• Ma note
    Soyez le premier à noter !
  • Vous possédez ce jeu, vous voulez vous en séparer ou vous souhaitez l'acheter ? Indiquez-le simplement.


    Fermer
    Mes jeux 0Soyez le premier !
  • Devenir fan ! Soyez le premier !0

Metro Redux Disponible sur Switch

Test de Metro Redux (Switch)

Metro Redux Switch : un nouveau maître sur Nintendo Switch

4A Games s'est lui-même chargé du portage d'un remake sorti en 2014 sur PS4 et XBox One, proposant la version intégrale incluant tous les DLC sur une cartouche de 16 Go, avec un résultat vraiment épatant bienvenu sur Switch.

Test
4A Games a porté lui-même sur Switch son remaster sorti en 2014 sur PS4 et Xbox One de leur jeu d’origine (2010), comprenant les dernières versions de Metro 2033 et Metro: Last Light, avec l’ensemble des DLC disponibles à ce jour, le tout contenu sur une cartouche de 16 Go. Une démarche qui nous rappelle celle prise pour le portage de The Witcher 3 et que l’on ne peut que saluer et encourager. Etes-vous prêts à vous enfoncer dans le dédale souterrain du métro moscovite après une apocalypse nucléaire ?

Un FPS scripté post-apocalyptique

Metro Redux est un FPS à l’action très scriptée vous plongeant en territoire soviétique, en pleine ère post-nucléaire. Les survivants se sont terrés dans les souterrains du métro moscovite pour échapper à l’influence des radiations et se sont regroupés en différents clans qui malheureusement continuent à se battre entre eux pour la possession de territoires et des rares ressources utiles à leur survie.

Mais les survivants ne sont pas les seuls car rôdent autour des créatures génétiquement modifiées, des créatures de cauchemar brutales et très dangereuses, ainsi qu’une faction de mutants mystérieux, les Sombres, dont les pouvoirs psychiques vous plongent dans des phases d’hallucinations.

L’extérieur n’est pas moins dangereux : l’environnement plongé dans un hiver nucléaire vous oblige à collecter des cartouches pour filtrer l’air de votre masque, sa surface se recouvrant régulièrement d’une pellicule de givre qui influe sur votre capacité d’observation et apporte son lot de stress avec les bruits d’une respiration lourde.

Metrox Redux n’est clairement pas un jeu pour les claustrophobes et jouit d’une ambiance du tonnerre et d’une réalisation technique dont on craignait beaucoup la qualité du portage sur Switch, le jeu à la base étant assez gourmand techniquement.

C'est un long roman...

Métro 2033 est à l’origine un best-seller russe écrit par Dmitri Glukhovski et publié en 2005, nous plongeant dans une dystopie post-apocalyptique. Récompensé du prix du « meilleur premier roman » lors de la convention européenne de science-fiction de 2007, il a très vite fait l’objet de nombreuses attentions et a connu la renommée par sa première adaptation sous forme de jeu vidéo en 2010 grâce au développement effectué par le studio 4A Games et publié par THQ. Si une adaptation cinématographique a échoué pour cause de différends entre l’auteur et la MGM qui voulait transposer l’action en Amérique, un nouveau projet russe est sur les rails pour une sortie possible en 2022.
Nous sommes vingt ans après l’apocalypse et vous interprétez le rôle du jeune Artyom, qui est venu se réfugier avec le reste de sa famille au sein de la station VDNKh, la surface étant devenue inhabitable sur la durée. La station VDNKh forme une micro société indépendante qui survit comme elle peut, Artyom n’ayant que de rares vagues souvenirs de son monde d’avant la catastrophe.

Difficile de sortir à la surface sans tomber sur une des créatures mutantes appelées les Sombres. Mais la menace vient désormais également des tunnels du métro, avec des créatures tout aussi dangereuses, en particulier les Nosalis, dont l’arrivée dans le prologue du jeu Metro 2033 lance votre aventure. Il faut donc trouver un moyen de protéger la station des attaques extérieures et notamment obtenir l’aide d’autres groupes, les plus civilisés d’entre eux, les Polis, quatre stations regroupées jouissant du meilleur de la technologie et des dispositifs de sécurité, avec des militaires efficaces.

Malheureusement pour Artyom, rejoindre ce semblant de dernier bastion de la civilisation ne sera pas simple, car sur son chemin d’autres stations regroupées en factions politiques (communistes, néo-nazis), sectaires ou mafieuses ne lui faciliteront pas le passage.

Un parcours semé d'embûches

Durant les 7 chapitres de Metro Redux, chacun divisé en plusieurs parties, vous allez devoir tracer votre route en solo, affronter de nombreux adversaires humains et mutants dans l’obscurité crasse des couloirs du métro. C’est une caractéristique (et un problème) du jeu, le jeu est sombre et il faudra s’éclairer de sa torche pour observer ce qui se trouve autour de vous ou régulièrement vous plonger dans une semi-obscurité pour ne pas attirer l’attention sur vous et devenir une cible privilégiée.

Nous sommes donc entre un gunfight bourrin lors des escarmouches avec l’ennemi et des missions d’infiltration pour s’enfoncer dans le territoire ennemi, bref assez loin d’un Doom qui se veut une suite quasi ininterrompue de tirs. On joue sur la tension, le stress (ah ce bruit de respiration), les scripts du scénario nous invitant à tout fouiller pour trouver des munitions et des armes, des filtres pour notre masque lorsqu’il faudra obligatoirement sortir en surface.
Ramassez tout ce que vous pouvez sur les humains que vous serez obligés d'abattre.

Les rencontres sont assez nombreuses (il y a tout de même 40 000 survivants) et il est important de discuter avec tout le monde. Selon vos choix d’actions, cela impactera le final du jeu car les développeurs ont prévu deux fins alternatives (différentes du livre) pour Metro 2033. Le titre se montre beaucoup plus subtil qu’un Wolfenstein.
Metro : Last Light reprend ce concept en reprenant l’histoire d’Artyom, le héros du premier volet, là où nous l’avions laissé. Même si vous pouvez choisir de jouer à un jeu ou à l’autre, il est clair que pour une question de chronologie d’actions, on vous encourage à d’abord jouer à Metro 2033 Redux avant de faire Last Light, qui se passe une année plus tard en 2034. On y retrouve le bestiaire du premier avec quelques nouveaux.
Si l’espace du jeu dans Moscou est moins imprégné par les radiations, les rues abandonnées restent toutes aussi délicates et dangereuses, vous obligeant encore plus à faire attention à votre masque anti-gaz, à recharger la dynamo de votre matériel (lampe), à économiser vos munitions moins généreuses que dans le premier opus.

Vous vous retrouvez dans le complexe militaire de D6 et les ressources de ce bunker attirent la convoitise des autres factions rivales. A nouveau on retrouve une ambiance survival dans divers environnements fermés, et c’est du très bon niveau en plus court. 30 missions palpitantes pour faire survivre votre groupe et faire face à votre destin, où les factions du Reich vont encore tenter de nous jouer un mauvais tour.

Metro Redux on Nintendo Switch™ Announce Trailer [PEGI]26/02/2020

Un choix de gameplay allant de "l'assistanat pour le massacre" au "débrouille toi comme un ranger pro"

Chaque jeu vous demandera de récupérer des pages de journal, à savoir 51 pages du carnet caché d'Artyom. Le jeu dissémine dans l’ensemble des niveaux différentes caches secrètes, qui intéresseront les joueurs voulant compléter le jeu à 100%.

La durée de vie est très bonne, d’autant que toutes les confrontations ne sont pas évidentes, vous recommencerez quelques passages plusieurs fois, notamment lorsque vous êtes désorienté et pris sous l’influence des hallucinations générées par les Sombres. Comptez une bonne vingtaine d’heures pour Metro 2033 Redux et une dizaine d’heures pour le volet Last Night, en difficulté normale.
Un menu clair pour sélectionner vos choix et rentrer dans les réglages, l'interface ici de Metro 2033 Redux visible ici étant un poil différente sur Last Light.

Vous pouvez opter pour deux styles de jeu : "survie" qui est un mode hard sans jauge d’aide pour vérifier la qualité de filtration de votre masque à gaz, vous obligeant à l’instinct de surveiller vos munitions et de surveiller la charge de votre dynamo. Bref si vous voulez une immersion complète en rationnant votre matériel, avec des combats plus dangereux et difficile, ce style est fait pour vous.
On vous conseille cependant de commencer l’aventure dans le style plus classique "Spartiate", qui réduit les difficultés des combats et vous donne plus de munitions, de filtres etc...

Dans ce style vous pourrez tout de même jongler avec la difficulté avec quatre réglages : normale, difficile, ranger, ranger difficile. Il y a donc un bon potentiel de rejouabilité pour tester les deux styles de jeux et augmenter la difficulté lorsque vous serez suffisamment aguerri avec les commandes et l'action de ces deux jeux.
Vous pourrez opter pour un choix d'armes plus ou moins importants, avec des qualités plus ou moins intéressantes selon l'action : tir précis, lointain, haute cadence à courte portée. Chaque arme peut-être upgradée par différentes options : viseur plus précis, silencieux..

L'interface qui vous permet de jongler parmi votre matériel. En extérieur, pensez à surveiller vos filtres, la dynamo de votre torche dans les couloirs et procurer vous des kits de soin. Vous pouvez opter pour l'extinction de l'ensemble des lumières autour de vous pour vous glisser en infiltration le plus discrètement possible face aux autres factions humaines.

Parlons technique

Les remasters sur PS4 et Xbox One tournaient tous les deux en 60 fps (comme sur PC) et en 1080p sur PS4 et 960p sur Xbox One. Les versions PS3 et Xbox 360 d’origine tournaient en 30 fps. Premier constat, on est sur un vrai port fidèle aux dernières consoles et non un portage des versions PS3. La gestion de la lumière, le graphisme, le moteur de jeu reprend fidèlement les versions sorties en 2014.

Il y a bien des concessions, le jeu sur Switch tourne en version nomade et dockée en 30 fps constant. Mais c’est du 720p en nomade (avec quelques variations dynamiques à la baisse lorsque l'action est très chargée) et jusqu'à du 1080p en docké (on note également quelques variations dynamiques, tout en restant régulièrement proche du 1080p, en fonction de l'action). On est donc bien à mi-chemin entre les sensations PS3 et PS4 mais avec une qualité de portage inédite sur Switch.

C’est simple, ce portage ayant été réalisé par l’équipe même ayant conçu le jeu d’origine et non par un développeur de soutien, nous sommes tout simplement face au portage le plus solide de la console pour un titre du genre, en particulier en mode nomade, 4A Games ayant fait encore mieux que Panic Button sur ses portages de Wolfenstein.
Certes, quelques détails montrent les concessions au niveau de la qualité de certaines textures par rapport aux versions Next-Gen, mais ce ne sont pas des coupes aussi fortes que celles effectuées sur The Witcher 3, beaucoup plus marquées. Cela donne une image moins nette que sur console Next gen mais sans être perturbé par de l'aliasing.

L’environnement sombre et la profondeur de champ de vision réduite inhérente à l’univers du métro aident également les programmeurs à mieux faire passer la conversion. Les allègements auraient probablement pu être plus visibles dans des environnements ouverts en lumière du jour. On peut donc logiquement se demander si le nouvel opus, Exodus, qui vient de sortir et nous propose d’explorer l’Est de la Russie, pourrait être adapté aussi bien sur Switch, même si on peut garder un sérieux espoir au regard du superbe travail effectué notamment sur l'opus Last Light). Mais pour Redux, même à l’extérieur, cela passe très bien.
Admirez les effets d'éclaboussure sur votre masque, un petit appui sur la touche L vous permettra d'essuyer tout cela (utile pour viser avec précision, mais dans quelques secondes, il va surtout falloir jouer de la gâchette très très vite et de manière bien ciblée)

Joy-Con ok, Manette Pro très bien, Motion Control pas si évident

C’est donc un portage très agréable que nous avons en main, inespéré en mode portable (les joueurs sur Switch Lite n’ont donc pas de soucis), et qui se joue bien avec les Joy-Con même si personnellement j’ai une légère préférence pour la tenue avec une manette pro. A noter que pour les fans de motion control, vous pourrez activer cette option pour y jouer de cette manière.

Pas si simple au départ, surtout quand on a été connu le jeu à l'origine avec clavier et souris, le passage manette en main est bon mais il faut un peu d'adaptation pour l'option motion control. Mon junior s'est montre plus doué que moi à ce niveau (l'expérience Splatoon et des longues séances de jeu sur Fornite expliquant probablement cela).

On apprécie également que l’éditeur Deep Silver ait proposé l’intégralité du jeu sur une cartouche bien remplie de 16 Go. Nous avons reçu de la part de Koch Media pour effectuer ce test un double code pour télécharger d’abord Metro 2033 Redux (6,2 Go) puis Metro: Last Light Redux (7,6 Go) et nous les remercions beaucoup.

Un environnement sombre, il faut penser à effectuer quelques pauses

L’expérience de jeu se montre solide et clairement plaisante sur Switch. Les possesseurs ayant une PS4 ou une Xbox One (ou un PC puissant) se tourneront cependant vers ces versions s’ils veulent jouer sur écran ou télé pour bénéficier de la fluidité 60 fps appréciée sur un FPS mais le jeu Switch n’a pas à rougir et reste très bon pour y jouer sur télé et en nomade.

Le titre reste solo, pas de multi pour cause de scénario, il est donc très bien adapté pour y jouer confortablement dans son canapé ou dans son lit. Pensez cependant à faire des pauses régulières, l’ambiance sombre du jeu peut être tout de même fatigante au bout de deux/trois heures.

Une localisation aux petits oignons : du français textes et voix !

Les bruitages sont tout à fait convenables et participent à l’action et à l’isolement. On salue bien évidemment de lire l'intégralité de l'histoire en français, d'avoir une localisation complète de l'interface et d'entendre dans le jeu parler en français. La qualité du doublage est tout à fait convenable.
Là où on note une différence plus sensible avec les versions Next-Gen, c’est au niveau des temps de chargement entre les missions, bien plus longs sur Nintendo Switch. Il n’est pas rare d’attendre la minute, ce qui casse un peu l’action, même si une partie du chargement est atténuée par un affichage textuel nous délivrant quelques éléments de l'histoire. En revanche lorsque vous êtes morts, l’affichage est brutal et tombe comme un couperet, mais recommencer au dernier point de sauvegarde auto est rapide.
Quand cela tourne au rouge, ce n'est pas bon pour vous !

Un portage qui nous a convaincu, en nomade

Tel un sanglier se ruant dans un couloir étroit pour se précipiter pour se porter volontaire pour effectuer ce test à l’annonce de sa disponibilité par l’éditeur, que nous remercions beaucoup, l’expérience de cette compilation fut un pur plaisir (inachevé cependant, le délai était un peu court pour réaliser l’intégralité des deux œuvres).

Nous avions aimé la folie décomplexée de Wolfenstein II : The New Colossus ou le bourrinage de Doom. Metro Redux se montre encore plus séduisant par son scénario, dans la tension distillée tout au long du jeu, dans les rapports d’Artyom avec les autres survivants (importance de discuter avec les autres et de voir si vous pouvez les aider) qui n’en font pas qu’un simple FPS à la gâchette facile.
On pourra seulement remarquer que l’IA des autres humains est un peu faiblarde lors de certaines confrontations (on aurait aimé être mieux soutenu par d’autres PNJ lors de certaines missions) et que les phases hallucinatoires ne sont clairement pas évidentes. Le jeu par son environnement sombre est également un peu fatigant visuellement, vous aurez envie de vous faire des petites coupures sur des titres plus colorés pour vous rebooster.
Metro Redux est disponible à compter du 28 février 2020 sur Nintendo Switch, en version dématérialisée et en version physique. A noter que sur l'eShop pour pourrez acheter séparément chaque opus, à 24,99 € pièce. Mais si vous jetez un coup d’œil sur l'édition physique, surtout durant sa période de lancement, vous obtiendrez un prix bien plus intéressant (et un sérieux gain de place).

Metro 2033 Redux Nintendo Switch Gameplay26/02/2020

18/20
On n’est pas mieux servi que par soi-même, c’est ce que semble prouver 4A Games en réalisant en interne le portage Switch de son jeu, en en proposant l’un (le ?) des meilleurs portages du genre sur la console de Nintendo. Techniquement très abouti pour tirer au mieux partie des capacités réduites de la console, Metro Redux est un titre que l’on recommande fortement, si vous êtes amateur du genre, même si 30 fps feront tiquer les puristes qui recherchent une fluidité bien supérieure. Attention cependant, le titre est PEGI 18 et reste réservé à un public averti qui appréciera l’action avec la difficulté réglable et les possibilités de dénicher l’ensemble des bonus et l’intégralité des pages du carnet. Metro Redux est un très bon titre à posséder dans sa logithèque Switch, surtout pour y jouer en mode portable.

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Aucun commentaire. Soyez le premier à réagir !

Ecoutez notre Podcast : le PNCAST


PNCAST ACTU // Résultats financiers 2019-2020

Soutenez PN : achetez ces jeux !

18 /20

L'avis de Puissance Nintendo

Une excellente surprise technique car on craignait vraiment un très gros downgrade. 4A Games a effectué un excellent travail pour adapter au mieux ses propres titres aux possibilités de la Switch et c’est un succès. L’éditeur n’est pas en reste avec une cartouche bien remplie regroupant l’intégralité des deux jeux et de l’ensemble des DLC, sans obligation de téléchargements annexes autre que les patchs de correction éventuels. Un très bon titre à jouer en solo, avec une durée de vie assez conséquente. On vous le recommande. C'est à ce jour le meilleur portage d'un titre AAA sur Nintendo Switch.

Jouabilité
Le rythme de Last Light est plus soutenu, et sans aller jusqu'à dire qu'il est meilleur que le premier épisode, il est au départ plus accessible et plus prenant. En revanche, le jeu garde sur l'ensemble des épisodes une certaine difficulté, paramétrable à la hausse. Un très bon jeu, avec quelques passages délicats, à cause du 30 fps seul, mais remarquablement bien porté sur la console. Au niveau précision cependant, la manette pro est vraiment plus confortable que les Joy-Con.
Durée de vie
Pas mal de cinématiques, une ambiance du tonnerre, on est happé pendant de nombreuses heures et la durée de vie cumulée des deux titres est d'un excellent rapport qualité prix. Si vous avez déjà joué à ces jeux, l'intérêt d'y jouer en version nomade sera un plus.
Graphismes
Des passages sont régulièrement assez sombres, en particulier sur Metro 2033. Last Light est un poil moins net mais plus joli et plus travaillé graphiquement. Sur l'écran de la Switch, pas de problème de visibilité. En revanche, sur TV, les passages sombres peuvent être gênant selon la qualité de votre matériel. Si sur l'OLED, pas de souci, nous l'avons également testé sur un LCD basique et c'était plus délicat. L'affichage est tout à fait correct sur un bon 55 pouces, le léger downgrade visuel est travaillé pour bien rendre sur Switch même si on y joue sur TV.
Son
Bruitage, voix intégralement en français, musiques d'ambiance de qualité, c'est une réussite sans en faire de trop. Tout concourt à nous immerger dans le scénario sombre du jeu.
Intérêt
Ayant joué dans le passé à Metro 2033 sur PC, nous craignions le passage sur Switch et nous sommes enthousiastes par cette réussite. L'opus Last Light était en revanche une découverte et nous a quasiment plus séduit que Metro 2033, même s'il est plus court sans être plus facile. On notera que quelque soit les futurs sombres dans les FPS, le Reich est souvent bien présent.
Ergonomie
Ne sous-estimez pas la phase d'entraînement pour apprendre à viser avec vos armes et prenez le max de munition, car très vite, vous allez entrer dans une opposition dure face aux créatures. Toutes les commandes sont rappelées à l'écran si vous le souhaitez, il y en a pas mal, mais au bout d'une petite demi-heure, on commence à s'y faire. Très bonne proposition de pouvoir jouer en mode Ranger en escamotant le maximum d'aide et en vous obligeant à jouer au jugé.

Votre avis sur le jeu Notez ce jeu !

Vous souhaitez donner votre avis sur le jeu Metro Redux (Switch) ? Attribuez-lui une note. Vous pouvez également écrire un commentaire, et devenir fan du jeu.

  • Ma note
  • Devenir fan !
POSTER MON TEST
Il n'y a encore aucun avis de visiteurs pour ce jeu.

Galerie images

Mots-clés en relation

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×