eux de baisse.
Dire que c'est à cause du online, en partie les investisseurs ont peur que Nintendo dépense beaucoup pour rende le online stable (et donc baisse de dividendes). En gros les investisseurs disent ok le mette payant c'est bien, mais il est pas question que ça coûte autant que ça rapporte. Finalement il faut pas s'attendre à une énorme amélioration des serveur de suite.

p2501 a écrit:Et puis le Quality of life, quelle blague... S'inquiéter de l'abandon de l'un des vestiges de l'ère Iwata, une ère pourtant si violemment critiquée, faut vraiment être incohérent avec soi même pour considérer ça comme "inquiétant.

Et pourtant oui, les investisseurs sont en majorité Japonais, et les Japonais donne beaucoup d'importance à ce qui peut améliorer la qualité de vie, donc cette "rumeur" a un impact.
Et si ça n'aurait pas eu d'impact, Nintendo aurait communiqué depuis longtemps que le projet soit en pause ou annulé. Et il ont toujours dit on regarde ça.
Gatchan
@AndAb: Dire que la Wii est la pire console de sa génération est assez subjectif. En ce qui me concerne c'est une console que j'ai trouvée formidable avec beaucoup d'excellents jeux. Sa réputation de console pour les casuals est pour moi non fondée. Il y avait beaucoup de jeux dits gamers. Ce sont les joueurs et certains journalistes qui l'on catégorisée comme étant une console pour le grand public uniquement.

En ce qui concerne la chute de l'action Nintendo, il est clair que les investisseurs n'y connaissent pas grand chose sur le jeu vidéo.
En revanche, ce qui pourrait les faire le plus paniquer est le online payant. Parce que contrairement aux autres constructeurs, Nintendo a aussi beaucoup de joueurs plus jeunes. Même si la console est en majorité achetée par la tranche 25-35 ans, il est sûr que des jeux comme Mario Kart 8, Splatoon 2, le futur Smash Bros et Let's go Pikachu sont et vont aussi être joués par des enfants. Et c'est là que pour moi arrivent les difficultés. Combien de parents serons prêts à payer un abonnement à leurs enfants pour jouer online? En particulier pour les jeux déjà sortis et qui étaient gratuits jusqu'à présent comme Splatoon et Mario Kart? Car même si il est indiqué sur la boite que le jeu online est pour l'instant gratuit, psychologiquement, les parents vont se sentir contraints par Nintendo de payer un service qui jusqu'à présent était offert. Et je pense que cela ne va pas plaire du tout. Et que beaucoup de futurs jeux potentiellement joués par les plus jeunes risquent de ne pas rencontrer le même succès du fait d'un online payant.
Quand il va falloir dire aux parents pour des jeux plus ou moins 100% jouables en ligne comme Splatoon, que payer un jeu n'est pas suffisant pour en profiter et que désormais il va falloir passer de nouveau à la caisse avec le online pour y jouer, cela peut vite coincer.

Alors certes, le online Nintendo à l'année est bien moins cher que chez la concurrence. Mais j'y vois un frein pour toute une frange de la population qui était acquise jusque là à Nintendo.

Pour les autres raisons comme la stabilité du online, c'est assez minable comme raison. Sur le PSN, on rencontre aussi ce genre de soucis. Surtout sur des beta tests (coucou DB Fighterz).
Quant au quality of life, les investisseurs peuvent sanctionner Nintendo pour ne pas réussir une diversification de ses activités. Annuler un tel projet signifie qu'en effet Nintendo ne réussit pas à sortir du jeu vidéo et trouver d'autres sources de revenus (le Parc Universal étant pour moi un outil de visibilité de la marque et des licences plus que de diversification).

La chute du cours de l'action peut aussi mettre la pression à Nintendo pour l'E3 afin qu'il dévoile davantage de ses projets. Que ce soit pour 2018 comme pour 2019. Big N n'étant pas habitué à dévoiler toutes ses cartes à plus de 6 mois, il pourrait peut être devoir communiquer davantage lors de sa conférence.
AndAb
@Gatchan. Si mon avis sur la Wii est subjectif, alors le tien également. Il y avais des excellents jeux, mais comme d'habitude c'était les jeux Nintendo, les tiers étaient au abonné absent en terme de bon jeux (contrairement au jeux médiocre). Tu parles de ton expérience personnelle, personnellement joueur depuis la SNES j'ai arrêté de jouer avec la Wii et revenu avec la Switch.

Pour le online, la citation ne pointe pas le problème de payer après une phase gratuite. C'est sur ça gérera des personnes, toutefois après "la surprise" du premier paiement ça sera fini. Donc Nintendo aura à gérer la communication 2 mois avant et 1 mois après point final. Et les parents achèteront le online pour leur enfant, car s'ils ont acheté une console à 300e et des jeux à 45e pièce, ils paieront le online au plus tard à Noël.

Le coût des serveurs est une réalité, et l'inquiétude est de savoir ce que Nintendo a prévu comme qualité pour le Online. De pas changer grand chose et donc ça sera pas cher. Ou de sortir un Online complètement refait aussi performant que sur Xbox et la il faut investir beaucoup d'argent.

Pour les futur jeux (en estimant que ça les intéresse), je vois pas ce qu'il leur faut de plus. On c'est déjà qu'il y a pour l'année fiscale 2019 Bayonetta, Metroid et surtout Pokémon 2019 donc en terme de vente il peuvent être rassurés.
wiidefender
Après, la stratégie Nintendo a été risquée pour tout ce qui est pré-E3 ! J'ai moi même été surpris de constater que certaines annonces majeurs comme le Online, le teaser de Smash Bros en fin d'un Direct ou encore le Pokemon Let's Go ont été faite en dehors du salon.

A un moment, je me suis demandé si justement ils ne faisaient pas un pied de nez supplémentaire à ce genre d’événement (on voit déjà qu'ils se permettent de refuser le TGS au Japon qui est un événement important) et que le contenu du Direct ne serait pas famélique.

Si déjà moi en tant que consommateur j'en viens à me poser la question, j'imagine ce que nos amis comptables et financiers se sont mis en tête (et eux ils se disent pas "on attend pour voir"). Après, si Nintendo tue le game en annonçant un max de news majeurs (et donc qu'ils ont fait de la place en amont pour pouvoir placer d'autres choses), l'action remontera aussi vite qu'elle est tombée (voir même montera plus haut encore).

Malheureusement, même si aujourd'hui on constate que les salons ne sont plus le seul moyen de communiquer avec une forte audience de réception, ils restent encore dans l'esprit des conservateurs des événements majeurs où les yeux du monde entier sont braqués et ce, encore plus sur le sol occidental d'Amérique du Nord qui est un marché primordiale pour les constructeurs.
Gatchan
@AndAb: bien sûr que mon commentaire est subjectif :) C'est bien la raison pour laquelle j'emploie le terme "en ce qui me concerne". Et tu as tout à fait le droit de ne pas avoir aimé la console même si moi je l'ai aimée.
En revanche, je ne suis pas d'accord sur le fait qu'il n'y avait que les jeux Nintendo qui étaient bons. Il y a eu beaucoup de jeux tiers qui en valaient la peine: Resident Evil 4 à la sortie de la console (remake mais avec un système de visée qui bonifie le jeu), Madworld, No More Heroes 1 et 2, Zack and Wiki, Monster Hunter, Tatsunoko vs Capcom, Rayman Origins, De Blob, A boy and his blob, Bully, Harvest moon, Trauma center, SSX, Epic Mickey, Red Steel, Okami,Last Story, Muramasa, Sakura Wars, Silent Hill...et encore plein d'autres. Donc largement de quoi faire sur la Wii avec les Tiers. Certes parmi beaucoup de mauvais titres également. Mais j'ai envie de dire que sur PS1, il y avait beaucoup de bons jeux et aussi beaucoup de très mauvais jeux. C'est pour cela que je dis que la Wii a été catégorisée comme étant une console pour les casuals à tort.
Par ailleurs, j'ai eu plus de mal à trouver d'excellents jeux tiers (même si il y en a aussi) sur N64 (console que j'adore) que sur Wii. Je compte les jeux Rare en first party.
Après je comprends que beaucoup aient pu être attirés davantage par les 360 et PS3. J'ai moi même une PS3. Mais j'ai toujours eu les consoles Nintendo depuis la NES. Je suis clairement un acheteur Nintendo car c'est sur ces plateformes que je m'y retrouve. Et là aussi c'est subjectif.

Pour le point sur l'infrastructure online, oui tu as raison, la citation mentionne la technique et pas la partie passage caisse sur l'abonnement.
Mais je ne peux m'empêcher de penser que cela sera un frein pour les familles et ce pour les raisons que j'ai évoquées.
Par ailleurs il y a une différence entre faire payer les joueurs en cours de vie de la console et dès la sortie. Cela fera des déçus car je ne pense pas que les parents sachent tous que le online passe payant d'ici la fin de l'année. Mais bon, pas la peine de passer du temps dans mon argumentation, ce n'est pas la point de l'article.

Pour le futur line up, je suis en phase avec tous les commentaires. Mais là encore, en lisant les forums, les articles, combien de commentaires et de news sur les différents sites (hors PN) pour dire que la Switch connait une année 2018 pour l'instant décevante avec uniquement des remakes? Si la presse et beaucoup de joueurs pensent cela, on peut aussi s'imaginer qu'un investisseur puisse avoir ce sentiment de crainte et se poser des questions.
Je ne cherche pas à défendre les attitudes des investisseurs évidemment. Mais pour des non connaisseurs, leur comportement n'est pas si dénué de sens.
Je l'aime bien pour l'instant cette année 2018 sur ma Switch et j'ai hâte d'en voir plus pendant cet E3 même si je me garde bien d'espérer trop de choses de peur d'être déçu.

Pour la chute de l'action, je pense que c'est surtout l'abandon potentiel de quality of life qui en est la cause. Sinon on n'aurait pas eu des hausses de l'action jusque semaine dernière. C'est bien parce qu'il se murmure ces derniers jours que Big N abandonne ce projet que l'action chute.
Kayron
En dehors de toute considération boursière, l'article soulève un véritable point gênant en ce qui concerne le online de Nintendo. J'ai peur que Nintendo se contente de faire payer un online qui tourne comme en 40 (époque Wii/Wii U) avec tout ce que cela présuppose en matière d'imperfections. Lorsque le service online était gratuit, on pouvait considérer comme "acceptable" d'avoir un service quelque peu obsolète/balbutiant sur bien des points.

Là, ce ne sont pas quelques jeux Nes seulement jouables sur la durée de l'abonnement qui feront la différence, surtout avec un mode en ligne qui oblige à passer par une appli smartphone pour avoir du vocal (en 2018, c'est juste une honte). Clairement, Nintendo est trop gourmand sur cette question et ça fait tâche sur cette nouvelle génération qui était un sans faute jusqu'ici.

Je persiste à penser qu'ils sortiraient grandis en terme d'image et de réputation (et donc des retombées économiques potentielles) s'ils gardaient une forme d'attachement à ce qu'il y a de moins toxique dans le jeu vidéo : online gratuit, version physique des jeux, pas de lootbox et autres jeux découpés en kits (DLC moisis).

S'ils ne veulent pas investir dans des infrastructures lourdes pour du online, libre à eux, mais qu'ils ne fassent pas payer cette merde au seul motif que la prise d'otage du joueur de Mario Kart/SSB et autres Splatoon est efficace.
wiidefender
Le problème, c'est que même quand il était gratuit, le online se faisait tailler de tous les cotés pour son manque de stabilité. En gros, les joueurs ont souhaité avoir le beurre, l'argent du beurre et même le cul de la crémière !

Je ne pense pas que le service sera au rabais. Il sera moins complet qu'un Gold ou un PS machin chose mais en toute honnêteté, 20€ par tête multiplié par peut-être 6 ou 7 millions d'abonnés, ca représente 120/140 millions d'Euros, ce qui est largement suffisant pour maintenir un parc de serveurs sur un an !

Un exemple tout bête, une lame de serveur à 2000€ à l'achat ca représente 100 abonnés pour la financer et peut-être 100 autres pour la maintenir. Et cette seule lame peut possiblement tenir 3500 à 4000 connexions en simultané (le online ne gère que des positions X, Y et Z en fait, tout ce qui est graphismes et son, c'est la console qui traite).

Bref, tout ca pour dire que le prix n'est pas vraiment un vecteur d'inquiétudes à avoir ! Si ca se trouve, Nintendo ne cherche pas à en tirer un profit monstre mais juste à proposer un service démocratique aux joueurs !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×