Retour sur...

Retour sur... Gunpei Yokoi

Retour sur...
La Nintendo DSi XL vient tout juste de sortir en Europe, et Nintendo vient d’annoncer la 3DS. De nouvelles informations sur Metroid Other M ont fait frémir les fans de la série lors du Nintendo Gamer Summit de février.

L'inventeur des consoles portables et de la saga Metroid pourrait certainement être fier de ce qu'elles sont devenues. Retour sur... feu Gunpei Yokoi.


Gunpei Yokoi et quelques unes de ses inventions

Gunpei Yokoi a rejoint Nintendo en 1965 pour s'occuper des chaînes de production des cartes à jouer de Nintendo (les fameuses cartes Hanafunda). Au début des années 1970, Nintendo s'est engagée dans la conception de jouets, et Gunpei Yokoi a participé à la création des jouets les plus célèbres de la marque.

L'Ultra Hand, un bras télescopique équipé d'une pince, fut sa première invention et fut un réel succès (plus d'1,2 millions de ventes). L'Ultra Machine (un lanceur de balles de baseball), l'Ultra Scope ou encore le Love Tester sont autant d'inventions que l'on doit au Gunpei Yokoi des années 70.


Publicité du Love Tester

Au début des années 1980, c'est à Gunpei Yokoi qu’Hiroshi Yamauchi (alors Président de Nintendo) confie la lourde de tâche de faire entrer Nintendo dans l'ère des jeux vidéo. Avec son équipe il crée le Game & Watch, premier jeu électronique de poche à écran LCD.

Le succès de ces jeux électroniques fut mondial, et entre 1980 et 1991 pas moins de 60 versions différentes ont été commercialisées. Il est intéressant de remarquer que la série 'Multiscreen' des Game & Watch évoque très clairement la Nintendo DS.


Quelques Game & Watch... Et la DS Lite !

Devant un tel succès commercial, Nintendo décide de miser plus sérieusement sur les jeux vidéo en créant trois équipes de recherche et développement. Gunpei Yokoi prend ainsi la direction de la R&D1 (aujourd'hui fusionnée avec Intelligent Systems).

Kid Icarus, Excite Bike, Metroid, Ice Climber, Balloon Fight, etc. sont autant de jeux NES que l'on doit à Gunpei Yokoi et son équipe. Plus tard, Mario Paint, Super Metroid, Dr Mario ou encore la série des Super Mario Land viendront s'ajouter à la longue liste de ses succès.

Vingt-quatre ans après le premier Metroid sur NES, et après l'excellente trilogie Metroid Prime, Sarmus Aran revient cette année dans Metroid Other M et annonce un gameplay plus proche des premiers opus, renouant avec une progression 2D à la troisième personne.


Samus vs Ridley : un combat mythique dans le premier Metroid (sorti en France en 1987)

Galvanisé par le succès des Game & Watch à la fin des années 1980, Gunpei Yokoi décide de pousser le concept encore plus loin et de permettre au joueur d'emporter avec lui plusieurs jeux avec une seule console. La Game Boy était née, et avec elle de nombreux jeux cultes.


Gunpei Yokoi et sa Game Boy

La dernière création de Gunpei Yokoi au sein des équipes de Nintendo sera finalement un échec. Le Virtual Boy n'aura jamais le succès imaginé par son créateur.

En désaccord avec la direction de Nintendo, Gunpei Yokoi quitte l'entreprise en 1996 pour fonder sa propre société. En 1997, le génial inventeur de la Game Boy décède à l'âge de 56 ans, victime d'un accident de la circulation.

En créant les premières consoles portables et de nombreuses licences de jeux, Gunpei Yokoi tient une place importante dans l'Histoire des jeux vidéo, et ses inventions rayonnent encore aujourd'hui dans les choix et les produits de Nintendo.

Si certains Metroid contemporains n'ont pas été développés directement par les équipes japonaises de Nintendo (les épisodes de Metroid Prime), la saga reste entre de bonnes mains puisque Yoshio Sakamoto supervise toujours les développements. Ce dernier a créé Metroid aux côtés de Gunpei Yokoi et a réalisé et produit plusieurs épisodes par la suite.

Vingt ans après la première Game Boy, le succès de Nintendo sur le marché des consoles portables est toujours au rendez-vous. La DS, qui hérite directement des Game & Watch et de la Game Boy, est aujourd'hui en passe de devenir la console la plus vendue de tous les temps avec déjà plus de 125 millions d'exemplaires écoulés en cinq ans. Autant dire que l’héritage de Gunpei Yokoi est encore fort présent chez Nintendo, et sans doute pour longtemps !

Commentaires sur l'article

Cet article vous a intéressé ? Vous souhaitez réagir, engager une discussion ? Ecrivez simplement un commentaire.

Docteur_Cube
Je tiens à préciser que retrouver la pub du Love Tester n'a pas été simple ^^. Il a fallu exhumer une vieille émission de Game One qui doit dater de 2001 (La Saga Miyamoto). Par chance je la connais encore par coeur, donc je me souvenais qu'elle contenait cette pub ^^.
Xavier
Docteur_Cube a écrit:Je tiens à préciser que retrouver la pub du Love Tester n'a pas été simple ^^. Il a fallu exhumer une vieille émission de Game One qui doit dater de 2001 (La Saga Miyamoto). Par chance je la connais encore par coeur, donc je me souvenais qu'elle contenait cette pub ^^.


Eh bien dis donc, tu vas nous chercher tes infos très loin !!!

Merci pour ce retour sur encore très instructif !

Xavier
lartist
Sympa ta petite rétrospective sur ce grand Monsieur du jeu vidéo. Allez savoir ce qu'il aurait imaginé s'il était encore en vie. Avec des si on mettrait Paris dans une bouteille mais on aurait peut être une 3ème portable de sa création.
Eldroth
Tiens, la WonderSwan a été oubliée :'(
yoann[007]
Eldroth a écrit:Tiens, la WonderSwan a été oubliée :'(
Ca ne parle que de l'histoire de Gunpei Yokoi chez Nintendo visiblement (et c'est très très dommage).

L'article est très indulgent envers Nintendo et oublie un peu trop de rappeler qu'à cette époque pas mal de grands noms ont été poussés vers la porte pour des motifs souvent licencieux (!) voire ridicules (Yokoi, 'Hip' Tanaka...). A cette époque Yamauchi avait tellement le melon qu'il ne doutait pas une seconde du succès total de son Ultra 64, allant jusqu'à laisser partir le véritable noyau créatif de la boîte, Yokoi lui-même, qui était "un peu" trop critique avec le nouveau bébé de Tendo (et pour cause, en termes d'architecture et de positionnement, la N64 était une BOUZE).

Le résultat on le connaît : une Nintendo 64 qui marqua la fin du leadership de Nintendo, une désertion des éditeurs tiers dont l'ombre rôde toujours aujourd'hui, en 2010, une porte grande ouverte offerte à Sony.

Yokoi a payé très cher l'échec de la Virtual Boy, alors qu'il avait lui-même dit à de nombreuses reprises ne pas être satisfait par la machine, n'ayant pas eu assez de temps ni les coudées suffisamment franches pour mettre au point ce qu'il voulait exactement.
Anonymous
C'est fascinant. Ça faisait longtemps que je n'avais rien appris sur Nintendo. Merci Doc, et merci yoann007.
Docteur_Cube
Désolé mais je ne pouvais pas tout mettre. Il faudrait un livre entier pour raconter tout ce qu'à fait Gunpei Yokoi. D'ailleurs, il y a déjà des livres sur le sujet, comme l'a rappelé Argone.
Dans un "Retour sur" on n'a pas la place d'être exhaustif. C'est cool si on peut avoir plus d'infos sur le forum.

Yoann : je ne voulais pas paraître indulgent envers Nintendo. C'est juste que je ne connaissais pas exactement le contexte de son départ de Nintendo. De plus, je voulais insister sur les choses marquantes qu'il a réalisé chez Nintendo et qui ont marqué l'histoire du jeu vidéo.

Je trouve moi aussi très dommage que Yamauchi ait laissé partir Yokoi (ou l'ait poussé vers la porte).

Pour la N64, je ne vois pas trop ce qu'il aurait pu faire de plus. Nintendo n'avait pas d'autre choix que d'utiliser le support cartouches étant donné que tous les liens avec les principaux fabricants de lecteurs CD japonais avaient été rompus. Pour le reste, je ne pense pas que Nintendo ait fait des mauvais choix techniques importants avec la N64. Les excellents jeux qui sont sortis par la suite ont prouvé que la N64 a su éveiller la créativité des développeurs de jeux. Pour moi, les erreurs de Nintendo sont plutôt dans la stratégie de communication, et dans les retards. Peut-être que si Nintendo ne s'était pas embourbée avec le Virtual Boy, la N64 aurait pu sortir plus tôt et ne pas laisser le champ libre à la Playstation.

Concernant l'architecture matérielle de la N64, je pense que Nintendo n'avait pas assez de recul pour concevoir en interne une console 3D propre et facile à programmer. Et Yokoi n'avait certainement pas plus de connaissances que les autres dans ce domaine.

Concernant les éditeurs tiers, je dois te rappeler que s'ils restaient chez Nintendo à l'époque de la NES et de la SNES, c'était parce qu'ils étaient tenus par les couilles. Ils devaient signer un contrat d'exclusivité qui les liait à Nintendo corps et âme. Si Nintendo n'avait pas imposé une telle politique, ils ne seraient certainement pas partis chez Sony à la première occasion.

Je pense que Yamauchi a terminé sa carrière avec un certain manque de panache. Lui qui avait pris tous les risques par le passé, il n'a pas su innover après la N64. Il était comme paralysé par la peur de l'échec. La GBA et la Gamecube se sont inscrites dans la continuité directe des consoles qu'elles remplaçaient.
Pour moi l'arrivée d'Iwata marque le retour du panache chez Nintendo. Même si ça ne va pas forcément dans le sens que voudraient les fans de Nintendo, on retrouve enfin de l'innovation dans les consoles. La DS et la Wii sont en rupture totale avec la politique de Yamauchi. C'est ce genre de prises de risques que j'aime observer.
yoann[007]
Docteur_Cube a écrit:Pour la N64, je ne vois pas trop ce qu'il aurait pu faire de plus.

O_O
Une console :
- moins chère
- moins en retard (!)
- mieux conçue (horreur à programmer, hard complètement déséquilibré)
- sans cartouches (le choix leur appartenait toujours, c'est pour la lutte contre le piratage que Nintendo a finalement opté pour ces stupides cartouches. Tu as l'air de dire qu'ils ont été victimes des ruptures de contrat qu'ils ont fait eux-mêmes :roll: )
- avec une politique moins étouffante vis-à-vis des tiers (royalties + contrôle éditoriale = tout le monde a filé chez Sony)

Non vraiment, je comprend pas où ils ont pu se planter avec la N64 ! :roll:

Les excellents jeux qui sont sortis par la suite ont prouvé que la N64 a su éveiller la créativité des développeurs de jeux.

Ca a surtout prouvé que les bons jeux étaient tous sur PS1 là où sur N64 on avait 2 ou 3 bons jeux dans l'année dans le meilleur des cas. (Les mauvaises langues diront que c'est toujours mieux que sur Wii).

Honnêtement si y'a bien UNE console qui a totalement détruit la créativité des développeurs chez Nintendo c'est bien la N64. Je trouve d'une hypocrisie sans nom de le nier. Tous les développeurs talentueux étaient sur PS1 qui a marqué une nouvelle ère dans le jeu vidéo. La N64 n'avait que peu de titres pour elle.

Concernant l'architecture matérielle de la N64, je pense que Nintendo n'avait pas assez de recul pour concevoir en interne une console 3D propre et facile à programmer. Et Yokoi n'avait certainement pas plus de connaissances que les autres dans ce domaine.

Pff mais faut arrêter... tu parles de la société de ta grand-mère qui vend trois jeux électroniques par an ou du leader mondial de la console de jeux ?

Ils avaient tout en main pour faire la console parfaite (à commencer par l'argent pour la concevoir ; oui, on oublie de le rappeler mais CA AIDE), ils n'ont payé que leurs propres erreurs et surtout leur propre arrogance. Comme tu l'as mentionné à demi-mot, c'est eux qui ont rompu tous les contrats qui auraient pu leur permettre de faire une console décente. Le fait de faire une console aussi daubée a été un choix de A à Z. Choix de la cartouche contre le piratage, choix d'une architecture 3D bidonnée complètement déséquilibrée pour mettre en avant la "puissancce 64 bits" de la machine, choix de l'extension RAM pour économiser quelques frais de production...

Et puis, que dire de Sony à ce compte-là ? Qui n'avait JAMAIS produit de console auparavant ! Ce n'est pas eux qui auraient dû avoir le plus de difficultés à faire une bonne console ? Le cherchage d'excuses pour Nintendo, c'est sans limites !

Concernant les éditeurs tiers, je dois te rappeler que s'ils restaient chez Nintendo à l'époque de la NES et de la SNES, c'était parce qu'ils étaient tenus par les couilles. Ils devaient signer un contrat d'exclusivité qui les liait à Nintendo corps et âme. Si Nintendo n'avait pas imposé une telle politique, ils ne seraient certainement pas partis chez Sony à la première occasion.

C'est la cause et non la conséquence de leur départ. C'est amusant ta manière de voir les choses. On dirait que tu n'as jamais connu une console SEGA par exemple. Les développeurs n'ont fait que s'engouffrer dans une brèche que Nintendo n'avait pas prévu dans son plan ; ils n'ont pas attendu que ce dernier leur donne l'autorisation.

Je pense que Yamauchi a terminé sa carrière avec un certain manque de panache.
Oui : il a nommé cette tâche d'Iwata :lol:
Lui qui avait pris tous les risques par le passé, il n'a pas su innover après la N64. Il était comme paralysé par la peur de l'échec. La GBA et la Gamecube se sont inscrites dans la continuité directe des consoles qu'elles remplaçaient.

Tout comme la SNES était la continuité directe de la NES. Ca aurait donc dû être un bide, si je te suis, surtout qu'elle ne prenait aucun risque. What's the point ?

La stratégie de la Gamecube n'était pas mauvaise, mais la perte des développeurs est décisive (on la sent encore beaucoup aujourd'hui sur Wii). Et encore une fois, les choix techniques étaient idiots au possible (mini-DVD anti-piratage :roll: ) et ont totalement handicapé la bête. Ah, et j'oubliais ! Elle est sortie en retard par rapport à la PS2 quand même. J'ai une impression de déjà vu moi...
Pour moi l'arrivée d'Iwata marque le retour du panache chez Nintendo. Même si ça ne va pas forcément dans le sens que voudraient les fans de Nintendo, on retrouve enfin de l'innovation dans les consoles. La DS et la Wii sont en rupture totale avec la politique de Yamauchi. C'est ce genre de prises de risques que j'aime observer.

Iwata est un tâcheron opportuniste qui n'a aucune vision à long terme. La seule rupture qu'il marque, c'est celle du tout-actionnariat et d'un passage à des produits assumés de mauvaise qualité (graphismes inférieurs, qualité inférieure, ludothèque inférieure. Prix pas inférieur par contre).

L'innovation n'est pas un critère de qualité. Ca veut juste dire "faire quelque chose de nouveau". Tous les matins j'innove aux latrines. Ca c'est pour démystifier le côté marketing du mot.
Halouc
Argone a écrit:Les livres de Pix'N Love sont assez intéressants sur le sujet
http://editionspixnlove.fr/collectiondetail.php?ID=6


Pix'N Love donne l'impression d'être écrit par de gros fanboy. J'ai pas lu un seul Pix mais les rares interventions d'un des auteur pour parler de Nintendo puait tellement la crasse de fanboy que j'en vomissais mon déjeuner de la veille devant mon écran. A partir de là, ça me fait un peu chier de foutre des euros.

Bien ou pas les pix?

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnectez-vous ou créez un compte en quelques clics

Vous aussi, partagez votre passion, Rejoignez-nous !
Découvrir MonPN

Connexion

Vous avez déjà un compte sur MonPN (ou sur le forum) ? Identifiez-vous simplement !

Créer un compte

Vous n'avez pas encore de compte ? Créez-en un simplement en remplissant le formulaire ci-dessous. C'est totalement gratuit.

MonPN, késako ?

MonPN est l'espace membre de Puissance Nintendo. Avoir un compte MonPN donne accès à une multitude de fonctionnalités, totalement gratuitement :

  • Le Forum et ses 700.000 messages
  • Réagir aux articles
  • Devenir Fan des jeux, personnalités, séries de jeux...
  • Noter les jeux
  • Ecrire des tests
  • et bien plus !

MonPN : la communauté Nintendo par PNConnexion réussie

Vous êtes désormais connecté.

Retournez sur la page d'accueil

×