• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

The Mooseman Disponible sur Switch

Test de The Mooseman (Switch)

The Mooseman : voyage dans la mythologie de l'Oural

Jeu indé du studio russe Morteshka, The Mooseman est un walking simulator en scrolling 2D qui nous fait découvrir la mythologie permienne dans une promenade lente et contemplative à travers les paysages de l'Oural.

Test
Basé à Perm, en Russie, le studio Morteshka nous propose dans The Mooseman une promenade dans les paysages naturels russes, suivant les pas d'un homme-élan issu de la mythologie permienne. Au programme, de la marche, des esprits, des énigmes et de la neige. Le voyage vaut-il le coup ? Réponse dans le test !

Le dieu tranquille

Vous incarnez l'homme-élan et marchez dans les pas de Yen, le dieu élan qui s'est incarné sur terre... Enfin, si l'on comprend bien l'histoire, tant le récit, issu des textes traditionnels, tient plus de l'incantation que du conte. Par ailleurs, la traduction française (qu'il faut aller chercher dans les options) n'est pas des plus réussies : les erreurs grossières nous font bien sentir que le studio n'avait pas un traducteur sous la main et a dû faire avec les moyens du bord.

L'histoire est déroulée à mesure qu'on évolue dans les différents tableaux. Chaque étape révèle un texte qui retranscrit le mythe permien de Yen, et on finit par recoller les différentes parties de l'histoire à mesure qu'on avance dans les niveaux et qu'on rejoint les cieux.

Un simulateur de marche en scrolling 2D

Il n'y a pas grand-chose à faire dans The Mooseman. Pas de plateforme à proprement parler, pas d'ennemis à vaincre (à part un élan que l'on tue d'une flèche, mais sans aucun défi, juste pour l'histoire). Le gameplay repose sur la possibilité d'alterner entre une forme humaine et une forme fantomatique qui révèle certains éléments du décors et permet de résoudre des énigmes. Plus tard dans l'aventure, on pourra aussi utiliser son bâton pour se protéger de créatures volantes qui nous attaqueront à notre approche.


Aussi le jeu peut-il s'apparenter à un simulateur de marche. L'action que vous ferez le plus souvent est d'avancer vers la droite, et résoudre des énigmes visuelles, comme des mécanismes à actionner dans un certain ordre, une figure à recomposer à partir de trois anneaux qui tournent sur eux-mêmes, des rochers à déplacer, qui nous suivent lorsqu'on en révèle l'âme, etc. Juste lors d'un niveau, Yen sera emporté par un aigle géant et la marche habituelle laissera la place à une phase de vol, qui ne sera pas moins minimaliste.

Des boss, il y en a, mais il faut y échapper, pas les vaincre ! Si l'ours vous touche, vous êtes mort, idem pour le brochet au fond du lac, qui donne lieu à une séance d'infiltration. Les moments d'énigme ne sont pas signalés au joueur qui devine, parce qu'il est bloqué ou parce que certains éléments du niveau réagissent à son passage, qu'il y a quelque chose à déchiffrer dans ce tableau. Un game-design plutôt bien venu, pour un jeu aussi contemplatif.

Du baume aux yeux

Heureusement, le jeu est beau, et la lenteur de l'action nous permet de profiter des décors sibériens aussi somptueux que mélancoliques. Forêts gelées, montagnes fouettées par le vent, profondeurs lugubres d'un lac : chaque nouvel environnement est l'occasion d'une poésie visuelle toujours réussie. L'avatar n'est qu'une silhouette, un bâton à la main, dont l'animation, comme pour tout autre sprite, est saccadée, comme un dessin animé amateur. Les animaux, comme l'ours, sont dessinés au gros trait, ce qui les rend d'autant plus intimidants.

Les décors sont habités d'esprits, comme si chaque élément avait une âme, et on se croirait par endroit dans la forêt de Princesse Mononoké. Quand ce ne sont pas des paysages naturels aussi somptueux que mélancoliques, ce sont des scènes irréelles, entre l'eau et le ciel étoilé, ou dans une grotte mouchetée de peintures rupestres, qui écrasent l'avatar devenu tout petit suite à un zoom arrière.

Voyage scolaire

Le titre nous prévient d'emblée : The Mooseman est une reconstruction de mythes issus, entre autres, de la culture permienne. Si les jeux inspirés de mythes et de religions païennes sont légions (on pense à Jotun, le jeu d'aventure se déroulant au Valhalla, ou plus récemment Mulaka, inspiré de la mythologie mexicaine), rares sont ceux qui affichent de manière aussi claire leur intention documentaire.

Ainsi, les collectibles sont des icônes reprenant des objets de la culture permienne, dont on peut retrouver l'origine dans le menu correspondant. Chaque "idole", ces statues anthropomorphes que nous rencontrons et qui s'illuminent à notre passage en guise de checkpoint, sont le signe aussi qu'un fragment de mythe a été traduit, disponible à la lecture dans un autre menu. En appuyant sur L ou R, on peut découvrir ces textes et ces objets.

Chœurs et instruments

Entre chaque niveau, un texte en permien est récité, nous plongeant dans l'atmosphère sibérienne avec ses sonorités slaves. Et c'est là le premier élément sonore qu'il faut remarquer. Car si le son a surtout un rôle illustratif dans le jeu, le soin apporté à la bande originale pour un titre de cette envergure est à remarquer.

La musique est issue de la culture traditionnelle du peuple komi, et a été enregistrée à l'université des arts et cultures de Perm. En plus de conférer au jeu une certaine authenticité, la bande-son plonge le joueur dans l'univers du jeu et fait beaucoup pour l'expérience esthétique qu'il offre. Pour chaque niveau, un environnement sonore est proposé et colle plutôt bien aux pérégrination de Yen dont on entend les pas s'étouffer dans la neige ou résonner dans une caverne.

Une expérience grippée

Le jeu n'est pas exempt de certains défauts de conception. La technique, tout d'abord, n'est pas impeccable, et on note quelques ralentissements à certains niveaux, ainsi qu'une légère saccade au niveau de la musique, pas toujours fluide. Mais ces éléments relèvent du détail.

En revanche, on regrette les bugs liés aux commandes. Outre l'impossibilité de jouer en mode portable (seul le mode "sur table" ou le mode docké sont disponibles, sans raison apparente car le gyroscope n'est pas sollicité), certains inputs tendent à être mal interprétés par le jeu. Quand on navigue dans le menu et qu'on appuie sur A pour sélectionner quelque chose, le jeu l'interprète encore comme la commande ingame de changement de forme, ce qui produit un son et donne une impression de brouillon, de jeu mal testé. Rien qui vienne nous empêcher de finir le jeu.

La caméra, elle aussi, n'est pas impeccable et, si on fait des allers-retours, il arrive que l'on perde de vue le personnage et que la lisibilité de l'action en pâtisse. Mais, pour le coup, c'est vraiment rare. Ces problèmes pourraient être facilement réglés via une mise à jour, si le studio voulait bien s'y pencher.
13/20
The Mooseman est un beau jeu, pas tant au niveau de son gameplay, qui est rudimentaire, ni pour sa technique dont les quelques écueils entachent le tableau. Mais l'émotion suscitée par l'environnement visuel et sonore dans lequel on fait évoluer Yen suffit à nous transporter dans cette histoire à laquelle on ne comprend pas tout, mais qui parvient à nous toucher. Amateurs de sensations fortes et de performance, passez votre chemin ; flâneurs, tentez le coup : après tout, pour le prix d'un livre de poche…

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Soutenez PN : achetez ces jeux !

13 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Comment noter The Mooseman ? D'un point de vue ludique, on peut reconnaître qu'on s'ennuie souvent. Plus qu'un jeu, c'est une promenade esthétique à laquelle nous invite Morteshka. Rajoutez trois points à la note finale si c'est ce que vous recherchez.

Jouabilité
Les commandes sont basiques et ne devraient pas vous perdre : un bouton pour changer de forme, un autre pour activer le bâton. Même la marche peut être automatisée. Peut-être trop simple ?
Durée de vie
Comptez quelques heures pour venir à bout de l'aventure. Il est possible d'y retourner pour trouver toutes les icônes, cachées dans des endroits où on ne passe pas forcément.
Graphismes
Une magnifique superposition de peintures et des animations tracées au crayon, c'est tout ce qu'il faut pour se plonger dans le mythe permien.
Son
Les chants et instruments traditionnels se marient à perfection avec un sound design simple mais efficace.
Intérêt
Amateurs d'action, passez votre chemin. Ne comptez pas non plus sur une histoire limpide ! L'intérêt réside plus dans l'expérience esthétique que dans la performance ludique.
Ergonomie
On regrette les quelque bugs d'input qui viennent entacher l'expérience de jeu pourtant très simple. Des écueils qui pourraient pourtant être simplement corrigés.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu The Mooseman (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×